A propos de Debussy mélodiste : écouter Stéphane Degout avec Alain Planès, et Sophie Karthaüser avec Eugène Asti

— Ecrit le jeudi 3 janvier 2019 dans la rubriqueMusiques”.

A propos du Debussy mélodiste,

et en miroir _ et prolongement bienvenu _ à mon article du 3 octobre 2018 dernier,

sur le double album Harmonia Mundi Harmonie du soir,

un album anthologique

par Sophie Kartthaüser & Stéphane Degout, Eugène Asti & Alain Planès,

l’album Harmonia Mundi HMM 902306.07

voici ce que dit ce jour sur son blog Discophilia d’Artalinna

de ce double album d’anthologie de mélodies de Claude Debussy,

l’excellent Jean-Charles Hoffelé,

en un article intitulé

Les Voix de Claude :


LES VOIX DE CLAUDE


La belle anthologie ! Les mélodies de Debussy, en dehors des Bilitis, ne sont pas si courus que cela, et il semblait impossible d’y réunir les deux sexes par des voix aussi versées dans cet univers.


Magnifique de bout en bout, Sophie Karthäuser distille l’érotisme des mélodies saphistes sans en charger les affects et sublime les Baudelaire : quel Jet d’eau, quelle Mort des amants dans le piano si caressant, si sonore d’Eugene Asti, bien plus qu’un accompagnateur, un peintre qui passe incontinent du crayon au pinceau. Et pour les quelques Vasnier, ce sens du mot qui fait les vers de Bourget enchanteurs sans être désuets. Elle vous sauverait toutes les mélodies de charme de Fauré avec le même art.


Mais c’est pourtant d’abord à la face sombre _ oui ! _ de cet album parfait que je retourne _ moi aussi… _ : Stéphane Degout est l’imagination même _ en effet ! _ dans les Verlaine, dans les Mallarmé, son chant noir donne aux Rondels de Charles d’Orléans, à ses Ballades de François Villon cette nostalgie ou cette gouaille _ les deux _ qui se sont perdus dans le chant français d’aujourd’hui sinon par sa voix _ en effet : splendide !


Son Promenoir des deux amants peut regarder droit dans les yeux ceux que nous aura laissés Bernard Kruysen. Alain Planès qui l’accompagne de toute sa science debussyste ajoute _ au piano seul _ les Images oubliées tandis que Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon sont dévolus à Asti : respirations nécessaires dans tant de perfections.


LE DISQUE DU JOUR


Harmonie du soir

Claude Debussy (1862-1918)
Nuit d’étoiles, L. 4
Mandoline, L. 29
Fêtes galantes, Livre I, L. 80
3 Chansons de Bilitis, L. 90
L’âme évaporée, L. 78
Les cloches, L. 79
Les Angélus, L. 76
Dans le jardin, L. 78
Beau Soir, L. 6
Voici que le printemps, L. 52
Paysage sentimental, FL 55
Fleur des blés, FL 16
La Belle au bois dormant, L. 74
5 Poèmes de Charles Baudelaire, L. 64
Les soirs illuminés par l’ardeur du charbon, L. 150*
Sophie Karthäuser, soprano
*Eugene Asti, piano

3 Mélodies de Verlaine, L. 81
Fêtes galantes, Livre II, L. 104
3 Chansons de France, L. 102
3 Ballades de François Villon, L. 119
3 Poèmes de Stéphane Mallarmé, L. 127
Le Promenoir des deux amants, L. 118
3 Images oubliées, L. 87**
Stéphane Degout, baryton
**Alain Planès, piano

Un album de 2 CD du label harmonia mundi HMM902306.07

Photo à la une : Claude Debussy et sa femme Emma – Photo : © DR

 


C’est superbe !!!



Ce jeudi 3 janvier 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


one * = 9

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur