Au comble du mozartien : le CD « The Jupiter project _ Mozart in the nineteenth-century drawing room »…

— Ecrit le dimanche 8 septembre 2019 dans la rubriqueMusiques”.

Pour pénétrer au cœur le plus mozartien

du mozartien de Mozart (1756 – 1791),

plusieurs voies d’accès sont possibles :

parmi elles, certaines transpositions-réductions d’œuvres orchestrales

_ en une tradition spécialement londonienne, pour un ensemble de quatre instruments, dit Ensemble Jupiter, à partir de la transposition de la Symphonie Jupiter de Mozart ; transposition publiée à Londres en 1822… _,

par exemple ici, en ce CD Hyperion CDA 68234 intitulé The Jupiter project _ Mozart in the nineteenth-century drawing room,

par David Owen Norris au piano,

Katy Bircher à la flûte,

Caroline Baldwin au violon

et Andrew Skidmore au violoncelle,

les transpositions-réductions

des Ouvertures de La Flûte enchantée K. 620 et Les Noces de Figaro, K 492, par Johann Nepomuk Hummel (1778 – 1837), pour un quartetto constitué d’un piano-forte, une flûte, un violon et un violoncelle, dit, donc, Ensemble Jupiter ;

du Concerto pour piano N° 21 K. 467, par Johan Baptist Cramer (1771 – 1858), en 1827, pour ce même quartetto, dit Ensemble Jupiter ;

et de la Symphonie N° 41 Jupiter K. 551, par Muzio Clementi (1752 – 1832), en 1822, pour cet Ensemble Jupiter.


Le résultat est d’un charme _ mozartien !!! _ vif et troublant.

Et dénote le développement du goût pour Mozart dès le début du XIXe siècle en Europe.

Une très grande réussite discographique.



Ce dimanche 8 septembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


five + = 9

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur