Qui sommes-nous : Les Pélicans Noirs ?

LA NAISSANCE

logo_pelicansImaginez quelques amis, dans le cadre de leurs relations amicales ou professionnelles. Ils découvrent, un jour au cours de leurs rencontres, leur passion commune pour l’œuvre d’Hergé et son jeune reporter « Tintin ». Il n’en faut pas plus pour qu’ils décident de mettre en commun cette passion, leurs informations, leurs savoirs, leurs découvertes, leur humour. Ainsi sont nés le 21 d’avril 99 « Les Pélicans Noirs ».
L’association qu’ils décident de créer aura pour objet « de regrouper des amateurs véritables de l’œuvre d’Hergé et de veiller surtout au respect de l’intégrité territoriale de la Syldavie».
Les « Pélicans » décident également de se limiter à 24 membres, autant que d’albums de Tintin. Chaque « Pélican » devra d’ailleurs avoir son album de référence.
Ils auront également parmi eux un consul, celui de Syldavie.
Enfin, ils auront l’obligation morale de faire allusion à l’œuvre d’Hergé lorsque l’un ou l’autre interviendra dans une manifestation publique ou officielle.
Au cours des toutes premières années de leur vie commune, les hasards de la vie verront arriver de nouveaux « Pélicans » passionnés et cooptés après examen de passage en Tintinophilie. C’est d’ailleurs ainsi qu’ils accueilleront un soir d’avril 2000 un « Pélican d’Honneur » , Alain Juppé, qui sera fait « chevalier de l’ordre du Pélican d’Or…

LA « CASTAFIORE »

castafiore_pelicansLeur passion est sans limite, leur humour également…Alors imaginez ce qu’ils décident de réaliser pour célébrer leur acte de naissance dans le monde d’Hergé : très simplement inviter à Bordeaux la très célèbre « Castafiore » pour un grand concert à l’Opéra. Il faut trouver une date ce sera le 1er avril de l’an 2000.
N’importe quel organisateur de spectacle leur aurait ri au nez, Mille sabords !… eux aussi d’ailleurs, mais ils l’ont fait, grâce au travail efficace des artisans de ce concert Thierry Fouquet, Michel Pierre et Numa Sadoul.
Le 1er avril 2000, la « Castafiore » se produisait à l’Opéra de Bordeaux en présence du Roi de Syldavie, Muskar XII et de la Reine, arrivés tous les deux par avion spécial dans l’après midi à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac sur lequel flottait fièrement le drapeau du royaume de la Syldavie.
Ils seront reçus en « grande pompe », à la Mairie de Bordeaux par le Maire de la ville qui assistera avec son épouse au concert à l’Opéra. Après l’hymne Syldave interprété par les chœurs et l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, devant un salle debout, les 1553 personnes présentes applaudiront la prestation convaincante de Michèle Lagrange et d’un Capitaine Haddock chantant « le soleil a rendez-vous avec la lune ».
castafiore_pelicans2Devant Sa Majesté Muskar XII, Roi de Syldavie, en uniforme de gala, tenant le fameux sceptre royal d’Ottokar IV, la diva fut parfaite, les figurants plus tintinesques que nature, et, lorsque retentit enfin l’air des « Bijoux du Faust de Gounod » – « Ah ! je ris… » -, le triomphe fut grandiose. La Télévision Française retransmettra ce concert.
Le concert fut suivi d’un dîner de Gala présidé par le Maire de Bordeaux dans le salon d’honneur de la chambre de commerce. Parmi les nombreux invités, on remarquera Fanny, la veuve d’Hergé et son mari Nick Rodwell, Michel Serres, philosophe, académicien et grand ami du créateur de Tintin, tous les « Pélicans Noirs » et de nombreux représentants d’autres associations tintinophiles de France avec lesquelles les « Pélicans Noirs» entretiennent de très bonnes relations.
Muskar XII dans son discours annoncera la candidature officielle de son pays àl’Union Européenne. Auparavant le Roi de Syldavie et le Maire de Bordeaux ont inauguré deux expositions organisées par la fondation Hergé.
L’une, à la salle capitulaire Mably en plein centre de Bordeaux, était consacrée au « Monde de Tintin » à travers les personnages dessinés, leurs terrains d’aventures et les objets du mythe. L’autre, au Musée d’Aquitaine, évoquant les relations d’Hergé avec l’Art majuscule. « Hergé et l’Alph-art » révélait le rôle quasi médiumnique du dessinateur de Tintin dans l’éperdu questionnement de l’art contemporain.

LES « PÉLICANS NOIRS » À L’HÔPITAL

Fidèle comme Milou à leur vocation d’aider à la diffusion de l’œuvre d’Hergé en tous lieux et toutes occasions, les « Pélicans » ne pouvaient que s’associer à la démarche menée par l’équipe médicale de l’hôpital de jour du hopital_pelicansCHU Pellegrin à Bordeaux. Soucieuse d’améliorer la qualité des soins et de prendre en charge la douleur des enfants (lesquels souffrent de maladies graves, cancers ou mucoviscidose), l’équipe sous la houlette d’Annick Thireau a réfléchi à la création d’un univers qui stimulerait le rêve et l’imaginaire des enfants.
Ainsi deux salles de soins ont été décorées de l’univers de Tintin : la fusée masque l’apport d’oxygène, des cases grand format montrent Tintin, Haddock, les Dupond(t), Séraphin Lampion ou le Général Alcazar. L’équipe des puéricultrices s’est fortement mobilisée dans la gestion de ce projet, largement partagé par toutes.
Grâce aux « Pélicans Noirs », la collection complète des albums de Tintin, les DVD des dessins animés produits par Ellipse ainsi qu’un lecteur DVD sont à la disposition de tous. L’enthousiasme de toute l’équipe soignante, y compris les « blouses roses », fait toujours plaisir à voir et il rejaillit sur les enfants -et sur les parents- pris en charge à l’hôpital de jour.

L’ESPLANADE DU « PROFESSEUR TOURNESOL »

inauguration_pelicansA l’initiative de l’association des « Pélicans noirs », la ville de Bordeaux a officiellement dénommé «Esplanade du Professeur Tournesol » l’esplanade située devant le centre culturel scientifique, technique et industriel dénommé « Cap Sciences » sur les quais de Bordeaux,. Fait semble-t-il unique en Europe, le nom d’un personnage de bandes dessinées est attribué à une voie ou un espace public.
L’esplanade a été inaugurée le 16 octobre 2010 par le Maire de Bordeaux Alain Juppé, en présence de Son Altesse Royale Muskar XII, qui ainsi effectuait son deuxième voyage d’État à Bordeaux. L’inauguration est suivie d’une réception à la Chambre de Commerce.

CONFÉRENCES

Les « Pélicans Noirs » ont organisé à Bordeaux plusieurs conférences :

Tintin est né le 10 janvier 1929 dans le n° 11 du quotidien le Petit Vingtième, supplément hebdomadaire du quotidien belge « Le Vingtième siècle ». Pour célébrer ce 80ème anniversaire les « Pélicans Noirs » se sont associés à la librairie Mollat à Bordeaux. La grande vitrine de la librairie sera consacrée à l’œuvre d’Hergé et aux nombreux ouvrages édités sur Tintin et son auteur.
Me Thierry Wickers, Consul Général de Syldavie et membre des Pélicans Noirs, anime une conférence-débat sur le thème « Tintin et l’amitié »

A l’initiative des « Pélicans noirs », Roger Faligot était invité en 2008 par Denis Mollat également membre des Pélicans Noirs, pour présenter son dernier livre « les Services Secrets Chinois, de Mao au JO ». Dans son ouvrage le journaliste et écrivain, un des meilleurs spécialistes de l’histoire des services des renseignements internationaux, révèle des faits surprenants : Tchang-Tchong-Jen, l’ami d’Hergé, qu’il a connu en 1934, a non seulement fortement influencé son œuvre, notamment « Le Lotus Bleu » et « Tintin au Tibet», mais aurait pu également influencer politiquement Hergé lors de la création du «Lotus Bleu». Tchang aurait été en contact avec de hautes personnalités chinoises, membres actifs des services secrets chinois.

tintinanglais_pelicansLa Nasa a découvert d’importantes quantités d’eau gelée près du pôle sud de la Lune, a annoncé en 2011 l’Agence spatiale américaine, confortant le projet d’implanter une base lunaire, près d’un demi-siècle après la mission Apollo.
« Nous avons trouvé de l’eau et pas seulement un petit peu, mais des quantités importantes », a dit, en jubilant, Anthony Colaprete, responsable scientifique de la mission LCROSS.

Aussitôt cette information connue, les Pélicans noirs réagissent et invitent Delphine Gourdou, Ingénieur (ENSICA/ISAE), spécialiste du secteur spatial des vols habités et Membre de l’association « Terre & Espace », Philippe Quentin, Professeur Emérite de l’université de Bordeaux, Licencié en Théologie de l’institut Catholique de Paris et Bernard Chabbert, Journaliste et spécialiste de l’Aéronautique et de l’ Espace pour les inviter à plancher sur le thème :
« 50 ans après, la NASA donne raison à Hergé (On a marché sur la lune) ; il y a bien de l’eau sur la lune. Quelles sont les conséquences scientifiques, philosophiques ou religieuses d’une telle découverte ?… »

Les « PELICANS » et leurs ALBUMS (voir page d’accueil)

Vous aurez noté qu’une des particularités des « Pélicans Noirs » est leur référence individuelle à un album de Tintin. Ainsi sur le blog peut-on lire ou voir la plus part d’entre eux expliquer leur choix. En voici quelques extraits.

onamarchesurlalune« Je crois que cet album a été l’un des livres qui a le mieux répandu auprès du grand public et de la jeunesse de l’époque l’idée de la formidable aventure que constituait pour l’Homme le voyage spatial et la conquête de la Lune. Il a suscité chez de nombreux jeunes, ce fut mon cas, une vocation pour les études scientifiques. Ce fut, sans aucun doute, l’application la plus réussie de la science contemporaine aux aventures de Tintin et la plus étonnamment prophétique. »

Jérôme Dufort (Président des « Pélicans Noirs »

letoile« …Tintin y représente « la presse d’informations »; les choses sont bien en ordre, le marin et le journaliste sont à leurs postes.
La science désintéressée a triomphé de la cupidité, c’est le message que Hergé voulait faire passer à ses petits lecteurs. »

Didier Ters

licorne« J’ai toujours aimé l’Histoire, j’étais donc obligatoirement conquis, mais aussi, j’ai toujours aimé chiner et dans cet album, Tintin en chinant, achète par hasard la première licorne à un brocanteur
Combien de fois ai-je analysé la case où Tintin, ayant cassé le mur de sa prison par un incroyable mécanisme, découvre les trésors entassés des deux antiquaires. Je crois que j’ai toujours rêvé de faire l’inventaire de la cave des Frères Loiseau. »

Eric Lacombe

tintinenamerique« Hergé trouve là une nouvelle formule, celle de l’aventure trépidante, menée tambour battant. Plusieurs pages après l’épisode du cow-boy, et après moult péripéties, Tintin en vainqueur de la pègre, connaîtra la parade triomphante, quittera New York en regrettant de devoir partir si tôt. Comme Tintin, pour nous aujourd’hui, naît une très grande envie d’Amérique. »

Alain Laufenburger

lilenoire« En faisant apparaître en 1937 un poste de télévision dès cette première version, Hergé se montrait très moderne. Car si les premiers essais dataient de 1923, l’invention de la télé était encore relativement confidentielle.
Quand Hergé décide en 1943 de publier une nouvelle version de 64 pages qu’il dessinera seul, celle-ci sera en couleur et la télévision sera également en couleur. Cependant en 1965 sort une 3ème et dernière version, entièrement redessinée par l’auteur et son équipe. Dans cette version couleur, bien sûr, la télé est à nouveau en noir & blanc, comme elle l’était, dans la réalité, à l’époque de l’aventure de Tintin. Cela permettra surtout par la suite, au professeur Tournesol d’inventer la TV couleur dans «Les Bijoux de la Castafiore», même si l’expérimentation n’est pas tout à fait probante… »
Jean-Claude Sire

vol714« C’est aussi le côté prémonitoire de cette aventure avec un détournement d’avion (l’histoire paraît en septembre 1966 dans le journal Tintin) et d’innombrables explosions qui feront la une quelques années plus tard de notre actualité bien réelle.
Vol 714 pour Sydney est également l’objet d’une anecdote particulièrement touchante concernant l’avant-dernière vignette de l’histoire… » [l’apparition d’un personnage ayant les traits d’un jeune bordelais qui a sollicité Hergé]

Eric Descudet

tounesol« C’est le récit le plus haletant, le plus dense, le plus concentré de tous les albums de Tintin. C’est un scénario de roman d’espionnage qui pourrait être porté à l’écran tel quel. Certains metteurs en scène utilisent aujourd’hui la bande dessinée pour la préparation de leurs tournages : une fois de plus Hergé fait ici preuve de son génie en livrant un album immédiatement transposable au cinéma avec tous les ingrédients d’un film d’action. »

Didier Michelet

tibet« Le dessin de la couverture a conservé toute sa magie à mes yeux. Une couverture blanche, sur laquelle se détache les traces du Yéti ; c’était le projet initial de Hergé, jugé trop radical pour son éditeur….
Qu’importe, ce premier plat immaculé annonce la prouesse graphique que représente le TIBET….
Ce qui frappe aussi c’est l’extraordinaire simplicité du scénario : TINTIN risque tout pour partir au secours de son ami disparu. »
Thierry Wickers
Lonsul Générale de Syldavie à Bordeaux

 

Les conférences…

  • Il faut noter en premier lieu les conférences organisées et proposées par le Consul Général de Syldavie à Bordeaux, Thierry Wickers, sur Tintin et l’amitié,   illustrée par l’album de «Tintin au Tibet» ou encore sur la fameuse bataille de Zileheroum que les historiens considèrent comme l’acte véritable de la fondation du Royaume Syldave.
  • Les Pélicans noirs ont reçu Philippe Goddin, venu à Bordeaux signer chez Mollat, son dernier ouvrage sur «la Malédiction de Rascar Capac». Le Président des « Amis de Hergé » est venu narrer l’histoire très particulière de Jean Tauré de Bessat alias Jean Taussat, histoire que vous pouvez découvrir sur ce blog des Pélicans.
  • Réception également   de Jean-Paul COSTA, ancien président de la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour une conférence  sur le thème de « Tintin et les droits de l’Homme ». (voir compte rendu et Texte de la conférence, rubrique « les Infos des Pélicans »)

  • Solicités  par Cap Sciences, les Pélicans ont organisé une soirée « spéciale »  dans le cadre de l’exposition  « Les Momies ne mentent jamais ». Celle soirée, le mercredi 18 janvier 2017 était  consacrée en particulier à Rascar Capac avec la participation active de Philippe Goddin, Président des « Amis de Hergé.

 

Le procès de Roberto Rastapopoulos

Le 21 novembre dernier, les Pélicans ont mené à bien le procès  par contumace de « Roberto thDU19B800Rastapopoulos« . Celui-ci s’est tenu n au tribunal de commerce (voir rubrique « les manifestations des Pélicans »). Le procès a eu lieu  devant un parterre de 175 personnes qui ont voté à la quasi unanimité la culpabilité du prévenu.

On pourra retrouver en images  l’intégral du procès en 5 parties, sur ce blog.

Il se murmure dans des milieux très bien informés que des tintinophiles prestigieux de la capitale  envisage un nouveau procès en appel ! une affaire à suivre, bien évidemment.

  • Vous noterez que les Pélicans Noirs viennent d’éditer pour leurs amis deux DVD, le premier reprend le concert du 1er avril 2000 de Bianca Castafiore, le second est l’enregistrement intégral du procès de Roberto Rastapopoulos.

 

Et soyez toujours rassurés, les Pélicans ne sont jamais à court d’idées.

Klow, septembre 2017

J.D. & J-C.S

 

 

Visuel : © Hergé/Moulinsart 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*


eight + 2 =

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>