«

»

mar 31 2015

Pourquoi j’ai choisi « L’Oreille Cassée », par Didier Lacombe.

9782203011434_0

« L’oreille cassée »  est le sixième album des aventures de Tintin, parue en 1937 (en 1943 pour la version couleur), et prépublié dans le Petit Vingtième du 5 décembre 1935 au 25 février 1937.
Dans cette enquête, Tintin part sur les traces du vol d’un fétiche arumbaya (avec sa fameuse oreille cassée) et se retrouve à la poursuite de deux hommes, ce qui le conduit dans la république du San Theodoros en Amérique du Sud, où il se retrouve au cœur d’une révolution auprès du général Alcazar et au milieu de la guerre avec le pays voisin, le Nuevo Rico. Tintin finira par découvrir le secret du fétiche qui contient un diamant et le restituera au musée ethnographique. Ce fétiche est le véritable fil conducteur de cet album.
Je suis particulièrement sensible à cet ouvrage d’Hergé pour plusieurs raisons :
L’aspect « muséologie » de l’album qui a un côté forcement séduisant pour un collectionneur ! Je vous recommande la visite des Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, où se trouve la fameuse statue précolombienne qui a servi de modèle au fétiche.
Le lien avec l’Amérique du Sud, continent attirant par ses cultures, notamment pré-européennes, ses paysages, ses habitants…
Le réalisme géopolitique de l’album qui, après le Lotus bleu, s’inspire de faits réels de l’époque, comme la guerre du Chaco entre le Paraguay et la Bolivie de 1932 à 1935 pour des champs pétrolifères. On peut cependant noter que cette fois-ci, Hergé invente de nouveaux noms de pays, comme il le fera dans Le Sceptre d’Ottokar.
La présence particulière de jumeaux ou de personnages « dédoublés » dans cet album, comme l’a souligné Benoît Peeters(1) : les frères Balthazar, Tapioca et Alcazar, les Arumbayas et les Bibaros… ce qui ne peut que titiller mon métier de généticien, d’autant plus que j’ai écrit un livre sur le sujet (2).
Le personnage attachant du « vieillard blanc », Ridgewell, devenu membre de la tribu des Arumbayas, et pour lequel Hergé s’est probablement inspiré du personnage de l’explorateur Percy H. Fawcett disparu en 1925 (3).

« Caramba, encore raté ! », initialement prononcé par un perroquet puis par Ramon et le caporal Diaz, est probablement un des premiers motifs comiques de répétition les plus aboutis de l’œuvre d’Hergé.

1. Peeters B. L’œuvre intégrale d’Hergé, vol. 3. Ed. Rombaldi, Tournai, 1985.
2. Lacombe D, Dehan M. Les jumeaux et leur pédiatre. Collection Progrès en pédiatrie. Ed. Doin, Wolters Kluwer France, Rueil-Malmaison, 2009.
3. Uztarroz R. Amazonie mangeuse d’hommes, « L’aventure post-mortem du vrai Indiana Jones ». Flammarion, Paris, 2008.

 

 

 

Visuel : © Hergé/Moulinsart 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*


four - = 2

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>