Posts Tagged ‘Johann Heinrich Schmelzer

Musiques de joie : le triomphant Heinrich Ignaz Franz Biber, et son très fécond passage à la cour de Kremsier-Kromeriz

30mar

Dans l’étroite brillante descendance musicale

de l’autrichien Johann Heinrich Schmelzer

(Scheibbs, 1623 – Prague, 20 mars 1680),

et de son disciple morave Pavel Josef Vejvanovsky

(Hukvaldy, 1623 – Kromeriz, 24 septembre 1693),

le brillantissime tchèque Heinrich Ignaz Franz Biber 

(Wartenberg, 12 août 1644 – Salzbourg, 3 mai 1704) :

Biber est passé par la brillante cour de Karl Liechtenstein-Castelcorno,

prince-évêque d’Olmütz-Olomouc,

en sa résidence festive de Kremsier-Kromeriz

_ quittée pour Salzbourg en 1670_ ;

et le fécond modèle du compositeur-trompettiste Vejvanosky…

Outre ce chef d’œuvre absolu que sont ses Sonates sur les Mystères du Rosaire (en 1678)

_ par exemple dans le double CD Arcana A901 (en 1997) de Gunar Letzbor, violon,

avec Lorentz Duftschmid, basse de viole, Wolfgang Zerer, orgue, Wolgang Glüxam, clavecin et Axel Wolf, luth et archiluth _,

j’opterai,

comme éminemment représentatives de musiques de profonde joie

de la plume de Biber,

pour ses 12 Sonatae tam aris qual allis servientes (de 1676) ;

par exemple dans l’interprétation jubilatoire

que dirige Manfredo Kraemer, à la tête de son Ensemble The Rare Fruit Council,

dans le CD Astrée-Auvidis E 8630 (de 1998)…

Biber est un compositeur extrêmement marquant

de l’apogée du Baroque catholique autrichien,

triomphant.


Ce lundi 30 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : le vivant baroque autrichien de Johann Heinrich Schmelzer

29mar

Un autre foyer de flamboyance baroque de musiques de joie

fut l’Autriche des Habsbourg

de la seconde moitié du XVIIe siècle

autour, notamment, de Johann Heinrich Schmelzer

(Scheibbs, 1623 – Prague, 20 mars 1680).

J’aime beaucoup _ et depuis longtemps : les années 80 _ l’œuvre de ce compositeur,

et éprouve un peu de mal à choisir un CD de sa musique,

entre les interprétations _ de ma discothèque personnellede (ou/et dirigées par)

Hélène Schmitt _ par exemple le très beau CD Alpha 109, de 2007 _,

Paolo Pandolfo _ par exemple le CD Glossa GCD 80003, enregistré en 1991 _,

Enrico Gatti _ par exemple le CD Symphonie SY 91507, de 1991 _,

René Clemencic _ par exemple le CD Preiser Records 93389, dont j’ignore l’année d’enregistrement _,

Gunar Letzbor _ par exemple le CD Chesky Records CD 173 , de 1998 _,

Lorenz Duftschmid _ par exemple le CD Arcana A33, de 1996 _,

William Dongois _ par exemple le CD Accent ACC 24324, de 2017 _,

John Holloway _ par exemple le CD ECM, de 1997 _,

Andrew Manze _ par exemple le CD Harmonia Mundi HMU , de 1996 _,

etc.

Et je me décide pour le CD Symphonia

de Sonate a 2, 3, 5, 6 da « Sacro-Profanus Concentus Musicus 1662″ et « Duodena Selectarum Sonatarum 1659″,

de l’Ensemble Aurora

dirigé, du violon, par Enrico Gatti,

avec Odile Edouard, violon,

Paolo Pandolfo , violes de gambe ténor et basse,

Eunice Brandao, viole de gambe ténor,

Sigrid Lee et Gaetano Nasillo, violes de gambe basses, 

Roberto Sensi, violone,

et Guido Morini, clavecin et orgue.

Ce dimanche 29 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur