Posts Tagged ‘Guido Morini

Musiques de joie : la paix radieuse, à dimension d’éternité, du classicisme baroque apollinien d’Arcangelo Corelli, par Enrico Gatti, Gaetano Nasillo et Guido Morini

02avr

Après l’époustouflant versant dyonisiaque

des virtuosités baroques

de Carlo Farina (Mantoue, 1600 – Vienne, 1639)

_ cf mon article du mercredi 1er avril : _,

de Heinrich Ignaz Franz Biber (Wartenberg, 1644 – Salzbourg, 1704)

_ cf mon article du lundi 30 mars : _,

ou de Johann Adam Reincken (Deventer, 1643 – Hambourg, 1722)

_ cf mon article du samedi 28 mars : _,

voici l’admirable versant apollinien 

du Baroque _ romain _ :

je veux parler du classicisme

pacifié et radieux

_ formidablement réconfortant : mais oui !!! _

d’Arcangelo Corelli

(Fusignano, 17 février 1653 – Rome 8 janvier 1713

_ Corelli est inhumé au Panthéon, ou la chiesa Santa Maria della Rotonda : un lieu lui-même magique !

le plus beau de Rome ! _) ;

pour lequel j’ai choisi le double CD Arcana A397 de l’Opera Quinta (Sonate a violino et violone o cimbalo)

par le magnifique _ et toujours parfait ! _ Enrico Gatti, violon,

et ses amis Gaetano Nasillo, violoncelle,

et Guido Morini, clavecin ;

l’enregistrement de ces 12 admirables Sonates de l’Op. 5

_ qui ont immédiatement fait le tour de l’Europe musicale ! et continuent d’enchanter le monde entier !!! _

a été effectué à la Badia Cavana, à Langhirano (Parma) du 25 mai au 2 juin 2003.

Cette interprétation _ de 126′ 30 _ est elle-même la perfection absolue ;

et irradie une paix profonde

_ de réconciliation avec tout, ou presque… _

qui fait un bien fou !!!

Et c’est là le miracle de la dimension d’éternité

de quelques œuvres (et interprétations),

comme ici…

Ce jeudi 2 avril 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Musiques de joie : le vivant baroque autrichien de Johann Heinrich Schmelzer

29mar

Un autre foyer de flamboyance baroque de musiques de joie

fut l’Autriche des Habsbourg

de la seconde moitié du XVIIe siècle

autour, notamment, de Johann Heinrich Schmelzer

(Scheibbs, 1623 – Prague, 20 mars 1680).

J’aime beaucoup _ et depuis longtemps : les années 80 _ l’œuvre de ce compositeur,

et éprouve un peu de mal à choisir un CD de sa musique,

entre les interprétations _ de ma discothèque personnellede (ou/et dirigées par)

Hélène Schmitt _ par exemple le très beau CD Alpha 109, de 2007 _,

Paolo Pandolfo _ par exemple le CD Glossa GCD 80003, enregistré en 1991 _,

Enrico Gatti _ par exemple le CD Symphonie SY 91507, de 1991 _,

René Clemencic _ par exemple le CD Preiser Records 93389, dont j’ignore l’année d’enregistrement _,

Gunar Letzbor _ par exemple le CD Chesky Records CD 173 , de 1998 _,

Lorenz Duftschmid _ par exemple le CD Arcana A33, de 1996 _,

William Dongois _ par exemple le CD Accent ACC 24324, de 2017 _,

John Holloway _ par exemple le CD ECM, de 1997 _,

Andrew Manze _ par exemple le CD Harmonia Mundi HMU , de 1996 _,

etc.

Et je me décide pour le CD Symphonia

de Sonate a 2, 3, 5, 6 da « Sacro-Profanus Concentus Musicus 1662″ et « Duodena Selectarum Sonatarum 1659″,

de l’Ensemble Aurora

dirigé, du violon, par Enrico Gatti,

avec Odile Edouard, violon,

Paolo Pandolfo , violes de gambe ténor et basse,

Eunice Brandao, viole de gambe ténor,

Sigrid Lee et Gaetano Nasillo, violes de gambe basses, 

Roberto Sensi, violone,

et Guido Morini, clavecin et orgue.

Ce dimanche 29 mars 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur