François Jullien, Vincent Descombes : aventuriers-explorateurs de l’impensé des usages de la raison

— Ecrit le dimanche 13 avril 2014 dans la rubriquePhilo, Rencontres”.

Après la réception, le mardi 18 mars de François Jullien, pour son tout récent Vivre de paysage, ou l’impensé de la raison _ cf le podcast (de 68′) de sa conférence ; qui n’a pas été vraiment un entretien, comme l’aurait désiré celui qui le recevait, Francis Lippa ; et alors même que François Jullien fait dans son livre l’éloge vibrant de l’entretien ! _, aux Éditions Gallimard,

la Société de Philosophie de Bordeaux reçoit mardi prochain 15 avril à 18 heures, toujours dans les beaux salons Albert-Mollat,

Vincent Descombes pour son très riche Les Embarras de l’identité, lui aussi aux Éditions Gallimard.

Au-delà de la première apparence qui semble éloigner leurs styles d’écrire-penser,

plus poétique apparemment pour l’un _ l’auteur du passionnant Philosophie du vivre _,

plus (classiquement, peut-être, quoique…) méthodique apparemment pour l’autre _ l’auteur du très scrupuleux Le Complément de Sujet _ Enquête sur le fait d’agir de soi-même : livres lus, tous et en leur temps, avec une très grande attention _,

il m’apparaît surtout que tant l’objet visé :

soit la construction du sujet pensant et son identité,

ou, aussi bien et encore, le processus même de la subjectivation en toute sa complexité à tenter passionnément d’un peu démêler-éclairer,

que la démarche entreprise d’analyse-exploration : soit une très riche aventure d’auteur !,

dans Les Embarras de l’identité de Vincent Descombes comme dans Vivre de paysage, ou l’impensé de la raison de François Jullien,

s’apparentent beaucoup…

Car l’un comme l’autre de ces deux auteurs philosophes

pratiquent une très consistante et très cohérente, en sa persévérante audace de recherche, poiesis

que j’ose qualifier ici d’aventureuse,

et qui les fait, d’œuvre en œuvre, chacun,

patiemment et très heureusement,

progresser

en leur exploration de l’impensé…

J’ose, aussi, ici personnellement espérer

que cette fois _ soit mardi prochain 15 avril : après-demain ! _,

à la différence frustrante _ un peu trop pressée par le défaut de temps _ de la conférence de François Jullien _ celui-ci m’a avoué (en courant à son taxi) n’avoir pas encore pris le temps de visiter si peu que ce soit notre belle ville de Bordeaux, lors de ses cinq conférences, à ce jour, à Bordeaux ! :

sur ce temps ouvert de la déambulation (ou entretien activement réceptif avec un paysage),

cf mes propres articles sur déambuler à Venise : par exemple Ré-arpenter Venise : le défi du labyrinthe (involutif) infini de la belle cité lagunaire… ; je viens d’y faire allusion dans mon article sur Le Mal de Paris de Régine Robin ; cf aussi le podcast (de 50′) de mon entretien avec elle à propos de ce superbe livre de déambulation dans le grand Paris, le lundi 10 mars dernier, au 91 de la rue Porte-Dijeaux _,

un peu d’entretien (ouvert) avec Vincent Descombes

poursuivra (un peu) l’exposé de sa conférence, mardi prochain…


Pour ma part,

j’ai découvert grâce à ces riches Embarras de l’identité de Vincent Descombes,

l’œuvre d’Erik Erikson _ l’auteur d’Adolescence et crise : la quête de l’identité _, ainsi que ses débats avec la riche école de Chicago, autour de l’œuvre d’Erving Goffman (l’auteur de La Mise en scène de la vie quotidienne) ;

et j’ai pu, une nouvelle fois, vérifier l’importance philosophique majeure de l’œuvre de Cornelius Castoriadis, l’auteur du décidément plus que jamais immense L’Institution imaginaire de la société

Je rattache aussi le travail de penser l’impensé

auquel s’attachent, chacun à sa manière, Vincent Descombes comme François Jullien,

à la démarche de sérendipité qu’analyse Sylvie Catellin en son magnifique (et archi-nécessaire !) Sérendipité _ du conte au concept (cf mon article du 3 mars 2014 : Les enjeux de pouvoir de la curiosité libre et ouverte : le passionnant « Sérendipité _ Du conte au concept » de Sylvie Catellin, un livre salutaire !…) ;

ainsi qu’à ce à quoi travaille (à Inria, à Talence) le roboticien-ingénieur Pierre-Yves Oudeyer, et qu’il expose en partie en son Aux sources de la parole _ auto-organisation et évolution.

Ainsi qu’aux travaux sur ce que je nomme le travail d' »imageance« 

de mes amies Marie-José Mondzain _ cf son indispensable Homo spectator _

et Baldine Saint-Girons _ cf son indispensable L’Acte esthétique



A mardi avec Vincent Descombes !


Titus Curiosus, ce 13 avril 2014

P.s. : avec ce lien au podcast de la conférence de Vincent Descombes le mardi 15 avril.

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


one * = 6

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur