Posts Tagged ‘Bavière

Et puis la comparaison-confrontation des pages 99 à 105 du « Pain perdu » (2020) et des pages 82 à 109 de « Qui t’aime ainsi » (1959) d’Edith Bruck : le parcours d’Edith Bruck entre Kosice, en Slovaquie, le 1er janvier 1946, et le voyage de Marseille à Haïfa, du 26 août au 3 septembre 1948…

07fév

En poursuivant ma comparaion-confrontation entamée hier dimanche 6 février entre les récits de 1959 et 2020 du parcours d’existence d’Edith Bruck en mon article « « ,

qui portait sur la période allant de la naissance de celle-ci, le 3 mai 1931 à Tiszabercel, à son franchissement de la frontière entre la Hongrie et la Slovaquie, en décembre 1945,

j’en viens, ce lundi 7 février à la la comparaison-confrontation des pages 99 à 105 du « Pain perdu » (2020) et des pages 82 à 109 de « Qui t’aime ainsi » (1959)

soit le parcours d’Edith Bruck entre son arrivée à Kosice, en Slovaquie, le 1er janvier 1946, et son voyage de Marseille à Haïfa, en Israël, du 26 août au 3 septembre 1948…

De même que pour mon article précédent, d’hier, consacré à la comparaison des traitements réservés par Edith Bruck, en ses deux récits autobiographiques de 1959 et 2021, aux épisodes situés entre sa naissance à Tiszabercel, en Hongrie, le 3 mai 1931, et son départ de Hongrie à la toute fin de 1945, pour la Tchécoslovaquie,

ce lundi, je me penche sur les traitements réservés par l’autrice en ses deux récits, à 62 ans de distance, aux épisodes de son périple entre son arrivée en Slovaquie juste avant le 1er janvier 1946, et son débarquement en Israël, à Haïfa, le 3 septembre 1948 :

soient son passage en Tchécoslovaquie, en 1946-1947, puis ses transits par l’Allemagne (la Bavière) et la France (Marseille), en 1948, avant de rejoindre sa destination désirée d’Israël, à Haïfa, le 3 septembre 1948 ;

périodes successives que je décompose ainsi :

1) le séjour d’à peu près deux années en Tchécoslovaquie, à Podmokly (soient, d’une part, 21 pages _ de la page 83 à la page 102 _, et d’autre part 1 page _ la page 100 : ces épisodes-là (premier amant, en la personne du cousin Tibi, et puis avortement, à Prague ; puis premier mariage, avec Milan Grün, électricien) sont donc carrément shuntés dans l’autobiographie de 2021 ! _

2) le passage et les transits dans divers camps _ de transit d’émigrants juifs à destination d’Israël… _ en Bavière (soient, d’une part, 5 pages _ de la page 102 à la page 107 _, et d’autre part 2 pages _ de la page 100 à la page 102 : ces épisodes-là  sont eux aussi expédiés ; ce sont là de simples transitions… _)

3) le bref passage par Marseille et l’embarquement « clandestin » vers Israël (soient, d’une part, 1 page _ de la page 107 à la page 107, avec cette brève remarque, au passage : « Les Français me plurent beaucoup ; leur langue aussi. Je commençai à en parler quelques mots«  _, et d’autre part 1 page _ de la page 102 à la page 103 : « à Marseille, je vis la mer pour la première fois !«  ; cet épisode-là constitue lui aussi une simple transition… _) 

4) et puis la traversée sur un paquebot italien « pour notre terre promise » (soient, d’une part, 2 pages _ de la page 107 à la page 109 _, et d’autre part 2 pages _ de la page 103 à la page 105 : ces épisodes-là  sont eux aussi expédiés ; ce sont là de simples transitions… _)

Certains des centres d’intérêt de l’actrice-narratrice, se sont donc bien déplacés entre le récit de 1959 et le récit de 2021…

Demain, je porterai un regard sur les épisodes beaucoup plus importants du séjour d’Edith Bruck en Israël, entre le 3 septembre 1948, son débarquement, en provenance de Marseille, à Haïfa, et son départ d’Israël en 1952 : peut-être en bateau, d’après le récit de « Qui t’aime ainsi« , en 1959 _  à la page 135 : « Ma famille et mes amies m’accompagnèrent au port« , à Haïfa ; « en quittant Israël, je me fuyais surtout moi-même« ... _ ; ou peut-être en avion, d’après le récit du « Pain perdu« , en 2021 _ à la page 129 : « Rapidement, je me suis retrouvée dans l’avion _ pour Athènes. C’était mon premier vol et j’avais l’impression de voler de mes propres ailes« …

Ce lundi 7 février 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

De petites avancées face aux blancs de la généalogie des Langlois originaires de Pont-de-l’Arche et Sèvres

14juin

En décidant d’affronter méthodiquement les blancs qui résistent, de leur mutisme, dans la généalogie réalisée par Bertand Langlois,

tant en aval des ancêtres bavarois Hastreiter et Kuntz d’Eschlkam, à la fontière de la Bohème, 

qu’en amont, en remontant de Robert Langlois de Sèvres (Sèvres, 16 février 1900 – Montreuil-aux-Lions, août 1944) _ ce Robert Langlois-ci étant le grand-père paternel de Bertrand et de Hervé Langlois, ainsi que de leur sœur et leur frère, dont j’ignore encore les prénoms _

à Robert Dubourg de Pont-de-l’Arche (Pont-de-l’Arche 1591 – Pont-de-l’Arche, 1666),

j’ai pu, à force d’un peu de patience dans le décryptage systématique de ces blancs, réaliser quelques petits progrès d’identifications au moins partielles…

Par exemple,

je sais dorénavant que l’enfant né _ même si j’en ignore toujours et le lieu et la date de naissance ; ainsi que l’identité de sa mère… _ du premier mariage de Hervé _ Alexandre-Yves _ Langlois

_ le frère de Bertrand Langlois, l’auteur de ces arbres généalogiques… _,

est un garçon Langlois.

J’ai pu aussi identifier le sexe _ le genre masculin ou féminin _ de chacun des individus dont les identités ont été cryptées par l’auteur de ces arbres généalogiques, Bertrand Langlois _ dont j’ignore les lieux et dates de naissance et mariage (avec Sylvie Poinsot) _  ;

et cela d’une génération à une autre

_ si bien qu’il est possible d’indiquer qui porte, et qui ne porte pas, le nom de Langlois à chaque génération, et en particulier les plus récentes, de cette famille Langlois ; même si la plupart des noms demeurent inaccessibles pour l’heure…

Ce qui m’a aidé à en apprendre davantage sur les identités de certains de ces descendants Langlois :

par exemple,

j’ai appris que le second des trois fils _ placé entre Thibaut, l’aîné, et Xavier Langlois, le troisième _ de Bertrand Langlois et de son épouse Sylvie Poinsot, Matthieu Langlois,

est né _ mais j’ignore où _ le 22 mai 1976,

et son épouse, Sophie-Marie Haguet, le 7 novembre 1975 ;

et que les trois fils de ces derniers se prénomment Corentin, Ernest et Artus…

Recherches, bien sûr, à poursuivre ;

avec patience, en espérant toujours que quelque nouvel indice me fera un peu avancer encore dans ces identifications de la parentèle plus ou moins proche, ou lointaine, de Théotime Langlois de Swarte, né à Céret en 1995 _ sans plus de précision _, ce si brillant jeune violoniste :

et je n’en sais guère davantage sur Théotime lui-même ;

sinon _ et ce n’est pas peu _ le nom de son épouse, la flûtiste (de Laburgade, dans le Lot) : Mathilde Latour…

Mathilde et Théotime se sont mariés, dans les Pyrénées-Orientales _ la réception a eu lieu à Pollestres, non loin de Perpignan _, le 27 juillet 2018.

Et Mathilde et Théotime sont domiciliés, non loin de Pantin, en Seine-Saint-Denis : au Pré-Saint-Gervais

Ce lundi 14 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

La persistance des blancs dans l’ascendance recherchée des Langlois normands, présents à Sèvres depuis l’installation là de Polyclès Langlois (1814 – 1872) ; ainsi que de leurs descendants…

13juin

Je continue à rechercher de plus précises donnés biographiques concernant les Langlois originaires de _ et installés _ dès 1591 _ au moins _ à Pont-de-L’Arche, en Normandie,

et présents à Sèvres, depuis Polyclès Langlois (Pont-de-l’Arche, 29 septembre 1814 – Sèvres, 30 novembre 1872), et époux de la sévrienne Amable-Ursule Landry (Sèvres, 19 mai 1825 – Sèvres, 7 février 1898).

A Sèvres

où ce graveur, dessinateur et peintre _ disciple de Camille Corot _, que, en digne héritier des talents de peintre, dessinateur et graveur _ qualifié, lui, de Callot normand _, de son _ assez fameux _ père Eustache-Hyacinthe Langlois _ on remarquera au passage la présence assez fréquente (parmi les seconds prénoms…) du prénom de Hyacinthe parmi de nombreux descendants Langlois _, né, lui, Eustache-Hyacinthe Langlois, à Pont-de-l’Arche le 3 août 1777, et décédé à Rouen, le 29 novembre 1838,

Polyclès Langlois, son fils, posséda lui aussi ;

ce qui lui permit aussi de bientôt faire œuvre utile _ et reconnue _ à la célébre Manufacture de Porcelaines de Sèvres.

Car les données biographiques de ces ancêtres Langlois _ et de Bertrand Langlois, auteur de l’arbre généalogique de ses ancêtres Langlois, et son frère Hervé Langlois, le père de Pauline Langlois de Swarte, et de Théotime Langlois de Swarte _

demeurent obstinément muettes pour la génération intermédiaire entre celle de Robert Langlois (Sèvres, 16 février 1900 _ Montreuil-aux-Lions, Aisne, août 1944) et celle des petits-enfants de ce dernier _ dont font partie et Bertrand (Robert-Hyacinthe-Denis-Pierre) et Hervé (Alexandre-Yves) Langlois, dont je continue d’ignorer les dates et lieux de naissance (ainsi que de mariage(s), aussi)… _ ;

car je continue d’ignorer les prénoms de leur père _ fils unique de Robert Langlois et son épouse Denise Dubourg _, ainsi que les prénoms de leur mère, née Kuntz _ et fille de parents tous deux originaires de Bavière : Eschlkam, Bamberg… _ ;

de même que j’ignore _ non sans avoir pas mal cherché pourtant : il faut être patient et opiniâtre… _ leurs lieux _ pour certains d’entre eux peut-être à Boulogne-Billancourt ; parmi lesquels semblent en effet au moins y avoir vécu Thibaut (Hyacinthe-Jacques-Gérard) Langlois, Matthieu (Adrien, Paul) Langlois et Xavier (François-Henri) Langlois, les trois fils de Bertrand Langlois et son épouse Sylvie Poinsot  _ et dates de naissance ;

ainsi, même, que si ils sont toujours en vie _ ce qui est, sinon probable, du moins tout à fait de l’ordre du possible…

Mais rien, de tels renseignements biographiques concernant ces Langlois, n’apparaît hélas accessible, du fait de nombreux blancs, dans l‘arbre généalogique élaboré par Bertrand Langlois,

notamment concernant la descendance de sa grand-mère bavaroise Katharina Hastreiter (Eschlkam, 26 novembre 1890 – Bamberg, 14 avril 1973)

_ descendance issue des deux mariages de Katharina Halstreiterle mariage avec Jacob Kuntz (4 enfants Kuntz, dont la dernière de la fratrie est la mère de Bertrand Langlois et son frère Hervé Langlois) ; et le mariage avec Ernst Edler (3 enfants Edler) ; cf aussi l’arbre de la descendance du musicien Wenzl Hastreiter, le père de Katharina… _ ;

si bien qu’un certain _ et plutôt intriguant _ secret semble _ mais peut-être fais-je là erreur _ régner…

À suivre donc,



Ce dimanche 13 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Un bilan récapitulatif provisoire de ma recherche sur la généalogie familiale des Langlois de Swarte : une sorte d’essai d’éclairage sur le terreau fécond de la culture de leurs talents…

12juin

Ce soir,

afin de me placer en position de récapitulation féconde afin de poursuivre ma recherche,

je procède à un recensement des articles que j’ai élaborés depuis celui du mardi 25 mai ,

à propos du très intéressant fécond terreau familial du violoniste baroque_ mais pas seulement baroque _ Théotime Langlois de Swarte, né à Céret en 1995.

Voici donc la liste de 18 articles de recherche réalisés jusqu’à hier vendredi 11 juin,

qui témoignent à la fois de ma méthode de recherche, et aussi de ses avancées _ et déjà leurs titres sont assez parlants…

..


Bien sûr, je suis encore loin de disposer de données biographiques suffisantes,

et tout particulièrement celles concernant les dernières générations des familles apparentées Langlois, de Swarte et Sartre _ et leurs enfants…

Mais, tout de même,

j’ai déjà assez bien progressé dans mon élucidation du terreau _ assez fécond _ des talents de quelques uns des membres de ces familles de Swarte, Sartre et Langlois…

Et je vais bien sûr continuer de tâcher de progresser encore davantage…

Ce samedi 12 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Et de nouvelles avancées sur l’ascendance Langlois de Pauline et Théotime Langlois de Swarte : à Sévres et à Eschlkam, à la frontière de la Bohème…

10juin

Dans la poursuite de la recherche initiée hier dans l’article ,

voici que la découverte d’un nouvel arbre généalogique élaboré par Bertrand Langlois,

et venant compléter un autre arbre construit par Manuel-Raymond Protat _ arbre qui, lui, situe Bertrand Langlois au sein de la généalogie de la famille Mantelet (et qui intègre certains des membres de la famille Fizet) : Bertrand Langlois, époux de Sylvie Poinsot, se trouve en effet être un des gendres de Ginette Mantelet (Paris-1, 4 avril 1924 – Neuilly-sur-Seine, 18 juin 2006), elle-même sœur de Janine Mantelet (Paris-1, 16 mai 1920 – Paris-17, 24 septembre 2015), l’épouse de Roger Fizet (Paris-10, 12 mars 1919 – Ligny-le-Châtel, 27 janvier 2021) ; dans la descendance desquels Fizet nous rencontrons Guillaume Fizet (né le 3 novembre 1975), son épouse Camille Sartre et leur fille Romane Fizet… _

vient m’apporter quelques nouvelles précisions, bien qu’encore partielles _ avec des blancs laissés volontairement _, concernant l’ascendance d’Hervé _ Alexandre-Yves _ Langlois,

second mari de Bertille de Swarte _ divorcée de Pierre Sartre, le père de Sylvain, Alexis et Camille Sartre _,

et père de Pauline _ Marie-Béatrice _ Langlois de Swarte, et son frère cadet Théotime Langlois de Swarte (né à Céret en 1995).

Même si, pour le moment, je demeure dans l’incapacité de relier cet arbre de Bertrand Langlois _ où, d’ailleurs, lui-même n’apparaît pas ; mais où se manifeste, en revanche, la place d’Hervé Langlois : dans la descendance de Robert Langlois (Sèvres, 16 février 1900 – Montreuil-aux-Lions, Aisne, août 1944) et son épouse Denise Dubourg (Rambouillet, 20 mai 1904 – Château-Thierry, Aisne, septembre 1944)… _

avec l’arbre de Manuel-Raymond Protat _ cf aussi l’arbre de Patrick Robin-Isaya : époux de Florence Poinsot, la sœur de Sylvie Poinsot, qui est elle-même l’épouse de Bertrand Langlois, Patrick Robin-Isaya est donc le beau-frère de Bertrand Langlois… _, dans lequel Bertrand Langlois, ainsi que ses enfants Thibault, Matthieu et Xavier Langlois, sont clairement situés.

L’arbre généalogique dont il faudrait compléter les blancs volontaires, est donc bien celui élaboré par Bertrand Langlois :

dans le schéma que j’ai choisi ici, je remonte de la personne de Théotime Langlois de Swarte, à son père, Hervé _ Alexandre-Yves _ Langlois, ainsi qu’à son grand-père Langlois, tous laissés en blanc par l’auteur de l’arbre ;

pour arriver, en amont de cette fiiation paternelle, aux arrière-grands-parents paternels Langlois : Robert Langlois (Sèvres, 16 février 1900 – Montreuil-aux-Lions, Aisne, août 1944), accompagné de son épouse Denise Dubourg (Rambouillet, 20 mai 1904 – Château-Thierry, Aisne, septembre 1944)…

Toutefois, j’apprends aussi ici que les parents de la mère _ née Kuntz ; son prénom n’étant pas mentionné… _ d’Hervé Langlois,

étaient Jacob Kuntz _ sans plus de précisions que « Menuisier, Uhlan au premier régiment de uhlans bavarois durant la guerre de 1914-1918«  _ et son épouse Katharina Hastreiter (Eschlkam, Haut-Palatinat, Bavière, 26 novembre 1890 – Bamberg, Franconie, Bavière, 14 avril 1973) ;

et que, elle-même, Katharina Hastreiter, était la fille de Wenzl Hastreiter (musicien _ cf son arbre de descendance élaboré par Bertrand Langlois _) et son épouse Mathilde Würz…


Eschlkam est limitrophe de la Bohème…

En dépit de ces divers blancs laissés par Bertrand Langlois,

tout cela est bien intéressant…

Ce jeudi 10 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur