le subtil Mendelssohn : un musicien à découvrir en sa finesse !

— Ecrit le dimanche 28 octobre 2018 dans la rubriqueMusiques”.

Cet après-midi,

la Tribune des Critiques de Disques de France-Musique

nous invitait à mieux percevoir,

et par comparaison d’interprétations de divers pianistes choisis,

les subtilités de trois des Romances sans paroles

de Felix Mendelssohn :

les opus 19 n°1 (Doux souvenir)

67 n°4 (La Fileuse)

et 67 n°2 (Illusions perdues)…

Passionnant (et très formateur) exercice.


Les interprètes choisis étaient :

Howard Shelley,

Walter Gieseking (deux fois),

Anja Dorfmann,

Javier Perianes (deux fois),

Daniel Barenboïm (deux fois),

Andras Schiff,

Livia Rev,

Rena Kyriakou,

Murray Perahia (deux fois),

Philippe Cassard

et Bertrand Chamayou.

Mais hélas pas mon préféré de tous dans Mendelssohn : Roberto Prosseda !

Inconnu au bataillon du producteur de l’émission…

Dommage !!!

Cf mes articles :

du 3 mars 2018 :  

du 27 avril 2018 : 

du 9 janvier 2010 :  


Ce dimanche 28 octobre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

 

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


nine - = 2

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur