Posts Tagged ‘Ensemble Les Ombres

Deux passionnantes nouveautés discographiques de musique française baroque, de deux des fils de Bertille de Swarte : Sylvain Sartre et Théotime Langlois de Swarte

16août

Ce mois d’août 2021 nous offre diverses nouveautés discographiques,

parmi lesquelles deux très intéressantes réalisations de deux des fils de Bertille de Swarte

_ cf le bien utile précédent récapitulatif de mes recherches, du 29 juin 2021 : _ :

l’une de Sylvain Sartre,

à la direction de l’ensemble Les Ombres ;

et l’autre de son frère le violoniste Théotime Langlois de Swarte,

en duo avec William Christie au clavecin ;

ainsi que viennent de me l’apprendre deux articles de l’excellent site Discophilia, de Jean-Charles Hoffelé,

en date des vendredi 13 août, sous le titre de « Tragédie babylonienne » _ cette expression désignant la tragédie lyrique (de 1718) « Sémiramis« , du compositeur André Cardinal Destouches (1672 – 1749) _ ;

et lundi 16 août, sous le titre de « Le Violoniste retrouvé » _ il s’agit là du violoniste Jean-Baptiste Sénaillé (1687 – 1730), compositeur de sonates pour violon et basse continue (parues en 1710, 1712, 1716, 1721 et 1727.

Voici donc ces deux articles :

TRAGÉDIE BABYLONIENNE

Un voyage au Royaume de Siam en mission avec le Père Tachard (épisode immortalisé par Voltaire dans son Destouches à Siam), un engagement dans l’armée du Roi, le siège de Namur, et dans la musique militaire soudain la révélation de son destin, le jeune Destouches, à la vie jusque-là aventureuse, sera compositeur, André Campra son maître, la Tragédie Lyrique son nouveau champ de bataille.

Au soir de sa vie, Louis XIV entend Issé, premier ouvrage lyrique de celui qui, aux côtés de Colin de Blamont, aura pris la charge laissée par Campra : surintendant de la musique du Roi. Le monarque goûte la pastorale, avoue que les talents de compositeur de Destouches lui évoquent ceux de Lully.

Sept ouvrages lyriques suivront, Sémiramis fermant _ en décembre 1718 _ cette théorie de tragédies lyriques brillantes, pleines d’effet, où Destouches se souvenant des leçons de Campra, ose renouveler le genre par l’ampleur de l’orchestre et la puissance dramatique des scènes. Callirhoé marquera le sommet de cette nouvelle manière, l’ouvrage suscitant une admiration frôlant l’hystérie. Le sujet plus sombre de Sémiramis, reine incestueuse, le livret aux arrière-plans psychologiques complexes de Pierre-Charles Roy, le rôle si poignant de la reine de Babylone écrit pour le grand dessus de Marie Antier ne suffirent pas pour garantir à cet opéra au sombre flamboiement le succès qui entourait encore Callirhoé.

C’est que Destouches, prenant le contrepied du goût de la Régence, qui voulait des ouvrages légers, renouait ici avec le grand style de Lully, et avouait son goût pour l’opéra à grands effets – tremblement de terre et foudre vengeresse abondent au long des cinq actes – qu’il mariait avec une justesse psychologique dans l’incarnation des personnages en avance sur son époque. En cela, il annonce Hippolyte et Aricie de Rameau qui paraîtra quinze ans plus tard _ en 1733.

Les Ombres se dévouent à ce compositeur majeur de l’opéra français, l’ensemble de Sylvain Sartre avait déjà révélé Issé, aura participé aux renaissances de Callirhoé, du Carnaval et la Folie, et enregistré l’admirable cantate Sémélé. Avec sa vaillante troupe, ils font flamboyer ce drame sombre si puissant.

Eléonore Pancrazi met son grand soprano à Sémiramis, qu’elle incarne avec ardeur dès « Pompeux attrait » ; il fallait une tragédienne pour incarner la reine de Babylone, elle l’a trouvée. Mathis Vidal incarne les tourments d’Arsane sans craindre la tessiture exposée qui faisait la renommée de Cochereau, Emmanuelle de Negri donne à Amestris la couleur si singulière de ces sopranos lyriques qui dans la tragédie lyrique devaient conjuguer charme et pathétique. Thibault de Damas donne à Zoroastre toute son autorité.

La partition abonde en beautés, et sa fin, sur le simple « Je meurs » de la Reine n’est pas la moins saisissante. Destouches ne reviendra plus au grand style de la tragédie lyrique, Les Eléments, dont la composition fut partagée avec Delalande, sacreront le triomphe de l’opéra-ballet dont la cour de Louis XV sera si friand. Savait-il qu’avec Sémiramis, il refermerait l’univers inventé par Lully, laissant à ses successeurs le soin d’en dévoyer les canons et l’esthétique ?

Et si demain Sylvain Sartre et ses amis remontaient le fil du temps, nous révélant Amadis de Grèce, Omphale, Télémaque et Calypso, Marpesia, première reine des Amazones ?

LE DISQUE DU JOUR

André Cardinal Destouches(1672-1749)
Sémiramis

Eléonore Pancrazi,
mezzo-soprano (Sémiramis)
Mathias Vidal, ténor (Arsane)
Emmanuelle de Negri, soprano (Amestris)
Thibault de Damas, baryton-basse (Zoroastre)
David Witczak, baryton (L’Oracle, L’Ordonnateur des jeux funèbres)
Judith Fa, soprano (Une Babylonienne, Une prêtresse)
Clément Debieuvre, ténor (Un Babylonien, Un génie)

Chœur du Concert Spirituel
Les Ombres
Sylvain Sartre, direction

Un album de 2 CD du label Château de Versailles Spectacles CVS038

Photo à la une : la mezzo-soprano Eléonore Pancrazi – Photo : © DR…

LE VIOLONISTE RETROUVÉ

Dix années séparent Senaillé de Leclair. Le premier fut à bonne école avec son père, un des violons de Lully, le second un virtuose de son instrument dont le métier flamboyant ne pouvait faire oublier qu’il était un compositeur de génie, auteur d’une tragédie lyrique majeure, Scylla et Glaucus, dont la puissance ne se compare qu’aux grands ouvrages de Rameau.

L’un et l’autre auront, de leurs archets impétueux, réuni les goûts français et italien, c’est au premier que Théotime Langlois de Swarte et William Christie consacrent l’essentiel de leur stupéfiant album, et c’est justice : les Sonates si brillantes et si touchantes de Senaillé, emplies de danses et de musettes, parcourues de sarabandes et d’adagios nostalgiques, n’auront suscité qu’un album monographique signé par Odile Edouard voici quelques lustres pour le label K617.

Elles sont merveilleusement chorégraphiées par l’archet plein et souple du jeune homme _ certes ! _, qui sait y faire transparaître les nombreuses influences de l’opéra. Le génie poétique de Senaillé en fait tout sauf un petit maître, il égale Mondonville et n’est pas loin de se hausser au niveau de Leclair lorsqu’il élance la prodigieuse Courante de sa Sonate en mi mineur : cette ardeur du rythme, cet archet qui s’enflamme et danse, coupent le souffle.

Disparu à l’orée de sa quarantaine, ce compositeur qui n’aura composé que des livres _ au nombre de cinq _ de Sonates pour son instrument, méritait qu’enfin on le redécouvre, il ne lui aura manqué que le temps d’approfondir son art, et c’est un peu cruel d’ouvrir ce disque avec la Gavotte de Leclair, qui expose un génie mélodique tendant vers Mozart, alors que la Sarabande de la Sonate en mi de Senaillé est belle comme une phrase de Rebel. A dix ans de distance, l’un regarde l’avenir, l’autre caresse le passé, duo merveilleux que William Christie et son jeune ami ressuscitent avec des tendresses brillantes dont je ne me lasse pas.

Vite, s’il vous plait Messieurs, un second volume.

LE DISQUE DU JOUR

Générations

Jean-Baptiste Senaillé (1687-1730)


Sonate pour violon et basse continue en mi mineur, Op. 4 No. 5
Sonate pour violon et basse continue en sol mineur, Op. 1 No. 6
Sonate pour violon et basse continue en ré majeur, Op. 3 No. 10
Sonate pour violon et basse continue en ut mineur, Op. 1 No. 5


Jean-Marie Leclair (1697-1764)


Sonate pour violon et basse continue en mi mineur, Op. 3 No. 5 (extrait : I. Gavotte)
Sonate pour violon et basse continue en la majeur, Op. 1 No. 5
Sonate pour violon et basse continue en fa majeur, Op. 2 No. 2

Théotime Langlois de Swarte, violon
William Christie, clavecin

Un album du label harmonia mundi HAF89051292 (Série « Les Arts Florissants »)

Photo à la une : le violoniste Théotime Langlois de Swarte – Photo : © DR

Ce lundi 16 août 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Quelques données à propos de Sylvain Sartre : fils aîné de Bertille de Swarte, et frère aîné de Théotime Langlois de Swarte…

22juin

Toujours dans l’optique de rassembler le plus vaste éventail possible de données concernant l’environnement culturel et musical de si brillant musicien qu’est Théotime Langlois de Swarte,

je désire me pencher ici sur ce que je suis en mesure de réunir concernant le frère aîné de Théotime _ né, lui, à Céret, en 1995 ; sans davantage de précisions… _, Sylvain Sartre,

né le 28 août 1979, à Périgueux, du premier mariage de leur mère, Bertille de Swarte _ née entre 1956 et 1961 _,

avec Pierre Sartre né, lui, le 1er juin 1956…

Sylvain Sartre, flûtiste et co-créateur _ avec Margaux Blanchard _, en 2008, de l’Ensemble de musique baroque Les Ombres, a, en effet, joué lui aussi _ avec cette passionnée de musique qu’est la très active Bertille de Swarte _ un incontestable rôle important, voire majeur, dans le destin musical et de sa petite sœur Pauline _ née en 1994 _, et de son petit frère Théotime Langlois de Swarte _ né en 1995, à Céret…

À la naissance, le 28 août 1979, de Sylvain Sartre, le fils aîné de Bertille de Swarte et son premier mari Pierre Sartre,

le père de Sylvain, Pierre Sartre, vient tout juste d’avoir 23 ans ; et sa mère, Bertille de Swarte, a entre 18 et 23 ans : les deux parents de Sylvain étaient donc tous deux très jeunes…

En ce mois de juin 1979, Pierre Sartre, qui a passé un bac D au lycée Laure Gatet de Périgueux au mois de juin 1974, vient d’achever ses études de dentisterie à l’université Victor Ségalen de Bordeaux ; avant d’y devenir, les années 1980-1985, Attaché d’enseignement. Et ce sont ces années-là que sont nés les deux autres enfants du couple Pierre Sartre – Bertille de Swarte : Alexis Sartre et Camille Sartre _ j’ignore à ce jour leurs lieux et dates de naissance…

Puis, le 15 février 1985, naît Adrien Sartre, le fils aîné de Pierre Sartre et sa seconde compagne Isabelle Mancini _ qui se marieront à Bordeaux cinq ans plus tard : le 7 juillet 1990. Et suivra la naissance du fils cadet de ce couple, Clément Sartre _ dont j’ignore à ce jour le lieu et la date de naissance ; Clément Sartre, élève au lycée Camille Jullian à Bordeaux, a eu son bac au mois de juin 2011, et est devenu étudiant en médecine à Bordeaux ; le 16 juillet 2019, il a été reçu au concours de l’Internat ; Internat qu’il exerce au CHU de Bordeaux-Pellegrin.

Souvenons-nous aussi que c’est en janvier 1988 que Bertille de Swarte crée, à Perpignan, l’IRVEM, l’Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical Méditerranéen.

Mais me demeurent inconnues à ce jour les circonstances précises de la séparation de Bertille de Swarte d’avec Pierre Sartre, et son départ d’Aquitaine _ probablement Bordeaux… _ pour le Roussillon _ Perpignan, Céret, Canet-en-Roussillon, Prades (où décède le grand-père paternel de Bertille, Pierre de Swarte, le 3 août 1990)…

Cependant, je ne manque pas de remarquer _ sur pas mal de photos de famille _ le très vif plaisir qu’autour de Bertille de Swarte, les nombreux membres des familles de Swarte, Sartre et Langlois éprouvent à se retrouver et se réunir festivement,

notamment au château de l’Esparrou, à Canet-en-Roussillon ;

propriété _ tendrement chérie _ de la défunte grand-mère maternelle de Bertille, Marie-Thérèse Sauvy (Perpignan, 1er mai 1896 – Canet-en-Roussillon, 30 juin 1994), veuve d’André-Marie Rendu (Paisandu, Uruguay, 17 mai 1885 – Canet-en-Roussillon, 11  août 1953).

Sylvain Sartre, après des études de piano et de flûte traversière, découvre _ bientôt _ la richesse des répertoires renaissance et baroque. Charmé par la sonorité de la flûte en bois, il se forme auprès de Annie Ploquin-Rignol _ à Perpignan _, Philippe Allain-Dupré _ au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse ; et Philippe est aussi un magnifique facteur de flûtes… _, puis de Marc Hantaï, à la Schola Cantorum de Bâle, où il obtient _ en 2010 _ son Master of Arts in Musical Performance.

Dans ce qu’il entreprend, il accorde une place particulière à la voix. Il intervient en tant que chef auprès de nombreux chœurs et maîtrises, et dirige le pôle baroque de l’Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical méditerranéen (Irvem) _ fondé à Perpignan en janvier 1988 par sa mère Bertille de Swarte. Féru _ comme tous les baroqueux… _ de recherche musicologique, il participe également à la redécouverte de manuscrits oubliés _ tels certains de Fançois Colin de Blamont et d’André Cardinal Destouches… _ du répertoire français du 18e siècle, travaux récompensés par la Fondation de France _ en février 2008.

Afin de réunir ces différentes disciplines, il fonde _ en janvier 2007 _ l’ensemble Les Ombres, dont il assume la direction artistique depuis 2008 avec Margaux Blanchard.
En parallèle, il dirige _ depuis janvier 2011 _ le projet de création du Centre culturel de rencontre du Château de l’Esparrou (Pyrénées-Orientales).

À suivre…

Ce mardi 22 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur