Posts Tagged ‘arbres généalogiques

Un petit commentaire d’étape rétrospectif sur les généalogies de Swarte, Sartre, Rendu, Sauvy, Langlois, Kuntz, Hastreiter : à la recherche des ancêtres de Théotime Langlois de Swarte

16juin

Ce mercredi,

après pas mal de journées passées en recherches patientes _ souvent fastidieuses ; et qui pourront s’avérer, in fine, des culs-de-sac _ un peu tous azimuts

et s’orienter dans ce maquis quasi infini des connexions qu’offre le web, constitue aussi un jeu plein de surprises ; et il s’agit de ne pas risquer de passer à côté de (et manquer !) le moindre indice susceptible d’ouvrir l’éventualité d’une nouvelle piste, inattendue et même inespérée, qui pourrait bientôt s’avérer, et enfin, pleinement féconde ; et cela ne s’apprend qu’après avoir fait l’épreuve effective de ces divers riches chemins… _,

j’éprouve le besoin de faire ici un commentaire en quelque sorte de « point d’étape » un peu récapitulatif

concernant les diverses généalogies familiales que j’ai eu à remonter _ au-delà de leurs blancsafin d’essayer de retrouver-retracer les diverses lignées dont est issu le jeune brillant violoniste Théotime Langlois de Swarte, né à Céret (Pyrénées-Orientales), en 1995.


Et déjà c’est ce double nom, composé de « Langlois » et de « de Swarte« , qui m’a mis sur la voie de rechercher quel lien de famille pouvait avoir Théotime Langlois de Swarte, avec le Thibault de Swarte _ je découvrirai bientôt qu’il est né le 3 mars 1955, à Neuilly-sur-Seine ; soit 40 ans avant Théotime… _ qui a été, lui, et à deux reprises, mon collègue de travail, un peu avant et un peu après 1980 : la première fois au Lycée Grand Air d’Arcachon, et la seconde fois au Lycée Max Linder de Libourne.

Et ce Thibault de Swarte, avec lequel j’échangeais beaucoup, en voiture, de son domicile d’alors, rue Emile Zola, à Bordeaux _ jouxtant le merveilleux Jardin Public _, vers Libourne.

Thibault de Swarte qui me parlait de la Dordogne, où résidaient ses parents _ je ne sais si j’ai jamais su alors précisément où… _ ;

et avait évoqué aussi _ et cela m’avait marqué ! _ certains liens familiaux _ mais je ne souvenais plus exactement lesquels : peut-être s’agissait-il de liens de parenté de son épouse : était-elle donc une Sartre ?..  _ de sa famille de Swarte avec la famille Sartre, originaire, elle, de Thiviers, dans le nord de ce département…

Aussi quand il y a quelques années, déjà,

j’ai découvert

_ je suis un passionné de musique, et même, plus spécifiquement, de musique baroque : durant la décennie 1990- 2000, j’ai été un actif « conseiller artistique » de Hugo Reyne et La Simphonie du Marais (je suis l’auteur à 90 % du texte du livret du CD « Un Portrait musical de Jean de La Fontaine« , paru en 1996, chez Virgin-Veritas, EMI) ; puis j’ai été, avant même la naissance du premier CD Alpha (le CD Alpha 001 « Le Musiche di Bellerofonte Castaldi« , de Vincent Dumestre et Le Poème Harmonique, enregistré et publié en 1998), un conseiller permanent de Jean-Paul Combet qui créait alors le merveilleux label discographique Alpha ; j’ai rédigé quelques présentations de livrets de CDs Alpha, dont celui (le mémorable CD Alpha 017 « L’Orgue Dom Bedos de Sainte-Croix de Bordeaux« ) de Gustav Leonhardt à l’orgue Dom Bedos de l’abbatiale Sainte-Croix de Bordeaux, enregistré en juin 2001 ; ou le CD Alpha 920 « Sermon sur la mort« , enregistré en juillet 2002, dans lequel Eugène Green lit le plus fameux des sermons de Jacques-Bénigne Bossuet… _

l’existence d’un lien de fraternité entre le violoniste Théotime Langlois de Swarte _ né en 1995 à Céret _ et le flûtiste et co-directeur de l’Ensemble baroque « Les Ombres » Sylvain Sartre _ né le 28 août 1979, mais j’ignore encore où : Théotime et son frère Sylvain ont donc 16 ans de différence d’âge… _,

 j’ai décidé de me mettre en recherche des liens ayant existé _ ou existant encore _ entre certains des membres des familles Sartre et de Swarte, et cela tout particulièrement, et d’abord, dans le Périgord…

Telle a donc été l’amorce, puis le moteur effectif, de la recherche présente des lignées d’ancêtres de Théotime Langlois de Swarte,

avec le secret espoir de faire un peu de lumière sur les divers terreaux de son présent très éclatant talent de musicien…

Les parents de Théotime Langlois de Swarte (né à Céret en 1995) sont Hervé Langlois et Bertille de Swarte _ dont j’ignore, pour tous les deux, les lieux et dates de naissance ; de même que j’ignore le lieu et la date de leur mariage (chacun d’eux étant divorcé d’un précédent mariage ; Bertille de Swarte, d’avec Pierre Sartre).

Des 4 grands-parents de Théotime Langlois de Swarte :

M. x Langlois et Melle x Kuntz ; et Alain de Swarte et Geneviève Rendu,

je ne dispose _ jusqu’ici _ de données biographiques que du second de ces deux couples, celui de ses grands-parents maternels de Swarte :

_ Alain de Swarte (né à Hazebrouck, Nord, le 3 janvier 1926, et décédé à Agonac, Dordogne, le 26 décembre 2009) et son épouse Geneviève Rendu (née à Paris le 1er décembre 1929, et décédée à Antonne-et-Trigonant, Dordogne, le 26 octobre 2008).

Alain de Swarte et Geneviève Rendu se sont mariés à Neuilly-Sur-Seine au mois de juin 1954.

_ j’ignore tout du couple formé de x Langlois et son épouse x Kuntz.

Pour la génération des 8 arrière-grands-parents de Théotime,

j’ignore seulement les données biographiques concernant le bavarois Jacob Kuntz, l’époux de Katharina Halstreiter.

_ Robert Langlois (né à Sévres le 16 février 1900, et décédé à Montreuil-aux Lions, Aisne, au mois d’août 1944) est l’époux de Denise Dubourg (née à Rambouillet le 20 mai 1904, et décédée à Château-Thierry, Aisne, au mois de septembre 1944).

_ Joseph Kuntz est l’époux de Katharine Hastreiter (née à Eschlkam, Bavière, le 26 novembre 1890, et décédée à Bamberg le 14 avril 1973).

_ Pierre de Swarte (né à Vieux-Berquin, Nord, le 10 décembre 1898, et décédé à Prades, Pyrénées-Orientales, le 3 août 1990) est l’époux de Suzanne Martin de Ramefort (née à Gennes, Maine-et-Loire, le 16 janvier 1902, et décédée à Agonac le 15 août 1997).

Pierre de Swarte et Suzanne Martin de Ramefort se sont mariés à Hazebrouck le 2 juillet 1921.

_ André-Marie Rendu (né à Paisandu, Uruguay, le 17 mai 1885, et décédé à Canet-en-Roussillon le 8 août 1953) est l’époux de Marie-Thérèse Sauvy (née à Perpignan le 1er mai 1896, et décédée à Canet-en-Roussillon, Pyrénées-Orientales, le 30 juin 1994.

André-Marie Rendu et Marie-Thérèse Sauvy se sont mariés à Neuilly-sur-Seine, le 17 mars 1923.

À suivre…

Ce mercredi 16 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Et de nouvelles avancées sur l’ascendance Langlois de Pauline et Théotime Langlois de Swarte : à Sévres et à Eschlkam, à la frontière de la Bohème…

10juin

Dans la poursuite de la recherche initiée hier dans l’article ,

voici que la découverte d’un nouvel arbre généalogique élaboré par Bertrand Langlois,

et venant compléter un autre arbre construit par Manuel-Raymond Protat _ arbre qui, lui, situe Bertrand Langlois au sein de la généalogie de la famille Mantelet (et qui intègre certains des membres de la famille Fizet) : Bertrand Langlois, époux de Sylvie Poinsot, se trouve en effet être un des gendres de Ginette Mantelet (Paris-1, 4 avril 1924 – Neuilly-sur-Seine, 18 juin 2006), elle-même sœur de Janine Mantelet (Paris-1, 16 mai 1920 – Paris-17, 24 septembre 2015), l’épouse de Roger Fizet (Paris-10, 12 mars 1919 – Ligny-le-Châtel, 27 janvier 2021) ; dans la descendance desquels Fizet nous rencontrons Guillaume Fizet (né le 3 novembre 1975), son épouse Camille Sartre et leur fille Romane Fizet… _

vient m’apporter quelques nouvelles précisions, bien qu’encore partielles _ avec des blancs laissés volontairement _, concernant l’ascendance d’Hervé _ Alexandre-Yves _ Langlois,

second mari de Bertille de Swarte _ divorcée de Pierre Sartre, le père de Sylvain, Alexis et Camille Sartre _,

et père de Pauline _ Marie-Béatrice _ Langlois de Swarte, et son frère cadet Théotime Langlois de Swarte (né à Céret en 1995).

Même si, pour le moment, je demeure dans l’incapacité de relier cet arbre de Bertrand Langlois _ où, d’ailleurs, lui-même n’apparaît pas ; mais où se manifeste, en revanche, la place d’Hervé Langlois : dans la descendance de Robert Langlois (Sèvres, 16 février 1900 – Montreuil-aux-Lions, Aisne, août 1944) et son épouse Denise Dubourg (Rambouillet, 20 mai 1904 – Château-Thierry, Aisne, septembre 1944)… _

avec l’arbre de Manuel-Raymond Protat _ cf aussi l’arbre de Patrick Robin-Isaya : époux de Florence Poinsot, la sœur de Sylvie Poinsot, qui est elle-même l’épouse de Bertrand Langlois, Patrick Robin-Isaya est donc le beau-frère de Bertrand Langlois… _, dans lequel Bertrand Langlois, ainsi que ses enfants Thibault, Matthieu et Xavier Langlois, sont clairement situés.

L’arbre généalogique dont il faudrait compléter les blancs volontaires, est donc bien celui élaboré par Bertrand Langlois :

dans le schéma que j’ai choisi ici, je remonte de la personne de Théotime Langlois de Swarte, à son père, Hervé _ Alexandre-Yves _ Langlois, ainsi qu’à son grand-père Langlois, tous laissés en blanc par l’auteur de l’arbre ;

pour arriver, en amont de cette fiiation paternelle, aux arrière-grands-parents paternels Langlois : Robert Langlois (Sèvres, 16 février 1900 – Montreuil-aux-Lions, Aisne, août 1944), accompagné de son épouse Denise Dubourg (Rambouillet, 20 mai 1904 – Château-Thierry, Aisne, septembre 1944)…

Toutefois, j’apprends aussi ici que les parents de la mère _ née Kuntz ; son prénom n’étant pas mentionné… _ d’Hervé Langlois,

étaient Jacob Kuntz _ sans plus de précisions que « Menuisier, Uhlan au premier régiment de uhlans bavarois durant la guerre de 1914-1918«  _ et son épouse Katharina Hastreiter (Eschlkam, Haut-Palatinat, Bavière, 26 novembre 1890 – Bamberg, Franconie, Bavière, 14 avril 1973) ;

et que, elle-même, Katharina Hastreiter, était la fille de Wenzl Hastreiter (musicien _ cf son arbre de descendance élaboré par Bertrand Langlois _) et son épouse Mathilde Würz…


Eschlkam est limitrophe de la Bohème…

En dépit de ces divers blancs laissés par Bertrand Langlois,

tout cela est bien intéressant…

Ce jeudi 10 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Et maintenant un retour aux filiations Sartre de Dordogne : de Gérard Sartre et André Sartre à Pierre Sartre…

07juin

Dans mon article du jeudi 27 mai dernier, ,

j’avais un peu buté sur la descendance de Gérard Sartre (Périgueux, 7 janvier 1888 – Périgueux, 24 décembre 1966),

c’est-à-dire son fils André, et son petit-fils Pierre _ l’époux de Bertille de Swarte, et le père de Sylvain, Alexis et Camille Sartre _,

dont je m’étais provisoirement résigné à laisser demeurer dans l’ignorance les données biographiques…

Mais je ne pouvais pas en rester là si je voulais comprendre tant soit peu ce qui avait pu participer à la décision de Bertille de Swarte, l’épouse de Pierre Sartre, de quitter la Région Aquitaine _ il semble bien que jusqu’en 1985, Pierre Sartre, né le 1er juin 1956, est attaché d’enseignement à la Faculté de chirurgie dentaire de l’Université Bordeaux II – Victor Segalen jusqu’en 1985 _

pour aller s’établir en Occitanie, dans le Roussillon _ en 1988, Bertille de Swarte, « professeur de chant« , est partie prenante à la création, à Perpignan, de L’IRVEM : l’Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical Méditerranéen.

Il me fallait donc revenir instamment préciser les données biographiques concernant d’abord André Sartre ;

puis son fils Pierre…

Par chance, et par patience _ d’obstination de recherche _ aussi,

je suis tombé hier sur la généalogie de la famille _ en partie bordelaise _ Fizet – Arsène-Henry, qui m’a permis de raccrocher le wagon avec la généalogie des Sartre _ Guillaume Fizet, né le 3 novembre 1975, étant, en effet, le premier époux de Camille Sartre, la fille de Pierre Sartre et Bertille de Swarte ; et Guillaune Fizet et Camille Sartre étant les parents d’une fille : Romane Frizet (cf l’arbre généalogique de son ascendance, réalisé par Anita et Christian Fizet, l’oncle et la tante paternels de Guillaume Fizet, qui est le fils aîné de François Fizet (né à Paris le 20 juin 1947 ) et son épouse Dominique Arsène-Henry (née le 29 avril 1946)


Mais bientôt j’ai découvert aussi le faire-part de décès de Madame Denise Sartre, c’est-à-dire Madame Veuve André Sartre, née Marie-Denise Lacroix :

née à Cublac (Corrèze), le 20 avril 1922, et décédée à Périgueux, le 13 février 2014…

Un faire-part extrêmement précieux pour ma recherche puisque sur celui est bien présente _ quasiment toute _ la descendance de la défunte et de son défunt _ plus tôt _ époux, André Sartre ;

à partir de leur fille Françoise _ née à Périgueux le 15 décembre 1950 ; et épouse Simon _ et leur fils Pierre _ né le 1er juin 1956 ; et qui a été l’époux de Bertille de Swarte.

Y sont en effet présents, parmi les 7 petits-enfants Simon et Sartre de la défunte Denise Sartre :

Sylvain (le premier né des 7), Alexis (le troisième) et Camille (la cinquième).

Y figurent aussi, à cette date du faire-part de décès de Madame Denise Sartre _ le 14 février 2014 _ les prénoms de 7 arrière-petits-enfants : Louise, Ewen, Jacques, Nolan, Marin, Blanche et Aliénor _ je m’étonne un peu de ne pas voir figurer dans cette liste le prénom de Romane ; alors qu’y figure le prénom de Louise ; et aussi, sinon le prénom de Martin, du moins celui de Marin… Mais il est vrai aussi que j’ignore les dates et lieux de naissance des petits descendants d’André et Denise Sartre…

À suivre…

Ce lundi 7 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Un nouveau retour de bouteille jetée à la mer : un message d’un des petits-fils d’Huguette Bonopéra, petite-fille d’Auguste Bonopéra, le cafetier d’Orléansville, et arrière-petite-fille de Paul Bonopéra (Miliana, 1856 – Orléansville, 1919)

10avr

Cet après-midi,

nouveau _ merveilleux ! _ retour de message d’une bouteille lancée à la mer

_ soit, parmi pas mal d’autres, et plus spécialement, mon article du mardi 16 février dernier, à propos d’Auguste Bonopéra, le quatrième des fils de Paul Bonopéra et son épouse Joséphine Girot : _,

avec ces merveilleux mots-ci :

« Bonjour,

je suis le petit fils de Huguette Bonopéra, fils de Michel Dubois ;

je tiens à vous remercier pour tout ce travail de recherche ;

et c’est ainsi que je découvre l’histoire de ma famille ;

avec beaucoup de reconnaissance je vous remercie beaucoup ;

et n’hésitez pas à me contacter si je peux vous aider dans votre recherche« …

Ce contact,

de même que celui du 26 mars dernier

_ « Bonjour, je serais ravi de discuter avec vous, et peut-être vous faire avancer au niveau de la famille de Louyot Marcel«  _

reçu du descendant de Marcel-Auguste Louyot, et, plus en amont, de Jean Bonopéra _ en réponse à mon article du 16 mars dernier :   _,

constitue une miraculeuse surprise-récompense d’un travail de recherche de longue haleine

et absolument désintéressé :

autour de l’environnement familial _ les trois neveux, ainsi que leur descendance _ de l’inventeur, en 1868, à Lectoure, de la « photographie de couleurs » :

Louis Ducos du Hauron (Langon, 8 décembre 1837 – Agen, 31 août 1920)… 

Ou ce que peut apporter de merveilleux un blog tel que mon cher « En cherchant bien« …

Ce samedi 10 avril 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

René Bonopéra et Roger Bonopéra : deux hapax Bonopéra rencontrés sur les chemins variés de ma recherche

18mar

En continuant de rechercher les divers membres de la famille Bonopéra,

disons des Bonopéra originaires de Miliana,

qui m’ont jusqu’ici « échappé« ,

voilà que je viens de tomber sur deux prénoms _ René et Roger _ d’éventuels membres (masculins) de cette famille ;

et qui m’intriguent _ ce sont pour moi des hapax… _,  car je ne sais si ces deux personnes font partie, ou pas, de cette famille Bonopéra, passée par Miliana, qui m’intéresse ;

 

et si c’est le cas, à quelle branche particulière les affilier

Le nom de « René Bonopéra« ,

je l’ai trouvé sur la « Liste des Prisonniers de guerre français« , en date du 7 septembre 1940 :

« Bonopera (René), 17-7-09, Rablais, brig., 27e T.C.« 

J’en déduis qu’il pourrait bien s’agir là d’un membre _ demeuré jusqu’ici inaperçu _ de notre famille Bonopéra, qui serait né à Rabelais , en Algérie, le 17 juillet 1909…

Le second, « Roger Bonopéra« ,

j’ai trouvé mention de son existence en un avis de L’Écho d’Alger du 6 février 1938, en une rubrique consacrée aux « Groupements et Sociétés« ,

à l’occasion de l’élection pour l’année 1938 des membres du bureau de la section d’Alger de la Fédération Nationale des Mutilés et Invalides du Travail.

Roger Bonopéra, dont le nom suit immédiatement celui d’Auguste Bonopéra _ son père ? son frère ?_ fait partie des assesseurs de ce bureau de la section d’Alger.

Non seulement j’ignorais jusqu’ici l’existence de ce Roger Bonopéra, mais j’ignorais aussi qu’un Auguste Bonopéra _ le père, le cafetier de la rue d’Isly, à Orléansville ? son fils prénommé lui aussi Auguste ? _ était un « mutilé » ou un « invalide » du travail…

Et le moindre détail est susceptible de devenir, plus tard, l’indice d’une nouvelle piste de recherche _ selon l’heureux et bien pratique principe de la sérendipité…

À suivre…

Ce jeudi 18 mars 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur