Posts Tagged ‘Mieczyslaw Weinberg

Aujourd’hui 8 décembre 2019, 100 ème anniversaire de la naissance à Varsovie du compositeur Mieczeslaw Weinberg

08déc

Aujourd’hui 8 décembre 2019,

100 ème anniversaire de la naissance à Varsovie de l’immense compositeur Mieczyslaw Weinberg.

Pour commencer à bien le fêter, cet anniversaire, 

voici,

sur le site de Res Musica,

un excellent article de Jean-Christophe Le Toquin,

intitulé

Mieczysław Weinberg, portrait pour un premier centenaire


Mieczysław Weinberg, portrait pour un premier centenaire

 

Ce dimanche 8 décembre 2010, Titus Curiosus – Francis Lippa

Les préparatifs de l’année Beethoven pour le 250e anniversaire de sa naissance

07déc

La manie fétichiste (et assez paresseuse)

de la commémoration des anniversaires

a ceci de bon

qu’elle permet de refaire un point un peu utile

sur certaines de nos données patrimoniales

que nous pourrions, parfois bien à tort, négliger…

Ainsi demain 8 décembre,

commémorerai-je le 100e anniversaire de la naissance à Varsovie de Mieczyslaw Weinberg,

le 8 décembre 1919 ; et qui mourra à Moscou le 26 février 1996…

Un compositeur à vraiment découvrir..



Ce soir,

c’est sur le 250e anniversaire

de la naissance de Ludwig van Beethoven

à Bonn,

le 15 ou le 16 décembre 1770 (et il décèdera à Vienne le 26 mars 1827),

que je désire un peu m’attarder. 


Les publications discographiques _ notamment de coffrets _

n’ont pas manqué de commencer, dès cette fin d’année 2019, à proliférer :

qu’il s’agisse de rééditions d’enregistrements marquants ;

ou de nouvelles interprétations…


Ainsi me suis-je procuré the Complete Piano Concertos,

par le jeune prodige canadien _ d’origine polonaise _ Jan Lisiecki

dirigeant lui-même, de son piano, l’Academy of Saint Martin in the Fields,

et enregistrés en live au Konzerthaus de Berlin

_ un triple album Deutsche Grammophon 483 7637.

Ce samedi 7 décembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

La merveille d’interprétation du Trio pour piano, violon et violoncelle op. 24 de Mieczyslaw Weinberg par Gidon Kremer, Yulianna Avdeeva et Giedré Dirvanauskaité

29nov

Mieczyslaw Weinberg

(Varsovie, 8 décembre 1919 – Moscou, 26 février 1996)

_ et ami de Dmitri Chostakovitch (Saint-Petersbourg, 12 septembre 1906 – Moscou, 9 août 1975) _,

est un immense compositeur du XXème siècle ;

dont l’œuvre comporte 154 numéros d’opus

_ celle de Chostakovitch, 147.

Depuis pas mal d’années maintenant,

l’œuvre de Weinberg

connaît pas mal d’enregistrements discographiques,

parmi lesquels ceux, admirables, de Gidon Kremer et sa Kremerata Baltica…


Aujourd’hui paraît un admirable CD _ Deutsche Grammophon 483 7522 _

sobrement intitulé Chamber Music,

comportant,

outre ce chef d’œuvre absolu _ sublime ! _ qu’est le Trio pour piano, violon et violoncelle opus 24 (de 1946),

interprété par Yulianna Adveeva, au piano, Gidon Kremer au violon, et Giedré Dirvanauskaité au violoncelle,

3 Pièces pour Violon et Piano

et la Sonate pour Violon et Piano n° 6, op. 136 bis,

par Gidon Kremer et Yulianna Adveeva.

Ce CD est lui-même un chef d’œuvre d’interprétation de cette musique de Weinberg,

absolument poignante.

C’est un événement pour la musique.

Et un CD indispensable.

Ce vendredi 29 novembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Approfondir la connaissance de Mieczyslaw Weinberg (1919 – 1996)

22juil

Weinberg

est un compositeur à mieux approfondir en la variété de son œuvre.

le violon de Gidon Kremer,

la Kremerata Baltica,

le City of Birmingham Symphony Orchestra

et Mirga Grazinyte-Tyla, à la direction,

nous offrent deux symphonies de Mieczyslaw Weinberg :

la Symphonie n° 2 pour orchestre à cordes, op. 30 (de 1946)

et la Symphonie n° 21 « Kaddish« , op. 152 (de 1991) :

le CD Deutsche Grammophon 483 6566.

Un CD important pour la connaissance de la musique du XXe siècle.


Ce lundi 22 juillet 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Le bouleversant Concerto pour violoncelle de Mieczyslaw Weinberg, en 1948 : un requiem pour l’âme juive

05déc

La violoncelliste Marina Tarasova

nous offre une bouleversante interprétation

de la version originale, en 1948,

du Concerto pour violoncelle,

ou Concertino, opus 43,

de Mieczyslaw Weinberg

(1919-1996),

avec le Musica Viva Chamber Orchestra,

dirigé par Alexander Rudin :

soit le CD Northern Flowers NF/PMA 99131.

Voici l’excellent article de présentation,

intitulé Crépuscule,

qu’en a fait récemment,

le 5 novembre dernier,

sur son très riche et pertinent blog Artalinna

Jean-Charles Hoffelé :

CRÉPUSCULE

Mstislav Rostropovitch avait défendu de son archet somptueux le méditatif Concerto pour violoncelle de Mieczyslaw Weinberg sans pourtant parvenir à l’imposer au répertoire. Alors que les violoncellistes de la jeune génération se l’approprient enfin (Claes Gunnarsson et Nicolas Altstaedt l’ont enregistré coup sur coup), voici que ressurgit sa première mouture _ voilà ! _ qui correspond bien mieux au projet initial du compositeur : un concerto juif écrit pour un ensemble modeste limité aux seules cordes _ information capitale, en effet ! Je viens de ré-écouter la version du Concerto de Nicolas Alstaedt, un musicien que j’apprécie pourtant beaucoup. L’esprit dans lequel celui-ci interprète la version modifiée du Concertino opus 43 de Weinberg est en effet bien moins émouvante, moins klezmer ; moins Requiem juif… L’œuvre, plus brillante (voire luxueuse) ainsi, y perd pas mal en émotion simple, prenante, taraudante : bouleversante…


La poésie crépusculaire de cet ouvrage encadré par deux Adagios et dont le centre se compose de deux danses klezmer _ voilà _ est bien plus émouvante _ oui _ dans cette nudité première _ oui ! _ d’autant que Marina Tarasova chante ici _ oui _ avec un archet expressionniste saisissant _ c’est bien cela ! Ecrit en 1948, comment ne pas y entendre un petit requiem instrumental _ mais oui ! _ pour l’âme juive.


Quel contraste avec les brefs gestes des Vingt-quatre Préludes pour violoncelle seul composés spécialement pour Rostropovitch, en 1960, qui ne les joua jamais ! Ouvrage majeur qui joue des formes, pratique la citation (Mozart, Chostakovitch, Schumann et quelques chants folklores juifs ou slaves), et explore toutes les possibilités de l’instrument avec une poésie désarmante : écoutez seulement le 3e Prélude.

Finalement, Weinberg porta en 1979 le cahier à Marina Tarasova en lui dédiant le cycle. Elle en est devenue depuis l’apôtre. Son enregistrement est plus qu’historique, bouleversant _ voilà. Ce disque constitue un témoignage majeur de l’art de la plus grande violoncelliste russe de la fin du XXe siècle _ rien moins ! _, à égalité avec Marina Chaykovskaya et Natalia Gutman.

LE DISQUE DU JOUR

Mieczyslaw Weinberg (1919-1996)

 

Concertino pour violoncelle et cordes en ut mineur
24 Préludes pour violoncelle seul, Op. 100

Marina Tarasova, violoncelle
Musica Viva Chamber Orchestra
Alexander Rudin, direction

Un album du label Northern Flowers F/PMA99131

Photo à la une : © International Mieczysław Weinberg Society

Un CD rien moins qu’essentiel, par conséquent !!!


Ce mercredi 5 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur