Posts Tagged ‘soleil

Question : lesquels des « Tirages Fresson » de Bernard Plossu, sont ceux que je préfère ?.. Retour sur la question du choix de l’image de couverture

19nov

Ce nouveau double retour rétrospectif

à la fois, et surtout,

sur l’ensemble des 80 images de cet admirable « Tirages Fresson » de Bernard Plossu,

mais aussi sur l’ensemble de mes 15 _ et même, ce jeudi matin, 16 _ articles, tous titrés « Question : lesquels des « Tirages Fresson » de Bernard Plossu, sont ceux que je préfère ?..« ,

me permet de revenir aussi, au passage, sur la passionnante question que je m’étais posée _ le samedi 7 novembre : « « ) _ du choix de l’image de couverture de ce superbe et si varié album…

Bernard Plossu : tirages Fresson

l’image effectivement choisie par l’auteur et son éditeur n’ayant pas rencontré,

en le regardeur passionné que je suis de l’œuvre photographique de Bernard Plossu,

l’adhésion enthousiaste

qu’avaient immédiatement _ et définitivement : pour jamais ! _ suscitée

et l’image sublimissime _ Wow !!! _ du « Sofa rouge de Carlos Serrano, à Madrid, en 1975« , pour l’album _ somptueux _ « Plossu couleurs Fresson » de 2007, pour le Théâtre de la Photographie et de l’Image, à Nice ;

et l’image superbissime des « Clés de Zanot, à Milan, en 2009 » , pour l’albummerveilleux _ « Couleurs Plossu : séquences photographiques 1956 – 2013 » de 2013, aux Éditions Hazan…

Cette fois-ci,

l’image _ saisie aux environs du Mont Mézenc _ légendée « Ardèche, France, 2012« , présente sur la couverture et en page 13 de ce nouveau _ sublime _ « Tirages Fresson » de 2020, aux Éditions Textuel,

008027293

a commencé, d’abord par sa difficulté-étrangeté d’identification immédiate, par rencontrer mes interrogations   _ ;

renforcées, quant à son choix pour la couverture de l’album, par les plaisirs supérieurs, procurés _ du moins at first sight ! _ par plusieurs autres images,

listées

et dans ma première liste de « 13 images préférées« ,

et dans ma liste complémentaire de 22 autres

_ pour rappel de ces 2 listes : ...

Ma toute première appréciation de cette image des environs du Mont-Mézenc

_ une montagne de 1 753 mètres de hauteur située à la limite des départements de l’Ardèche et de la Haute-Loire _

a probablement pati, en effet, d’une première difficulté d’identification _ d’évidence immédiate _ 

de ce que donne précisément à regarder _ et identifier _ cette plossuienne image,

notamment par rapport à la fulgurance des si poétiques entrées

qu’offrent

et l’éblouissement du rouge _ un filtre merveilleux de la magicienne Circé !.. _ du sofa madrilène de Carlos Serrano, en 1975, à Madrid ;

comme par rapport à la douceur _ tranquille et quotidienne, mais puissante _ du charme poétique très efficace des toutes simples clés milanaises de l’appartement de Francesco Zanot, en 2009, à Milan.

Cependant, après ce premier recul d’adhésion de ma part,

et en revenant regarder un peu mieux cette image,

j’ai fini par reconnaître _ et apprécier _ la formidable finesse des innombrables tiges d’herbe frissonnantes, et jaunissantes _ un motif déjà apparu dans de précédentes somptueuses images de Plossu _, à la lumière d’un probable soleil d’automne, s’agitant sous les caresses un peu rudes du vent probablement glacé balayant ces sommets de montagne…

De même que je me suis à nouveau penché sur le mystère _ tout iconique, lui _,

au centre de l’image,

de cette toute ronde touffe vert sombre,

telle l’aréole d’un beau sein de la montagne même…

_ en pensant aussi à ce vers de Lorca, en 1928 : « Verde, que te quiero verde« 

Demain,

je re-regarderai avec la plus grande attention le détail des images qui auraient pu concurrencer celle-ci pour figurer en couverture de l’album ;

en me demandant ce qui a bien pu plaider, éditorialement, pour celle-ci

et contre celles-là…

À suivre, donc…

Ce jeudi 19 novembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : le parfait Fandango de Soler (1729 – 1783), par Scott Ross, pour un après-midi paisible de soleil

21mai

Le soleil de cet après-midi de confinement lumineux
dans mon quartier paisible
m’a fait me tourner vers la proposition du Fandango
du Padre Antonio Soler
(Olot, 3 décembre 1729 – El Escurial, 20 décembre 1783).
Et après écoute de plusieurs interprétations
c’est celle de Scott Ross
_ Pittsburgh, 1er mars 1951 – Assas, 13 juin 1989 _
enregistré à Paris en décembre 1988
qui me convainc le mieux,
en le crépitement maîtrisé de sa jubilation.
Il s’agit ici du très beau CD Erato 2292-45435-2…
Et pour l’écouter :
Ce mardi 5 mai 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : le soleil du Quatuor avec piano K. 478 de Mozart, par le Budapest String Quartett et Mieczyslaw Horszowski

21mai

Assez rarement 

la musique de Mozart est franchement joyeuse.

A part, probablement, sa musique d’harmonie _ pour vents seuls (de plein air !)
Sans jamais verser vers quelque anticipation mélancolique du Romantisme à venir,
la joie mozartienne est toujours ombrée d’un voile léger
d’au moins nostalgie
J’ai donc choisi pour ce dimanche assez ensoleillé,
après plusieurs jours de pluie tenace,
le piaffement bienheureux d’un Quatuor avec Piano du cher Mozart ;
et, en l’occurrence, celui du Quatuor en sol mineur K. 478,
de l’année 1785.
Et sous les doigts toujours ensoleillés et un brin espiègles du merveilleux éternel jeune homme Mieczyslaw Horszowski
(Lemberg, 23 juin 1892 – Philadelphie, 22 mai 1993)
_ Lemberg, la ville de mon arrière-grand-mère paternelle : Sarah Sprecher (1860 – 1937).
Avec trois des membres du splendide Budapest String Quartet :
Joseph Roisman, violon ; Boris Kroyt, alto ; et Mischa Schneider, violoncelle.
L’enregistrement de ce coffret de 3 CDs Sony-Classical SM3K 46527
a été réalisé à New-York le 5 décembre 1963.
Ce dimanche 3 mai 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa
Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur