le Festival Spannungen : le Marlboro européen, et le génie du Mendelssohn de quatorze ans

— Ecrit le samedi 13 janvier 2018 dans la rubriqueBlogs, Musiques, Rencontres”.

Les chroniques quotidiennes de Jean-Charles Hoffelé sur le site d’Artalinna, me sont un très précieux guide discographique _ parmi la désolation du triste désert médiatique de la presse écrite, comme de l’édition, en cette matière depuis une dizaine d’années au moins ! Cette carence de relais médiatiques écrits fiables, étant bien sûr et fortement catastrophique ! Comment aider à se former un public musical authentiquement cultivé ? Au secours, Madame la Ministre !!! Heureusement que résiste encore un peu pour le moment le service public de Radio-France (France-Musique et France-Culture).

Par exemple ce matin, le très judicieux article intitulé Grand Sextuor que l’excellent critique consacre au CD Mendelssohn – Penderecki (CD CAVI LC15080) du magnifique Festival Spannungen _ que dirige l’excellent pianiste Lars Vogt _,

et dans lequel Jean-Charles Hoffelé souligne la merveille d’inventivité, de force et de grâce  juvénile _ éminemment contagieuses ! c’est-à-dires inspirantes !!! _ d’un Mendelssohn de quatorze ans, héritier, par ses maîtres berlinois, du génie de Carl-Philipp-Emanuel Bach et de l’esprit Sturm und Drang.

Cela fait des années que je suis avec la plus grande attention cette discographie, avec un bonheur d’écoute chaque fois renouvelé ! Quelle vie dans ces très inspirées interprétations live !

Et mes disquaires de la librairie Mollat m’accompagnant dans cette jubilation…

GRAND SEXTUOR

Le Festival de Spannungen, invention de Lars Vogt, serait-il en passe _ et c’est encore trop peu dire ! _ de devenir le Marlboro européen ? Les éditions se suivent _ annuellement _, agrégeant progressivement la fine fleur _ oui ! _ des instrumentistes de la nouvelle génération.

Cette fois, c’est autour d’Aaron Pilsan, dont j’avais tant aimé le récital de début chez Naive (sa Wanderer-Fantasie !) que s’assemblent cinq instruments à cordes pour une des merveilles les moins courues de la musique de chambre

_ tellement magnifique : de Mendelssohn, que l’on commence par l’écoute de son génialissime Octuor ! et si possible dans l’interprétation, au Festival Spannungen,

Mendelssohn & Enescu - Octets for Strings Product Image

par Christian Tetzlaff, Isabelle Faust, Antje Weithaas, Lisa Batiashvili, Kathrine Gowers (violins), Rachel Roberts, Ori Kam, Antoine Tamestit (violas) & Tanja Tetzlaff, Quirine Viersen, Gustav Rivinius (cellos), dans le merveilleux CD C AVI 8553163 _

de Mendelssohn, le Sextuor, pour piano et quintette de cordes à deux altos, qu’il écrivit dans sa quinzième année _ voilà. L’ouvrage expose toute la syntaxe _ oui _ qui fera le miel _ mais oui ! _ de sa musique de chambre, entre classicisme formel _ mozartien _ et invention harmonique romantique héritée de Carl Maria von Weber.

Tous les enjeux de cette partition à la Janus, où la trame médiane est prépondérante – les deux altos y veillent colorant le tout d’une lumière subtile – sont compris ici à la perfection, le piano du jeune Autrichien entraînant le petit orchestre de cordes avec lequel il mène une joute joyeuse _ un terme clé pour tout l’œuvre de Mendelssohn ! _, dispensant un giocoso _ voilà ! _ où le souvenir du sourire de Mozart _ absolument ! _ n’est jamais très loin _ en effet ! Mais la fougue tempêtueuse de CPE Bach, non plus !!!

En complément, le Sextuor de Penderecki, œuvre longuette qui me tombe des mains et où ne paraît pas Aaron Pilsan. Pour cette partition rare du jeune Mendelssohn, si finement rendue _ oui _ , l’album est imbattable _ oui ! _, et qui sait !, vous aimerez peut-être l’opus du Polonais.

LE DISQUE DU JOUR

Felix Mendelssohn (1809-1847)
Sextuor pour piano, violon,
2 altos, violoncelle et contrebasse
en ré majeur, Op. 110

Krzysztof Penderecki
(né en 1933)
Sextuor pour clarinette, cor,
violon, alto, violoncelle
et piano*

Aaron Pilsan, piano
*Danae Dörken, piano
*Jean Johnson, clarinette
Anna Reszniak, *Byol Kang, violon
Elisabeth Kufferath, alto
*Maya Meron, alto
Gustav Rivinius, violoncelle
*Gabriel Schwabe, violoncelle
Edicson Ruiz, contrebasse
*Marie-Luise Neunecker, cor

Un album du label CAVI LC15080

Photo à la une : Le pianiste Aaron Pilsan – Photo : © DR

Très chaudement recommandé !

De même que tous les CDs live émanant de ce très électrique Festival Spannungen…

Et en particulier le miraculeux coffret de 14 CDs intitulé Spannungen : Musik im Kraftwerk Heimbach – Chambers Music, par Lars Vogt & Friends (Live Recordings 1999-2006) :

Résultat de recherche d'images pour "spannungen musik im kraftwerk heimbach"

cf mon article du 14 novembre 2009 : «

Titus Curiosus – Francis Lippa, ce samedi 13 janvier 2018

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


* seven = 42

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur