Posts Tagged ‘Benjamin Alard

Le confondant ravissement du Bach « à la française » de Benjamin Alard en son intégrale des oeuvres pour claviers de Johann Sebastian Bach

13oct

Ayant enfin sur ma platine

les 3 CDs du troisième coffret « À la française » de l’intégrale des œuvres pour claviers de Johann Sebastian Bach,

j’admire toujours davantage _ depuis ses prodigieux débuts, déjà ! _ la formidable intelligence de jeu de Benjamin Alard ;

et cela en tous ses aspects, y compris le choix de ses instruments (ici deux clavecins et un orgue).

L’article de Frédéric Muñoz sur le site de ResMusica le 21 septembre dernier,

intitulé « Troisième volet très français pour l’intégrale Bach de Benjamin Alard« ,

rendait parfaitement justice à l’art raffiné, tout de légèreté profonde,

d’une infinie justesse,

du jeune interprète.

Troisième volet très français pour l’intégrale Bach de Benjamin Alard

Le talent d’évidence dansée de l’interprétation de Benjamin Alard est une fête !!!

Ce mardi 13 octobre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : la joie du Concerto italien, de Jean-Sébastien Bach, par Benjamin Alard, ou Pierre Hantaï

21mai

J’avais dans l’idée de poursuivre

par Johann-Sebastian Bach

ma série d’écoute de Suites à la française pour l’orchestre,

selon la pratique festive inaugurée par l’ami Telemann, à Leipzig, au Café Zimmermann…
Mais la joie bachienne me paraît bien moins festive et jubilatoire,
au moins dans le style français de ces Suites pour orchestre,
que la joie ouverte telemannienne :
ainsi les interprétations, pourtant excellentes, des 4 Ouvertures BWV 1066-1069,
tant par le Café Zimmermann de Pablo Valetti et Céline Frisch
que par le Zefiro d’Alfredo Bernardini (et des frères Grazzi),
ne m’enthousiasment-elles pas autant
que les si déliées et délurées et tellement festives Ouvertures de l’ami Telemann,
telles qu’interprétées par Zefiro dans le CD Arcana A 371...
Serait-ce le style français qui convient moins bien à Bach ?
Je change donc mon fusil d’épaule ;
et me tourne, chez Bach, vers son emploi du style italien,
qui me paraît lui convenir mieux que le style français :
et j’opte pour la fantaisie plus accomplie du Concerto italien en Fa Majeur BWV 971.
Soit dans l’interprétation de Benjamin Alard, dans le CD Alpha 180, en 2011 ;
soit dans celle de Pierre Hantaï, dans le CD Mirare MIR 251, en 2014…
Ce vendredi 1er mai 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Le Bach de Benjamin Alard justement reconnu

17juin

Ce jour,

sur son excellent site Discophilia,

Jean-Charles Hoffelé nous donne un bel article

intitulé JSB : univers claviers 

àpropos des deux premiers coffrets de CDs 

que Benjamin Alard consacre à l’intégrale _ qui débute _ des œuvres pour claviers _ au pluriel ! _

de Jean-Sébastien Bach,

chez Harmonia Mundi.

Et rejoint en quelque sorte les articles que j’ai mis en ligne ici même

en hommage à ce superbe travail musical et discographique en cours :

le 13 avril dernier :

le 22 avril 2018 :

le 30 mars 2018 :

le 19 février 2012 :

Voici donc l’article de ce jour de Jean-Charles Hoffelé :


JSB : UNIVERS CLAVIERS

Les grands anciens, Helmut Walcha, Gustav Leonhardt, détestaient l’idée de spécialisation dans leur pratique instrumentale. Ils se proclamaient claviéristes, à l’aise aux buffets des orgues comme devant l’univers secret du clavecin. Benjamin Alard a toujours procédé comme eux, fait plutôt rare dans sa génération où côté baroque, les clavecinistes l’ont emporté sur les organistes _ Benjamin Alard n’a-t-il pas débuté son travail de claviériste sur l’orgue d’Arques-la-Bataille ?


Mais s’engageant chez J. S. Bach, qui depuis ses débuts est l’objet de son art, il savait bien que les deux instruments étaient inséparables, mieux, que la pensée de Bach comme son style ne se trouvaient complets qu’à condition de toucher l’orgue comme le clavecin.


L’idée est donc d’enregistrer tout ce que Bach composa pour les claviers. Long périple commencé _ ici, du moins, pour ces enregistrements pour Harmonia Mundi… _ dans l’Église Sainte-Aurélie de Strasbourg en mai 2017 sur le magnifique Silbermann que l’on sait, et qui suivrait la chronologie.


Le premier volume est empli des audaces du jeune virtuose, Benjamin Alard y déployant des trésors de musicalité qui soulignent la spiritualité des premiers opus en les contrastant avec les œuvres de ses contemporains qui furent ses modèles, Pachelbel, les aînés de la famille Bach, Frescobaldi (comme il joue la merveilleuse Bergamasca !), Böhm évidemment, inspirateur des Chorals de son temps de Lunebourg où les lignes se simplifient, le style s’épure et qu’Alard joue avec une clarté magique _ absolument !

Mais le plus beau CD – les œuvres obligent – du premier volume reste le troisième, où s’alternent le très flûté clavecin d’Emile Jobin d’après Ruckers, et le Silbermann. Clou du disque, et de tout l’album, à l’orgue le Capricio sopra la lontananza del suo fratello diletissimo, merveille de poèsie qu’on entend trop rarement sur cet instrument si propice à en propager les mélancolies, et où le jeune homme retrouve la nudité émue du discours qu’y tenait au clavecin Gustav Leonhardt. _ et c’est un compliment amplement mérité !..

Le second volume de ce voyage initiatique vient de paraître _ voilà. Adieu le Silbermann de Sainte-Aurélie, pour les débuts de la grande pérégrination hanséatique de J. S. Bach, de Lübeck à Hambourg, Benjamin Alard a choisi l’instrument de Saint-Vaast de Béthune (Freytag-Tricoteaux d’après Arp Schnitger), mais aussi un clavierorganum _ en effet.


Pas de clavecin, Bach est alors tout à ses orgues. Quatre CDs où se met en place _ oui _ l’univers Bach dans une plénitude lumineuse, Benjamin Alard interrogeant les textes, les jouant avec un naturel confondant _ oui _, musique du quotidien qu’élève son jeu d’une haute spiritualité _ c’est très juste. Hors Bach, une merveille : la grande Fantaisie sur le choral « An Wasserflüssen Babylon » de Johann Adam Reinken. _ un génie bien trop méconnu des mélomanes, en dépit de quelques trèss beaux CDs. Et il retrouve, comme sur le premier volume, le soprano très « knaben » de Gerlinde Sämann pour les chorals chantés _ et un charme très prenant opère à plein…


Juste un bémol : pour le flamboiement de ces années hanséatiques, les quatre disques du second volume auraient gagné à varier les instruments, et peut-être justement en allant physiquement sur les traces de Bach, à Hambourg ou Lübeck, quitte à franchir la frontière danoise comme le fit jadis Marie-Claire Alain.


LE DISQUE DU JOUR


Johann Sebastian Bach(1685-1750)
L’œuvre intégrale pour claviers
Vol. 1 : Le jeune héritier

Pièces de Johann Michael Bach (1648-1694), Girolamo Frescobaldi (1583-1643), Johann Christoph Bach (1642-1703), Johann Kuhnau (1660-1752), Georg Böhm (1661-1733), Johann Jakob Froberger (1616-1667), Johann Pachelbel (1653-1706), Louis Marchand (1669-1732), Nicolas de Grigny (1672-1703) & Johann Sebastian Bach (1685-1750)

Benjamin Alard, orgue, clavecin
Un coffret de 3 CD du label harmonia mundi HMC 902450.52

Johann Sebastian Bach
L’œuvre intégrale pour claviers
Vol. 2 : Vers le Nord


Pièces de Dietrich Buxtehude (1637?-1707), Johann Pachelbel (1653-1706), Johann Adam Reinken (1643?-1722) & Johann Sebastian Bach (1685-1750)


Benjamin Alard, orgue
Un coffret de 4 CD du label harmonia mundi HMC 902453.56

Photo à la une : l’organiste et claveciniste Benjamin Alard – Photo : © DR

Enchantement à suivre !!!


Ce lundi 17 juin 2910, Titus Curiosus – Francis Lippa

Superbe et indispensable coffret « Vers le Nord » de l’intégrale de l’oeuvre pour clavier de Bach, par le toujours parfait Benjamin Alard

13avr

Le volume 2 _ en un coffret de 4 CDs _ de l’intégrale _ qui débute _

de l’oeuvre pour clavier(s)

de Johann Sebastian Bach,

tient déjàn toutes les promesses du volume premier,

sous les doigts véloces et justes

du superbe Benjamin Alard

_ en ce coffret Harmonia Mundi HMM 902453.56 de 4 CDs.


Parmi cette initiation _ magistrale ! _ du jeune Bach

au Stylus fantasticus

des maîtres de l’Allemagne du Nord,

Buxtehude et Reincken,

je veux mettre l’accent à la fois

sur le 3ème CD tout entier :

un choix de 16 chorals,

où intervient le soprano merveilleusement souple et chantant

de Gerlinde Sämann ;

et aussi

à la place réservée,

soit à des œuvres, soit à des adaptations par le jeune Bach, d’œuvres

de Dietrich Buxtehude,

mais encore de l’immense Johann Adam Reincken (1643 – 1722) ;

en l’occurrence le grandiose choralfantasie An Wasser flüssen Babylon,

dans le CD n°2,

ainsi que le tendrissime adagio d’après une sonate de Reincken, dans le CD n°4

_ Reincken, un génie musical bien trop méconnu…

Voici dès maintenant un indispensable !


Ce samedi 13 avril 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ecouter le passionnant et très sympathique Benjamin Alard présenter son projet d’intégrale Bach aux divers claviers

22avr

Vendredi matin dernier, l’invité de Saskia Deville à 8 heures 10 sur France-Musique était le passionnant et très sympathique Benjamin Alard, présentant le premier coffret (de 3 CDs) _ il y en aura 14, en environ 10 ans… _ d’une intégrale de la musique pour claviers _ clavecin, orgue, clavicorde, etc. _ de Johann Sebastian Bach (1685 – 1750), pour la maison Harmonia Mundi.

Ce premier coffret _ intitulé « le jeune héritier » (CDs HMM 902450.52) _ présente les dix premières années _ d’apprentissage et créations : à Ohrdruf, Lüneburg et Arnstadt _ du compositeur, soit les années 1695 – 1705, est absolument passionnant ;

et il faut dire que Benjamin Alard est un interprète prodigieux.

Normand,

Benjamin Alard a lui-même fait ses premières classes sur l’orgue d’Arques-la-Bataille _ près de Dieppe _, très vite reconnu et encouragé par le créateur de l’Académie Bach, ainsi que des disques Alpha, mon ami Jean-Paul Combet.

Je tiens aussi à mentionner ici que le 2 août 2014 Benjamin Alard s’est rendu à Bordeaux afin de tenir _ magnifiquement _ l’orgue Dom Bedos de l’abbatiale Sainte-Croix pour les obsèques de Jacques Merlet, qu’avait organisées Marcel Pérès ;

cf mon article du 31 août 2014 : 

Ecouter cet entretien (de 30′ environ),

ainsi que quelques extraits de ce premier coffret Bach de Benjamin Alard,

est un très grand plaisir…

Ce dimanche 22 avril 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur