Une question à ma curiosité : où donc a été prise, en 2008, la photo de Samuel Paty, en vacances, en bordure de mer ? A Lisbonne ?..

Posté dans la catégorie Histoire, photographie, Villes et paysages par Titus Curiosus

20oct

L’unique photo publiquement _ et maintenant quasi officiellement _ diffusée de Samuel Paty (1973 – 16 octobre 2020)

 «Samuel était droit, juste, et convaincu que l’éducation pouvait changer les hommes», se rappelle une ancienne collègue.

m’interroge

 où donc cette photo _ comme d’éternelles heureuses vacances ensoleillées et maritimes _ a-t-elle bien pu être prise, en 2008 ?

En 2008, Samuel Paty, né en 1973, avait 35 ans.

Ce que l’on perçoit, en haut à droite du cliché,

me fait penser à un monument fortifié, en bord d’un bras de mer,

qui n’est pas sans m’évoquer la Tour de Belem, défendant l’estuaire du Tage ;

dont on apercevrait, en haut de la photo, les collines verdoyantes de la rive sud, au moment où celles-ci s’inclinent doucement et par degrés vers l’Océan Atlantique.

Torre de Belém (Lisboa, Portugal) / Belém Tower (Lisbon, Portugal)

 

 Cruzeiros low cost para grupos
 

 

Ce mardi 20 octobre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

La fin du jardin des délices de Paul Haim, à la Petite Escalère, en bord d’Adour, à Saint-Laurent-de-Gosse ; et la dispersion de ses collections, chez Christie’s, à Paris

Posté dans la catégorie Arts plastiques, Villes et paysages par Titus Curiosus

19oct

Suite à mon article d’hier, en prolongement d’un article du quotidien Sud-Ouest,

ce jour,

c’est le Figaro qui consacre un article

intitulé Le Jardin des Délices de Paul Haim,

à la dispersion en vente aux enchères, à Paris, le 22 octobre prochain,

chez Christie’s, 40 rue de Sèvres,

de la magnifique collection de sculptures de Paul Haim,

déposée jusqu’il y a peu en bord d’Adour, à Saint-Laurent-de Gosse,

à La Petite Escalère.

On peut y contempler une photo de la fascinante et superbe mosaïque de Zao You-Ki, intitulée « Paysage« ,

créée spécialement pour ce beau lieu, en 1984.

 

La mosaïque paysage de Zao Wou-Ki (1984) longue de plus de 7 mètres, réalisée spécialement pour le jardin.

La mosaïque paysage de Zao Wou-Ki (1984) longue de plus de 7 mètres, réalisée spécialement pour le jardin. Courtesy Christie’s

Ce lundi 19 octobre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

La prochaine vente aux enchères chez Christie’s, à Paris, de la collection de sculptures de Pauh Haïm, conservée jusqu’ici à la Petite Escalère, en bordure de l’Adour

Posté dans la catégorie Arts plastiques, Histoire, Villes et paysages par Titus Curiosus

18oct

Ce dimanche 18 octobre,

dans l’édition bayonnaise de Sud-Ouest,

en un article intitulé « Pays basque : la collection de sculptures de Paul Haim vendue aux enchères à Paris« ,

j’apprends la prochaine vente aux enchères chez Christie’s, à Paris,

de la collection de sculptures de Paul Haïm, conservée jusqu’ici à la Petite Escalère, en bordure de l’Adour…

Voici donc cet article informatif :

Pays basque : la collection de sculptures de Paul Haim vendue aux enchères à Paris

Lecture 1 min
Pays basque : la collection de sculptures de Paul Haim vendue aux enchères à Paris
Le Grand Adam _ d’Antoine Bourdelle _ a souffert de plusieurs inondations, dont la plus spectaculaire en 2014. Les œuvres de Paul Haim seront vendues aux enchères © Crédit photo : Archives Jean-Daniel Chopin

Par Pierre Sabathié

Publié le 18/10/2020 à 14h25

La collection de sculptures monumentales _ voilà _ du marchand d’art Paul Haim, conservée à la Petite Escalère en bord d’Adour, à la frontière des Landes et du Pays Basque, est actuellement exposée à Paris avant d’être vendue aux enchères jeudi 22 octobre.

Le jardin de la Petite Escalère, aux confins des Landes et du Pays basque, en bord d’Adour _ à Saint-Laurent-de-Gosse, et sur la rive du fleuve qui fait face à Urt… _, a fermé ses portes. Les œuvres sculpturales du marchand d’art Paul Haim n’y sont plus.

Sa collection est actuellement exposée dans l’enceinte de l’ancien hôpital Laennec à Paris, avant d’être vendue aux enchères chez Christie’s le jeudi 22 octobre. « On retrouve ici un panorama de la sculpture du XXème siècle, de Rodin à Zao Wou Ki, en passant par Niki de Saint Phalle, Joan Miró, Fernand Léger, Isamu Noguchi, Agustín Cardenas ou Alexander Calder« , est-il expliqué sur le site internet Toutelaculture.com.

 Le jardin secret de Paul Haim est ainsi visible au siège de Kering, _ 40 _ rue de Sèvres à Paris, jusqu’à jeudi.

Sur le site internet de la Petite Escalère, il est expliqué que « les intempéries et inondations toujours plus fréquentes et violentes ces dernières années ont endommagé les œuvres de manière inexorable, fragilisées le jardin devenu trop souvent impraticable et rendu la programmation d’événements et de médiations de plus en plus compliquée et aléatoire (comme nous l’évoquions déjà dans un de nos articles). Face à ces difficultés grandissantes, dont les enjeux dépassent largement ceux de La Petite Escalère, il a été décidé de mettre fin à l’ouverture du jardin au grand public, et de dissoudre l’association à la fin de l’année 2020. Le jardin va ainsi refermer ses portes, une grande partie de la collection sera mise à l’abri, restaurée, vendue« .

 

Ce dimanche 18 octobre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Aux enchères, à Bordeaux, un « Plutarque » de Montaigne vendu 369 000 Euros…

Posté dans la catégorie Histoire, Littératures par Titus Curiosus

17oct

Pour trouver la conclusion _ chiffrée ! _ à mon article du 8 octobre dernier « « ,

et en parallèle _ indicatif _ à mon article d’hier « «  _ et en sachant que 10 millions de dollars correspondent à 8 536 066 Euros _,

voici un article de Sud-Ouest paru le 16 octobre,

et intitulé « Bordeaux : un livre ayant appartenu à Montaigne vendu 369 000 Euros« ,

donnant le montant atteint _ 369 000 Euros _ par les enchères

pour la vente d’un exemplaire des « Vies parallèles des hommes illustres » de Plutarque ayant fait partie _ au second étage de son extraordinaire tour _ de la bibliothèque de Montaigne :

Bordeaux : un livre ayant appartenu à Montaigne vendu 369 000 euros

Lecture 2 min
Bordeaux : un livre ayant appartenu à Montaigne vendu 369 000 euros
Le livre convoité était issu de la bibliothèque de Montaigne. © Crédit photo : Emmanuel Commissaire
Par Emmanuel Commissaire
Publié le 16/10/2020
Mis à jour à 17h39

Jeudi 15 octobre, un ouvrage de Plutarque ayant été la propriété de l’écrivain de Dordogne _ au château de Montaigne… _ a été vendu aux enchères.

Il n’a pas chanté « I will survive », l’hymne des Bleus en 1998. Cela ne se fait pas. Ou alors dans sa tête. Un hôtel des ventes n’est pas un stade de football. Il n’empêche qu’il y a des points communs : la tactique, le suspense, la joie du vainqueur.

>> À lire aussi. Bordeaux : un rare ouvrage ayant appartenu à Montaigne aux enchères

« On laisse partir la salle et on part au dernier moment », dévoile celui qui a eu le dernier mot. Il s’agit d’un intermédiaire, venu spécialement de Paris. Amoureux fou des livres, c’est un expert des plus pointus et, au vu de ce qui s’est passé, jeudi 15 octobre, à Bordeaux, un as de la stratégie. Assis discrètement dans un coin, il a longtemps observé sans rien dire.

Mise à prix : 30 000 euros

Il y avait 85 lots avant d’arriver à l’objet star de cette vente aux enchères, « Les vies des hommes illustres grecs et romains », un ouvrage de Plutarque issu de la bibliothèque de l’écrivain Michel de Montaigne, né _ à Bordeaux, rue de La Rousselle… _ et mort en Dordogne _ en son château de Montaigne _ au XVIe siècle _ bonjour la précision ! _, et portant la signature, ainsi que cinq annotations, de l’auteur des « Essais ».

« On laisse partir la salle et on part au dernier moment »

Après une heure et demie d’achats littéraires oscillant entre 30 et 1 700 euros, pour une œuvre de Francis Bacon _ lequel ? le philosophe ? ou bien le peintre ? _, le commissaire-priseur Éric Lacombe, pince-sans-rire, est passé, si l’on peut dire, aux choses sérieuses : « On va commencer gentiment à 30 000 euros ». Aucune comparaison avec les mises à prix précédant cet « exemplaire qui n’a vraisemblablement pas quitté l’Aquitaine ».

D’entrée ont été offerts 40 000 euros. Par sauts de 5 000 euros, c’est monté jusqu’à 100 000 euros, puis au même rythme jusqu’à 155 000 euros, avec un palier à 170 000. Tout s’était passé _ exclusivement _ par téléphone. Les clients intéressés donnaient à cet instant leurs ordres à distance. Aucun n’était présent _ voilà  _ dans l’hôtel des ventes des Chartrons. Mais d’un coup, d’autres acteurs sont entrés dans le jeu, en particulier deux présents physiquement. « Oh, si près du but… », a murmuré délicatement le maître de cérémonie à 300 000 euros, histoire sans doute de faire repartir ce duel.

Mais après quatre minutes et demie de suspense digne d’une séance de tirs au but, le coup de marteau a retenti : « Adjugé  ! ».

« Le livre redisparaît… »

On n’en saura pas plus. Secret professionnel. Le vainqueur de l’enchère n’opérait pas pour lui-même. « Silence absolu » sur le profil de l’acheteur. Même pas sa nationalité _ même pas…

Très émue à titre personnel, la personne qui _ dans la salle des vente des Chartrons _ a enchéri pour lui pouvait quand même laisser filtrer sa fibre littéraire : « Le livre disparaît. Il a émergé pendant peu de temps. Il redisparaît ». Un tour de magie à 369 000 euros. « C’est un prix juste. C’est beaucoup d’argent, mais c’est ce que ça vaut. »

Un chef d’œuvre d’humour involontaire…

Ce samedi 17 octobre, Titus Curiosus – Francis Lippa

Un précieux (et rare) exemplaire d’un recueil de 36 pièces de Shakespeare, de 1623, vendu aux enchères à New-York

Posté dans la catégorie Histoire, Littératures par Titus Curiosus

16oct

Hier, 15 octobre,

Le Figaro a annoncé « Un recueil de pièces de William Shakespeare vendu 10 millions de dollars aux enchères » organisées par la maison Christie’s de New-York.

Voici l’article, informatif :

Un recueil de pièces de William Shakespeare vendu 10 millions de dollars aux enchères

L’exemplaire, publié en 1623, est désormais l’une des œuvres littéraires les plus chers jamais vendues.

Par Le Figaro et AFP agence
Publié hier à 09:17, mis à jour hier à 10:06
Le livre a permis à des pièces majeures, comme Macbeth, de subsister.
Le livre a permis à des pièces majeures, comme Macbeth, de subsister. CARLO ALLEGRI / REUTERS

Il était estimé entre 4 et 6 millions de dollars, son acquéreur a finalement déboursé près du double pour se l’offrir. Un exemplaire du premier recueil de pièces de William Shakespeare a été vendu pour 9,97 millions de dollars lors d’enchères organisées par la maison Christie’s de New York.

Publié en 1623, sept ans après la mort de l’auteur _ le 23 avril 1616, à Stratford-upon-Avon _, le livre est le résultat du travail de collecte de deux amis du dramaturge anglais, John Heminge et Henry Condell. Il contient 36 pièces, dont certaines majeures, qui auraient vraisemblablement été perdues sans cette publication («Macbeth» et «La nuit des rois»). Il est considéré par certains comme la plus grande œuvre littéraire en langue anglaise. L’exemplaire vendu mercredi, qui fait partie des six aujourd’hui détenus par des collectionneurs privés, a établi un nouveau record pour un ouvrage littéraire. Plusieurs livres ont déjà été au-delà, notamment le Codex Leicester de Léonard De Vinci, qui a été acheté 30,8 millions de dollars par Bill Gates en 1994, un record. Mais il s’agit de travaux de recherche, comme le Codex, d’ouvrages religieux, de livres illustrés ou de documents officiels _ et pas d’une œuvre littéraire…

Le mois dernier, un exemplaire rarissime de la pièce Les Deux Nobles Cousins – écrite conjointement par William Shakespeare et John Fletcher en 1613 – a été retrouvé en Espagne. Le livre, publié _ lui _ en 1634, était classé sans étiquette _ c’est-à-dire égaré… _ au milieu d’ouvrages de philosophie _ parmi lesquels personne n’avait pensé jusqu’alors aller le rechercher (et dénicher)… _, dans un rayon de la bibliothèque du Collège royal écossais de Salamanque.

Dont acte.

Ce vendredi 16 octobre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur