mar 04 2019

Pourquoi j’ai choisi… LES 7 BOULES DE CRISTAL par François Pouyanne

Lorsque j’ai eu l’honneur d’être admis parmi les honorables passionnés de Tintin et Milou, au sein des Pélicans Noirs, le Président Jerôme Dufort m’a proposé d’être associé au 12° album des aventures du petit reporter paru en 1946, «  Les sept boules de cristal  ». Franchement, je n’aurais pas fait un autre choix.

FPIl est écrit que, commencée dans «  le Soir  volé» fin 1943 et terminée en 1946, cette aventure, pas plus que les précédentes publiées pendant l’Occupation, (Le Crabe aux pinces d’or, l’Etoile mystérieuse,Le secret de la Licorne et le Trésor de Rackam le Rouge) ne fait aucune allusion à l’actualité. Transparaît pourtant un certain pessimisme d’Hergé («  ça finira mal, toute cette histoire. Vous verrez  !  ») en cette période d’occupation.
C’est le premier album auquel collaborera le dessinateur Edgar P. Jacob, créateur des Aventures de Blake et Mortimer.
«  Les 7 boules  » font suite au «  Secret de la Licorne  » et au «  Trésor de Rackam le Rouge  ». C’est une des rares aventures qui se déroulera pratiquement exclusivement en Belgique.

Le Capitaine Haddock a acquis le Château de Moulinsart et prétend devenir un «  gentleman farmer  » à monocle, snob, ce qui nous vaut quelques planches inénarrables en tout début d’album. Par ailleurs, les avatars du Capitaine dans les coulisses du Music-hall sont des morceaux d’anthologie de l’humour d’Hergé.
La deuxième partie de l’album nous plongera dans cet univers à la fois mystérieux et délicieusement effrayant de la momie de Raspar Capac «  celui qui déchaîne le feu du ciel  » et nous aurons évidement hâte de connaître le dénouement de cette aventure puisque nous restons d’une part sur «  l’évaporation  » du Professeur Tournesol et, d’autre part sur l’énigme des transes des 7 savants parmi lesquels Hippolyte Bergamote.
Vivement l’année prochaine (1947) lorsque paraîtra «  Le Temple du Soleil  » qui nous donnera toutes les explications nécessaires.

nov 05 2018

« Dictionnaire amoureux de Bordeaux »

logo_pelicans   Il n’a échappé à personne que, dans son dernier ouvrage le « Dictionnaire amoureux de Bordeaux » , Alain Juppé a tenu à marquer les liens qu’il l’unisse aux « Pélicans noirs ».

Nous vous invitons à consulter avec attention les pages 397 et suivantes du livre du Maire de Bordeaux.

« … Je revivais les délectables heures de lecture de Tintin qui ont ravi mon enfance, mon adolescence et au-delà. Je m’étais toujours considéré comme un tintinophile convaincu. je devenais ainsi tintinophile militant et m’engageais à soutenir les initiatives de mes compères Pélicans… » (A.Juppé)

 

juil 02 2017

Le PROCES de ROBERTO RASTAPOLOULOS, Marquis di Gorgonzola, alias Endaddine Akass

thDU19B800Le 21 novembre 2016, les Pélicans Noirs ont mené à bien le procès par contumace de « Roberto Rastapopoulos« . Celui-ci s’est tenu au tribunal de commerce présidé par le Président Gérard PERRE. Le procès s’est déroulé devant un parterre de 175 personnes et de très nombreuses personnalités qui ont voté à la quasi unanimité la culpabilité du prévenu.

Voici en 5 parties la retransmission intégrale de ce procès.

 

1ère partie : L’ ACTE d’ accusation – Avocat Général :Patrice DAVOST

2ème partie : l’ EXPERT – Le Docteur ROTULE, expert psychiatre ( Benoit de PREMOREL) .

3ème partie : les TEMOINS de l’accusation – Marie PIQUEFORT ( Monique DOLLIN DU FRESNEL), Le Capitaine Archibald HADDOCK ( Didier TERS).

4ème partie : Les TEMOINS de la défense – ABADALLAH Jeune fils de l’émir du Khemed MOHAMMED BEN KALISH EZAB (Dominique BABIN) & Michel PIERRE, dit l’ honorable correspondant.

5ème partie : La PLAIDOIRERIE de la défense – Me Thierry WICKERS

jan 19 2017

« Les Momies ne mentent jamais » Cap Sciences – Esplanade du professeur Tournesol – Bordeaux

IMG_20170118_201433compJusqu’au 5 mars 2017, Cap Sciences propose une scénographie intéressante sur les momies et en particulier sur les momies d’Amérique du Sud.
A cette occasion Cap Sciences a proposé en collaboration avec les Pélicans Noirs une soirée spéciale intitulée « des momies précolombiennes à Rascar Capac »

Deux conférences se sont succédé, la première par Patrice LECOQ, maître de conférences à la Sorbonne,en Archéologie Andine des Amériques, la seconde par Philippe GODDIN, spécialiste de la vie et de l’œuvre d’Hergé, ancien secrétaire général de la Fondation Hergé, auteur de « La malédiction de Raspar Capac »
Deux interventions passionnantes qui ont permis aux tintinophiles de découvrir des origines presque inconnues de dessins d’HERGE du Temple du Soleil.

Entre les deux conférences, Cap Sciences proposait une rencontre autour d’un verre au « Café Scientifique », occasion pour Alain Juppé de nous rejoindre entre deux obligations (sur la photo: le nouveau directeur de Cap Sciences, J. Dufort, Philippe Goddin)

Philippe Goddin qui avait passé la soirée précédente en compagnie de quelques pélicans a pu également, dédicacer son dernier ouvrage « La naissance d’une œuvre : Tintin et les soviets »

déc 16 2016

Les PELICANS NOIRS en visite chez CARREIDAS (DASSAULT) à Mérignac

Le 28 novembre dernier à l’initiative d’un des leurs, François COURTOT, les Pélicans Noirs ont pu visiter les ateliers d’assemblage de l’usine Marcel Dassault de Mérignac.

PELICANSAccueillis très chaleureusement par Alain GARCIA, directeur de la production, les Pélicans ont découvert tout d’abord le premier avion furtif sans pilote construit par Dassault puis visité l’atelier du Rafale avant de visiter celui du Falcon

Le Rafale

À Mérignac, la chaîne de production militaire a en charge l’assemblage final des Rafales. Les essais sol et vol effectués sur le site, visent à attester de la conformité de l’avion jusqu’à la livraison finale au client.
Le Rafale est un avion de combat « omnirôle ». Polyvalent, il est capable de remplir en une seule mission tous les rôles dévolus à un avion de combat : actions de supériorité aérienne, de défense, mais aussi de reconnaissance, de pénétration à basse altitude, d’attaque de surface (sol ou mer) et de dissuasion nucléaire.
Il existe trois versions du Rafale : monoplace pour la Marine, monoplace et biplace pour l’Armée de l’air.

Le Falcon

Le lundi 27 juin dernier Dassault a reçu la certification de l’administration européenne de l’aviation civile (EASA) pour son avion d’affaires, le Falcon 8X (version allongé du F7X.

Le Falcon est un avion d’affaires permettant de voyager rapidement et confortablement avec toutes les capacités d’un véritable bureau high-tech. Il vole au dessus des lignes commerciales et, selon les versions, peut parcourir de 7.400 à 11.000 km. Le dernier né, le Falcon 7X, est le premier avion d’affaires équipé de commandes de vol électriques / numériques issues du savoir-faire acquis sur Mirage et Rafale.

Le Carreidas 160, bien connu des tintinophiles, de la société « Carreidas Aviation », est une mélange du Mirage G aux ailes à géométrie variable ( prédécesseur du Rafale) et du Mystère/Falcon des années 60.
Les Pélicans envisagent d’ailleurs d’acquérir un Falcon 7X pour leurs propres déplacements, mais plusieurs d’entre eux préféreraient un Carreidas 160.

Articles plus anciens «