La splendeur des nuances de blanc de l’Acropole mise en valeur par un nouvel éclairage nocturne

— Ecrit le jeudi 1 octobre 2020 dans la rubriqueArts plastiques, Histoire, Villes et paysages”.

Un intéressant article du Figaro,

intitulé « Athènes offre un nouvel éclairage à son Acropole, phare de la civilisation« ,

met le focus sur une splendide mise en valeur, par l’éclairage nocturne, des superbes nuances de blanc de l’Acropole,

lieu éminemment magique.

Athènes offre un nouvel éclairage à son Acropole, phare de la civilisation

Le nouveau dispositif doit souligner les nuances de blanc des marbres qui composent les monuments et redonner du relief _ on peut parfaitement en juger sur la photo _ à l’ensemble.

Par AFP agence et Le Figaro
Publié il y a 6 heures
Le ministère de la Culture souligne que cet investissement est d'autant plus important et symbolique que le site archéologique a vu fondre sa fréquentation touristique.
Le ministère de la Culture souligne que cet investissement est d’autant plus important et symbolique que le site archéologique a vu fondre sa fréquentation touristique. Gavrill Papadiotis/Fondation Onassis

L’Acropole d’Athènes dispose d’une nouvelle «illumination à trois dimensions» visant à «revaloriser l’image du Rocher sacré», site antique emblématique dans le centre historique de la capitale, selon le ministère de la Culture. «En pleine pandémie, il est très important qu’Athènes offre à ses habitants et visiteurs, mais aussi à travers la planète, une image améliorée du Rocher Sacré», a indiqué la ministre Lina Mendoni dans un communiqué.

L’ancien éclairage conçu par un Français

Visitée par des millions de touristes chaque année, l’Acropole d’Athènes, où domine le temple du Parthénon (Ve siècle avant notre ère), a subi une réduction importante du nombre de ses visiteurs cette année, une des répercussions de l’épidémie de Covid-19. Le nouvel éclairage est signé par la designeuse Eleftheria Deko, qui avait conçu l’illumination des cérémonies d’ouverture et de clôture des jeux Olympiques d’Athènes en 2004.

Si les cariatides originales de l'Érechthéion ont été transférées au musée dans les années 1970, leurs copies placées sur le site disposeront d'un éclairage digne de leur légende.
Si les cariatides originales de l’Érechthéion ont été transférées au musée dans les années 1970, leurs copies placées sur le site disposeront d’un éclairage digne de leur légende. Gavrill Papadiotis/Fondation Onassis

Le nouveau spectacle _ de son et lumières _ «va offrir les nuances du blanc sur les parties extérieures et intérieures des monuments du site et montrer leur surface en relief, leur profondeur et leur plasticité», explique Eleftheria Deko, citée dans le communiqué ministériel. Outre le temple de Parthénon, dédié à Athéna, déesse de l’Antiquité, de nombreux monuments antiques qui se trouvent sur l’Acropole d’Athènes et autour du site, seront illuminés chacun à leur façon pour «refléter leur volume et leur géométrie», selon le ministère.

Le nouvel éclairage remplacera celui conçu par l’artiste français Pierre Bideau il y a seize ans à l’occasion des jeux d’Athènes. «Il ne se limite pas à l’aspect esthétique, mais améliore les infrastructures existantes et modernise l’installation électrique» du monument, relève le ministère.

L’inauguration du projet a eu lieu mercredi à 20 heures, heure locale, en présence du premier ministre Kyriakos Mitsotakis et de la présidente de la République Katerina Sakellaropoulou. L’événement a été diffusé sur le site du ministère et sur le site de la Fondation Onassis,qui parraine le projet.

Voilà qui n’est pas sans m’évoquer le Cantique des colonnes, de Paul Valéry :

CANTIQUE DES COLONNES

À Léon-Paul Fargue.

Douces colonnes, aux
Chapeaux garnis de jour,
Ornés de vrais oiseaux
Qui marchent sur le tour,

Douces colonnes, ô
L’orchestre de fuseaux !
Chacun immole son
Silence à l’unisson.

— Que portez-vous si haut,
Égales radieuses ?
— Au désir sans défaut
Nos grâces studieuses !

Nous chantons à la fois
Que nous portons les cieux !
Ô seule et sage voix
Qui chantes pour les yeux !

Vois quels hymnes candides !
Quelle sonorité
Nos éléments limpides
Tirent de la clarté !

Si froides et dorées
Nous fûmes de nos lits
Par le ciseau tirées,
Pour devenir ces lys !

De nos lits de cristal
Nous fûmes éveillées,
Des griffes de métal
Nous ont appareillées.

Pour affronter la lune,
La lune et le soleil,
On nous polit chacune
Comme ongle de l’orteil !

Servantes sans genoux,
Sourires sans figures,
La belle devant nous
Se sent les jambes pures.

Pieusement pareilles,
Le nez sous le bandeau
Et nos riches oreilles
Sourdes au blanc fardeau,

Un temple sur les yeux
Noirs pour l’éternité,
Nous allons sans les dieux
À la divinité !

Nos antiques jeunesses,
Chair mate et belles ombres,
Sont fières des finesses
Qui naissent par les nombres !

Filles des nombres d’or,
Fortes des lois du ciel,
Sur nous tombe et s’endort
Un dieu couleur de miel.

Il dort content, le Jour,
Que chaque jour offrons
Sur la table d’amour
Étale sur nos fronts.

Incorruptibles sœurs,
Mi-brûlantes, mi-fraîches,
Nous prîmes pour danseurs
Brises et feuilles sèches,

Et les siècles par dix,
Et les peuples passés,
C’est un profond jadis,
Jadis jamais assez !

Sous nos mêmes amours
Plus lourdes que le monde
Nous traversons les jours
Comme une pierre l’onde !

Nous marchons dans le temps
Et nos corps éclatants
Ont des pas ineffables
Qui marquent dans les fables…

Ce jeudi 1er octobre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


9 - five =

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur