Les oxymores de la virtuosité justissime de Béatrice Rana dans les « Miroirs » de Ravel…

— Ecrit le dimanche 22 décembre 2019 dans la rubriqueMusiques”.

L’enregistrement des Miroirs de Maurice Ravel

(Noctuelles, Oiseaux tristes, Une barque sur l’océan, Alborada del gracioso et La vallée des cloches),

par Béatrice Rana

dans le CD Warner Classics 0190295411091,

est étourdissant de virtuosité juste

de la part de cette extraordinaire interprète.

Et l’association

à ces Miroirs de Ravel

de transcriptions pour piano seul 

de Danse infernale, Berceuse et Finale, trois extraits de L’Oiseau de feu d’Igor Stravinsky _ par Guido Agosti _

puis de Danse russe, Chez Pétrouchka et La semaine grasse, trois extraits de Pétrouchka d’Igor Stravinsky encore _ cette fois par Stravinsky lui-même _

constituent un détonnant programme,

que vient conclure la transcription pour piano seul _ par Ravel lui-même _ de son époustouflante _ tragique _ La Valse

Un fastueux programme

interprété magistralement,

avec une prodigieuse justesse d’intelligence de ces œuvres,

par une artiste d’exception.


Voici ce qu’en disait le 22 novembre dernier

Stéphane Friédérich en un très juste article du site Res Musica

intitulé Le piano orchestral et flamboyant de Béatrice Rana.

Le piano orchestral et flamboyant de Beatrice Rana

Les Clefs du mois

 

Béatrice Rana : une interprète à retenir prioritairement.

Ce dimanche 22 décembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


5 + = twelve

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur