Posts Tagged ‘CD « Night Passages »

La splendeur féérique de la clarinette de Martin Fröst : une nouvelle célébration de son CD « Nights Passages »…

29juil

Le 26 avril dernier,

mon article «  » célébrait illico presto la nouvelle éclatante somptueuse virtuosité de Martin Fröst, en son tout récent CD Sony « Night Passages« .

Et voici que ce vendredi 29 juillet, et sous la plume de Patrice Imbaud,

ResMusica vient à nouveau faire l’éloge du très marquant CD Sony 19439917402, « Night Passages« ,

avec un très judicieux article intitulé « Martin Fröst : la clarinette à fleur de peau«  :

Martin Fröst, la clarinette à fleur de peau

Pour son dernier opus discographique, le clarinettiste Martin Fröst, Artiste de l’année ICMA 2022, nous livre un album fidèle à son image, inclassable, éclectique, au travers d’un florilège d’arrangements, conçu comme une émouvante errance nocturne _ voilà _ teintée de mélancolie.

Un disque que Benny Goodman n’aurait, sans doute, pas démenti par le savant mélange des genres, appariant musique baroque (Bach, Scarlatti, Purcell, Rameau, Haendel, Celsi), musique de jazz (Chick Corea, Richard Rodgers, Gordon Jenkins), ou encore musique folklorique suédoise. Une savoureuse compilation toute entière inspirée par l’envie et le plaisir de jouer _ voilà. Un album ludique certes, mais pas que : un enregistrement dont on ne sait qu’admirer le plus d’une technique vertigineuse _ en effet ! _ faisant appel aux procédés les plus audacieux et périlleux (double langue et respiration circulaire), d’une sonorité d’une inaltérable rondeur dans tous les registres, d’une tessiture élargie dans le grave grâce à un nouvel instrument conçu en collaboration avec Buffet-Crampon, de la virtuosité inspirée _ mais oui ! _ de l’improvisation, de la douceur du legato avec de sublimes pianissimi, ou de la netteté des staccatos bondissants, sans oublier une note d’humour réconfortante.

Bref, un disque superbement pensé, chargé d’émotion et haut en couleurs _ oui _, mettant en évidence la clarinette de Martin Fröst qui se décline, ici, dans tous ses états depuis la confidence jusqu’à la distorsion ou le cri, exaltée par la contrebasse de Sébastien Dubé et le piano de Roland Pöntinen _ ne pas les oublier ! _, magnifiée encore par une belle prise de son. Incontournable ! _ oui !

Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonate K. 32 ; Sonate K. 1.

Chick Corea (1941-2021) : Children’s Song n° 15 ; Armando’s Rhumba.

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : “Jesus bleibet meine Freude”, extrait de la Cantate BWV 147 ; Sinfonia n° 5 BWV 791 ; Sinfonia n° 15 BWV 801.

Henry Purcell (1659-1695) : Music for a while, extrait d’Oedipus ; Hornpipe.

Richard Rodgers (1902-1979) : It never entered my mind, extrait de Higher and Higher.

Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Air pour les Sauvages, extrait des Indes Galantes ; Musette tendre en rondeau ; Tambourin en rondeau.

Antonio Celsi (1623-1669) : Intorno all’idol mio, extrait de l’Orontea.

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Menuet.

Hugo Alfén (1872-1960) : Vallflickans Dans, extrait de Bergakungen.

Martin Fröst (né en 1970) : Prelude to Dorotea. Traditionnel scandinave : Polska from Dorotea.

Gordon Jenkins (1910-1984) : Goodbye.

Martin Fröst, clarinette ; Sébastien Dubé, contrebasse ; Roland Pöntinen, piano.

1 CD Sony Classical.

Enregistré à Uppsala du 3 au 6 mai 2021 et à Stockholm le 5 octobre 2021.

Notice en anglais.

Durée : 53:15

Archi-recommandable !

Ne pas laisser passer…

Ce vendredi 29 juillet 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur