Posts Tagged ‘Société de Philosophie de Bordeaux

Ecouter Denis Kambouchner analyser l’expression « Quelque chose dans la tête » et la manie du souci de « transmettre » : l’entretien au Studio Ausone le 26 novembre dernier avec Francis Lippa, pour la Société de Philosophie de Bordeaux

10déc

Vient d’être mis en ligne

hier soir 9 décembre

sur son site par la librairie Mollat

le podcast (de 62′) _ cliquez sur podcast, et vous accéderez à son écoute ! _

de l’entretien du 26 novembre dernier à la Station Ausone,

_ et en ouverture de la saison 2019 – 2020 de la Société de Philosophie de Bordeaux _,

de Denis Kambouchner

_ président de la Société française de Philosophie _

avec Francis Lippa

_ vice-président de la Société de Philosophie de Bordeaux _

à propos du magnifique passionnant petit livre

_ de 154 pages : quelle lumineuse finesse et ampleur d’analyse ! _

de Denis Kambouchner,

paru le 28 août dernier aux Éditions Flammarion

Quelque chose dans la tête, suivi de Vous avez dit Transmettre ? ;

muni du bandeau suivant :

« Nous avons perdu la culture de la mémoire : avons-nous gagné celle du jugement ? » 

Cette question des moyens, outils et aliments

de la riche _ et positivement complexe : quelle variété de ressources et méthodes à apprendre à mettre en œuvre et inventivement connecter (ainsi que donner à cultiver à d’autres), sans esprit fermé de système, non plus que de formalismeformation et « culture » _ à tous égards _ du jugement

de tout un chacun et quiconque,

à commencer, bien sûr, par les enfants et les adolescents

_ auxquels s’adresse d’abord, originellement du moins, en sa conception première, le premier des deux essais, Quelque chose dans la tête ;

mais la question, bien sûr, ne s’arrête à nulle génération d’âge, ni d’époque :

apprendre à bien juger est l’affaire de l’entièreté, de son début à sa fin, de toute vie d’une personne,

je veux dire de la vie entière de tout un chacun ! et cela sans la moindre exception : face aux dangers et chausse-trapes incroyablement multiples des situations à tâcher d’éviter, auxquelles échapper quand elles surviennent, à entreprendre de surmonter, en apprenant comment y faire face et s’en dépêtrer et sortir vainqueur et vivant, et pas trop amoché, cabossé, blessé, souffrant… ; Montaigne nous en avertissait en ouverture du Livre III de ses Essais : « Personne n’est exempt de dire des fadaises » (ni de commettre des bêtises !)

et cela ne concerne pas seulement, bien évidemment, la vie humaine : puisque cet enjeu ô combien vital fait à coup sûr déjà partie des conditions de la vie et survie animales : que d’erreurs s’avèreront mortelles… _,

est en effet cruciale,

tant à l’échelle des individus,

qu’à celle des sociétés

et civilisations…

Et cette question-là

des « nourritures » fondamentales et ouvertes

_ ainsi qu’en chantier inventif et constructif permanent… _

du bien (ou toujours mieux) juger

ne cesse,

à côtés de ses recherches proprement cartésiennes

_ afin d’essayer toujours de mieux pénétrer les micro-subtilités infinies (et passionnantes) du travail philosophique de Descartes,

tâche peut-être principale du travail de Denis Kambouchner en sa carrière et œuvre philosophique _,

de constituer un pan essentiel du questionnement foncièrement pragmatique,

et à visée d’authentiques progrès de l’esprit,

de Denis Kambouchner.

Cet art de distinguer les nuances magnifiques et merveilleuses, à bien les considérer, du pensable

caractérise, me semble-t-il bien,

et court la culture philosophique française :

Montaigne, bien sûr, Descartes _ et le sillage des très nombreux cartésiens _, Pascal,

Voltaire, Diderot, Rousseau,

Bergson, Jankélévitch, Ricœur, Derrida, etc.

Tous assez peu adeptes du concept et de ses un peu trop rigides fermetures,

qui va dominer, me semble-t-il encore, la conquérante philosophie universitaire allemande,

au moins à partir de Kant et Hegel.

Oui, l’art des nuances subtiles, à partir de comparaisons ;

et même de métaphores

riches d’humour…

Afin de former et donner consistance à la finesse de la « sagacité » _ une notion cartésienne…

Quant au second des deux essais qui se répondent, « en écho« ,

Vous avez dit transmettre ?..,

celui-ci entreprend de mettre en garde _ délicatement, sans rechercher quelque polémique médiatique _ contre une tentation désagréablement fermée de concevoir l’enseignement de manière exclusivement conservatrice et rétrograde _ celle de certains idéologues réactionnaires, à la versaillaise ! _,

et de défendre un partage ouvert et inventif-créatif _ véritablement progressiste : mais à quels mots se fier parmi l’incroyable déchaînement orwellien de notre époque ? _ de la culture :

le maître judicieux étant seulement « un nain » _ humblement _ juché sur des « épaules de géants« ,

selon une formulation de Bernard de Chartres,

reprise notamment par Montaigne et Pascal…

Le vocable de « transmission » ne convenant, à proprement le penser,

qu’à l’opération de léguer à quelques proches

un héritage bien précis et spécifié à laisser en propriété et usufruit à ses descendants,

un patrimoine à ne pas laisser se disperser et disparaître, se dissoudre,

un secret de création-fabrication à ne pas laisser se perdre en le confiant ainsi à quelque disciple élu

qui saura en faire, à son tour, son miel propre…

Alors que la culture à même d’alimenter richement le bien juger d’autres que soi-même

est de l’ordre de ce « pollen » multiple et divers (de mille fleurs)

dont les abeilles _ montaniennes _ sauront faire leur « miel« ,

« en se l’incorporant » vraiment :

« Les abeilles pillotent de ça de là les fleurs ; mais elles en font après le miel qui est tout leur ; ce n’est plus thym, ni marjolaine ; ainsi les pièces empruntées d’autrui, il les transformera et confondra pour en faire ouvrage tout sien, à savoir son jugement : son institution, son travail et étude ne vise qu’à le former.

Qu’il cèle tout ce duquel il a été secouru, et ne produise que ce qu’il en a fait. Les pilleurs, les emprunteurs, mettent en parade leurs bâtiments, leurs achats, non pas ce qu’ils tirent d’autrui. Vous ne voyez pas les épices d’un homme de parlement : vous voyez les alliances qu’il a gagnées, et honneurs à ses enfants. Nul ne met en compte publique sa recette : chacun y met son acquêt

Le gain de notre étude, c’est en être devenu meilleur et plus sage« , Essais, Livre I, chapitre 26, De l’institution des enfants

C’est cette profondeur et intensité de l’incorporation d’une authentique culture personnelle

par celui qui la reçoit,

comme par celui qui la donne _ et l’a donnée _,

qui,

en son authenticité généreuse et désintéressée _ pardon du pléonasme _ seulement,

en fait l’efficace seul effectivement consistant et durable.

Le reste, utile à court terme, se dissipera sitôt l’usage effectué…

Ensuite, selon le mot _ authentiquement progressiste et libérateur _ de Nietzsche, à propos de ce que donne le maître à son disciple :

« Vademecum, vadetecum« …

Tel est le paradoxe généreux du libérateur…

Ce mardi 10 décembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

P. s. :

voici encore, à titre de complément de luxe,

de quoi écouter le podcast de l’entretien _ merveilleux ! _ que j’ai eu avec Denis Kambouchner le 18 septembre 2013 à la librairie Mollat,

à propos de son essentiel _ lucidissime ! _ L’École, question philosophique.

Denis Kambouchner, à l’ouverture, le mardi 26 novembre prochain, de la saison 2019 – 2020 de la Société de Philosophie de Bordeaux, à la Station Ausone, pour son très sagace « Quelque chose dans la tête »

14nov

Mardi 26 novembre prochain, à la Station Ausone,

rue de la Vieille-Tour à Bordeaux,

à 18 heures,

la Société de Philosophie de Bordeaux

aura le vif plaisir d’ouvrir sa saison 2019 – 2020,

en recevant Denis Kambouchner,

président de la Société française de Philosophie,

et éminent cartésien

_ cf son très judicieusement utile Descartes n’a pas dit (aux Éditions Les Belles Lettres) _,

aux idées singulièrement claires et distinctes !,

à propos de son délicieux et percutant ouvrage Quelque chose dans la tête

tout récemment paru aux Éditions Flammarion.

Je rappelle ici l’entretien magnifique du 18 septembre 2013 à la librairie Mollat, rue Porte-Dijeaux, avec Denis Kambouchner, à propos de L’École, question philosophique (paru aux Éditions Stock),

dont le podcast dure 56 ‘ ;

et aussi,

toujours sur cet ouvrage essentiel _ et sur ce blog _,

l’article du 24 février 2013 :  

ainsi que celui du 13 mars 2013 :

A très bientôt, à la Station Ausone…


Ce jeudi 14 novembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Barbara Stiegler et Michael Foessel : un penser actif d’une lucidissime actualité

14oct

Le Monde,

en date de ce jour, lundi 14 octobre 2019,

met en ligne la passionnante vidéo (de 42′) d’une rencontre

entre nos amis philosophes

Barbara Stiegler et Michaël Fœssel,

à propos de l’année 1938,

qui a eu lieu au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, le 5 octobre dernier :

Les philosophes Barbara Stiegler et Michaël Fœssel dialoguent sur les années 30 au Monde Festival

Notre amie et collègue Barbara Stiegler

est l’auteur de

Il faut s’adapter _ Sur un nouvel impératif politique, paru aux Éditions Gallimard le 24 janvier 2019

_ cf mon article du 16 mars dernier : _ ;

et notre ami Michaël Fœssel

de Récidive, 1938, paru aux PUF le 27 mars 2019

_ cf mon article du 21 mai 2019 : … Cet article comporte un récapitulatif des articles que je lui ai consacrés…



Tous deux,

Barbara comme Michaël,

étant des familiers

des conférences de la Société de Philosophie de Bordeaux…

Ce lundi 14 octobre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

 

Philippe Hamou : « Dans la chambre obscure de l’esprit : John Locke et l’invention de l’esprit », à la Station Ausone le 4 décembre 2018

16déc

Voici le podcast (de 56′)

de la très claire _ et remarquablement éclairante ! _ conférence de Philippe Hamou

pour notre Société de Philosophie de Bordeaux,

à la Station Ausone le mardi 4 décembre dernier,

à partir de son travail sur John Locke,

Dans la chambre obscure de l’esprit : John Locke et l’invention du Mind :

Ce dimanche 16 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

A Arcachon : écouter Severin von Eckardstein interpréter « La Maison dans les dunes » de Gabriel Dupont (1907-1909)

09nov

Le compositeur Gabriel Dupont (Caen, 1-3-1878 – Le Vésinet, 1-8-1914),

souffrant de tuberculose chronique,

aima fréquenter l’air marin salubre

des pinèdes d’Arcachon

pour améliorer sa santé.

Après son œuvre pour piano Les Heures dolentes (1903-1905),

il composa un second cycle de pièces,

qu’il baptisa La Maison dans les dunes.


Après Marie-Catherine Girod

qui donne une très belle version de cette œuvre en 1997,

et ré-éditée cette année

_ le CD Mirare MIR 418 _,

le jeune pianiste Severin von Eckardstein

nous en propose à son tour

une très éloquente interprétation

_ le CD Artalinna ATL-A020.

Pour le plaisir,

j’énumère les titres des 10 pièces de ce recueil

où se ressent le doux plaisir

de la survenue,

parmi les pins,

de la brise

et des embruns

océaniques :

Dans les dunes, par un clair matin ;

Voiles sur l’eau ;

La maison du souvenir ;

Mon frère le vent et ma sœur la pluie ;

Mélancolie du bonheur ;

Le soleil se joue dans les vagues ;

Le soir dans les pins ;

Le bruissement de la mer, la nuit ;

Clair d’étoiles ;

Houles.

Et alors que Marie Catherine Girod

appariait cette Maison dans les dunes de Dupont

au Chant de la mer (de 1919) de Gustave Samazeuilh

_ un compositeur bordelais (1877 – 1967) que je me souviens d’avoir cotoyé aux conférences de notre Société de Philosophie de Bordeaux, vers 1966

(et j’en suis un des deux actuels vice-présidents) _,

Severin von Eckardstein, choisit, lui, de l’apparier

aux Images, livres I (1904-05) et II (1907),

de Claude Debussy (1862-1918)…

Une œuvre de très grande sensibilité,

superbement interprétée...

Ce vendredi 9 novembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur