Archives du mois de décembre 2020

A la recherche des modalités de l’apparentement des Gadel aux Ducos du Hauron, en Algérie

26déc

Puisque dans mon article d’hier j’en suis resté seulement aux préliminaires de l’apparentement des Gadel aux Ducos du Hauron d’Algérie,

à partir du décisif (!) faire-part (paru dans L’Écho d’Alger du 2 janvier 1939) du décès, à Alger, dans les derniers jours du mois de décembre 1938, d’Eveline Ducros, née Ducos du Hauron :

« Monsieur Henri Ducros, administrateur adjoint à Dupleix,

ainsi que ses enfants ;

MM. Ducos du Hauron, Gérard et Roger ;

Mme Jacquet ;

Mme Vve Gadel et ses enfants ;

les familles Ducros,

Ducos du Hauron,

Gadel,

Gentet,

Charavel,

Ferrand,

Bure,

vous font part du décès de leur chère et regrettée Madame Henri DUCROS née Eveline DUCOS DU HAURON

Les obsèques ont eu lieu dans l’intimité le 1er janvier 1939« 

c’est maintenant que j’en viens à mon effort pour situer le lien effectif ayant uni les Ducos du Hauron (ou les Ducros)

aux Gadel…

Et cela à partir, d’abord, de la mention du mariage de Robert Gadel _ alors étudiant en pharmacie _ et Iréne Bure, célébré à Alger le 22 décembre 1927, publiée dans Le Progrès d’Orléansville, le 29 décembre 1927 :

« Carnet Blanc. Jeudi dernier a été célébré à Alger, le mariage de Melle Irène Bure, fille de Madame et Monsieur J.-B. Bure, propriétaire à Vauban, avec M. Robert Gadel, étudiant en pharmacie, fils de Madame et Monsieur Gadel, payeur adjoint de la Trésorerie d’Algérie, chevalier de la Légion d’Honneur. Le Progrès est heureux d’adresser ses meilleurs vœux aux époux et ses félicitations aux familles si honorablement connues qui viennent de s’unir.« …

Je commence donc par rechercher qui sont les parents de ce Robert Gadel ;

ainsi que ses grand-parents paternels _ pour ses grands-parents maternels Rey, d’Orléansville, je ne dispose pas pour l’instant de précisions.

Le père de Robert Gadel _ fils aîné de ses parents ; j’ignore à ce jour ses lieu et date de naissance _ est Victor-Nicolas-Benjamin Gadel,

né le 8 juillet 1872 à Grandserre (département de la Drôme), et qui décède, à l’âge de 57 ans, en son domicile, 32 rue Eugène Robe, à Alger, le 30 mars 1930.

Et son grand-père paternel est Victor-Alexandre-Philémon Gadel, né à Tarascon (département des Bouches-du-Rhône), le 12 octobre 1835 ; et qui décède à Marseille, en son domicile, à l’âge de 92 ans, le 26 septembre 1927 ;

sa grand-mère paternelle étant Marie-Eugénie-Hortense Rey, la première épouse _ précocement disparue _ de son mari (qui épousera, en secondes noces, à Birkaden (arrondissement d’Alger), le 9 décembre 1886, Marie Morlier.

Pour ces deux décès de ces deux Victor Gadel _ fils et père _, je me réfère aux faire-part de décès _ tous deux bien détaillés _, parus, les deux, dans L’Écho d’Alger,

le 31 mars 1930, pour le père de Robert, et le 27 septembre 1927, pour son grand-père.

Et pour ce qui concerne l’identité de la mère de Robert Gadel, et veuve de Victor-Nicolas-Benjamin Gadel,

j’ai pu découvrir dans Le Progrés d’Orléansville, que

le 9 mars 1905, M. Victor Gadel, adjudant aux 1ers Tirailleurs, à Cherchell, avait épousé Aimée Laurence Rey, d’Orléansville :

 j’ignore encore à ce jour si quelque lien de parenté (et lequel…) existe (ou pas) entre cette Aimée-Laurence Rey, épouse de Victor-Nicolas-Benjamin Gadel,

et la propre mère de celui-ci, Marie-Eugénie-Hortense Rey, la première épouse de son père Victor-Alexandre-Philémon Gadel ; lequel s’est remarié à Birkaden (arrondissement d’Alger) le 9 décembre 1886…

Et plus encore _ et c’est bien sûr là quelque chose de crucial, et même fondamental, pour cette recherche en cours ! _,  entre chacune de ces deux dames Rey _ dont j’ignore encore, et c’est bien dommage, leurs lieux et dates de naissance et de décès : en Algérie ? ou en France ? _,

et Marie-Louise Rey, l’épouse d’Amédée Ducos du Hauron, le « fondateur » de la branche « algéroise – algérienne » des Ducos du Hauron…

Il me faut relever ici, au passage, la fréquence relativement rare de ce nom de Rey parmi les noms des familles présents dans les faire-part d’État-civil à l’occasion de décès ou de mariages, au sein des listes de familles directement parentes ou bien alliées au défunt ou aux mariés

_ je pense ici aux événements de ce type ayant affecté en cette première moitié du XXème siècle en Algérie, et entre quelques autres, les Gadel, les Bure, les Gentet, bien sûr les Ducros, ainsi que, au cœur de cible de ma recherche ici, les Ducos du Hauron eux-mêmes ;

puisque ces faire-part présents dans les journaux, et aujourd’hui accessibles (assez aléatoirement, il faut le reconnaître) sur le web, constituent ma première source d’indices pour repérer présentement des apparentements entre familles, en l’occurrence celles formant la constellation qui m’intéresse autour de ces Ducos du Hauron d’Algérie…

Je poursuis donc mes recherches d’abord sur cette famille Gadel :

jusqu’ici, j’ai pu apprendre que c’est en 1902, le 30 avril 1902, très précisément, que Victor-Nicolas-Benjamin Gadel était entré au 1er régiment des Tirailleurs algériens ; et arrivé à ce corps, en Algérie, le 17 septembre 1902 _ afin de se marier, à Orléansville, le 9 mars 1905, l’adjudant Victor Gadel a bénéficié d’un congé de 5 semaines, allant de ce 9 mars au 16 avril 1905 compris _ ;

et que c’est le 20 décembre 1912 qu’il entre comme commis de 5e classe à la Trésorerie d’Algérie, à Alger ;

pour en être Payeur adjoint au Trésor en activité au moment de son décès, à l’âge de 57 ans, le 30 mars 1930…

Nous avançons : à suivre…

Ce samedi 26 décembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Comment s’est réalisé l’apparentement des Ducos du Hauron aux Gadel, en Algérie ?

25déc

Ma recherche présente se focalise présentement sur le point précis de l’apparentement des Ducos du Hauron (d’Algérie) aux Gadel…

Car si à diverses reprises, dans le dépouillement des avis d’État-Civil de mariages, de décès ainsi que de naissances, auxquels j’ai pu avoir accès, très partiellemment, sur le web,

j’ai pu constater la présence du nom Ducos du Hauron dans des avis concernant surtout des Gadel _ et à un moindre degré des Bure _,

je ne suis pas encore arrivé, jusqu’ici, à clairement identifier un tel lien effectif entre les Ducos du Hauron et les Gadel,

à l’exception _ pour le moment unique _ du mariage _ mais, pour le moment encore, sans lieu, ni date… _ entre Eveline Ducos du Hauron et Henri Ducros,

qui fut administrateur adjoint de diverses communes d’Algérie : Port-Gueydon, Dupleix (et la commune mixte de Cherchell), pour ce qui concerne la période de cette union ;

et cela à travers la découverte de la naissance avérée d’au moins deux enfants de ce couple :

d’une part, la petite Raymonde Ducros, en un avis de décès (survenu à Alger ; alors que son père était administrateur-adjoint à Port-Gueydon) publié par L’Écho d’Alger du 23 octobre 1933 ; et je le cite ici in extenso : « M. Ducros Henri, administrateur-adjoint à Port-Gueydon, et Mme née Ducos du Hauron, et leur fils Yves ; les familles Ducos du Hauron, Ducros, Gadel, Gentet _ données ici, en 1933, en cet ordre _ et leurs parents vous font part du décès de leur chère petite Raymonde Ducros. Les obsèques auront lieu aujourd’hui à 14 heures. Réunion Chemin Yusuf. P. funèbres de la ville d’Alger. Un seul bureau, mairie. Tél. 86-07« … ;

et, d’autre part, le petit Yves-Henri Ducros, en un avis de naissance (à Port-Gueydon) publié par L’Écho d’Alger du 8 juin 1930 : « Port-Gueydon. Naissance. Nous apprenons avec plaisir la naissance de Yves-Henri Ducros, fils de Mme et M. Henri Ducros, administrateur adjoint à Port Gueydon. Nous présentons au bébé et à ses heureux parents nos meilleurs souhaits de bonheur« .

C’est de ces deux données d’Etat-civil,

ainsi, aussi et surtout, bien sûr, que de l’avis de décès de Mme Henri Ducros, née Eveline Ducos du Hauron, publié le 2 janvier 1939 dans L’Écho d’Alger : « Monsieur Henri Ducros, administrateur adjoint à Dupleix, ainsi que ses enfants ; MM. Ducos du Hauron, Gérard et Roger ; Mme Jacquet ; Mme Vve Gadel et ses enfants ; les familles Ducros, Ducos du Hauron, Gadel, Gentet, Charavel, Ferrand, Bure, vous font part du décès de leur chère et regrettée Madame Henri DUCROS née Eveline DUCOS DU HAURON Les obsèques ont eu lieu dans l’intimité le 1er janvier 1939« ) ;

complété par cette brève information, donnée le 5  janvier suivant par L’Écho d’Alger : « Dupleix, Décès : Mme Ducros est décédée subitement à Alger, où elle était allée, avec sa famille, passer les fêtes de Noël. La triste nouvelle a plongé la population dans une profonde consternation. Nous présentons à M. Ducros, notre administrateur adjoint, et à ses enfants, l’expression de nos condoléances attristées » ;

ainsi que par ces Remerciements parus dans L’Écho d’Alger du 18 janvier suivant : « M. Henri Ducros, administrateur adjoint à Dupleix ; MM. Ducos du Hauron et leurs familles prient les personnes qui ont bien voulu prendre part à leur douleur à l’occasion du décès de Mme Henri DUCROS, née Eveline DUCOS DU HAURON de trouver ici l’expression de leurs remerciement émus« ,

que j’ai pu induire et avérer l’existence de ce mariage entre Eveline Ducos du Hauron et Henri Ducros… 

Depuis cet article du 15 décembre dernier (),

je viens de découvrir, en un avis de naissance publié par L’Écho d’Alger du 22 septembre 1921, que Henri Ducros, qui était alors administrateur-adjoint à Aumale, avait eu un petit garçon nommé Paul-Henri de son épouse d’alors, née Gibal (« fille de M. Gibal, instituteur à Alger, et nièce de M. Cordier, chef du Trafic à la Compagnie générale transatlantique » ; chose que j’avais ignorée jusqu’ici _ de même que j’ignore le prénom, la date et le lieu du décès de cette première épouse de Henri Ducros ; ainsi que ce qu’est devenu par la suite ce petit Paul-Henri Ducros… Et je peux ajouter ici un autre article de L’Écho d’Alger, cette fois du 2 août 1920, qui citait M. Ducros, « administrateur-adjoint à Aumale« , parmi la liste des membres de la Société de géographie d’Alger…

De même que j’ai appris, d’un entrefilet de L’Écho d’Alger du 30 janvier 1923, que « M. Dor, administrateur-adjoint à Bou Saâda, avait été appelé à Aumale, en remplacement de M. Ducros, précédement désigné pour Trezel » _ et ici, je dois avouer que je n’en sais, pour le moment, pas davantage, ni sur le parcours administratif (d’administrateur adjoint de diverses communes d’Algérie) de Henri Ducros avant sa nomination à Port-Gueydon (à quelle date ?) ; ni sur son parcours personnel familial : où et quand a-t-il perdu sa première épouse, née Gibal ? où et quand s’est-il remarié avec Eveline Ducos du Hauron ?

Et encore, cette fois en un petit article (de « cordiale bienvenue« ) de L’Écho d’Alger du 6 janvier 1937, voici une brève information de la nomination de M. Henri Ducros à Dupleix : « Cordiale bienvenue à M. Henri Ducros et sa famille qui viennent de Port-Gueydon. M. Ducros est nommé en qualité d’administrateur adjoint de la commune mixte de Cherchell« …

En tout cas, Henri Ducros _ le gendre _ et Amédée Ducos du Hauron _ le beau-père _ ont partagé, à une génération de distance, les mêmes fonctions d’administrateur adjoint, en diverses communes d’Algérie…

Je poursuivrai demain le compte-rendu de ce que j’ai un peu trop imprudemment annoncé en mon titre :

l’apparentement des Ducos du Hauron (et/ou des Ducros) aux Gadel,

puisque ce jour j’en suis resté à l’apparentement, via Henri Ducros et son épouse Eveline Ducos du Hauron, des Ducos du Hauron aux Ducros ;

et n’ai pas encore abordé la place des Gadel dans cette constellation familiale des Ducos du Hauron d’Algérie…

À suivre, donc…

Ce vendredi 25 décembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Suite de la recherche de liens, en Algérie, à partir de 1896, entre les Ducos du Hauron et diverses autres familles : les Rey, les Ducros, les Gadel, les Gentet (ainsi que les Bure)…

24déc

Outre la famille Ducros

_ je me réfère ici à l’union de Henri Ducros et Eveline Ducos du Hauron : leur mariage a eu lieu entre la fin de l’année 1926, où Eveline est encore l’épouse d’un certain François Perez (je me fie ici à l’étrange entrefilet intitulé « Pour affaires personnelles«  publié par ce François Perez dans L’Écho d’Alger du 5 octobre 1926, dans lequel ce mari met en garde contre « les dettes que pourrait contracter sa femme née Eveline Ducos du Hauron« …), et l’année 1929 : je relève, en effet, dans L’Écho d’Alger du 8 juin 1930, qu’est né, à Port-Gueydon, au foyer de M. Henri Ducros, administrateur-adjoint de Port-Gueydon, et son épouse (née Eveline Ducos du Hauron),  un petit Yves-Henri Ducros… _,

une famille plus ou moins alliée à la branche « algéroise – algérienne » des Ducos du Hauron

_ celle issue d’Amédée et son épouse Marie-Louise Rey _,

et vraisemblablement via des apparentements, aussi, avec la famille Gadel

_ bien attestés ceux-ci aussi, et déjà assez copieux… _,

se trouve être celle des Bure _ de l’arrondissement d’Orléansville _ ;

à propos desquels la documentation accessible sur le web, est, cette fois, nombreuse ;

même si l’apparentement entre les Ducos du Hauron et les Bure n’a semblé jusqu’ici jamais direct ;

mais seulement par l’intermédiaire de Ducros et de Gadel…

C’est donc par les liens entre certains membres de la famille Ducos du Hauron et certains membres des familles Ducros,

ainsi que Gadel,

qu’il me faut aller rechercher les précisions de parenté qui jusqu’ici m’échappent. 

Ce jeudi 24 décembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

A la recherche de liens, en Algérie, à partir de 1896, entre les Ducos du Hauron et diverses autres familles : les Rey, les Ducros, les Gadel, les Gentet (ainsi que les Bure)…

23déc

Ce jour,

j’ai continué à rechercher sur le web divers faire-part de naissance, mariage et décès

pouvant me fournir des indices d’alliances familiales entre ceux des Ducos du Hauron qui demeurèrent en Algérie après le départ en 1896 d’Alcide et son épouse Césarine-Marie, son fils cadet Gaston, ainsi, je suppose, que leurs filles Marguerite et Alice _ et aussi, probablement parti en avant garde, Louis, qui choisit de venir s’installer à Paris, dans le quartier des Batignolles _,

et diverses familles vivant en Algérie :

les Rey, les Ducros, les Gadel, les Gentet, au premier chef ;

et d’autres familles alliées, comme les Bure, d’Alger et Orléansville…

Je veux donc parler ici du destin algérien du fils aîné, Amédée Ducos du Hauron, qui choisit, lui, de faire carrière en cette Algérie, dans l’administration ;

ainsi que s’y marier, avec Marie-Louise Rey ; et, très bientôt, aussi et surtout, y fonder une famille.

Une famille qui comptera 5 enfants au moment de la retraite d’Amédée (à l’âge de 61 ans), à Rébeval, en 1927…

Les trois principaux avis (ou faire-part) de décès, tous publiés dans L’Echo d’Alger, me permettant de repérer avec quelles autres familles, en Algérie, se sont alliées les Ducos du Hauron,

datent  :

1) du 13 octobre 1933, pour l’avis du décès _ par les familles Ducos du Hauron, Ducros, Gadel et Gentet _, à Agen, le 20 septembre 1933, de Marie-Louise Rey, l’épouse d’Amédée Ducos du Hauron, dont l’inhumation a eu lieu dans le caveau familial des Ducos du Hauron, au cimetière de Gaillard, à Agen ;

2) du 13 août 1935, pour l’avis du décès _ par les familles Ducos du Hauron, Ducros et Gadel _, à Alger, d’Amédée Ducos du Hauron ; dont les obsèques eurent lieu, à Alger, le 15 juillet 1935 ;

3) et du 2 janvier 1939, pour le faire-part _ cette fois _ du décès, à Alger, lors des vacances de Noël 1938, d’Eveline Ducos du Hauron, épouse de Henri Ducros, administrateur-adjoint à Dupleix ; et dont les obsèques eurent lieu dans l’intimité le 1er janvier 1939.

Assez peu de précisions, ces trois fois-ci,

sur les alliances familiales nouées, en Algérie, par cette branche « algéroise – algérienne » des Ducos du Hauron _ la branche issue d’Amédée _,

à l’exception des Ducros, Gardel et Gentet,

dont les noms ont été mentionnés dans ces deux avis de 1933 et 1935, et ce faire-part de 1939…

Il me faut donc rechercher un peu plus loin :

à suivre…

Ce mercredi 23 décembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Objectif à suivre : en apprendre davantage sur la branche « algéroise » des Ducos du Hauron, issue des 5 enfants, nés en Algérie, d’Amédée Ducos du Hauron (Agen, 1866 – Alger, 1935)

22déc

Suite à une très féconde conversation téléphonique, samedi dernier, avec le très aimable Claude Lamarque,
le dernier né (en 1941) des 10 enfants d’Etiennette Ducos du Hauron (Saint-Mandé, 26 décembre 1898 – Paris 6e, 20 décembre 1996) et de son mari _ et aussi cousin _ Alfred Lamarque (Angers, 30 juin 1898 – Paris 7e, 1er décembre 1976)
_ Etiennette étant elle-même l’aînée des deux filles de Gaston Ducos du Hauron (Agen, 16 juin 1870 – Savigny-sur-Orge, 3 avril 1912) et de son épouse Edmée de Lamarque (Poitiers 8 janvier 1876 – Saint-Mandé, 22 février 1902) _ ;
et après quelques recherches complémentaires à partir des indices que celui-ci m’a très gentiment fournis,
voici surtout les deux articles suivants :
 

Probablement serait-il judicieux d’établir maintenant un contact avec Jean-Louis Ducos du Hauron (né en 1953 _ il a été scolarisé à Savigny-sur-Orge au moins à partir de 1966 et jusqu’en 1970 : après l’arrivée en France (et à Savigny-sur-Orge) de ses parents, Roger et Sylvia _  et qui vit aujourd’hui en Espagne) et son fils Cédric (qui travaille et réside, lui, en région parisienne), 
qui ont, à l’occasion, manifesté, me semble-t-il, quelque intérêt pour certains des hommages rendus à leur génial arrière-grand-oncle.
Eux qui descendent de Roger Ducos du Hauron (fils d’Amédée) et son épouse Sylvia,
ils pourraient être à même d’apporter quelques précisions sur cette branche « algérienne » des Ducos du Hauron, 
soient les 5 enfants d’Amédée (1866 – 1935) _ dont Roger… _ et leur descendance,
qui résiste jusqu’ici à mes efforts d’élucidation…
C’est, bien sûr, pas à pas, contact après contact, que la recherche progresse ;
et souvent grâce à la rencontre de témoins de choix…
Ce mardi 22 décembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa
Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur