De ce que c’est qu’un « maître » de philosophie _ quand s’effondre l’Ecole…

— Ecrit le dimanche 7 décembre 2008 dans la rubriquePhilo, Rencontres”.

Sur le passionnant et riche _ à foison _ « Portraits de maîtres _ les profs de philo vus par leurs élèves« ,
recueil d’une pléïade de contributeurs

_ d’Alcibiade (et Pierre Laromiguière, Jules Lagneau et Alain) à Frédéric Brahami, Barbara Stiegler et Pierre Bergounioux parmi un peu plus d’une soixantaine) _,
sous la direction de Jean-Marc Joubert & Gibert Pons, aux Editions du CNRS (paru au mois d’octobre 2008)

Un témoignage non seulement très riche, mais plus que nécessaire et sans prix

à un moment _ comme il en est d’assez « récurrents » (de la part de ceux que « trop penser » dérange !) _ de particulière « déconstruction » de l’Ecole, sous divers prétextes (vertueux) d’efficacité et économie

en temps de compétitivité commerciale exacerbée et de « vaches (particulièrement) maigres » (pour certains ; pas pour tous…)…

Après _ au chapitre d’entrée : « Quelques maîtres du passé » _ de fort beaux et très puissants textes issus des plumes de Platon (« le portrait de Socrate par Alcibiade« , in « Le Banquet » de Platon),
de Taine (le portrait de « Pierre Laromiguière » (1756-1837), in « Les Philosophes classiques en France » d’Hippolyte Taine _ 4ème édition en 1876 à la Librairie Hachette),
d’Alain (des « Souvenirs concernant Jules Lagnaud« , in « Les Passions et la sagesse » d’Alain)
et de Georges Bénézé (« Généreux Alain« ),
ainsi que de Michel Alexandre (« Rencontre d’Alain« , in un numéro spécial d' »Hommage à Alain » de la N.R.F? en 1952 ;

la principale partie concerne les « Maîtres d’ici » _ 59 articles _ ;
suivie d’un appendice « Quelques maîtres d’ailleurs » (qu’en France, et au nombre de 4)…

« Profs de philo » ? « Maîtres« ? L’intuition de départ de Jean-Marc Joubert
_ « Directeur du département de Lettres Modernes de l’ICS« , à La-Roche-sur-Yon _
allait vers les premiers ;

mais le titre _ « bien meilleur » ! (page 9) _ de « Portrait de maîtres » lui a été suggéré par son ami
_ « et complice » : co-animateur de l’entreprise éditoriale ; critique d’art, photographe, et professeur de philosophie au lycée d’Ussel & à l’Université de Limoges ; dont le préambule est de belle qualité… _
Gilbert Pons :

les articles des contributeurs ayant tendance à se focaliser plus ou moins sur ce « qualificatif » _ toujours un peu problématique _ de « maître », envers un élève ;

ou envers un disciple ;
depuis que nous avons appris, de Kant
(dans la « Critique de la raison pure« ) que :

« On ne peut apprendre aucune philosophie ;
car où est-elle,
qui la possède
et à quoi peut-on la connaître ?

On ne peut qu’apprendre à philosopher ?« 

Nietzsche, lui, nous donnant à entendre, par son Zarathoustra,
ou ailleurs _ ainsi dans la préface du « Gai savoir« ,
que l’unique sagesse à « gagner »
est, non de « suivre » la voie de son maître,
mais de « découvrir la sienne
 » :
« Vademecum _ si tu veux vraiment me suivre _, vadetecum » _ c’est toi-même qu’il te faut « découvrir » et apprendre à « inventer »-« suivre »…

How to teach
how to learn


A titre d’exemple, ce petit échange hier
_ j’ai commencé par « grapiller », en relevant les noms de maîtres personnellement connus ;
ainsi que de leurs élèves, que je connais aussi _
avec un des contributeurs : l’excellent Frédéric Brahami :

De :      Titus Curiosus
Objet :     Camille Pernot
Date :     6 décembre 2008 19:30:33 HNEC
À :       Frédéric Brahami


Quel bel (et juste) article sur ce que peut être le « charme » d’un enseignement philosophique,
à travers ce superbe portrait de Camille Pernot,
cher Frédéric !


Pour moi qui ose écrire sur la « délicatesse » du « rencontrer » _ et son « non-art » !

cf le titre de ma conférence samedi prochain à Aix, à la NonMaison : « pour un nonart du rencontrer » !.. _,

….

de même que je me suis risqué à quelques remarques-réflexions sur l’intime (à travers le beau livre de Michaël Foessel « La Privation de l’intime« )
cf mon article du 11 novembre : « la pulvérisation maintenant de l’intime : une menace envers la démocratie »


et sur le « care«  _ et la traduction (discutable…) de « sollicitude » _ (à travers le livre de Fabienne Brugère : Le Sexe de la sollicitude)
cf mon article du 26 novembre : « pour prolonger la conférence d’hier soir de Fabienne Brugère »


quelle magnifique leçon, cher Frédéric…

Je ne sais si se trouve encore aisément « La politesse, et sa philosophie« 

_ parue au PUF, en 1996 _,
mais voilà quelque chose qu’il me plairait assurément de déchiffrer bien attentivement.

Merci pour ton (pas petit) talent (d’attention) !

Bien à toi,

Titus

Sur la conférence bordelaise _ à mon initiative _ de Bernard Sève,
encore ceci :
l’article du 14 novembre : « Jubilatoire conférence hier soir de Bernard Sève : sur le tissage de l’écriture et de la pensée de Montaigne »


La réponse de Frédéric :

De :       Frédéric Brahami
Objet :     Rép : Camille Pernot
Date :     6 décembre 2008 21:28:16 HNEC
À :      Titus Curiosus


Merci à toi. Tu sais que M. Pernot est mort, je suppose.
à un de ces jours, peut-être
fred


Et la mienne :

De :       Titus Curiosus
Objet :     Notices (sur Camille Pernot)
Date :     6 décembre 2008 22:25:12 HNEC

À :       Frédéric Brahami

J’ignorais que M. Pernot était mort :
les notices du livre sont si rudimentaires, qu’elles en sont, carrément, « déficientes ».
Tout au plus, peut-on le deviner, car la notice (page 372) emploie pour M. Pernot l’imparfait…

Je vais rédiger un article demain sur mon blog mollat
sur ce livre (« Portraits de maîtres« )

à la fois symptomatique de notre présent,
et bel hommage à ce qui demeurait encore de « qualitatif » (à travers les personnes de ces « maîtres« ) dans l’Ecole
qu’on est en train présentement d’allégrement démolir…


J’ai plaisir en tout cas à lire certains « portraits » _ notamment de ceux que j’ai pu connaître personnellement (Ferdinand Alquié, Eric Blondel, Etienne Borne, Bernard Bourgeois, François Dagognet, Jacques Derrida, Christiane Menasseyre, Jean-Claude Pariente, André Pessel) _,
de même que l’écriture et le style (de penser) de certains des « portraitistes », dont toi (et Pierre Bergounioux, Barbara Stiegler, Frédéric Worms)…

Titus

En fait, la table des matières fournit quelques dates (de naissance et de décès) ; mais pas systématiquement !..

Bien sûr,
les initiateurs de ce très beau projet ont _ un peu aléatoirement _ reçu réponse, ou pas, des « élèves » (de « maîtres« ) qu’ils avaient sollicités ;
et de qualité un peu variable ;
certaines
_ et même beaucoup _ sont magnifiques :

outre celles de Barbara Stiegler (« la philosophie comme discipline érotique« ) à propos de son professeur (en khâgne à Henri IV, en 1990) Pierre Jacerme _ pages 255 à 259 _ ;
et de Frédéric Brahami à propos (du « charme _ proprement _ philosophique« ) de Camille Pernot _ pages 139 à 142 _,
sur le « charme philosophique », donc :

en cette dernière, de Frédéric Brahami, je relève ceci :

« Le trait le plus marquant

_ du « charme proprement philosophique » de Camille Pernot _

en était l’identité de la précision et de la distance.
(…) C’était la précision elle-même qui mettait à distance l’objet du cours. Je me souviens d’une séance sur l’animal chez Descartes.
(…) A mesure que l’exposé doctrinal se construisait dans une rigueur sans faille, c’étaient les failles de Descartes qui venaient au jour.
Ce n’était pas l’incantation des grands mots attendus et bien-pensants sur la nécessité de penser par soi-même,
mais la droiture intellectuelle,
la netteté de la précision,
l’attachement au détail toujours reporté à l’ensemble,
qui engendrait, par la pure efficacité de l’analyse, la distance critique.
 »

Ou, à propos de David Hume :
« Ainsi le mot obvious

ne signifiait-il plus évident, comme les traducteurs sont plus ou moins obligés de le rendre :
s’y manifestait toute une philosophie de la rencontre,
de l’apparaître,
de l’événement même ;

et la phrase que Hume avait ironiquement écrite dans un anglais scrupuleusement facile et apparemment transparent,
se métamorphosait en une autre phrase, dans laquelle les catégories fondamentales, comme celles d’évidence et de vérité,
se détachaient de leur ancrage classique,
de leur milieu « cartésien »,
et devenaient inquiétantes par leurs implications.

L’évidence n’avait plus rien à voir avec la saisie tranquille d’une intuition intellectuelle indubitable par un esprit maître de soi,
elle résultait de la force d’une rencontre
qui faisait violence à l’esprit
en lui imposant son autorité.

C’était d’une efficacité parfaite, parce que c’était encore l’union des qualités contraires :

la profondeur de la pensée dans la transparence« …

Quelle acuité, cher Frédéric !

Et, en conclusion de l’article de Frédéric, encore ceci :

« Il peut paraître paradoxal de parler de l’enseignement d’un maître de philosophie en témoignant de l’efficacité de son charme

_ philosophique !
Le charme relève de la magie, de la fascination,
de tout ce contre quoi, en somme, lutte la philosophie.

La philosophie, c’est la raison ; et la raison désenchante le monde. C’est vrai.

Mais ce n’est vrai que d’une vérité générale, cela ne vaut que dans les manuels scolaires.
Car nous savons tous,
nous qui avons été marqués par un professeur,
que la philosophie n’a pris un sens vivant pour nous
que par la force affective qu’enveloppait une présence.

L’intelligence de l’acuité n’est pas sèche ;
et la distance elle-même,
ce qu’on appelle en anglais
carelessness,
est un délicat affect philosophique.« 

Fin

_ superbe (parce qu’aussi belle que juste, et juste que belle !) _

de l’article de Frédéric Brahami, page 142.

Quant à la contribution de Barbara Stiegler (à propos des « séances » de cours _ « musicales » !.. _ de Pierre Jacerme,

je lis (page 256) :

« Du côté de la partition,

nous avions toujours accès au meilleur,
c’est-à-dire aux plus grands textes.
Du côté de l’interprétation, ce que nous entendions ressemblait à une lente rhapsodie,
apparemment libre et décousue.
Pierre Jacerme savait prendre son temps
pour laisser venir sa lecture,
qu’il semblait inventer devant nous,
comme un pianiste invente chaque fois son interprétation, ici et maintenant,
et ce en dépit des innombrables
« répétitions » qui le prémunissent seulement de l’improvisation
et jamais de l’invention.


La parole de Pierre Jacerme ne visait ni les effets (du théâtral),
ni le brio ou la virtuosité (du prétoire),
ni l’autorité (de la parole politique).

C’était la parole lente
et comme étouffée
d’un travailleur souterrain,
s’épuisant à forer les profondeurs d’une question
jusqu’à atteindre son point brûlant et incandescent
: les contradictions en fusion,
constituant, pour lui et nous, la seule matrice possible de la pensée philosophique.


Parce qu’il n’ y avait jamais de « message » dans la séance que nous vivions,
parce qu’en un sens il n’y avait aucune « démonstration » défendant une thèse positive avec les ressources habituelles de l’argumentation rationnelle,
parce que ce à quoi nous assistions
était bien plutôt un forage des profondeurs à la recherche des tensions internes du sous-sol,

la matière sonore qui coulait dans nos oreilles
ressemblait plus à de la lave en fusion
qu’à un cours structuré
avec ses parties et ses sous-parties, ses arguments et ses contre-arguments.


Bref,
nous étions comme des chairs ayant à organiser le flux, elles-mêmes en première personne,
situation hautement philosophique

que je retrouvais quelques années plus tard,
précisément dans ces termes,
du côté de Nietzsche décrivant les amours de Dionysos et d’Ariane
« …

« Car il s’agissait, en effet, d’amour.
Je me souviens que Pierre Jacerme lui-même nous avait montré avec insistance,
commentant le
« Ménon » de Platon,
que la philosophie ne pouvait être qu’une
« discipline érotique ».

L’éros devait, pour que la séance se déroule, exister de part et d’autre :
du côté du texte et de son interprétation,

qui avaient besoin d’oreilles aimées et amies qui les entendent et les reçoivent,
du côté des oreilles elles-mêmes, qui avaient besoin d’aimer le flux saturé de contradiction
pour le supporter
et prendre le risque de s’y exposer.


Or, comme dans le « Ménon« , l’éros n’allait pas sans les conflits violents d’un corps à corps.
Comme dans toute pratique érotique,
nous faisions l’expérience,
parfois pénible et douloureuse,
d’une haute circulation affective.

(…) Cette circulation affective
avait de tout autres enjeux que psychologiques.
Elle prenait sens
sur le fond d’une pratique intensive de l’
« amour du lointain ».

Avide de lointain et d’étranger,
Pierre Jacerme s’efforçait de nous initier par intermittences à la lumière dépaysante des contrées les plus lointaines
:
celles notamment des
« primitifs » d’Océanie et d’Asie, deux continents qu’il connaissait et qu’il aimait,
et qui jetaient leur lueur lointaine
et, pour nous,
« tout autre »,
sur la Grèce et sur l’Occident.


Je découvris plus tard que cet effort
prolongeait fidèlement l’ambition de Nietzsche :
« Enseigner l’éloignement vers l’étranger (« Entfremdung« ) dans tous ses sens »,
en vue de « creuser des fossés » brisant « l’égalisation » des modes de pensée (in « Fragment posthume« , 1855 36 (17) )

Je ne voudrais _ non plus que ne pourrais _ conclure cet article
sans
saluer tendrement Simone Gipouloux,
mon professeur de philosophie de Terminale,
qui m’a donné ce même désir (de l' »amour du lointain« ) du philosopher,
comme sens de la non-inhumanité ;

ainsi que le cher souvenir de Jean-Marie Pontévia,
maître en æsthétique

cf, qui demeurent, ses « Ecrits sur l’Art et Pensées détachées » (aux Éditions William Blake and Co)…

Titus Curiosus, ce 7 décembre 2008

Commentaires récents

Posté par lemignonliénard
Le 9 décembre 2008

Grande et féconde confusion mon Titus, rendant compte de l’inavouable : l’érotisation de la fonction pédagogique. Indispensable. Un de mes élèves me disant : « Mais arrêtez de faire tous ces efforts pour nous prouvez que VOUS NOUS AIMEZ, on s’en aperçoit assez ! » Avec un grand sourire. Et je ne comprends pas, toujours pas, pourquoi j’ai renié – enterré – tout cela. Merci de donner les noms des profs, contrairement à tant de pignoufs qui expriment leur reconnaissance sans DIRE LE NOM, car nous sommes notre nom. Merci aussi pour la signification du mot « ob-vious », ce qui vient fair OBstacle sur la VOIE ; pour les failles de Descartes, homme que je n’ai jamais pu comprendre, car il parle de raison, pour s’ébrouer d’autant plus vite dans les prairies marécageuses de la transcendance… Et aussi : il n’y a là que les bons élèves et les bons profs… Mais nous sombrerions vite en Mer Démagogienne ( l’inverse de Pédagogienne, où l’on navigue, tout de même). J’ai failli faire l’amour avec ma prof de philo , qui me recevait chez elle à poil sous sa robe de chambre. Mais je n’y ai pensé que bien plus tard, je n’avais rien compris du tout, après sa mort, sept mois plus tard… C’est d’un autre « éros » qu’il s’agit, vous l’aurez compris. Quoique… A bientôt, Titus, pour d’autres aventures…

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


two + 4 =

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur