Posts Tagged ‘Tirages Fresson

Question : lesquels des « Tirages Fresson » de Bernard Plossu, sont ceux que je préfère ?.. Retour sur la question du choix de l’image de couverture

19nov

Ce nouveau double retour rétrospectif

à la fois, et surtout,

sur l’ensemble des 80 images de cet admirable « Tirages Fresson » de Bernard Plossu,

mais aussi sur l’ensemble de mes 15 _ et même, ce jeudi matin, 16 _ articles, tous titrés « Question : lesquels des « Tirages Fresson » de Bernard Plossu, sont ceux que je préfère ?..« ,

me permet de revenir aussi, au passage, sur la passionnante question que je m’étais posée _ le samedi 7 novembre : « « ) _ du choix de l’image de couverture de ce superbe et si varié album…

Bernard Plossu : tirages Fresson

l’image effectivement choisie par l’auteur et son éditeur n’ayant pas rencontré,

en le regardeur passionné que je suis de l’œuvre photographique de Bernard Plossu,

l’adhésion enthousiaste

qu’avaient immédiatement _ et définitivement : pour jamais ! _ suscitée

et l’image sublimissime _ Wow !!! _ du « Sofa rouge de Carlos Serrano, à Madrid, en 1975« , pour l’album _ somptueux _ « Plossu couleurs Fresson » de 2007, pour le Théâtre de la Photographie et de l’Image, à Nice ;

et l’image superbissime des « Clés de Zanot, à Milan, en 2009 » , pour l’albummerveilleux _ « Couleurs Plossu : séquences photographiques 1956 – 2013 » de 2013, aux Éditions Hazan…

Cette fois-ci,

l’image _ saisie aux environs du Mont Mézenc _ légendée « Ardèche, France, 2012« , présente sur la couverture et en page 13 de ce nouveau _ sublime _ « Tirages Fresson » de 2020, aux Éditions Textuel,

008027293

a commencé, d’abord par sa difficulté-étrangeté d’identification immédiate, par rencontrer mes interrogations   _ ;

renforcées, quant à son choix pour la couverture de l’album, par les plaisirs supérieurs, procurés _ du moins at first sight ! _ par plusieurs autres images,

listées

et dans ma première liste de « 13 images préférées« ,

et dans ma liste complémentaire de 22 autres

_ pour rappel de ces 2 listes : ...

Ma toute première appréciation de cette image des environs du Mont-Mézenc

_ une montagne de 1 753 mètres de hauteur située à la limite des départements de l’Ardèche et de la Haute-Loire _

a probablement pati, en effet, d’une première difficulté d’identification _ d’évidence immédiate _ 

de ce que donne précisément à regarder _ et identifier _ cette plossuienne image,

notamment par rapport à la fulgurance des si poétiques entrées

qu’offrent

et l’éblouissement du rouge _ un filtre merveilleux de la magicienne Circé !.. _ du sofa madrilène de Carlos Serrano, en 1975, à Madrid ;

comme par rapport à la douceur _ tranquille et quotidienne, mais puissante _ du charme poétique très efficace des toutes simples clés milanaises de l’appartement de Francesco Zanot, en 2009, à Milan.

Cependant, après ce premier recul d’adhésion de ma part,

et en revenant regarder un peu mieux cette image,

j’ai fini par reconnaître _ et apprécier _ la formidable finesse des innombrables tiges d’herbe frissonnantes, et jaunissantes _ un motif déjà apparu dans de précédentes somptueuses images de Plossu _, à la lumière d’un probable soleil d’automne, s’agitant sous les caresses un peu rudes du vent probablement glacé balayant ces sommets de montagne…

De même que je me suis à nouveau penché sur le mystère _ tout iconique, lui _,

au centre de l’image,

de cette toute ronde touffe vert sombre,

telle l’aréole d’un beau sein de la montagne même…

_ en pensant aussi à ce vers de Lorca, en 1928 : « Verde, que te quiero verde« 

Demain,

je re-regarderai avec la plus grande attention le détail des images qui auraient pu concurrencer celle-ci pour figurer en couverture de l’album ;

en me demandant ce qui a bien pu plaider, éditorialement, pour celle-ci

et contre celles-là…

À suivre, donc…

Ce jeudi 19 novembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Question : lesquels des « Tirages Fresson » de Bernard Plossu, sont ceux que je préfère ?.. Pour un repêchage d’images trop rapidement délaissées : un choix de 12 images supplémentaires…

16nov

Ce lundi, je m’attelle

à un nouveau choix _ de rattrapage de mes propres cécités antérieures de jugement _ d’images préférées du sublime « Tirages Fresson » de Bernard Plossu,

parmi celles que je n’avais pas retenues le 5 novembre dernier,

ni dans ma liste de 13 images préférées, ni dans ma liste complémentaire de 22,

entre les 80 – 35 = 45 qui restent…

Ce troisième choix que j’effectue ici

_ toujours marqué, forcément, par ma propre subjectivité, partiale, de spectateur _

se porte cette fois vers des images un peu plus rudes, un peu moins tendres, bien moins lumineuses, surtout

_ desquelles s’écarte toujours un tropisme mien de préférence _ ;

et je me rends compte presque immédiatement,

en les passant rapidement en revue,

que cette troisième fois-ci je n’ai, en effet, pas retenu les images plus gracieuses _ mais moins étranges _ de jardins,

par exemple à Giverny :

 

ainsi, les 2 images légendées « Giverny, France, 2010 » et « Giverny, France, 2011« , et se faisant face, aux pages 50 et 51…

Les 12 images de mon choix de cette fois,

sont, donc, les suivantes :

page 20, l’image légendée « Clermont-Ferrand, France, 2016 » :

la véranda rouge, sur la rue, d’un café vivement éclairé de nuit ;

page 21, l’image légendée « Milan, Italie, 2008 » :

une _ saisissante ! _ chaussure vernie d’homme, noire ;

page 22, l’image légendée « La Ciotat, France, 2011 » :

un esseulé piano à queue beige, recouvert d’une toile en plastique transparente, dans un casino fermé peut-être depuis longtemps ;

page 23, l’image légendée « La Ciotat, France, 2017 » :

un pan de la petite gare tranquille (et de son quai _ sans train _) de La Ciotat, rendue fameuse par le film des frères Lumière ;

page 33, l’image légendée « Île de Molène, France, 2008 » :

une vue équilibrée _ ravissante _ d’un village de maisons grises, aux toits d’ardoises, à un carrefour de petites rues, que traverse un cycliste ;

pages 54-55 , l’image légendée « Grenoble, France, 1988 » :

une grande image _ imposante _ de multiples voies ferroviaires entremêlées en gare de Grenoble ;

page 70, l’image légendée « Nijar, Espagne, 2003 » :

un coin de ruelle un peu étrange, et dépourvu du moindre pittoresque, dans le village andalou de Nijar, avec ciel bleu ;

page 75, l’image légendée « Île de Molène, France, 2008 » :

une vue singulière d’une maison avec un mur peint à la chaux, perçue sous un angle biscornu ;


page 79, l’image légendée « Barcelone, Espagne, 2005 » :

un pan de quartier industriel, traversé d’un peu de verdure et quelques arbres, avec du ciel bleu ;

page 85, l’image légendée « Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, Paris, France, 2007 »

une vue « abstraite » blanche et gris foncé, presque noir, entre cubisme et Mondrian ;

page 89, l’image légendée « Entre Charleroi et Bruxelles, Belgique, 2011 » :

un massif et imposant bâtiment industriel verdâtre et bleu, vu de nuit ;

et page 97, l’image légendée « Île de Ventotene, Italie, 2010 » :

un cornet de glace à la fraise gisant, étalé comme il est tombé, sur un sol gris bleu.

Et à la réflexion,

ce troisième parcours d’images (de rattrapage !) _ en fait, un contrôle d’épreuve a posteriori du degré de fiabilité de mon propre jugement de regardeur… _ afin de vérifier rétrospectivement que je n’avais pas fait de tort à nulle image en l’ayant injustement écartée de mes « préférées« ,

en fait me rassure,

en venant conforter, mais oui !, mes deux précédents choix (de 13, puis 22 images) _ cf mon article du 5 novembre :

Je poursuivrai demain les justifications un peu détaillées de ce tout début de réflexion rétrospective

sur les raisons de mes choix _ personnels _ d’images…

Ce lundi 16 novembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Question : lesquels des « Tirages Fresson » de Bernard Plossu, sont ceux que je préfère ?.. La question du choix de l’image de la couverture de cet album « Tirages Fresson »

07nov

Et encore avant de me plonger dans la contemplation, une par une, des 13 images auxquelles va ma prédilection en ce sublime « Tirages Fresson » de l’ami Bernard Plossu,

un tout dernier questionnement-réflexion préalable :

celui à propos du choix de l’image de la couverture de cet album de 2020, aux Éditions Textuel,

qui est aussi l’image inaugurale de l’album, page 13,

légendée « Ardèche, France, 2012 » :

Bernard Plossu : tirages Fresson

Soit une image qui ne fait partie,

ni de ma sélection des 13 images préférées,

ni même de la liste des 22 autres que j’aime aussi beaucoup…

À flanc de montagne, sur le bord de ce qui pourrait être un vague sentier, mal tracé _ probablement parce que guère fréquenté, en ces contrées cévenoles de montagne, à plus de 1700 mètres d’altitude… _, sur lequel est en train de cheminer le photographe,

et juste avant la pente vertigineuse qui sépare cette montagne d’une autre,

recouverte, elle, d’un touffu manteau vert sombre, presque noir, d’une très étendue forêt uniforme, sur laquelle s’étend, surplombante et plutôt menaçante, une épaisse nuée grise lourde d’orages à venir,

parmi des herbes d’un vert déjà jaunissant, dressées _ vent aidant, sur ces sommets _ vers le ciel, et magnifiquement éclairées, elles _ en un premier plan qui occupe la moitié de l’image, du coin à gauche en bas, jusqu’au coin en haut à droite _ par quelque rayon d’un soleil peut-être automnal,

la touffe, large, drue et bien ronde, à peu près au centre de l’image, d’un buisson, lui, bien vert _ et d’un vert bien foncé, pas du tout jaunissant…

Je dois dire que ni par ses couleurs, ni par ses formes, cette image ne retient mon attention…

Alors pourquoi cette image a-t-elle été choisie comme emblématique de cet album _ très (et très heureusement !) divers, comme toujours chez Plossu… _,

plutôt que d’autres mille fois plus poétiques, du moins à mon regard de spectateur, moi qui ne suis pas un marcheur-randonneur de sentiers de montagnes ?

J’ai _ par courriel _ posé la question à l’ami Plossu ;

dont voici la _ très courte _ réponse avant-hier, à 10h 42 :

« on a eu bien du mal à choisir, avec les gens de textuel, la bonne couv  !« …

Peut-être, me dis-je, l’intérêt éditorial d’une thématique vaguement écologique…

À moins qu’il ne s’agisse d’un très bon souvenir personnel _ de l’auteur de l’image photographique _ de randonnée en Ardèche ;

une randonnée de montagne cévenole peut-être à partir de la maison des amis Bernard et Annie Mirabel, de Bernard Plossu, au Pont d’Aleyrac…

Et il se trouve que mon intuition est assez bonne !!! :

cette même image en couleur _ et associée à la même, mais cette fois en noir et blanc, à la page 129 _,

et cette fois légendée « Aux environs du mont Mézenc« ,

se trouve en effet à la page 128 de l’extraordinairement merveilleux « Le Pays des petites routes _ en Ardèche« ,

paru en 2011, en co-édition :

aux Éditions Yellow now (de l’excellent Guy Jungblut)

et La Fabrique du Pont d’Aleyrac (de Bernard et Annie Mirabel)…

Le pays des petites routes en Ardèche

Et à ce propos,

fait, elle, bien partie de mon choix des 13 images préférées ici, 

la fabuleusement puissante image _ d’un tout simple escalier noir, en bois, à l’intérieur d’une maison (probablement située, elle, au Pont d’Aleyrac, en Ardèche : environ à mi-chemin entre le Mont Mézenc et La Voulte-Sur-Rhône) _, page 43,

légendée « Chez les Mirabel, Ardèche, France, 2012 » :

quelle étonnante force d’emprise cette image a sur nous !..

image

je la commenterai bien sûr un peu plus tard…

Alors que j’adore, que dis-je, je vénère, j’idolâtre,

les images _ du sublimissime « sofa rouge de Carlos Serrano, à Madrid, 1975« , qui se trouve à la page 95 de l’album de 2007 ; et des plus que fascinantes, magiques !, « clés de Zanot, Milan, Italie, 2009« , à la page 93 de l’album de 2013… _ choisies idéalement (!) pour les couvertures

du « Plossu Couleurs Fresson« , de 2007, pour l’exposition, à Nice, au Théâtre de la Photographie et de l’Image

Plossu couleur Fresson : exposition, Nice, Théâtre de la photographie et de l'image, 21 déc. 2007-16 mars 2008

et du « Couleurs Fresson« , de 2013, aux Éditions Hazan

Couleurs Plossu : séquences photographiques 1956-2013

Deux merveilleux fabuleux albums

de précédents recueils de ces si extraordinairement poétiques « tirages Fresson » en couleurs…

Bien sûr, à suivre…

Cela n’était qu’un énième hors d’œuvre…

Ce samedi 7 novembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Quels sont les récents « Tirages Fresson » de Bernard Plossu que je préfère ?.. Un choix de 13 images de ma prédilection

05nov

Et encore,

avant de procéder à un commentaire un peu détaillé de mes préférences

parmi les 13 images,

issues du splendide « Tirages Fresson«  qui vient de paraître aux Éditions Textuel,

Bernard Plossu : tirages Fresson

que _ non sans mal _ j‘ai choisies, parmi les 80 de cette collection,

je vais d’abord en faire la liste, forcément subjective _ mais ensuite, je m’en expliquerai… _,

et dans l’ordre, pour le moment, de la pagination :

1) page 17 : « Giverny, France, 2011« 

2) page 18 : « Palerme, Italie, 2008« 

3) page 26 : « Milan, Italie, 2009« 

4) page 27 : « Livourne, Italie, 2014« 

5) pages 30-31 : « Cantal, France, 2014 » 

6)  page 43 : « Chez les Mirabel, Ardèche, France, 2012« 

7) page 53 : « Port-Cros, France, 2011« 

8) page 64-65 : « Jumièges, France, 2017« 

9) page 68 : « Purroy, Aragon, Espagne, 2018« 

10) page 73 : « Nice, France, 2008« 

11) page 81 : « Bourgogne, France, 2010« 

12) pages 90-91 : « Île de Capraia, Italie, 2014« 

et 13) page 98 : « Île de Ventotene, Italie, 2010« .

Ce sont elles que j’essaierai de commenter.

J’aurais pu étoffer cette liste de 13 images préférées en l’augmentant de 22 autres _ qui me plaisent aussi beaucoup ! _,

pour la porter au nombre de 35 _ ce qui est tout de même un peu beaucoup _ ;

et j’ai donc préféré me limiter à 13 :

choisir et préférer, c’est aussi écarter, laisser…

Voici donc ces 22 autres images de ce merveilleux Tirages Fresson de 2020,

que je m’abstiendrai, pourtant _ du moins pour certaines d’entre elles (et magnifiques ! mais probablement déjà bien connues !) ; cependant, pas mal de ces 22 images finiront par échapper au bourreau : celles (et ici j’anticipe rétrospectivement) des pages 19, 42, 44, 45, 46, 57, 69 : soit 7 sur les 22… _, de commenter ici :

1° page 19 : « Livourne, Italie, 2014« 

2° page 21 : « Milan, Italie, 2008« 

3° page 22 : « La Ciotat, France, 2011« 

4° page 29 : « Californie, États-Unis, 1977« 

5° page 37 : « Côte belge, 1977« 

6° pages 40-41 : « Taos, Nouveau-Mexique, États-Unis, 1977« 

7° page 42 : « Ligurie, Italie, 2008« 

8° page 44 : « Dans le train, Italie, 2008« 

9° page 45 : « Barcelone, Espagne, 2019« 

10° page 46 : « Mexico, Mexique, 1966« 

11° page 47 : « Françoise, Paris, France, 1986« 

12° page 57 : « Milan, Italie, 2008« 

13° page 60 : «  Grenoble, France, 1974« 

14° page 61 : « Madrid, Espagne, 1975« 

15° page 67 : « Ranchos de Taos, Nouveau-Mexique, États-Unis, 1977« 

16° page 69 : « Nouveau-Mexique, États-Unis, 1980« 

17° page 74 : « Île de Molène, France, 2008« 

18° page 76 : « Mexique, 1966« 

19° page 80 : « Giverny, France, 2010« 

20° page 93 : « Obón, Espagne, 2016« 

21° page 95 : « Mexico, Mexique, 1966« 

et 22° page 96 : « Californie du Sud, États-Unis, 1974« 

Sur la question des « listes »,

je renvoie à mon article du 4 avril 2010 : , à propos du livre passionnant de mon ami Bernard Sève : De haut en bas, philosophie des listes, paru aux Éditions du Seuil en mars 2010 ; il creuse excellemment la question…

Demain, je commenterai donc mon choix de ces 13 images

de ma prédilection…

Ce jeudi 5 novembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Question : lesquels des « Tirages Fresson » de Bernard Plossu, sont ceux que je préfère ?..

03nov

Pour commencer,

et avant de répondre précisément à la question savoureuse _ et délicate _ de mon titre annoncé,

voici, en ouverture de mon « propos« ,

une sorte d’Avant-propos,

afin de situer un peu ce nouvel opus plossuien, de 2020, consacré à ses si fascinants « tirages Fresson« ,

en une série

comportant déjà, au moins

_ d’autres m’échappant possiblement, voire probablement !.. _

deux autres albums qui m’avaient, en 2008 et 2013,

ébloui,

fasciné,

enthousiasmé,

enchanté ;

et dont les exemplaires comportent chacun, de la main de Bernard, une dédicace personnelle :

« Pour mon ami Francis,

ces 41 années en couleur » ;

et « Pour Francis et sa famille,

with love et en couleur« …

Le voici donc, ce petit Avant-propos : 

En regardant bien soigneusement les 80 images du merveilleux « Tirages Fresson » de Bernard Plossu,

qui vient tout juste de paraître aux Éditions Textuel, ce mois de septembre 2020,

j’ai à la fois repris

le splendide « Plossu Couleurs Fresson » (catalogue d’exposition, à Nice, au Théâtre de la Photographie et de l’Image, en décembre 2007)

et le magnifique « Couleurs Plossu _ séquences photographiques 1956 – 2013 » (aux Éditions Hazan, en juillet 2013),

à des fins, déjà, de confrontation des images ;

et, surtout, je me suis demandé lesquelles de ces images,

et pour quelles raisons,

je préférais,

entre toutes, en ce nouveau somptueux opus-Plossu…

Bernard Plossu lui-même se méfie pas mal des critères d’appréciation des images _ et des siennes, aussi, forcément… _,

rejetant le critère _ bien trop esthétisant (à la Sebastiaõ Salgado…) _ des « belles images« ,

au profit des « bonnes images » ;

qu’il prend soin, d’ailleurs, aussi, et tout aussitôt, de relativiser _ il me semble l’entendre le dire ! _ :

car de « mauvaises images« 

peuvent bien s’avérer mille fois plus intéressantes,

saisissantes,

que les « bonnes« , et a fortiori _ bien trop _ « belles« …

Car c’est la vertu de vérité poétique _ invisible, pudique, cachée, et donc inaperçue jusqu’alors _ du réel _ le plus prosaïque ou quotidien, pas du tout spectaculaire… _ qu’il s’agit,

et presque par hasard, et même par _ génial _ ratage,

qu’il s’agit d’aider à _ lui-même, ce réel ; et paradoxalement sans soi (= sans narcissisme, ou exhibitionnisme aucun, de la part du photographe) _ se manifester,

par la médiation la plus fine et légère possible,

et instantanée _ l’espace d’un éclair ! _,

de la capacité d’acuité du regard du photographe qui vient la « prendre« , la « capter« ,

la « cueillir« , « accueillir » et « recueillir« , sur la pellicule elle-même très fine de son appareil-photo, 

avec la plus grande douceur, pour ne pas la briser _ la heurter, lui faire violence… _,

cette « vérité poétique » de l’image réelle approchée et ainsi entr’aperçue, 

en son mystère secret,

à la volée _ dansante _ miraculeuse de son fulgurant geste photographique…

Il y faut beaucoup d’attention-concentration,

et sérénité…

D’où la puissance d’émotion _ poétique, elle-même aussi, à son tour : venant partager un petit quelque chose de ce que vient proposer de follement délicat et ténu, mais incroyablement puissant, pour qui s’y penche, l’image contemplée… _ du regardeur

_ là, sur la page du livre ou sur la cimaise d’exposition, s’offrant, en un présent intense, à son regard de regardeur de ces images disposées là et offertes _,

de cette improbable, et modeste, nécessairement humble _ et dénuée de brusquerie : j’ai déjà parlé de la « douceur Plossu«  _, image :

qui nous saisit, nous, regardeurs de ces images,

d’étrange heureuse admiration…

Ce mardi 3 novembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur