Archives de la catégorie “Blogs”

Pour écouter au mieux « les pianos de Lenny » Bernstein, un très sagace article de l’attentif intensif Jean-Charles Hoffelé

11nov

Face à un très copieux coffret de CDs 

_ tel ici le magnifique coffret de 11 CDs Leonard Bernstein, the pianiste, le coffret Sony Classical 88985483792 _,

un article d’un critique sagace

_ bien érudit et surtout le plus juste possible en ses précises appréciations ! _

est plus que bienvenu et utile :

quasi nécessaire,

même s’il ne s’agit, bien sûr, jamais de le suivre aveuglément

_ ou plutôt ici sourdement ! _,

mais de toujours faire preuve, sans jamais les abdiquer,

de son propre goût

et discernement !

C’est ici

qu’un excellent attentif intensif

tel que peut l’être à son ordinaire un Jean-Charles Hoffelé

est d’un apport magnifique

pour l’acuité

de notre propre oreille !

Quitte à ne pas partager à l’occasion son appréciation…

Bien sûr,

en cette année 2018

du 100 ème anniversaire de la naissance

le 25 août 1918, à Lawrence (Massachusetts) _,

de Lenny,

 l’aficionado de Bernstein que je suis

n’ai pas manqué de me précipiter

chaque fois

sur les divers coffrets de ré-éditions des enregistrements discographiques

du merveilleux Lenny.


Dont ce coffret-ci de 11 CDs

Leonard Bernstein the pianist !

Eh bien,

voici ce très sagace article

Les Pianos de Lenny 

tel que Jean-Charles Hoffelé nous l’offre ce dimanche du 11 novembre

sur son excellent site

Discophilia. Les chroniques de Jean-Charles Hoffelé :

LES PIANOS DE LENNY

Comme Herbert von Karajan, Leonard Bernstein fut d’abord pianiste, mais le demeura au long de sa carrière, mettant son clavier au secours des chanteurs, se produisant en musique de chambre ou en soliste, mais aussi expliquant aux gamins, devant la caméra comment l’objet musical fonctionne _ tout cela !

Ce piano laboratoire _ exploratoire _ était souvent peu soucieux du texte, Bernstein jouait à vue, même pour ses chanteurs qu’il n’hésitait pas à malmener d’enthousiasme – la section passionnée de La Vie antérieure le voit presser sans vergogne le débit vieilli de sa chère Jennie Tourel, l’album Brahms avec Christa Ludwig, superbe d’élan, mais tout de même bucheronné du clavier _ tiens, tiens…

En musique de chambre et au studio, il savait être à la fois inspiré et exact comme l’illustre un immortel Quintette de Schumann avec les Juilliard, mais plus extraordinaire encore, c’est tout l’orchestre de Mahler qu’il fait entrer dans son piano pour l’un des plus inspirés disques de Dietrich Fischer-Dieskau, y ajoutant un théâtre insensé lors d’un Knaben Wunderhorn capté en public à VienneWalter Berry et Christa Ludwig se déboutonnent, fabuleux moment _ car c’est de toujours de moments uniques qu’il s’agit bien : et parfois, instants de grâce magiques, les dieux sont présents et nous assistent !


Le pianiste et compositeur Leonard Bernstein à la MacDowell Colony – Photo : © DR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le concertiste ? Un transcendant 17e Concerto de Mozart, libre comme l’air, en dit assez long sur son cantabile qui n’oubliait jamais le rythme _ en effet ! sa pulsation est bien fondamentale ! _, son Concerto en sol de Ravel – deux versions ici, la première avec le Philharmonia est à peu près une horreur, la seconde avec le Columbia Symphony une étude de jazz – est passé à la postérité, mais le live à Paris _ in le superbe et indispensable, lui aussi, coffret Leonard Bernstein An American in Paris, le coffret Warner Classics de 7 CDs Warner 0190295689544 _ les éclipse tous deux _ mais oui !

Quelques merveilles absolues et oubliées : I Hate Music! avec Blanche Thebom en 1949, les Chants et Danses de la mort et la Shéhérazade avec Tourel. Hélas, il est trop tard pour elle lors du récital à Carnegie Hall le 2 mars 1969, ce qui n’empêche pas de pouvoir y prendre bien du plaisir – les Satie ! Mais le plus étonnant reste pour moi le Quatuor en sol mineur de Mozart avec les Juilliard. Ecoutez seulement !

LE DISQUE DU JOUR


 

 

 

 

 

 

 

 

Leonard Bernstein
The Pianist

Ludwig van Beethoven(1770-1827)
Concerto pour piano et orchestre No. 1 en ut majeur, Op. 15
Leonard Bernstein
(1918-1990)
Seven Anniversaries
Afterthought – Study for the Ballet “Facsimile”
I Hate Music (2 versions)
La Bonne cuisine
Marc Blitzstein (1905-1964)
Dusty Sun
Johannes Brahms (1833-1897)
Zigeunerlieder, Op. 103
Liebestreu, Op. 3 No. 1
Ruhe, Süssliebchen, im Schatten, Op. 33 No. 9
Von ewiger Liebe, Op. 43 No. 1
Die Mainacht, Op. 43 No. 2
eldeinsamkeit, Op. 86 No. 2
Sapphische Ode, Op. 94 No. 4
Der Tod, das ist die kühle Nacht, Op. 96 No. 1
Immer leiser wird mein Schlummer, Op. 105 No. 2
Ständchen, Op. 106 No. 1
Mädchenlied, Op. 107 No. 5

Dimitri Chostakovitch (1906-1975)
Concerto pour piano et orchestre No. 2 en fa majeur, Op. 102
Aaron Copland (1990-1990)
Sonate pour piano
Claude Debussy (1862-1918)
Fêtes galantes, Livre I, L. 80
Henri Duparc (1848-1933)
La Vie antérieure
George Gershwin (1898-1937)
Rhapsody in Blue
Franz Liszt (1811-1886)
Oh! Quand je dors, S. 282
Gustav Mahler (1860-1911)
Des Knaben Wunderhorn
Rückert-Lieder
Lieder und Gesänge aus der Jugendzeit
Phantasie aus Don Juan
Erinnerung
Ich ging mit Lust durch einen grünen Wald
Frühlingsmorgen
Lieder eines fahrenden Gesellen
Modeste Mussorgski (1839-1881)
Chansons et danses de la mort
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Concerto pour piano No. 15 en si bémol majeur, K. 450
Concerto pour piano No. 17 en sol majeur, K. 453
Concerto pour piano No. 25 en ut majeur, K. 503
Concerto pour trois pianos et orchestre en fa majeur, K. 242
Quatuor pour piano, violon, alto et violoncelle en sol mineur, K. 478
Jacques Offenbach (1819-1880)
O mon cher amant (extrait de « La Périchole »)
Ah! Quel dîner (extrait de « La Périchole »)
Francis Poulenc (1899-1963)
Air vif, FP 46/4
Banalités, FP 107 (2 extraits : No. 2, Hôtel ; No. 4, Voyage à Paris)
Ce (No. 1, extrait des “Deux poèmes de Louis Aragon, FP 122 »)
Sergei Rachmaninov (1873-1943)
Oh, cease thy singing (No. 4, extrait des “6 Romances, Op. 4”)
Maurice Ravel (1875-1937)
Concerto pour piano et orchestre en sol majeur (2 versions)
Shéhérazade
Erik Satie (1866-1925)
La statue de bronze
Daphénéo
Le Chapelier
Robert Schumann (1810-1856)
Quintette pour piano et cordes en mi bémol majeur, Op. 44
Liederkreis, Op. 39
Richard Strauss (1864-1949)
Allerseelen, Op. 10 No. 8
Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893)
Die Nacht (No. 9, extrait des “12 Romances, Op. 60”)
Romances, Op. 16 Nos. 1 & 2
Jours sombres (No. 5, extrait des “6 Romances, Op. 73”)
Zabyt tak skoro, TH 94

Leonard Bernstein, piano, direction
Jennie Tourel, mezzo-soprano
Dietrich Fischer-Dieskau, baryton
Christa Ludwig, mezzo-soprano
Walter Berry, baryton-basse
Blanche Thebom, mezzo-soprano
Arthur Gold, piano
Robert Fizdale, piano
Juilliard String Quartet
Columbia Symphony Orchestra
New York Philharmonic
Israel Philharmonic Orchestra
Philharmonia Orchestra

Un coffret de 11 CD du label Sony Classical 88985483792

Photo à la une : © DR

 

Ce dimanche 11 novembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Réécouter le podcast de l’entretien de Philippe Lançon et Yves Harté à propos de ce récit sublime qu’est « Le Lambeau » : un chef d’oeuvre !!!

05nov

Le Prix Femina décerné ce lundi à 13 heures au Lambeau de Philippe Lançon _ livre sublime à tous égards !!! _

nous offre une excellente occasion,

outre de relire cet immense chef d’œuvre qu’est Le Lambeau,

de ré-écouter le podcast (de 46 ‘)

_ si profondément émouvant : pour aller si magnifiquement à l’essentiel de l’humain et de l’inhumain _

de l’entretien donné à la Station Ausone le 6 juin 2018

par Philippe Lançon

à son ami Yves Harté,

à propos de ce sublime livre.

Cf mon précédent article du 13 juillet dernier :

Ce prix ainsi décerné à cet extraordinaire livre

lui offrira de très nombreux nouveaux lecteurs

qui en seront assurément comblés !

Ce lundi 5 octobre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ecouter chanter dans Fauré (et parler) la délicieuse et très fine Hélène Guilmette, soprano

15oct

Le 21 juillet dernier,

j’avais consacré un court article de mon blog

au très beau et très réussi coffret de 4 CDs de Mélodies avec piano de Fauré

proposé par le label québécquois Atma :

Atma ACD2 2741.

Et ce lundi matin,

l’invitée du jour des Matins de France-Musique est la délicieuse et très fine Hélène Guilmette,

soprano,

dont les réponses (en 15′) aux questions de Saskia De Ville

sont aussi intéressantes et justes

que son interprétation des Mélodies de Fauré

est remarquablement belle.

Qu’on en juge par ce bref podcast de l’émission !


Une interprète assurément à retenir !

Le répertoire de la mélodie française  _ je le vénère ! _ le mérite !!!

Ce lundi 15 octobre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Hélène Cixous : « Lire et vivre sont des synonymes » _ un entretien avec Caroline Broué sur France-Culture sur ce qu’est écrire !

07août

Ce soir, à 19 heures,

ré-édition d’un important et très riche entretien d’Hélène Cixous avec Caroline Broué,

dans l’émission Les Masterclasses, sur France-Culture,

intitulé Lire et vivre sont des synonymes ;

et d’une durée de 59′ :

sur ce qu’est écrire !

Le voici, en podcast,

à déguster très attentivement _ comme bien sûr il se doit.


59 MIN

Hélène Cixous : « Lire et vivre sont des synonymes« 

07/08/2018

Avec rappel de mon article détaillé du 12 juin dernier

sur ce Défions l’augure

qui était encore à paraître

au moment de cet entretien avec Caroline Broué.

Ce mardi 7 août 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

 

Le beau travail de Johannes Pramsohler _ et des disques Audax (suite…)

02août

Le 28 avril dernier, sur ce blog,

et à propos du CD Audax German Cantates with Solo Violin (le CD Audax ADX 13715),

je rendai déjà hommage au très beau travail _ de musicien comme d’éditeur _ de Johannes Pramsohler _ et les disques tout à fait passionnants ! de sa marque Audax _ :

La superbe entreprise du violoniste Johannes Pramsohler et des disques Audax

Aujourd’hui, 

c’est au tour du site Res Musica,

et sous la plume de l’excellent critique _ à l’ouïe très fine _ Maciej Chiżyński,

de rendre à nouveau, trois mois plus tard, également hommage

et à la firme de disques Audax _ que dirige ce remarquable musicien qu’est Johannes Pramsohler _,

et très précisément à ce même CD German Cantates with Solo Violin (le CD Audax ADX 13715),

par son article CANTATES ALLEMANDES D’AVANT BACH PAR JOHANNES PRAMSOHLER.

Voici d’abord quel était le samedi 28 avril dernier mon article La superbe entreprise du violoniste Johannes Pramsohler et des disques Audax

sur mon blog _ toujours aussi discret sur la page d’accueil Mollat… _ En cherchant bien :

Ce n’est pas le premier CD de la marque Audax qui attire mon attention,

et plus encore me séduit.

Mais il me faut reconnaître qu’avec le CD German Cantates with Solo Violin (le CD Audax ADX 13715) un nouveau palier de perfection de réalisation vient d’être atteint.

Le passionnant programme de ce magnifique CD _ dans le registre de l’intimité d’une foi grave et profonde : voilà ! _ concerne des compositeurs _ décédés en 1697 (Nicolaus Bruhns), 1703 (Johann Christoph Bach I), 1704 (Heinrich Ignaz Franz Biber), 1706 (Johann Pachelbel) et vers 1715 (Daniel Eberlin) _ qui touchent de très près _ sauf peut-être l’autrichien Biber _ la très concrète formation musicale de Johann-Sebastian Bach, né le 21 mars 1685 à Eisenach ; et la ville même d’Eisenach.

Magnifique compositeur, Johann-Christoph Bach I (Arnstadt, 6-12-1642 – Eisenach, 31-3-1703) était le cousin germain de Johann-Ambrosius Bach (Erfurt, 22-1-1654 – Eisenach, 22-1-1695), le père de Johann Sebastian ; ainsi que l’oncle de Maria Barbara Bach (Gehren, 20-10-1684 – Köthen, 7-7-1720), la première épouse de Johann Sebastian.

Johnnn Pachelbel (Nuremberg, 1-9-1653 – Nuremberg, 3-3-1706) fut organiste une année à Eisenach, en 1677, où Daniel Eberlin dirige la musique de la cour du duc de Saxe ; et où il devient l’intime de Johann Ambrosius Bach ; Eisenach qu’il quitta le 18-5-1678, pour Erfurt _ où il va demeurer 12 ans _, et où il est logé par un autre cousin Bach, Johann Christian I (qui décédera en 1782). Le lien est fort entre Pachelbel et les Bach…

Daniel Eberlin (Nuremberg, 4-12-1647 – Kassel, ca 1715) est maître de chapelle à Eisenach de 1689 à 1692.

Quant à Nicolaus Bruhns (1665-1697), élève de Dietrich Buxtehude, sa musique fut très tôt connue et aimée et étudiée de Johann Sebastian Bach…

Seul le rapport entre Johann Sebastian Bach et Biber (1644-1704) demanderait à être davantage éclairci, dans la mesure où leurs chemins _ à la fois géographiques, si je puis dire, et familiaux… _ ne se sont pas croisés.

Bref, un programme aussi passionnant et merveilleux

que magnifiquement interprété,

avec une émotion intense somptueusement perceptible.

Ce samedi 28 avril 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Et voici quel est ce jeudi 2 août l’article de Maciej Chiżyński sur le site de Res Musica :

CANTATES ALLEMANDES D’AVANT BACH PAR JOHANNES PRAMSOHLER

CD, Musique d’ensemble

Œuvres de Heinrich Ignaz Franz Biber (1644-1704) ; Johann Christoph Bach (1642-1703) ; Johann Pachelbel (1653-1706) ; Nicolaus Bruhns (1665-1697) ; Daniel Eberlin (1647–vers 1715).

Nahuel di Pierro, basse. Andrea Hill, mezzo-soprano. Jorge Navarro Colorado, ténor. Christopher Purves, basse. Johannes Pramsohler, violon solo et direction. Ensemble Diderot.

1 CD Audax Records.

Enregistré en mars 2017 à l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud.

Textes de la notice en anglais, allemand, français et japonais. Durée : 77:40

audaxJohannes Pramsohler, à la tête d’un quatuor de solistes et de l’Ensemble Diderot, rend hommage aux cantates allemandes sacrées pour une ou deux voix, violon et basse continue, écrites par des compositeurs nés avant Johann Sebastian Bach, celui qui perpétua le modèle du genre.

En parlant des enregistrements consacrés aux cantates allemandes élaborées avant que les premières écritures de Bach aient vu le jour, on pense tout de suite à des projets semblables entrepris jadis par les dignes prédécesseurs de Pramsohler : Reinhard Goebel (et à son disque intitulé De profundis, édité chez Archiv Produktion) et Philippe Herreweghe (Deutsche Kantaten, Harmonia Mundi). Si le fondateur et directeur du Musica Antiqua Köln nous fait percevoir une certaine austérité, voire une sècheresse sonore (pas émotive) des pages abordées, mais également l’une des voix de basse les plus envoûtantes de ce répertoire, le chef gantois offre une vision poétique et humaniste des œuvres interprétées en y apportant – par l’intermédiaire de son chœur – de la luminosité et de l’ardeur.

Johannes Pramsohler combine ces deux approches en les enrichissant d’éléments de brio (les nombreux passages pour violon seul) et de couleurs _ voilà. C’est de cette façon que dans les cantates proposées, il cherche (et trouve !) autant de lyrisme que de virtuosité _ oui _, de limpidité narrative que de l’intensité expressive _ absolument. Pour équilibrer ces paramètres, et afin de rendre ces prestations parfaitement cohérentes, il met en lumière la finesse _ oui _ des contours, la douceur _ oui _ des accents et des harmonies, la majesté _ certes _ vocale, de même qu’une bonne dose de ferveur _ oui _ et de tension _ oui _  dramatique, celles-ci résultant particulièrement de la lecture rhétorique du texte et de l’apport émotionnel assuré par les musiciens placés sous sa direction, également ceux du continuo.

En ce qui concerne les solistes, la voix de basse de Nahuel di Pierro, satinée et chaleureuse _ oui _, résonne comme une cloche, par la pureté du timbre et le raffinement des phrasés, et en révélant une profondeur _ absolument _ d’ordre spirituel. Celle d’Andrea Hillse fait remarquer par sa légèreté et la délicatesse _ voilà _ des teintes, celle de Jorge Navarro Colorado se caractérise par la netteté _ oui _ et la fermeté de sa ligne de chant, tandis que celle de Christopher Purves – qui n’apparaît que dans la cantate Laetatus sum pour deux basses, violon, trois altos et basse continue de Biber, pour laquelle il se joint à Nahuel di Pierro – déçoit par son manque de relief et d’engagement _ voir mon commentaire tout à fait concordant de cette remarque ci-dessous. Quand au violon solo (construit en 1713 par Pietro Giacomo Rogeri), Pramsohler fait vibrer ses cordes avec aisance, assurance et beaucoup de sentiment _ c’est décisif _, émerveillant par un jeu brillant et énergique _ oui _, au timbre clair et juteux _ c’est cela _, et orné de nombreuses colorations et humeurs _ parfaitement.

Voici un excitant voyage au cœur du baroque allemand, pour lequel Johannes Pramsohler et ses camarades nous font découvrir quelques raretés méconnues du répertoire. Le résultat est aussi fascinant qu’aiguisant notre appétit _ mais oui ! _ pour plus d’enregistrements, surtout que l’une des pièces présentées ici se voit immortalisée pour la première fois au disque : la cantate Ich will in aller Not de Daniel Eberlin, auteur oublié – officiellement nommé maître de chapelle de la cour ducale d’Eisenach en 1685, l’année de naissance de Bach –, dont on ne connaît même pas la date exacte du décès

Pour, de ma part, ce 2 août,

cette remarque de détail _ tout à fait concordante avec celle de Maciej Chiżyński ! _

à propos de la basse Christopher Purves _ interprète d’Arcangelo, que dirige l’excellent Jonathan Cohen _,

voir mon article tout récent (de samedi dernier, 28 juillet) :

Arcangelo et son chef, Jonathan Cohen : suite…

Pour poursuivre mes éloges de l’Ensemble Arcangelo et de son chef Jonathan Cohen

_ cf mes articles récents du 18 avril, 10 juin et 19 juin derniers :

Un merveilleuxx Magnificat de Jean-Sébastien Bach, par Arcangelo et Jonathan Cohen

Un chef baroque vraiment épatant : Jonathan Cohen à la tête d’Arcangelo

et A nouveau Arcangelo et Jonathan Cohen dans de parfaites Leçons de Ténèbres de Marc-Antoine Charpentier _,

je désire signaler

que ma relative déception _ voilà ! _ à l’égard du CD tout récent Handel’s Finest Arias for Base Voice-2, de l’ensemble Arcangelo et la basse Christopher Purves (un CD Hyperion CDA 68152), enregistré en 2016 et 17, et paru en 2018,

est largement compensée par l’écoute _ bien plus satisfaisante _ du premier volume Handel’s Finest Arias for Base Voice par les mêmes interprètes (CD Hyperion CDA 67842),

enregistré et paru en 2012.

Le contraste résulte

et du vieillissement de la voix du chanteur _ la basse Christopher Purves _,

mais aussi, probablement, du choix du répertoire interprété :

une veine lyrique et tendre _ telle celle de Polyphème dans Acis & Galathée _

lui convenant audiblement mieux qu’une veine un peu plus héroïque…

Ce samedi 28 juillet 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Voilà !

Ce jeudi 2 août 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur