Posts Tagged ‘Justin Taylor

D’admirables sonates en trio à la française : le CD « Opus 1″ consacré aux Sonates opus 1 de Dandrieu par Le Consort (CD Alpha 542)

16août

Comme pour illustrer-prolonger _ en plus français encore ; je veux dire un peu moins italien ; plus doux et  plus tendre… _

le programme du concert de l’Ensemble Diderot à Saint-Pée-sur-Nivelle de samedi dernier 10 août

_ cf mon article tout récent du 11 août :   _,

voici un admirable CD _ le CE Alpha 542de l’Opus 1 _ soit six sonates en trio _ (de 1705) de Jean-François Dandrieu (1682 – 1738),

par le magnifique ensemble Le Consort

_ cf leur précédent CD, le CD Alpha 439, avec la mezzo-soprano Eva Zaïcik, « Venez, chère ombre« … ;

et mon article du 20 février dernier : _,

composé de Timothée Langlois de Swarte et Sophie de Bardonnèche, violons,

Louise Pierrard, viole de gambe,

Hanna Salzenstein, violoncelle,

et Justin Taylor, clavecin.

Le programme de ce merveilleux et enchanteur CD

_ qui sert au plus haut la merveilleuse finesse-tendresse-délicatesse de l’art français à son plus haut _

comprend aussi trois Sonates (da camera) d’Arcangelo Corelli (1653 – 1713),

le maître romain (et initiateur) de la sonate en trio,

des Sonates de chambre de 1685 et 1694 :

les Sonates en do Majeur, Op. 4, n° 1 ;

en si mineur Op. 2, n°8 ;

et en sol Majeur, Op. 2, n° 12 ;

ainsi que, de Jean-François Dandrieu, la transcription _ par Justin Taylor _ de la Corelli, extraite du Deuxième Livre de Pièces de clavecin (de 1728)…


Dès 1787, Jean-François Dandrieu est protégé à la Cour par la Princesse Palatine, la mère du futur Régent ;

et se trouve immergé dans le cercle _ parisien _ des italianisants,

qui pratiquent ce que François Couperin nommera bientôt « les Goûts réunis« …

Un CD idéal !

Ce vendredi 16 août 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Approfondir un peu le genre des cantates françaises du début du XVIIIe siècle : Morin, Bernier, Lefebvre, Courbois, Pignolet de Montéclair, Clérambault : de l’importance aussi de l’interprétation…

24fév

Le CD parfait qu’est Venez chère ombre

d’Eva Zaïcik et Le Consort

_ soit le CD Alpha 439 _,

associé à la parution récente du CD Jean-Baptiste Morin, French Cantatas

_ soit le CD Etcetera KTC 1635 _,

par la soprano Stefanie True et l’ensemble Lautenwerk, sous la direction de Giulio Quirici,

ainsi que ma découverte du CD, plus ancien, Nicolas Bernier, Trois visages d’Hécate

_ soit le CD Etcetera KTC 1576 _,

par la soprano Lieselot De Wilde et l’ensemble Apotheosis sous la direction de Korneel Bernolet,

 

me font me pencher

sur le genre bien méconnu

de la cantate française (et de la cantatille),

qui apparaît au tout début du XVIIIe siècle en France ;

dont on peut trouver peut-être aussi quelques ancêtres

dans l’œuvre de Marc-Antoine Charpentier ;

ainsi qu’une cantate, récemment retrouvée, de François Couperin :

Ariane et Bacchus _ en un CD Aparté,

sous la direction de Christophe Rousset…

Après la redécouverte des œuvres elles-mêmes

ainsi que des compositeurs,

l’important consiste dans la réalisation discographique _ ou au concert _,

et dans la capacité d’incarnation

des interprètes :

comme cela éclate dans la superbe réussite du CD Alpha 439 ;

cf aussi mes articles des 29 janvier

et 20 février derniers :

et

Ce dimanche 24 février 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ravissement du « Venez, chère ombre » d’Eva Zaïcik et du Consort (dirigé par Justin Taylor) : ou l’heureuse reviviscence de la cantate française, à l’orée du XVIIIème siècle

29jan

Quel enchantement d’écouter

le chant parfait d’Eva Zaïcik _ avec quel timbre idéal ! et quelle qualité de diction ! _,

sertie dans le jeu idoine du Consort

_ que dirige du clavecin ou de l’orgue le claviériste Justin Taylor _,

dans le répertoire trop longtemps délaissé

_ depuis quelques vingt-cinq ans à peu près… _

de la cantate _ et de la cantatille _ française(s),

apparu à l’orée du XVIIIème siècle ;

en un mieux qu’épatant : splendide !

CD Alpha 439.

Les compositeurs interprétés ici sont :

Louis-Antoine Lefebvre (c. 1700 – 1763),

Michel Pignolet de Montéclair (1667 – 1737),

Philippe Courbois (fl. 1705 – c. 1730),

et Louis-Nicolas Clérambault (1676 – 1749)…

Nous sommes ici au cœur de l’art français de la musique…

Et interprété idéalement

par ces jeunes artistes :

avec l’incomparable Eva Zaïcik,

et l’excellent Justin Taylor,

les violons baroques de Théotime Langlois de Swarte et Sophie de Bardonnèche,

la viole de gambe de Sophie Pierrard _ formant l’ensemble Le Consort _,

et avec l’appoint du traverso d’Anna Besson,

de la viole de gambe de Lucile Boulanger

et du théorbe de Thibaut Roussel…

Une relève bien assurée !

Et un récital superbement vivant et réussi,

d’une justesse absolue d’interprétation !

_ avec ce qu’il y faut de tendresse…

Ce mardi 29 janvier 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur