Posts Tagged ‘Antonin Dvorak

Découvrir et ré-écouter ce chef d’oeuvre intensément bouleversant qu’est le « Duo pour violon et violoncelle » Op. 7 de Zoltan Kodaly, composé l’été 1914 : dans l’interprétation de Nicolas Altstaedt et Barnabas Kelemen…

15avr

La très marquante puissance d!interprétation du violoncelle de Nicolas Altstaedt dans le CD Alpha 627 comportant le « Concerto pour violoncelle » d’Esa-Pekka Salonen et la »Sonate pour violon et violoncelle » de Maurice Ravel _ deux œuvres émotionnellement très puissantes… _, m’a immédiatement porté à un très intense désir d’écouter, et par le même violoncelle de Nicolas Altstaedt, ce bouleversant chef d’œuvre _ de début de guerre _ qu’est le « Duo pour violon et violoncelle«  Op. 7 de Zoltan Kodaly ;

ainsi qu’en témoignait mon article du 4 avril dernier « « …

J’ai donc commandé le CD Alpha 747 comportant cette interprétation-ci de ce chef d’œuvre-là, par Nicolas Altstaedt, violoncelle, et Barnabas Kelemen, violon,

accompagné ici du fameux « Trio avec Piano N° 4« , Op. 90, de Dvorak, dit « Dumky« ,

toujours par le même Nicolas Altstaedt, avec toujours Barnabas Kelemen, et rejoints alors par le Piano d’Alexander Lonquich…

Et ce jour en possession de cette merveilleuse galette,

j’ai eu tout le loisir d’écouter et réécouter cette interprétation exaltante de ce bouleversant chef d’œuvre de Kodaly...




Ce vendredi 15 avril 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ecouter le Concerto pour Violoncelle et Orchestre n°1 H.196 de Bohuslav Martinu

13mai

Ce jour,

mon affection pour l’œuvre de Bohuslav Martinu

m’incite à prêter une toute particulière attention à l’article « Flamboyant« 

que  le très attentif Jean-Charles Hoffelé, sur son site Discophilia, consacre à un nouveau CD _ le CD Alpha 731 _ comportant deux superbes Concertos pour violoncelle :

le Concerto pour violoncelle et orchestre n°2, op. 104, d’Antonin Dvorak,

et le Concerto pour violoncelle et orchestre n°1, op. 196, de Bohuslav Martinu ;

dans l’interprétation du violoncelliste Victor Julien-Laferrière avec l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, sous la direction de Gergely Madaras…

Faute de disposer de ce tout récent CD,

j’écoute le Concerto n°1 de Martinu

dans deux interprétations de CDs que j’extrais de ma discothèque personnelle :

l’une par Raphaël Wallfisch et Jiri Behohlavek _ soit le CD Chandos 10547 x, de 1992 _ ;

l’autre par Christian Poltéra et Thomas Dausgaard _ soit le SACD Bis 2157, de 2015.

Martinu mérite assurément notre écoute attentive…

Ce jeudi 13 mai 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Josef Suk (1929 – 2011), violoniste : fils de Josef Suk (1901 – 1951), ingénieur ; petit-fils de Josef Suk (1874 – 1935), compositeur ; arrière-petit-fils de Josef Suk ( 1827 – 1913), maître d’école et chef de choeur ; et d’Antonin Dvorak (1841 – 1904), compositeur

28juil

Sous le titre de Suk de jeunesse,

Jean-Charles Hoffelé, sur son très riche site Discophilia,

présente un recueil de 6 CDs

que le label Supraphon consacra,

peu après le décès de Josef Suk, le violoniste (Prague, 8 août 1829 – Prague, 7 juillet 2011), et en vibrant hommage à ce merveilleux violoniste tchèque,

à un choix d’excellents enregistrements de jeunesse (1956 – 1966) de ce dernier

pour le label Supraphon.

Le voici :

SUK DE JEUNESSE

Pour rendre hommage à Josef Suk qui venait de s’éteindre _ le 7 juillet 2011 _, Supraphon, son éditeur historique auquel il restera farouchement fidèle, ne cédant qu’à Decca par amitié pour Julius Katchen (leurs Brahms sont restés immaculés, intemporels), à EMI pour un Concerto de Beethoven exigé par Sir Adrian Boult et une intégrale des Sonates et Partitas de Bach qu’il voulait à toute fin (et que Warner vient de rééditer), Supraphon regroupa en un beau petit coffret à l’iconographie choisie des enregistrements de la décennie 1956-1966.

Josef Suk, toujours accaparé par son rôle de primarius dans le Quatuor de Prague et de son Trio _ le Trio Suk _ décida en 1953 de se consacrer à son activité de soliste. On sait que le directeur artistique de Supraphon ne fut pas pour peu dans cette décision : il lui ouvrit les portes des studios, qu’il enregistre ce qu’il désirait !

Et c’est un jeune homme de vingt-six ans qui commença à engranger sa discographie choisie, patiemment construite : l’intégrale des Sonates _ pour violon et piano _ de Beethoven (avec Panenka, modèle de style) _ in le coffret de 4 CDs Supraphon SU 4077-2, enregistré au Rudolfinum, à Prague, en octobre 1966 et novembre 1967 ; et j’en possède une édition de 2012 _ viendra plus tard ; la grande théorie des concertos aussi.

L’archet diseur, les timbres cirés, l’air entre les cordes _ voilà _, et dans la rigueur du beau jeu d’une haute école où les souvenirs de Váša Příhoda et de Jan Kubelík paraissent, cette nostalgie immanente partout, ici dans une Sonate de Debussy où le violon est comme tenu par Pan, là dans ce chef-d’œuvre _ certes ! _que sont les Quatre Pièces de Josef Suk _ le grand-père (1874 – 1935) du violoniste (1829 – 2011) ; un compositeur que personnellement j’aime vraiment beaucoup ! Et voici un lien au podcast de cet enregistrement ! _ ou dans la ballade métaphysique, quasi faustienne, de la Sonate de Janáček ; mais allez d’abord au chant sensuel du Rondo de Schubert (avec Panenka, le classicisme et l’intensité de ce piano ! Supraphon devrait lui consacrer un coffret !), au Duo de Mozart avec l’alto de Škampa et aux Sonates de Brahms, où son art parfait et si vivant irradie : ce son est d’une présence _ tout est là _, d’une beauté !

LE DISQUE DU JOUR

Josef Suk
Early Recordings

Antonín Dvořák (1841-1904)


4 Pièces romantiques pour violon et piano, Op. 75, B. 150
Sonatine pour violon et piano en sol majeur, Op. 100, B. 183
Sonate pour violon et piano en fa majeur, Op. 57, B. 106


Josef Suk (1874-1935)


4 Pièces pour violon et piano, Op. 17


Leoš Janáček (1854-1928)


Sonate pour violon et piano


Bedřich Smetana (1824-1884)


De la patrie, JB 1:118 (2 Pièces pour violon et piano)


Jaroslav Ježek (1906-1942)


Sonate pour violon et piano (1933)


Bohuslav Martinů (1890-1959)


Duo pour violon et violoncelle No. 1, H. 157
Duo pour violon et violoncelle No. 2, H. 371


Edvard Grieg (1843-1907)


Sonate pour violon et piano No. 3 en ut mineur, Op. 45


Robert Schumann (1810-1856)


Abendlied, Op. 85 No. 12 (version pour violon et piano)


Ottorino Respighi (1879-1936)


Sonate pour violon et piano en si mineur


Johannes Brahms (1833-1897)


Sonate pour violon et piano No. 1 en sol majeur, Op. 78
Sonate pour violon et piano No. 2 en la majeur, Op. 100
Sonate pour violon et piano No. 3 en ré mineur, Op. 108
Valse en la majeur, Op. 39 No. 15 (version pour violon et piano)


Franz Schubert (1797-1828)


Sonatine pour violon et piano en ré majeur, Op. 137 No. 1
Duo pour violon et piano en la majeur, Op. 162


Claude Debussy (1862-1918)


Sonate pour violon et piano, L. 148
Clair de lune (No. 3, extrait de la “Suite bergamasque”, L. 82 ; arr. pour violon et piano)
La plus que lente, L. 128 (arr. pour violon et piano)


Francis Poulenc (1899-1963)


Sonate pour violon et piano, FP 119


César Franck (1822-1890)


Sonate pour violon et piano en la majeur, FWV 148


Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)


Duo pour violon et alto en si bémol majeur, K. 424


Arthur Honegger (1892-1955)


Sonatine pour violon et violoncelle, H. 80


Zoltán Kodály (1882-1967)


Duo pour violon et violoncelle, Op. 7

Josef Suk, violon
André Navarra, violoncelle
Milan Škampa, alto
Alfréd Holeček, piano
Jan Panenka, piano
Josef Hála, piano


Un coffret de 6 CD du label Supraphon SU4075-2

Photo à la une : le violoniste Josef Suk – Photo : © DR

Je ne possède pas ce coffret Supraphon de 6 CDs.

Mais, je possède

et le coffret Supraphon des 10 Sonates pour violon et piano de Beethoven, par Josef Suk et Jan Panenka (SU 4077-2), publié la première fois en 1968 ;

et un double CD Supraphon (SU 3959-2) publié en 2008,

comportant des enregistrements de 3 des 10 Trios avec Piano de Beethoven,

les Trios n° 3, en ut mineur, op.1/3,

n°5, en ré Majeur, op. 70/1 (dit des Esprits),

et n° 7, en la bémol Majeur, op. 97, (dit Á l’Archiduc) ;

ainsi que  le Trio n°1, en si bémol Majeur, op. 99, de Schubert ;

tous les quatre enregistrés à Prague :

les deux premiers, au Studio Domovina, du 4 au 8 avril 1963 ;

et au Rudolfinum _ j’ai assisté à un concert en cette merveilleuse salle _,

du 29 août au 1er septembre 1961, pour le Trio A l’Archiduc,

et du 7 au 9 septembre 1964, pour le Trio de Schubert.

Avec Jan Panenka, au Piano ;

Josef Suk, au Violon ;

et Joseph Chuchro, au Violoncelle.

Le violoniste Josef Suk (Prague, 8 août 1929 – Prague, 7 juillet 2011),

ici honoré,

est le fils de Josek Suk, ingénieur (19 décembre 1901 – 29 novembre 1951) ;

le petit-fils de Josef Suk, compositeur (Krecovice, 4 janvier 1874 – Benesov, 29 mai 1935) ;

et l’arrière-petit-fils de Josef Suk, maître d’école et chef de chœur (Neustupof, 9 septembre 1827 – Krecovice, 14 avril 1913),

ainsi que l’arrière-petit-fils, aussi _ par sa grand-mère Otilie Dvořáková (Prague, 6 juin 1878 -Krecovice, 5 juillet 1905) _, d’Antonin Dvorak, compositeur (Nelahozeves, 8 septembre 1841 – Prague, 1er mai 1904).

La Bohème chante en eux.

Ce mardi 28 juillet 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : la vitalité profonde d’Antonin Dvorak, en son Quintette avec Piano n°2, Op. 81, en 1888

16juin

L’œuvre d’Antonín Dvorák

(Nelahozeves, 8 septembre 1841 – Prague, 1er mai 1904)

sonne avec une merveilleuse vitalité, profonde.

Ainsi son brillant et intense Quintette avec Piano, en La Majeur, Op. 81,

créé au Rudolfinum à Prague, le 8 janvier 1888.

J’ai choisi dans ma discothèque _ et recommande vivement _ 

l’interprétation vive et incisive,

heureuse,

du Pavel Haas Quartet avec le pianiste Boris Giltburg,

enregistrée au Rudolfinum de Prague les 26 et 27 juin 2017 ;

soit le CD Supraphon SU 4195-2.

Et en voici un podcast

de toute aussi excellente facture

par le Quatuor Takacs et le pianiste Andreas Haefliger,

en une prise de 1998.

De quoi se réjouir en profondeur…

Ce mardi 16 juin 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Le jeu infiniment poétique d’Ivo Kahanek dans des Concertos pour piano d’Antonin Dvorak et Bohuslav Martinu

05mar

Il existe pas mal de très belles versions

du Concerto pour Piano et Orchestre en sol mineur Op. 33 d’Antonin Dvorak _ de 1876 ;

dont au moins deux versions par Rudolf Kirkusny, une avec George Szell (en 1954), l’autre avec Vaclav Neumann (en 1991) ;

celle par Sviatoslav Richter avec Carlos Kleiber (en 1963) ;

ou celle par Pierre Laurent Aimard avec Nikolaus Harnoncourt (en 2001)... _ ;

alors que les Concertos pour piano de Bohuslav Martinu

sont bien moins courus par les pianistes,

même tchèques

_ dans le coffret Rudolf Firkusny (Sony 19075922812) The Complete RCA and Columbia Album Collection, se trouvent les Concertos n° 2, 3 et 4 de Martinu en un enregistrement de 1993 ;

cf mes articles Firkusny du 29 septembre 2019 et du 21 février 2020 :  et  _ ;

et notamment le Concerto n° 4 « Incantation » _ de 1956,

soit 80 ans plus tard…

C’est pourquoi je tiens à saluer la performance d’Ivo Kahanek

_ il est né le 23 mai 1979 à Frydek-Mistek,

près d’Ostrava et Hukvaldy, la ville natale de Leos Janacek _

en ce très beau CD Supraphon SU 4236-2,

avec le Bamberger Symphoniker, dirigé par Jakub Hrusa, en 2017…

Et je rejoins ici l’appréciation de Maciej Chiżyński,

le 11 octobre 2019,

sur le site de Res Musica,

en un article intitulé

Ivo Kahanek dans les Concertos pour piano de Dvorak et Martinu

Ivo Kahánek dans les concertos pour piano de Dvořák et Martinů

Ce jeudi 5 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur