Et en remontant la généalogie des Wachter, à Rougemont (1) : en passant par une partie de son aval…

— Ecrit le vendredi 5 février 2021 dans la rubriqueHistoire, photographie”.

 

J’ai éprouvé aussi le besoin d’éclaircir l’origine des Wachter en remontant en amont de leur venue en Algérie, en la personne, en l’occurence, de Jean-Baptiste-Antoine Wachter, qui, né à Rougemont-le-Château (Haut-Rhin) le 5 février 1827, épouse à Mustapha le 26 mai 1857 la marseillaise Elisabeth-Joséphine-Baptistine Confex, née à Marseille le 28 décembre 1836, et qui a suivi ses parents débarquant à Alger très peu de temps après sa naissance _ en effet, le 22 août 1837, à Alger, le père de la petite Elisabeth, le marseillais Jean-Baptiste-Pierre Confex (né à Marseille le 28 décembre 1811), épouse la mère de l’enfant, la marseillaise Marie-Claire-Joseph Vidal (née à Marseille le 22 septembre 1815), en même temps qu’il reconnaît officiellement l’enfant Elisabeth, qui avait été d’abord déclarée par sa mère, à Marseille, comme « née de père inconnu« .

Et c’est aussi à Alger, le 7 février 1839, que naît le second enfant du couple : Aimée-Justine-Marie Confex. De même qu’y naissent les enfants suivants du couple : Marius-Ernest-Jules Confex, le 19 février 1841 ; Marius Etienne Confex, le 29 novembre 1843 ; Marie-Léontine Confex, le 28 mars 1846 ; et Zoé-Marie-Thérèse Confex, le 19 août 1852. Et cela, d’après les éléments que j’ai pu recueillir dans les archives d’Etat-civil de la France d’Outremer.

Cependant il me semble que cette liste d’enfants nés du couple de Jean-Baptiste-Pierre Confex (Marseille, 28 décembre 1811 – Mustapha, 28 mai 1887) et Marie-Claire-Joseph Vidal (Marseille, 22 septembre 1815 – Mustapha, 6 juillet 1869), n’est pas, ainsi, tout à fait complète ; et que pourraient bien y manquer quelques autres enfants Confex, ou du moins l’une d’entre eux, dont l’identité résiste à notre curiosité…

Car si Elisabeth sera bien une « Veuve Wachter, née Confex » ;

si Aimée Confex (épouse, à Alger le 18 juin 1868, de Philippe Ferrand, Fleyrey-lès-Lavoncourt, 7 août 1828 – Alger, 2 décembre 1889) sera probablement une « Veuve Ferrand, née Confex » ;

et si Zoé Confex (épouse, à Mustapha, le 13 mai 1876, de Henry-Anastas Clément, Vallerest, 15 juin 1850 – ?) pourrait être une « Veuve Clément, née Confex » ;

et j’ignore jusqu’ici quelle a été la vie de Marie-Léontine Confex, née à Alger le 28 mars 1846 : quel âge a-t-elle atteint ? s’est-elle mariée, et avec qui ? a-t-elle eu des enfants ?.. Les Archives nationales d’Outremer demeurent muettes là-dessus…

Et je me pose ces questions parce que je persiste, bien sûr, à me demander, faute de réponse à ce jour (cf mon article du 3 février dernier : …) qui peut donc bien avoir été la « Madame Veuve Bonopéra« , sœur de « Madame Veuve Wachter, née Confex, mère de notre ami M. Emile Wachter d’Orléansville« , du significatif article paru sous la rubrique « Nécrologie« , à l’occasion du décès, le 30 mars 1925 à Alger, d’Elisabeth Confex, veuve de Jean-Baptiste-Antoine Wachter, dans Le Progrès d’Orléansville du 2 avril 1925 : « Nous avons appris avec peine le décès survenu à Alger, à l’âge de 89 ans, de « Madame Veuve Wachter, née Confex, mère de notre ami M. Emile Wachter d’Orléansville« , et « sœur de Madame Veuve Bonopéra« Très aimée à Orléansville où elle avait demeuré de très nombreuses années, la défunte ne laisse que de bons souvenirs à tous ceux qui l’ont connue. En cette pénible circonstance, nous adressons aux familles atteintes par ce deuil cruel nos bien sincères condoléances« …

Et il me semble donc que cette future « Madame Veuve Bonopéra« , « née Confex« , tante de l’« ami M. Emile Wachter d’Orléansville«  _ né, lui, à Mustapha le 15 mai 1869 _, puisque sœur de « Madame Veuve Wachter, née Confex« , la mère de cet Emile Wachter d’Orléansville, qui nous intéresse lui aussi beaucoup (il me faudra y revenir), doit être encore une autre sœur (née Confex) d’Elisabeth Confex « Veuve Wachter » que ses sœurs Aimée, Zoé et Marie-Léontine ; soit encore une autre des filles de Pierre Confex et Marie-Claire Vidal. Et en me demandant aussi pourquoi l’acte d’Etat-civil de sa naissance n’est pas accessible sur le site des Archives nationales d’OutremerLa question de l’identité de cette « Madame Veuve Bonopéra » « née Confex » demeure donc pendante…

Mais l’objectif, modeste, que je me suis fixé pour aujourd’hui, ce vendredi 5 février, est seulement d’essayer de repérer les ancêtres alsaciens de ce Jean-Baptiste-Antoine Wachter, né le 5 février 1827, à Rougemont (alors dans le département du Haut-Rhin),

qui vient débarquer à Alger ;

et épousera à Mustapha le 26 mai 1857 Elisabeth Confex ;

laquelle lui donnera au moins cinq enfants :

Elisabeth-Marie-Louise Wachter, née à Medea le 9 mars 1858 ;

Aimée-Marie Wachter, née à Mustapha le 2 septembre 1859 ;

Louis-Jules Wachter, née à Orléansville le 29 juillet 1866 ;

Emile Wachter, né à Mustapha le 15 mai 1869 _ qui vivra à Orléansville _ ;

et Marie-Emélie Wachter, née peut-être à Orléansville en 1874 ou 75.

…  

Cette Elisabeth Confex qui deviendra _ j’ignore en quelle année (probablement après 1904…), et en quel lieu (peut-être Orléansville…)  _ la future « Madame Veuve Wachter » de cet alsacien né à Rougemont qu’a été Jean-Baptiste-Antoine Wachter…  

C’est donc seulement demain que je m’attacherai à remplir le programme qu’avait pourtant fixé mon titre d’aujourd’hui :

remonter vers l’amont _ et non plus en descendant son aval... _ la filiation de Jean-Baptiste-Antoine Wachter.

Ce vendredi 5 février 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


six * = 24

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur