nov 24 2021

Les Pélicans au Muséum de Bordeaux

DSC06347Les Pélicans apportent leur modeste contribution à l’exposition   » Collectionner la nature «  qui se tient au Muséum Sciences et Nature de Bordeaux jusqu’au  4 septembre 2022.

Cette exposition , intitulé  » Collectionner la nature » met en avant les collections et  collectionneurs du monde animale et naturel de la préhistoire à nos jours.

Par comparaison elle montre également la symbolique d’autres collectionneurs dont ceux de la Tintinophilie. Ainsi quelques Pélicans ont confié au Muséum quelques produits dérivés inspirés de l’univers du célèbre reporter belge  tirés de leurs collections personnelles.

Une Exposition a ne surtout pas manqué au Muséum de Bordeaux.

mai 18 2021

Les Pélicans Noirs au Musée Mer Marine.

JEUDI 3 JUIN 2021 à 18H au MUSEE MER MARINE

89, rue des Etrangers 33300 BORDEAUX.

A lieu la cérémonie de remise de la planche du journal Coeurs Vaillants « Tintin au Congo »

Cette cérémonie sera précédée d’une conférence du Consul de Syldavie Thierry Wickers

sur « Tintin à la découverte du monde » : « Les voyages en paquebot ».

 

Il faut savoir que La parution des aventures de Tintin reporter au pays des soviets se termine le 11 mai 1930.

Sa renommée va vite traverser les frontières et dès 1930, l’hebdomadaire catholique français pour la jeunesse « Cœurs Vaillants » s’intéresse à Tintin et souhaite en reproduire la première aventure.

« Tintin et Milou au pays des Soviets » paraît du N°47 du 26 octobre 2030 au N° 9 du 28 février 1932. Pour s’adapter au public français, la bande dessinée est francisée : Tintin devient reporter de « Cœurs Vaillants » au lieu du « Petit Vingtième » et des noms de villes françaises se substituent aux villes Belges.

Entretemps, Tintin est reparti pour de nouvelles aventures au Congo belge publiées dans le « Petit Vingtième » du N° 23 du 5 juin 1930 au N° 25 du 18 juin 1931.

Elles seront reprises dans Cœurs Vaillants du N° 12 du 20 mars 1932 au N°12 du 19 mars 1933.

De nouveau, ces aventures sont francisées : dès la première planche (celle exposée ici), Tintin et Milou partent au Congo français (non plus belge), l’embarquement se faisant toujours à bord du « Thysville », mais à Bordeaux et non plus à Anvers.

C’est donc grâce à cette « francisation » des aventures de Tintin dans « Cœurs Vaillants » que Bordeaux apparaît dans l’œuvre d’Hergé et ce sera la seule fois.

 

 

juin 17 2019

Les Pélicans noirs ont 20 ans !

 Le 24 mai 2019, de nombreux Pélicanes et Pélicans se sont posés en fin de soirée dans le jardin public de Bordeaux, attendus par la Pélicane-chef du Museum, l’oiseau Nathalie ( sans aucune option politique ) !

header_pelicans

Sous l’aile savante de celle-ci, nous planâmes en vol serré, de manière fort instructive, à la recherche d’une nourriture intellectuelle généreuse et abondante.

Vol faisant, nous avons découvert nombre d’espèces, philo-génétiquement classées, du grand éléphant à la petite musaraigne, de l’ours polaire au phoque de l’océan, jusqu’à ce moment émouvant de la rencontre de notre frère sans doute égaré de syldavie ( un espion bordure ?), étonnamment immobile et tout de blanc vétu, et, pour tout dire, muet comme une carpe !

Comblés par la savante présentation de Nathalie, nous plongeâmes ensuite sur l’excellent buffet et les délicieux breuvages offerts par le Pélican Jean-Luc.

Mille mercis à Nathalie de nous avoir permis de nous réunir en ce lieu magique et de découvrir ce Museum, rénové de manière exceptionnelle selon un projet culturel et scientifique mettant en exergue la place de l’homme dans la nature.

Patrice et Olivier

mar 04 2019

Pourquoi j’ai choisi… LES 7 BOULES DE CRISTAL par François Pouyanne

Lorsque j’ai eu l’honneur d’être admis parmi les honorables passionnés de Tintin et Milou, au sein des Pélicans Noirs, le Président Jerôme Dufort m’a proposé d’être associé au 12° album des aventures du petit reporter paru en 1946, «  Les sept boules de cristal  ». Franchement, je n’aurais pas fait un autre choix.

FPIl est écrit que, commencée dans «  le Soir  volé» fin 1943 et terminée en 1946, cette aventure, pas plus que les précédentes publiées pendant l’Occupation, (Le Crabe aux pinces d’or, l’Etoile mystérieuse,Le secret de la Licorne et le Trésor de Rackam le Rouge) ne fait aucune allusion à l’actualité. Transparaît pourtant un certain pessimisme d’Hergé («  ça finira mal, toute cette histoire. Vous verrez  !  ») en cette période d’occupation.
C’est le premier album auquel collaborera le dessinateur Edgar P. Jacob, créateur des Aventures de Blake et Mortimer.
«  Les 7 boules  » font suite au «  Secret de la Licorne  » et au «  Trésor de Rackam le Rouge  ». C’est une des rares aventures qui se déroulera pratiquement exclusivement en Belgique.

Le Capitaine Haddock a acquis le Château de Moulinsart et prétend devenir un «  gentleman farmer  » à monocle, snob, ce qui nous vaut quelques planches inénarrables en tout début d’album. Par ailleurs, les avatars du Capitaine dans les coulisses du Music-hall sont des morceaux d’anthologie de l’humour d’Hergé.
La deuxième partie de l’album nous plongera dans cet univers à la fois mystérieux et délicieusement effrayant de la momie de Raspar Capac «  celui qui déchaîne le feu du ciel  » et nous aurons évidement hâte de connaître le dénouement de cette aventure puisque nous restons d’une part sur «  l’évaporation  » du Professeur Tournesol et, d’autre part sur l’énigme des transes des 7 savants parmi lesquels Hippolyte Bergamote.
Vivement l’année prochaine (1947) lorsque paraîtra «  Le Temple du Soleil  » qui nous donnera toutes les explications nécessaires.

nov 05 2018

« Dictionnaire amoureux de Bordeaux »

logo_pelicans   Il n’a échappé à personne que, dans son dernier ouvrage le « Dictionnaire amoureux de Bordeaux » , Alain Juppé a tenu à marquer les liens qu’il l’unisse aux « Pélicans noirs ».

Nous vous invitons à consulter avec attention les pages 397 et suivantes du livre du Maire de Bordeaux.

« … Je revivais les délectables heures de lecture de Tintin qui ont ravi mon enfance, mon adolescence et au-delà. Je m’étais toujours considéré comme un tintinophile convaincu. je devenais ainsi tintinophile militant et m’engageais à soutenir les initiatives de mes compères Pélicans… » (A.Juppé)

 

Articles plus anciens «