Posts Tagged ‘Lars Vogt

Musiques de joie : le romantisme radieux de Johannes Brahms (II) : la puissance sidérante du premier Concerto pour Piano, opus 15, par Clifford Curzon et le London Symphony Orchestra dirigé par George Szell en 1962

11juin

Encore une royale et stupéfiante performance

que celle du pianiste Clifford Curzon

(Londres, 18 mai 1907 – Londres, 1er septembre 1982),

et du chef George Szell

(Budapest, 7 juin 1897 – Cleveland, 30-7-1970)

à la tête du London Symphony Orchestra, en mai 1962,

pour le Premier Concerto pour Piano et Orchestre, en ré mineur, opus 15,

de Johannes Brahms

(Hambourg, 7 mai 1833 – Vienne, 3 avril 1897) ;

chef d’œuvre dont la première eut lieu à Hanovre le 22 janvier 1959,

avec Brahms au piano ;

soit le CD Decca 417 641-2,

enregistré à Londres en 1962.

J’ai écouté quelques autres interprétations qui me sont tombées sous la main

dans le désordre de ma discothèque :

Rudolf Serkin et George Szell à Cleveland, hier,

et aujourd’hui Lars Vogt dirigeant du piano l’orchestre du Royal Northern Sinfonia,

ou Adam Laloum et Kazuki Yamada dirigeant le Rundfunk SinfonieOrchester Berlin :

elles n’ont pas la puissance sidérante

et de la plus parfaite évidence

qui convient tant au jeu du piano

qu’à celui de l’orchestre…

C’est somptueux !

Qu’on en juge par la jubilation que procure le podcast

Quel éblouissement…

Ce jeudi 11 juin 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa 

Le somptueux Lars Vogt dans le premier concerto pour piano et orchestre de Brahms : une fête !

04mar

Lars Vogt,

en plus d’être le très dynamique directeur du merveilleux Festival Spannungen

_ cf mes précédents articles enthousiastes ! _,

est un pianiste somptueux.

En témoigne son nouveau CD

_ Ondine ODE 1330-2 :

avec une prise de son royale ! _,

consacré aux 4 Ballades,

et au Concerto pour Piano n°1

_ dont il dirige aussi, de son piano, le Royal Northern Sinfonia _

de Johannes Brahms…

Ce mercredi 4 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

De superbes Quatuors à cordes n° 2 de Tchaikovsky et Borodine au Spannungen Festival 2018

31oct

Cela fait bien des années que j’attends avec impatience

la livraison annuelle en CDs

de quelques uns des concerts enregistrés en live

au Festival Spannungen

_ que dirige Lars Vogt, à Heimbach.

S’y entend la vie même.

Et ce jour,

voici de superbes String Quartets n° 2 de Tchaikovsky (1840 – 1893) et Borodine (1833 – 1887) :

le CD Avi-music 8553101 ;

par Antje Weithaas & Byol Kang, violons, Timothy Ridout, alto et Tanja Tetzlaff, violoncelle, pour le Tchaikovsky,

et Byol Kang & Anna Reszniak, violons, Barbara Buntrock, alto et Julian Steckel, violoncelle, pour le Borodine.


Ce jeudi 31 octobre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Superbe Julian Steckel dans un éblouissant CD de trois chefs d’oeuvre de Zoltan Kodaly

03sept

Décidément, la génération présente des violoncellistes

est riche _ tout spécialement en Allemagne _ de très grands latents…

Dans les chefs d’œuvre du répertoire de violoncelle,

et tout particulièrement celui du XXe siècle,

voici un éblouissant CD Kodaly _ le CD Avi-Music 8553272 _

par Julian Steckel, au violoncelle,

Paul Rivinius, au piano,

et Antje Weithaas, au violon,

dans trois œuvres majeures de ce répertoire ;

et de ce compositeur :

la Sonatine pour Violoncelle et Piano, Op. 4,

la _ grande ! _  Sonate pour Violoncelle seul, Op. 8,

et le Duo pour Violoncelle et Violon, Op 7

de Zoltan Kodaly (1882 – 1967).

Ces musiciens

sont aussi des familiers de l’excellent Spannungen Festival _ que dirige Lars Vogt _,

dont les enregistrements discographiques _ live ! _,

chaque année _ depuis ma découverte d’eux en 2010 _,

nous comblent.

Cf mes articles

du 14 novembre 2010 :  

du 13 janvier 2018 :  

du 2 novembre 2018 :  

ou du  3 novembre 2018 :  

Julian Steckel est lui aussi un très grand !!!


Ce mardi 3 septembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

La soufflante complicité de Tanja et Christian Tetztlaff et Lars Vogt, dans les Trios de Dvorak (suite) : une re-découverte !

03nov

Comme en complément inespéré

et merveilleux

à mon article d’hier

_ _,

hommage ce jour

au trio étincelant et profond

que forment la sœur Tanja, violoncelliste,

le frère Christian Tetzlaff, violoniste,

et le pianiste, leur très proche et magnifique complice, Lars Vogt,

cette fois dans les Trios opus 65 et 90 (« Dumky« )

du très grand Antonin Dvorak,

pour le CD Ondine ODE 1316-2.

Quel jeu stupéfiant !!!

Quelle perfection de l’interprétation !

Sans le moindre maniérisme :

seule la profonde intelligence de la musique du maître…

Et comme Lars Vogt a mille fois raison de clamer _ c’est un pur cri du cœur ! _ en page 11 du livret,

en conclusion de l’entretien des trois interprètes avec Friederike Westerhof,

ceci :

« For me Dvorak is the greatest discovery

_ voilà, pour ce qui le concerne, et en son répertoire : classique et romantique principalement _

of the last twenty years ;

the love I have for this incredible genius who speaks to us with such great art

and yet so completely directly

has become deeper and deeper« .

Mélomane, je suis moi aussi venu plutôt tardivement au génie de Dvorak ;

et j’ai d’autant mieux plaisir à lui rendre complètement les armes désormais…

Grâce à de tels interprètes, bien entendu !!!

Ce CD Dvorak par ces trois interprètes

est une réussite absolue !

et une bénédiction pour nous qui l’écoutons

et ré-écoutons…


Ce samedi 3 novembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa 

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur