La belle année François Couperin de Carole Cerasi

— Ecrit le jeudi 24 janvier 2019 dans la rubriqueMusiques”.

Carole Cerasi,

magnifique claveciniste turco-britannique,

vient de couronner en beauté l’année 2018 

du 350ème anniversaire de la naissance de François Couperin,

par un magistral coffret de 10 CDS

de l’intégrale de l’œuvre pour clavecin du compositeur :

le coffret Metronome METCD 1100.

C’est seulement  (!!) par un article de Jean-Charles Hoffelé

en date du 28 décembre dernier

sur le blog Discophilia de son site sur Artamag,

Couperin heureux

que j’ai pu prendre connaissance de cette importante sortie discographique ;

et alors que j’admire, depuis ses débuts discographiques, Carole Cerasi…


Ce coffret

commandé illico presto,

puis parvenu ce jour chez mon disquaire préféré,

afin de bien commencer à en percevoir,

revenu à mon domicile,

les merveilles de musique,

j’ai bien volontiers suivi le conseil du critique ;

et ai choisi de mettre d’abord sur ma platine

le premier disque (le disque n°4) du Second Livre de Pièces de Clavecin (de 1717) ;

qui comporte les sixième, septième et huitième ordre de ces pièces,

interprétées sur un clavecin du voisin barbastin Philippe Humeau, de 1989,

d’après un Antoine Vater, de 1738, à Paris

_ et cela d’autant plus qu’y figurent Les Baricades mystérieuses que j’aime tant…


Eh bien !

l’enchantement de cette interprétation

de ces merveilles de François Couperin

est au rendez-vous !

Avec, notamment, en effet,

d’extraordinaires Baricades mystérieuses _ à la plage n°5 de ce CD n°4.

Mais c’est le CD tout entier qui est éblouissant !

Voici ce que disait Jean-Charles Hoffelé en son Couperin heureux

du 28 décembre dernier :

Couperin heureux

COUPERIN HEUREUX

Carole Cerasi avait bien caché son jeu : alors que tant abordent en cette année anniversaire leur Couperin par un disque récital ou au mieux un livre entier, voici qu’elle nous offre d’un bloc l’intégrale des vingt-sept ordres, tout cela enregistré en un peu plus d’une année, L’Art de toucher le clavecin s’y ajoutant ensuite.

Merveille d’élégance que ce jeu souple qui suggère le tendre, peint les subtilités du sentiment, mais sait aussi se saisir des caractères que Couperin dessine d’un crayon vif. C’est la diversité de cet univers que la claveciniste exalte, jouant tout ce théâtre d’émotions dans les décors de quatre clavecins somptueux : littéralement, ils vous mettent les scénettes sous les yeux, peignent en couleurs cet univers à la Chardin où le détail est tout.

La manière tendre de la claveciniste réjouira plus les amateurs du Couperin d’Olivier Baumont que ceux de celui de Blandine Verlet ; Carole Cerasi soigne plus la forme, scrute l’écriture, sonde l’harmonie souvent audacieuse autant que les mélodies troublantes.

Sommet de cette somme parfaite qui remet à jour la discographie – en attendant de pouvoir entendre l’intégrale que Davitt Moroneyvient d’achever – un Deuxième Livre d’anthologie : Couperin libéré du regard sévère de Louis XIV y aiguisait sa plume, son imagination s’y débridait, ouvrant à l’instrument de nouvelles licences poétiques et à son art de nouveaux horizons : il faut entendre les éclats de La Triomphante, spectaculaire, mais aussi et surtout peut-être la nostalgie infinie de La Mézangère.

Tout au long des dix disques, le charme ne se rompt jamais, et atteint à une dimension supplémentaire dans les équilibres parfaits, la langue solaire du Troisième Livre. Les ombres du Quatrième Livre, ses nostalgies à peine voilées, peuvent paraître, elles sonnent avec une liberté de phrasés, un sens des proportions, une puissance poétique que Scott Ross avait jadis trouvés par éclipses.

Au moment de refermer cette boîte impeccable me parvient un autre disque de Carole Cerasi, celui qu’elle consacra il y a vingt ans à l’intégrale des Suites d’Elisabeth Jacquet de la Guerre : le grand geste dramatique, l’âpreté d’une écriture sévère et fulgurante, la clarté de ses conceptions font encore une fois mouche sur le magnifique Ruckers de 1636, celui-là même qu’elle joue tout au long du Premier Livre de son intégrale François Couperin.

LE DISQUE DU JOUR

François Couperin (1668-1733)
L’œuvre pour clavecin (Intégrale)

Carole Cerasi, clavecin

Un coffret de 10 CD du label Metronome METCD1100

Elisabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729)
L’œuvre pour clavecin (Intégrale)

Carole Cerasi, clavecin

Un album du label Metronome METCD 1026

Photo à la une : La claveciniste Carole Cerasi – Photo : © DR

Le plaisir des neuf autres CDs de ce coffret magique

m’attend désormais…

Á suivre, donc.

Ce jeudi 24 janvier 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


8 - = one

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur