Le charme pénétrant de Pavol Breslik, merveilleux ténor, dans Schubert, après ses Mozart et Dvorak

— Ecrit le dimanche 19 janvier 2020 dans la rubrique “Non classé”.

C’est dans ses récitals

de Mélodies de Dvorak (Songs, CD Supraphon SU 4715-2),

avec Robert Pechanec au piano

et d’Airs de Mozart (Mozart, CD Orfeo C 889 161 A),

avec le Münchener Rundfunkorchester, dirigé par Patrick Lange,

que j’ai découvert

et admiré

le ténor _ solaire ! _ slovaque Pavol Breslik

_ il est né le 9 mars 1979, à Nové Mesto, en Slovaquie.

Photo à la une : le ténor Pavol Breslik – Photo : © DR

D’où mon très vif désir de l’écouter

dans le Winterreise (soit le CD Orfeo C 934 191),

qui vient de paraître,

ainsi que dans Die Schöne Müllerin (soit le CD Orfeo C 737 151 A),

de Schubert ;

les deux avec Amir Katz au piano.

Eh bien !,

le charme de son timbre solaire de ténor

ainsi que son art _ délicatissime, et avec un parfait naturel ! c’est capital ! _

de chanter,

opèrent à nouveau à plein !

Deux merveilleuses réussites !


La comparaison de son Winterreise

avec le Winterreise de Ian Bostridge (avec Thomas Adès au piano)

_ soit le CD Pentatone PTC 5186 764 ;

cf mon article du 8 janvier dernier : … Une interprétation à nulle autre pareille : indispensable !!! _

est bien sûr passionnante !

Pavol Breslik est le charme même.

Dans la lignée _ pâmante ! _ des Anton Dermota (1909 – 1989)

et Fritz Wunderlich (1930 – 1966)…

Quel art !

Et quel timbre…

Franz Schubert
(1797-1828)


Winterreise, D. 911

Pavol Breslik, ténor
Amir Katz, piano

Un album du label Orfeo C934191

Ce dimanche 19 janvier 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


* 6 = thirty

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur