Posts Tagged ‘Cipriano de Rore

Dans la spendeur ferraraise des ducs Hercule I et II d’Este, la merveille Cipriano de Rore à la suite de la merveille Josquin des Prez

07oct

Au pinacle _ absolu _

des compositeurs de la musique occidentale,

Josquin des Prez (1450 – 1521).

Dans son sillage,

et tout particulièrement à Ferrare

_ Josquin fut résidence à la brillantissime ultra-raffinée cour d’Ercole I d’Este à Ferrare

en 1503-1504,

où il composa pour le splendide duc d’Este

la Missa Hercules Dux Ferrariae _,

 

voici Cipriano de Rore (1515 – 1565)

_ qui résida, lui, à la fastueuse cour d’Ercole II d’Este

de 1547 à 1559,

pour lequel il composa

la Missa Vivat Felix Hercules


Le CD CPO 777 989-2

de cette Missa Vivat Felix Hercules

avec 9 Motets,

par l’Ensemble Weser-Renaissance

que dirige Manfred Cordes

est à la hauteur des chefs d’œuvre de Josquin Des Prez…

C’est tout dire :

un enchantement absolu !


Ce lundi 7 octobre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Découvrir le merveilleux compositeur à la source du meilleur de la musique de la Renaissance en Italie : Adrian Willaert

01fév

En tête du très beau programme du CD Ossesso

_ cf mon article d’avant-hier :

_,

un merveilleux motet d’Adrian Willaert (c.1490 – 1562) :

I vidi in terra angelici costumi.

Voilà qui me suggère de découvrir ce compositeur majeur

_ absolument crucial dans l’histoire de la musique européenne à la Renaissance ! _,

qui, « vers le milieu du du XVIe siècle, domina la vie musicale en Italie » :

ainsi que le présente Piet Stryckers,

en page 6 du livret du superbe CD Ricercar RIC 331,

de Chansons, Madrigali, Villanelle d’Adrian Willaert,

par l’ensemble Romanesque, dirigé par Philippe Malfeyt…

Après être entré vers 1515

au service de la famille d’Este à Ferrare,

Adrian Willaert fut nommé en 1527 maître de chapelle

à Saint-Marc de Venise ;

dont il occupa le poste jusqu’à sa mort, en 1562 :

durant trente-cinq très fécondes et marquantes années.

« Parmi ses élèves,

Andrea Gabrieli, Cipriano de Rore, Jacob Buus, Constanzo Porta, Nicola Vicentino,

ainsi que le théoricien Gioseffo Zarlino.« 

Je viens donc d’écouter ce jour,

outre ce premier CD de Chansons, Madrigali, Villanelle,

un autre merveilleux CD Ricercar,

le CD RIC 335,

pour un programme cette fois de musique religieuse,

autour des irradiantes Vespro della Beata Vergine, d’Adrian Willaert,

par la Capilla Flamenca, dirigée par Dirk Snellings.

 Et que j’ai complété par un CD Hyperion,

le CD Hyperion CDA 67749,

pour un programme a cappella de Motets de Willaert

(avec aussi un de Josquin, et un autre de Cipriano de Rore)

bâti autour de la Missa Mente tota du maître de Saint-Marc,

par l’excellent ensemble vocal _ de six chanteurs _ Cinquecento.

Soit un merveilleux voyage

_ enchanteur ! _

vers un des plus grands maîtres de la musique

de cette Renaissance en Italie.

Ce vendredi 1er février 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Une nouvelle pépite d’or de La Compagnia del Madrigale : le CD Cipriano de Rore « Vieni, dolce Imeneo » _ ou la perfection de l’interprétation

20jan

Pas un seul des CDs

de La Compagnia del Madrigale

qui ne soit décidément un pur chef d’œuvre !


Et celui qui paraît ce mois de janvier

ne déchoit pas davantage que les précédents

_ je veux dire leurs merveilleux et sublimes CDs Gesualdo, Marenzio, Monteverdi, L’arte del Madrigale, tous parus chez Glossa ;

et leur Orlando furioso, paru chez Arcana _

à cette règle de constat _ admiratif ! _ de fait !

Celui de ce jour

est un CD consacré à l’œuvre de Cipriano de Rore,

et est intitulé Vieni, dolce Imeneo _ Madrigali ;

soit le CD Glossa GCD 922808.

Ici, je me permets un simple rappel de dates

concernant ces compositeurs

auxquels La Compagnia a consacré ces si somptueux enregistrements,

dans l’horizon de leurs rapports de filiations _ artistiques _,

auprès des cours des _ si raffinées _ principautés italiennes

de la Renaissance _ et de la naissance du Baroque _,

au premier chef, celle des Este à Ferrare,

mais aussi, celle des Gonzague à Mantoue, et celle des Farnese à Parme :

Cipriano De Rore (Renaix/Ronse, 1515/16 – Parme, 1565) ;

Luca Marenzio (Coccaglio, près Brescia, 1553 – Rome, 1599) ;

Carlo Gesualdo (Venosa, 1566 – Gesualdo, 1613) ;

Claudio Monteverdi (Crémone, 1567 – Venise, 1643).

A cette liste,

j’ajouterais pour ma part,

à titre de jalons intermédiaires

entre Cipriano de Rore (décédé en 1565) et Luca Marenzio (né en 1553),

les noms de compositeurs décisifs, eux aussi,

dans le raffinement _ inouï _ des cours de ces principautés italiennes,

_ d’abord celle des Este à Ferrare,`

mais aussi celle des Gonzague à Mantoue

et celle des Farnese à Parme, j’insiste là-dessus _ ;

ainsi que dans la composition de madrigaux,

tels que

Giaches de Wert (Bornem, 1535 – Mantoue, 1596)

et Luzzasco Luzzaschi (Ferrare, c. 1545 – Ferrare, 1607),

tous deux très effectivement élèves de Cipriano de Rore à Ferrare,

où celui séjourna, de 1547 à 1559, auprès du duc

_ modèle d’esthète-mécène d’un extrême raffinement (et en tous les arts) pour toute l’Europe ! _

Hercule II d’Este (1508 – 1559)

_ dont l’épouse était Renée de France (1510 – 1574),

fille du roi de France Louis XII (1462 – 1515),

et sœur de la reine Claude (1499 – 1524), la première épouse de François Ier (1494 – 1547):

peut-être pour de futurs _ voire prochains _ enregistrements

de La Compagnia del Madrigale…

Cf aussi mes récents articles du 24 juin

et du 14 juillet derniers (2018)

à propos de CDs consacrés à l’œuvre de Cipriano de Rore.

Quelle chance de pouvoir physiquement _ sonorement, je veux dire _ jouir de telles musiques

en de telles sublimes interprétations !!!

Ce dimanche 20 janvier 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Afin d’approfondir la connaissance de l’oeuvre musical de Cipriano de Rore (1515 – 1565)

14juil

Afin d’approfondir la connaissance de l’œuvre de Cipriano de Rore (1515-1565),

en cherchant et fouillant un peu,

je suis tombé sur ce CD Sonamusica SONA1504 intitulé Doulce mémoire,

publié en 2015,

interprété par le Laudantes Consort,

dirigé par Guy Janssens ; 

et qui comporte la Missa « Doulce mémoire« ,

et trois motets :

Parce mini Domine _ Peccavi, quid faciam tibi ;

 Agimus tibi gratiam ;

Infelix ego _ Ad te igitur.

Le raffinement désiré est bien là présent au rendez-vous !



Ce samedi 14 juillet 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Un compositeur ultra-raffiné, pour un « Portrait de l’artiste en chien affamé » : Cipriano de Rore

24juin

L’excellent Ensemble Graindelavoix,

que dirige Björn Schmelzer,

nous offre un singulier CD consacré à de merveilleux Madrigaux (à plusieurs voix)

_ dont cinq sont sur des vers de L’Orlando furioso de l’Arioste,

un, sur un poème du Canzoniere de Pétrarque,

un autre sur des vers de l’Enéide de Virgile, etc.  _

du compositeur _ de Renaix _ de la Renaissance,

particulièrement actif dans les cours suprêmement raffinées des Este à Ferrare

et des Farnese à Parme,

 

Cipriano de Rore (c. 1515 – 1565),

intitulé Portrait de l’artiste en chien affamé :

un CD Glossa GCD P32114.

La notice, signée par le chef, Björn Schmelzer,

est absolument passionnante, dans son extrême précision et raffinement _ aussi ! _,

tant sur la musique et la poésie,

que sur la peinture, la sculpture et les enluminures

qui les accompagnent…

Cinq chanteurs :

Anne-Kathryn Olsen, Razek-François Bitar, Albert Riera, Marius Peterson, Adrian Sirbu & Tomas Maxé ;

le cornet de Luis Coll i Trulls,

& le citarrone, le luth et la guitare de Floris De Rycker ;

et la direction de Björn Schmelzer.

Un CD d’une qualité artistique rare !

A ne manquer sous aucun prétexte !!!

Ce dimanche 24 juin 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur