Posts Tagged ‘Hambourg

Musiques de joie : la virtuosité éblouissante du violon de Carlo Farina (Mantoue, c. 1604 – Vienne, 1639), et son rayonnement immense hors d’Italie, via Dresde

01avr

Après la joie du stylus fantasticus de Reincken (Deventer, 10 décembre 1643 – Hambourg, 24 novembre 1722)

_ cf mon article du 28 mars : _

ou Buxtehude (Helsingborg, 1637 – Lübeck, 9 mai 1707)

autour de Hambourg et Lübeck,

et celle de la virtuosité de Schmelzer (Scheibbs, 1623 – Prague, 20 mars 1680)

_ cf mon article du 29 mars : _,

Vejnanovsky (Hukvaldy, 1633 – Kromerziz, 24 septembre 1793)

_ cf mon article d’hier 31 mars : _

et Biber (Wartenberg, 12 août 1644 – Salzbourg, 3 mai 1704)

_ cf mon article d’avant-hier 30 mars : … _,

à Vienne et Kromerziz,

la joie rayonnante _ et contagieuse ! _ du violon virtuose

de celui qui fut à la source probablement principale de ce rayonnement étincelant

de brillance jubilatoire par toute l’Europe :

Carlo Farina (Mantoue, vers 1600 – Vienne, juillet 1639),

en son séjour de trois années, 1626-1627-1628, à Dresde,

où il publia rien moins que cinq livres de musique instrumentale

_ comportant 128 pièces _

dédiés à la famille des violons…

J’ai choisi pour en écouter quelques unes

le violon virtuose et très juste de Leila Schayegh

accompagnée de

Jörg Halubek, clavecin et orgue au continuo,

Daniele Caminiti, archiluth,

et Jonathan Pesek, violoncelle et viole de gambe,

en un merveilleux CD PanClassics PC 10368,

enregistré au mois de juin 2016.

On y adjoindra avec un très grand profit

l’écoute du CD Carlo Farina Cappriccio stravagante – Sonate

de l’Ensemble Clematis

le CD Ricercar RIC 285 paru le 22 mai 2009. 

Ce mercredi 1er avril 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : le magique stylus fantasticus du Hortus Musicus de Johann-Adam Reincken (1643 – 1722)

28mar

Parmi les plus profondes et brillantes musiques de joie,

celles du stylus phantasticus

de la seconde moitié du XVIIe siècle,

en Allemagne du Nord tout spécialement,

autour de Dietrich Buxtehude (Helsinborg, 1637 – Lübeck, 1707).

Je pense ici au très impressionnant Hortus Musicus

de Johann-Adam Reincken

(Deventer, 10 décembre 1643 – Hambourg, 24 novembre 1722)…

De cette oeuvre superbe,

je possède plusieurs superbes versions en CD

_ dont une, hélas incomplète, par l’Ensemble Stylus Phantasticus, dirigé par la magnifique gambiste Friederike Heumann,

le CD Accent ACC 24217, paru en 2010.

J’ignore pour quelles raisons n’a pas paru le volume 2…

Ma version complète préférée de cet Hortus musicus

est celle de l’Ensemble Les Cyclopes

avec Manfredo Kraemer, Laura Johnson, violons,

Guido Balestracci, viole de gambe,

Brian Feehan, théorbe et guitare,

Bibiane Lapointe, clavecin

et Thierry Maeder, orgue positif :

un CD Pierre Verany PV796052, de 1996.

Ce samedi 28 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

La Rêveuse en un CD Buxtehude pour la troisième fois : une merveilleuse réussite !

17fév

L’Ensemble La Rêveuse

_ autour de Florence Bolton et Benjamin Perrot _

nous offre maintenant un troisième CD Mirare

_  MIR 442 : un CD de cantates pour voix seules _

consacré à Dietrich Buxtehude (1637 – 1707),

et à des compositeurs plus ou moins de son cercle, à Lübeck

ou Hambourg,

_ avec, en effet, aussi, des œuvres de Franz Tunder (1614 – 1667 : le beau-père de Buxtehude),

Johann Philipp Förtsch (1652 – 1732, musicien à Hambourg),

Gabriel Schütz (1633 – 1710/11, né à Lübeck)

et Christian Geist (ca. 1650 – 1711 ; lui aussi a exercé à Hambourg),

à l’époque du développement, là, du somptueux stylus fantasticus…:

il s’agit d’œuvres conservées en manuscrits à la Bibliothèque d’Uppsala

dans les richissimes Fonds Düben… _,

après un CD Buxtehude – Reincken, en 2009 _ MIR 074 _,

et un autre Dietrich Buxtehude, en 2017 _ MIR 303 _,

de musique instrumentale, ceux-là :

un CD Buxtehude Cantates pour voix seule _ Manuscrits d’Uppsala,

avec la participation très engagée _ et magnifique _ de la superbe soprano Maïlys de Villoutreys.

Ce CD est véritablement enchanteur.

Et je dois dire que, personnellement,

il me rappelle

le tout premier concert de musique baroque auquel _ sidéré et ébloui ! _ j’ai assisté

_ j’étais au premier rang _ :

c’était le mardi 18 décembre 1984, au Temple du Hâ, à Bordeaux ;

un récital Heinrich Schütz (1585 – 1672) – Dietrich Buxtehude (1637 – 1707)

_ avec aussi des œuvres de Heinrich Schmelzer (1671 – 1600), Carl Friedrich Abel (1723 – 1787) et Christoph Bernhard (1627 – 1697) _

par le sublissime Henri Ledroit,

avec Daniel Cuiller, Michèle Sauve, violons,

Pere Ros, viole de gambe,

et Jean-Charles Ablitzer, à l’orgue.

Ce souvenir demeure, forcément, extrêmement vivant…

Ce lundi 17 février 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Avec les Muffatti, découvrir un Bach inattendu : un Bach en concertiste londonien (à la Händel), ou hambourgeois (à la Telemann)…

23fév

Et si Johann Sebastian Bach

s’était finalement un peu émancipé de Leipzig ?


Certes, à Leipzig,

avec ses fils, ses élèves

et quelques amis musiciens peut-être étudiants à l’université,

 

Bach a _ un peu _ poursuivi l’entreprise _ festive _ de concerts publics

inaugurée par son ami Georg Philipp Telemann,

au Café Zimmermann,

à Leipzig, donc ;

concerts publics et amicaux

dont nous demeurent au catalogue quelques œuvres :

concertos pour clavecin(s), concertos pour violon(s),

etc.


Ici,

en un CD Ramée

intitulé Concertos for Organ and Strings,

le CD Ram 1804,

l’excellent ensemble Les Muffatti,

que dirige Bart Jacobs _ auteur des « Reconstructions » des œuvres absolument originales ici proposées

à partir d’éléments empruntés à d’autres œuvres de Bach, et transcrites ; 

et qui tient l’orgue : l’orgue Thomas de l’église Notre-Dame et saint Leodegar, de Bornem (en Belgique) _,

nous propose un Bach étonnament ludique,

tout à fait tonique

et proprement enthousiasmant !

Voilà !

Un peu comme Händel

en ses Concertos pour orgue à Londres,

ou Telemann, à Hambourg…

Bien sûr, il ne s’agit là, en effet, que de « reconstructions« 

de la main de Bart Jacobs ;

mais le résultat sonne tout à fait « à la Bach« ,

sur un orgue

qui aurait été en quelque sorte libéré

de l’exclusivité de ses fonctions lithurgiques et ecclésiales !!!

pour un concert public festif,

et même carrément endiablé…



Soit une jubilatoire surprise !

Ce samedi 23 février 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Partager le plaisir du superbe CD Reincken de Clément Geoffroy, à L’Encelade

04nov

Ce dimanche,

réalisant ma petite recension matinale sur le net

des articles parus cette nuit,

voici,

sur le site de Res Musica,

cet excellent article de Cécile Glaenzer  

REINCKEN L’ÉTINCELANT PAR CLÉMENT GEOFFROY

dont les analyses rejoignent tout à fait les miennes

_ cf mes deux articles des 17 et 25 octobre derniers :

 

et   _ ;

et Johann Adam Reincken, ce magnifique compositeur,

comme Clément Geoffroy, cet excellent jeune claveciniste,

méritent parfaitement

pareille unanime reconnaissance

et de leur génie, et de leur talent !

 

REINCKEN L’ÉTINCELANT PAR CLÉMENT GEOFFROY

Johann Adam Reincken (c.1640-1722) :

Toccata en la majeur, Ballett, Toccata en sol mineur, Fugue en sol mineur, Suite en do majeur, Höllandische Nachtigall, Die Meierin, Praeludium en do majeur (transcription par Johann Sebastian Bach BWV 966), Suite anonyme en la mineur.

1 CD Encelade.

Enregistré en décembre 2017 à l’église Sainte-Aurélie de Strasbourg.

Livret français et anglais.

Durée 73:00
Geoffroy-Reincken


Quel bonheur _ mais oui ! _ que cet enregistrement ! Tout y est _ en effet ! _ somptueux : la musique de Reincken _ que oui !!! _, le jeu tour à tour brillant et sensible _ parfaitement ! _ de Clément Geoffroy et le son ample _ oui, en totale concordance avec le faste de cette musique _ du clavecin d’Émile Jobin. Une fois de plus, L’Encelade _ oui, oui, oui ! _ nous offre une pépite.

On connaît trop mal _ comment le comprendre ? quelle profonde injustice ! _ Johann Adam Reincken, organiste de l’église Sainte-Catherine de Hambourg dans la deuxième moitié du XVIIesiècle, et fondateur dans cette ville de la première maison d’opéra d’Allemagne _ rien moins… De son vivant, seules les six sonates composant son Hortus musicus ont été publiées. Mais certaines de ses compositions pour l’orgue et pour le clavecin ont été heureusement copiées par ses contemporains, car sa renommée était immense _ mais oui !!!! _ dans toute l’Europe du Nord. C’est ainsi qu’elles sont parvenues jusqu’à nous et leur grande qualité _ l’expression est encore trop modeste _ atteste du bien-fondé de la réputation de leur auteur. Dans cet enregistrement, Clément Geoffroy a choisi d’ajouter quelques pièces dont l’attribution est douteuse, dont une suite en la mineur qui pourrait être de la main de Johann Pachelbel. Johann Sebastian Bach lui-même a transcrit certaines sonates de l’Hortus musicus pour clavier, et nous en entendons ici un exemple méconnu.

Le jeu inspiré du jeune claveciniste fait merveille _ oui _ dans ce répertoire, tant dans la virtuosité propre au stylus fantasticus _ bien sûr : flamboyant ! _ que dans l’écriture à la française _ oui : Hambourg était un riche port hanséatique en communication avec toute l’Europe ; dont la France rayonnante de Louis XIV… _ des allemandes et sarabandes où son toucher sensible rend parfaitement les qualités expressives _ merveilleuses _ du compositeur. Une toute petite réserve, cependant, est appelée par la vélocité parfois un peu inutilement nerveuse, comme dans la fugue en sol mineur. Deux sommets dans ce programme : deux airs à variations, le premier intitulé Ballett et le deuxième sur l’air de La Meierin, emprunté à Johann Jakob Froberger _ (1616 – 1667) : autre compositeur sublime !, que dis-je, sublimissime !!! et passé par Paris ; et grand ami du génial  Louis Couperin (1626 – 1661). Cette dernière grande partita nous offre dix-huit variations admirables qui rappellent les variations de son ami Buxtehude _ 1637 – 1707 _ sur La Capricciosa et préfigurent les Variations Goldberg de Bach _ oui : une tradition majeure !!! On y admire, à chaque reprise, la science de l’ornementation de l’interprète, d’un goût très sûr _ oui.

Le choix du clavecin, un instrument d’Émile Jobin s’inspirant de la facture flamande des Rückers, est parfait _ en effet _ : un son éclatant et précis _ oui ! _ au service du _ très riche et soigné _ contrepoint de Reincken. L’accord au tempérament inégal (Lambert-Chaumont) lui confère une palette de couleurs très riche _ mais oui. Quant à la notice du livret, signée par Clément Geoffroy lui-même, elle témoigne de la grande culture et de la curiosité féconde _ c’est très important _ de ce jeune claveciniste qui nous emmène avec bonheur _ oui, oui, oui _ hors des sentiers battus _ et là, c’est entièrement de notre faute.

Courez vite vous nourrir de l’enchantement

de ce CD Johann Adam Reincken : Toccatas, Partitas & Suites,

L’Encelade ECL 1705.

Ce dimanche 4 novembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur