Posts Tagged ‘Jan Dismas Zelenka

Musiques de joie : le trésor fabuleux des slendeurs extatiques de la musique religieuse de Zelenka. Par exemple, le Miserere ZWV 57, par Il Fondamento de Paul Dombrecht ; et les Lamentationes Jeremiae Prophetae SWV 53, par le Collegium Marianum de Jana Semeradova…

16avr

Voici mon deuxième jour à explorer _ et surtout à l’oreille ! _ le copieux fonds

de ma discothèque de CDs de musique religieuse de Jan-Dismas Zelenka

_ une quarantaine de CDs à Zelenka seul consacrés… _

à la recherche comparative,

et bien difficile, tant s’y bousculent les splendeurs !,

des meilleurs exemples à pouvoir donner à partager ici

de musiques de joie

de ce très généreux compositeur vraiment génialissime

_ si absurdement ignoré, inconnu, de tant de mélomanes, encore :

une abominable étrangeté, totalement inexplicable à mes oreilles !..

J’ai découvert la musique religieuse de Zelenka

_ à commencer par ces splendides nombreuses Messes pour la cour royale de Dresde

 les Messes répertoriées ZWV 1 (Missa Sanctae Ceciliae) à 21 (Missa Omnium Sanctorum, ou Ultimarum Sexta) ;

 

ainsi que la ZWV 22 (Missa Sancti Blasii) et la ZWV 23 (Missa…) ;

plus d’autres ajoutées plus tard, et numérotées ZWV 200, 213, 214, 215 ;

puis, plus tard encore, les Messes ZWV 240 (Missa Sanctae Conservationis), ZWV 241 (Missa Theophorica a 2 Cori) et ZWV 242 (Missa Tranquilli animi)… ;

mais existent encore bien d’autres (splendides !!!) pièces religieuses,

numérotées ZWV 26 (Kyrie, Sanctus, Agnus Dei) à ZWV 175 (l’oratorio Sub olea pacis     _,

au CD _ année après année, je guette leur parution ! _,

après m’être délecté au concert

de sa sublimissime musique instrumentale…

Les chefs dont je possède des CDs _ au nombre de 15 _ de ces Messes, sont :

Hans-Christoph Rademan

pour la Missa Dei Filii ZWV 20 ; soit le CD Raum Klang RK 9702, paru en 1997 ;

Frieder Bernius

pour la Missa Dei Filii ZWV 20 ; soit le CD Deutsche Harmonia Mundi RD 77922, paru en 1990 ;

pour la Missa Dei Patri ZWV 19 ; soit le CD Carus 83.209, paru en 2000 ;

pour la Missa Omnia Sanctorum ZWV 21 ; soit le CD Sony Classics 5081182, paru en 2002)

pour la Missa Votiva ZWV 18 ; soit le CD Carus 83.223, paru en 2010 ;

et pour la Missa Sancti Josephi ZWV 14 ; soit le CD Carus 83.279, paru en 2018 ;

Adam Viktora

pour la Missa Purificationis ZWV 16 ; soit le CD Niribu 0147-2211, paru en 2007 ;

et pour la Missa Paschalis ZWV 7 ; soit le CD Niribu 0158-2231, paru en 2013 ;

Vaclav Luks

pour la Missa Votiva ZWV 18 ; soit le CD ZZT 0080801, paru en 2007 ;

et pour la Missa Divi Xaverii ZWV 12 ; soit le CD Accent AC 24301, paru en 2015 ;

Nikolo Sokoli

pour la Missa Nativitatis Domini ZWV 8 ; soit le CD Genuin GEN 11213, paru en 2011 ;

Marek Stryncl

pour la Missa Nativitatis Domini ZWV 8 ; soit le CD Supraphon SU 4111-2, paru en 2012 ;

et pour la Missa Sanctissimae Trinitatis ZWV 17 ; soit le CD Matous 0017-2 231, paru en 1994 ;

Raimund Ruegge

pour la Missa Circumcisionis ZWV 11 ; soit le CD Swiss Pan 510013, paru en 1982 ;

et Ruben Jais

pour la Missa Omnia Sanctorum ZWV 21 ; soit le CD Glossa GCD 924103, paru en 2019.

Et je me garderai bien de passer complètement ici sous silence

les autres compositions de musique religieuse,

le plus souvent sublimes,

interprétées par les chefs déjà mentionnés ci-dessus :

Hans-Christoph Rademann :

pour le Te Deum ZWV 146, in le CD Carus 83.148, paru en 2000 ;

Vaclav Luks :

pour l’oratorio I Penitenti al Sepolcro del Redentore ZWV 63, soit le CD ZZT 090803, paru en 2009 ;

pour le Requiem ZWV 46 et l’Officium defunctorum ZWV 47, soit le double CD Accent ACC 24244, paru en 2011 ;

pour les Lamentationes Ieremiae Prophetae ZWV 53 et les Responsoria pro hedmomada sancta ZWV 55, soit le double CD Accent ACC 24259, paru en 2012 ;

et pour les motets Sub tuum praesidium ZWV 157 / 1, 2 et 3 ; et les Sanctus et Agnus Dei ZWV 34 et 36, in le CD Supraphon SU 4160-2, paru en 2013 ;

Adam Viktora :

pour l’oratorio Il Serpente di bronzo ZWV 61, soit le CD Nibiru 0146- 22&&, paru en 2005 ;

Marek Stryncl :

pour pour l’oratorio Sub olea pacis et palma virtutis ZWV 175, soit le double album Supraphon SU 3520-2 232, paru en 2001 ;

et plusieurs autres d’au moins égale qualité :

Masaaki Suzuki

pour les Magnificat ZWV 107 et 108, in le CD Bis CD 1011, paru en 1999 ;

Paul Dombrecht

pour le De Profundis ZWV 50, le Miserere ZWV 57 et le Requiem ZWV 48, soit le CD Passacaille 9528, paru en 1999 ;

Marcel Ponseele

pour des Lamentationes (la première du Jeudi saint et la Seconde du Samedi Saint), in le CD Passacaille 977, paru en 2012 (avec le magnifique Damien Guillon) ;

et aussi la magnifique Jana Semeradova

pour les Lamentationes Jeremiae Prophetae ZWV 53, soit le CD Supraphon SU 4173-2, paru en 2014 (avec le Collegium Marianum, et Damien Guillon, alto, Daniel Johannsen, tenor, et Tomas Kral, basse : tous les trois extraordinaires !) ;

et les Cantates Immisit Dominus Pestilentiam, ZWV 58, Attendite et videte, ZWV 59 et Deus dux fortissime, ZWV 60, soit le CD Supraphon SU 4068-2, paru en 2011.

Face à mon très grand embarras du choix

j’opte

1°)

pour une courte _ et très suggestive _ vidéo de l’enregistrement du si beau CD _ Supraphon SU 4173-2 _ des Lamentationes ZWV 53, à Prague, en l’église de la Vierge Marie sous la Chaîne, au mois de mai 2014, par le Collegium Marianum, Damien Guillon, Daniel Johannsen et Tomas Kral, sous la direction de Jana Semeradova ;

et 2°)

pour un podcast du si émouvant Miserere en do mineur, ZWV 57 _ in le CD Passacaille 9528 _, par Paul Dombrecht, dirigeant son toujours merveilleusement acéré Il Fondamento, en l’église du Béguinage de Lier, en septembre 1998. 

Découvrir la musique de Jan-Dismas Zelenka

est un bonheur absolu

_ autant que quasi inépuisable : au fur et à mesure de la parution de CDs,

ou de la chance de pouvoir assister à quelque concert programmant cette musique enchantée…

Ce jeudi 16 avril 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : l’enthousiasmante Hypocondrie à 7 de Jan Dismas Zelenka, par Il Fondamento et Paul Dombrecht

15avr

En fouillant jusqu’aux tréfonds de ma discothèque

à la recherche de certains de mes CDs de musique religieuse de Jan-Dismas Zelenka (1679 – 1745)

afin de choisir la plus profondément joyeuse d’entre ces musiques à la plus grande gloire de la catholicité

_ et il est bien difficile de choisir tant entre les œuvres, plus belles les unes que les autres,

qu’entre leurs interprétations, que je collectionne tout spécialement, tant j’apprécie ces œuvres

et m’en réjouis ! _,

voici que je mets la main sur un somptueux (!) CD de musique instrumentale de Zelenka :

le CD Passacaille 9524 intitulé Prague 1723,

enregistré par Paul Dombrecht et son Ensemble Il Fondamento

en 1999,

et comportant,

en plus de la très justement célèbre Hipocondrie a 7 concertanti en La majeur _ pour 2 violons, 2 hautbois, alto, basson et basse continue _,

une Ouverture a 7 concertanti en Fa Majeur _ pour 2 violons, 2 hautbois, alto, basson et basse continue _,

un Concerto a 8 concertanti en Sol Majeur _ pour 2 violons, 2 hautbois, alto, basson et basse continue _,

et une Simphonia a 8 concertanti en la mineur _ pour 2 violons, 2 hautbois, alto, , violoncelle, basson et basse continue.

Il Fondamento et Paul Dombrecht (au hautbois) y sont, bien sûr, au meilleur d’eux-mêmes !!!

pour des musiques brillantissimes

et surtout intensément profondes !

A défaut d’avoir réussi à dénicher sur le web une vidéo de l’interprétation _ parfaite ! _ de cette fabuleuse Hipocondrie ZWV 187 interprétée par Paul Dombrecht et Il Fondamento, en 1999,

voici une vidéo (de 7′ 40) d’une interprétation _ un peu moins acérée… _ par Gottfried von der Goltz et son Freiburger Barock Orchester, prise le 24 septembre 2010…

1723 :

c’étaient, à Prague, les fêtes du couronnement de l’Empereur (et roi de Bohème) Charles II,

pour lesquelles Zelenka composa

et donna _ sous la direction d’Antonio Caldara _ son oratorio Sub olea pacis et palma virtutis conspicua orbi regia Bohemiae Corona 

_ j’en possède une interprétation en un double album Supraphon SU 3520-2 232, par les Ensembles Musica Florea,  Musica Aeterna, Philidor et les Boni Pueri soloists, sous la direction de Marek Stryncl _ ;

et son maître Johann Joseph Fux, son fameux oratorio Costanza e Virtute.

Il est plus que possible que la plupart des œuvres instrumentales _ chacune plus magnifique que les autres ! quelle jubilation !!! _ de Zelenka,

furent préparées pour cette brillantissime circonstance impériale.

Et c’est au Clementinum de Prague

à partir de 1690 _ Jan-Dismas avait onze ans _,

que Zelenka fit ses études musicales,

avant d’être engagé _ comme contrebassiste _, en 1711, à la cour d’Auguste le Fort, Electeur de Saxe et roi de Pologne, à Dresde,

où il allait faire toute sa carrière…

Selon le chef et violoniste Reinhardt Goebel,

avec Bach, Haendel, Leclair et Locatelli, 

Zelenka fait partie des 5 Grands Compositeurs du Baroque du XVIIIème siècle :

et peut-être même est-il le meilleur d’entre eux !!!

Tâchez d’écouter le programme jubilatoire

de ce magique CD Prague 1723, Passacaille 9524 !


Ce mercredi 15 avril 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : au sommet, les merveilleuses Sonates en trio de l’extraordinaire Jan Dismas Zelenka !

22mar

En matière de musiques de joie,

je place au plus haut de la pile les merveilleuses Sonates en trio ZWV181 de Jan Dismas Zelenka

(Lounovice, 16 octobre 1679 – Dresde, 23 décembre 1745)

sans conteste un de mes compositeurs préférés !

_ nulle œuvre si peu que ce soit inférieure chez lui… Tout est constamment et au plus haut magnifique !!!

La difficulté est pour moi de choisir entre les nombreuses versions dont je dispose en CDs

_ dont, et c’est à relever, une que j’avais achetée à Prague en 1993, dirigée par Frantisek Xaver Thuri,

le double album Matous MK 0010-2132…

J’ai donc choisi d’écouter les interprétations de

Paul Dombrecht, en 1982 et 1988,

en un double CD Accent, et repris par Glossa GCD C80014, en 2015,

Zefiro – Alfredo Bernardini, en 1993 et 1995,

en un double CD Arcana A 394, en 2016,

Collegium 1704 – Vaclav Luks, en 2016,

en un double CD Accent ACC 24319, en 2017,

Ensemble Berlin Prag (avec une supervision artistique de Reinhard Goebel), en 2017,

en un double CD Supraphon SU 4932-2, en 2018.

Chacune de ces superbes interprétations a de très grandes qualités

_ velours, douceur, tendresse _,

mais puisque je privilégie ici le critère de la capacité de donner de la joie,

c’est pour la plus récente version,

celle enregistrée à Berlin au mois de juillet 2017,

par l’Ensemble Berlin Prag,

et sous la direction artistique de Reinhard Goebel,

avec Dominik Wollenweber et Vilem Veverka, hautbois,

Mor Biron, basson,

Barbara Maria Willi, clavecin,

Ulrich Wolff, contrebasse

et Jakub Cernohorsky,

que j’opte ici : la plus vive !

Cf déjà mon article du 16 mars 2018 :

Et voici une vidéo de 16′ 15 qui nous en donne un superbe extrait :

un pur régal !!!

Au passage,

je regrette l’absence ces dernières décennies

d’enregistrements nouveaux de la merveilleuse musique orchestrale de Zelenka

(Hipocondrie, l’Ouverture à 7 ZWV 181, etc.),

depuis les parutions des disques de Nikolaus Harnoncourt, enregistrés en 1977-78-79 chez Teldec

_ quel choc musical lors de leur découverte !

Des 3 volumes des Complete Orchestral Works de Jan Dismas Zelenka

interprétés par l’Ensemble Das Neu-Eröffnete Orchestre, dirigé par Jürgen Sonnentheil,

parus chez CPO entre 1997 et 2000,

je possède les volumes 1 et 3, mais pas le volume 2 (paru en 1999).

Une interprétation pas assez vive, hélas ;

et qui laisse donc à désirer…

Bien sûr, la splendide _ et très riche, heureusement ! _ musique religieuse de Zelenka

_ surtout pour la cour royale Dresde : musique elle aussi très largement au-dessus du lot ! Les Messes sont toutes des merveilles !!! _

a été magistralement servie :

..

par les chefs tchèques Vaklav Luks, Adam Viktora,

et allemands Frieder Bernius, Hans-Christoph Rademan…

Jan Dismas Zelenka,

formé dans la Prague catholique des Habsbourg,

est un extraordinaire enchanteur !

Et donc une absolue priorité de découverte

pour les amoureux du Baroque musical !

Ce dimanche 22 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Heinrich Schütz : l’intégrale de son oeuvre musical, par le Dresdner Kammerchor et Hans-Christoph Rademann, réunie en 3 coffrets et 28 CDs chez Carus

08fév

C’est un événement discographique

que la récente disponibilité en 3 coffrets de 11 + 8 + 9 CDs, chez l’éditeur Carus

_ Carus 83 041 (en 2016) + Carus 83 042 (en 2017) + Carus 83 043 (en 2019) _,

de l’œuvre intégral de Heinrich Schütz (1585 – 1672),

par le Dresdner Kammerchor,

sous la direction _ parfaite _ de _ l’excellentissime _ Hans-Christoph Rademann.


Il y a bien longtemps que je thésaurise les magnifiques réalisations discographiques,

tout particulièrement à Dresde,

du chef Hans-Christoph Rademan _ né à Dresde le 5 août 1965 _,

notamment pour les labels Raum Klang, et puis Carus : c’est là que je l’ai découvert

et immédiatement admiré !

en particulier pour ses plus enthousiasmantes les unes que les autres Messes de Jan Dismas Zelenka (1679 – 1745) ! ;

antérieurement à ses réalisations, tout aussi réussies, pour Harmonia Mundi…

L’œuvre de Schütz

_ réalisée dans le siècle qui précède immédiatement celui de Johann-Sebastian Bach (1685 – 1750) ;

et Schütz ayant été, à Venise,

l’élève de Giovanni Gabrieli (1557 – 1612), entre 1609 et 1612 ;

puis, probablement, vingt ans plus tard, celui de Claudio Monteverdi (1567 – 1643) !

lors du second séjour de Schütz à Venise en 1628… _

est un des sommets du patrimoine musical européen : rien moins !

La disponibilité présente de ces 28 CDs

d’une musique confondante (!) de beauté intense,

constitue donc un trésor

_ où se réjouir à loisir sans compter… _

pour le mélomane d’aujourd’hui.

Voici un petit texte du label Carus,

à l’occasion d’un concert donné à Nuremberg le 29 juin 2019,

pour fêter la clôture de cette magistrale intégrale de 28 CDs Schütz :


Le public de Nuremberg plébiscite le Dresdner Kammerchor et Pr Hans-Christoph Rademann pour l’aboutissement d’un projet d’exception

Avec l’enregistrement de l’intégrale de Heinrich Schütz (1585 – 1672), un hommage sonore fort a été rendu au premier compositeur allemand de renommée mondiale _ voilà. Avec 20 parutions de volumes pour 28 CDs au total, Hans-Christoph Rademann et le Dresdner Kammerchor ont enregistré pour la première fois l’intégralité de l’œuvre diverse de Schütz. À cette occasion, le grand concert d’ouverture du 68e Musikfest ION à Nuremberg était entièrement placé sous le signe de Heinrich Schütz. Rademann, fondateur et directeur musical du Dresdner Kammerchor, directeur artistique de l’Internationale Bachakademie de Stuttgart, lauréat du Prix international Schütz et initiateur de cette intégrale, avait choisi les Psalmen Davids. Ce recueil d’œuvres créé il y a 400 ans _ en 1619 _ est une apothéose – à la fois dans l’œuvre de Heinrich Schütz et pour l’intégrale.

Le projet ambitieux d’enregistrer l’intégrale de Schütz date de 2009 dans le cadre d’une coopération intensive entre Pr Hans-Christoph Rademann et les éditeurs de Carus, Günter et Dr Johannes Graulich. La partition basée sur des recherches musicologiques de l’édition Schütz de Stuttgart, l’édition intégrale du Carus Verlag _ voilà _, a servi de support. Au cours des années qui ont suivi, l’enregistrement a eu lieu en étroite collaboration avec de nombreux spécialistes de Schütz, par exemple Pr Werner Breig, Pr Michael Heinemann, Ludger Rémy, Dr Uwe Wolf et Dr Helmut Lauterwasser. Avec le volume 20 Friedensmusiken und Psalmen (Carus 83.278), les deux derniers CDs (27 et 28) viennent de paraître. La musique magnifique de Schütz peut ainsi être écoutée intégralement pour la première fois, dans toutes ses facettes et dans un excellent enregistrement _ c’est dit.

Pr Hans-Christoph Rademann à propos de l’enregistrement : « Je ressens un profond sentiment de gratitude que nous ayons réussi à gérer un projet aussi important. Par ailleurs, je ressens – et ce sera sûrement le cas de tous les musiciens – un énorme enrichissement parce que la musique de Schütz témoigne d’un très grand talent. Son surnom de « Père de la musique allemande » est tout à fait justifié. Schütz est capable d’exprimer énormément de choses avec sa musique, il est en quelque sorte un « éclaireur » de la parole _ sacrée _ – avec de puissantes images musicales  _ voilà. La peinture et la musique cohabitent très étroitement, on apprend d’une certaine manière à voir avec les oreilles « _ oui : telle était bien la fonction de cette musique sacrée…

Oui, Schütz est bien un compositeur essentiel !

Ce samedi 8 février 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Pour célébrer la discographie exceptionnelle du magnifique chef baroqueux tchèque Vaclav Luks

30avr

Pour célébrer la lumineuse sortie

d’un superbe Messie (de Haendel)

par le Collegium Vocale 1704, le Collegium 1704,

sous la direction de cet époustouflant magicien

qu’est le chef baroqueux tchèque Václav Luks,

je tiens à souligner ici la magnifique série

de ses prouesses discographiques :

en 2007, chez Pan Classics, un CD 10124, Henrico Albicastro ;

en 2008, chez Zig-Zag Territoires, un CD ZZT 080801, Jan Dismas Zelenka : la Missa motiva ZWV 18 ;

en 2009, toujours chez Zig-Zag Territoires, un CD ZZT 090803, Jan Dismas Zelenka : I Penitenti Al Sepolcro Del Redentore ;

en 2010, chez Supraphon, un CD SU 4035-2, Antonin Reichenauer : Concertos ;

en 2011, et chez Accent désormais,

un double CD ACC 24244, Jan Dismas Zelenka : l’Officium Defunctorum ZWV 47 + le Requiem ZWV 46 ;

en 2012, un double CD ACC 24259, Jan Dismas Zelenka : les Responsoria pro Hebdomada Santa + la Lamentatio Ieremiæ Prophetæ ;

en 2013, un CD ACC 24283, Jean Sébastien Bach : la Messe en si mineur ;

en 2016, un CD ACC 24301, Jan Dismas Zelenka : la Missa Divi Xaverii ZWV 12 + les Litaniæ Sancti Xaviero ZWV 156 ;

en 2017, un CD ACC 24319, Jan Dismas Zelenka : ;

en 2018, un CD ACC 24347, Jean Sébastien Bach : un Concerto pour hautbois + des Cantates pour soprano ;

en 2018 encore, un CD ACC 24347, Josef Myslevecek : Concertos, Sinfonia et Ouverture ;

et maintenant, en avril 2019, un double CD ACC 24354, Georg Frideric Handel, Le Messie HWV 56.


Et je ne manquerai d’ajouter à cet exceptionnel palmarès discographique

de Vaclav Luks,

la monumentale Passion selon Saint Matthieu de Jean Sébastien Bach

donnée au Théâtre des Champs-Elysées le 19 avril dernier,

et retransmise en direct par France-Musique (3h 30′)

_ avec l’Orchestre National de France,

le Chœur (dirigé par Edward Caswell) et la Maîtrise de Radio-France (dirigée par Sofi Jeannin),

et, en solistes, Emöke Baráth soprano, Krešimir Stražanac baryton-basse (Le Christ), Maximilian Schmitt ténor (l’Évangéliste),  Sophie Harmsen mezzo-soprano,  Krystian Adam ténor, et  Johannes Weisser baryton (Pilate) _,

à laquelle ont assisté émerveillés

mes amis Sylvie et Bernard…

De quoi courir vite aller écouter Vaclav Luks

aussi à Prague…


Ce mardi 30 avril 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur