Archives du mois de décembre 2018

Ecouter Bohuslav Martinu

11déc

Parmi les compositeurs tchèques,

Bohuslav Martinu (1890-1959)

est des plus intéressants,

riches, surprenants

dans le premier XXe siècle _ un peu élargi.

Ainsi ai-je beaucoup apprécié le récent CD Supraphon

comportant de Martinu

son What men live by (de 1852)

et sa première symphonie (de 1942),

interprétés en live

par la Philharmonie tchèque

sous l’éminente direction du regretté Jiri Belohlavek...


Voici l’analyse de ce marquant CD Supraphon SU 4233-2

INÉDIT ET DÉCOUVERTE

que vient d’en donner hier

le perspicace Jean-Charles Hoffelé :

INÉDIT ET DÉCOUVERTE

Le cycle des symphonies de Bohuslav Martinů entrepris par Jiří Bělohlávek et sa chère Philharmonie Tchèque entre 2007 et 2009 resta inachevée : les deux premières symphonies ne furent jamais enregistrées, le chef et son orchestre ayant gravé la Première pour Chandos.


Dommage que vient réparer enfin une captation en concert de cette même Première Symphonie en janvier 2016 : quelle inquiétude dans les paysages d’orage du Moderato, quelle tension martiale dans le Scherzo, une vraie symphonie de guerre (1942) qui deviendrait quasiment la plus sombre du cycle avec l’ultime, celle des Fantaisies symphoniques. Le Largo est un tombeau, dont la noirceur s’augmente encore par contraste lorsque paraît le Finale, âpre triomphe. Quelle lecture !, qui si on la compare avec la gravure pour Chandos éclaire l’œuvre de teintes autrement sombres.

Cette exhumation vole la vedette à la pastorale théâtrale What Men Live by, enregistrée en première mondiale, récit de la visitation d’un vieux cordonnier par Dieu prenant l’apparence de trois inconnus auquel il porte secours : le récit de Tolstoï (« Là où est l’amour, là est Dieu »), partition modeste dans le ton et la forme des opéras radiophoniques, qui fut créée dans sa version avec orchestre par le Hunter College Opera Festival le 20 mai 1955.


La parabole tire un rien à la ligne, Martinů écrivant en mode automatique, il n’y retrouve pas les audaces de La Comédie sur le pont et son opus théâtral suivant, Le Mariage d’après Gogol aura bien plus de sel. Mais voilà, Jiří Bělohlávek, qui réalisa pleinement son art au travers des œuvres de Martinů ne voulait pas oublier cette partition délaissée, acte d’amour qu’on écoutera avec gratitude avant de retourner aux abîmes de cette stupéfiante Première Symphonie. Et maintenant, Supraphon doit nous retrouver la Deuxième Symphonie.


LE DISQUE DU JOUR


Bohuslav Martinů
(1890-1959)
What Men Live By, opéra-pastorale en un acte, H. 336
Symphonie No. 1, H 289

Ivan Kusnjer, baryton (Ivan Avdeitch)
Petr Svoboda, basse (Le vieux paysan)
Jan Martiník, basse (Stepanitch)
Lucie Silkenová, soprano (Une femme avec son enfant)
Ester Pavlů, contralto (Une vieille femme)
Jaroslav Březina, ténor (Le narrateur, rôle chanté)
Josef Špaček (Le narrateur, rôle parlé)
Lukáš Mareček (Un jeune garcon, role parlé)

Ensemble de voix Martinů
Orchestre Philharmonique Tchèque
Jiří Bělohlávek, direction


Un album du label Supraphon SU 4233-2

Photo à la une : © DR

 

Ce mardi 11 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Honorer Michel Daudin… et Charles Bordes

10déc

A l’occasion de la parution

du CD des Œuvres basques

de Charles Bordes (1863 – 1909)

_ aux Éditions Chanteloup-Musique _,

il me plaît d’honorer la mémoire du Docteur Michel Daudin,

fondateur de l’Association Chales Bordes.

Ce lundi 10 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Encore Dvorak : le somptueux Quintette avec piano n°2

09déc

Poursuivant l’exploration des plus récents rayons de ma discothèque,

à la recherche de CDs de musique de chambre avec piano d’Antonin Dvorak (1841 – 1904),

voici que je tombe sur le CD Alpha 403

comportant les Quintettes avec piano n°1, op. 5 et n°2, op. 81 (ainsi que les Bagatelles, op. 47),

par le Busch Trio

_ constitué de Mathieu van Bellen, violon, Ori Epstein, violoncelle et Omri Epstein, piano _,

avec Maria Milstein et Miguel Da Silva.

J’admire leur interprétation du second de ces Quintettes, l’opus 81, de 1888.

Et, au passage,

je retrouve aussi leur CD _ Alpha 238 _ des Trios avec piano de Dvorak :

les Trios avec piano n° 3, opus 65, et n° 4, opus 90, dit « Dumky ».

Un beau parcours _ à poursuivre… _

de cette décidément bien belle musique de chambre avec piano d’Antonin Dvorak…

Ce diumanche 9 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

 

Les quatuors avec piano de Dvorak (suite)

08déc

En complément

de mon article d’hier

,

dans lequel je faisais l’éloge

du CD des deux Quatuors avec piano d’Antonin Dvorak

par le Dvorak Piano Quartet,

_ soit le CD Supraphon SU 4257-2 _,

je veux ajouter ma ré-écoute

très admirative

ce jour

de deux autres récents CDs Dvorak :

le CD Dvorak Piano Quartets op.23 & 87

par le Busch Trio et Miguel Da Silva

_ soit le CD Alpha 288 _,

et le CD du Josef Suk Piano Quartet

_ soit le CD Supraphon SU 4227-2 _

comportant d’une part le Piano Quartet n°2, op. 87, de Dvorak _ le beau-père (1841 – 1904) _,

et _ autre chef d’œuvre !!! _ le Piano Quartet, op.1, de Josef Suk _ le gendre (1874 – 1935) _,

qui m’avait très vivement impressionné.

Comparer les interprétations

est toujours très instructif.


Ce samedi 8 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

 

Vive la musique de chambre avec piano de Dvorak !

07déc

J’apprécie de plus en plus

la musique de chambre avec piano

d’Anton Dvorak !


Ce jour,

par le Dvorak Piano Quartet,

les Quatuors avec piano n°1, opus 23 (de 1875),

et n°2, Opus 87 (de 1889),

d’Anton Dvorak (1841 – 1904) ;

soit le CD Supraphon SU 4257-2.


Une musique dynamique

qui nous emporte.



Ce vendredi 7 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur