Les Bordes : à Saint-Béat, à Bayonne, à Tartas…

— Ecrit le samedi 17 août 2019 dans la rubriqueHistoire”.

Parmi les noms présents sur les actes de décès des familles Hiriart et Gaudin,

sont présents le nom de Bordes, et celui de Laborde.

La famille Bordes _ originaire de Saint-Béat (Haute-Garonne) _,

dont un des membres, Jean Bordes, peintre vitrier (Bayonne, 10 mars 1817 – Bayonne, 17 septembre 1862), est l’époux _ à Bayonne le 27 novembre 1840 _ de Marie Aguerregaray (Bayonne, 27 juin 1819 _ Bayonne,22 février 1882),

et dont la fille, Marie Bordes (Bayonne, 24 juin 1841 – j’ignore le lieu et la date de son décès) épouse à Bayonne, le 14 avril 1863, Jean-Baptiste Dougier, entrepreneur de travailaux publics (Magnac-Laval, Haute-Vienne, 29 octobre 1825 – Soustons, Landes, 14 septembre 1866),

comporte aussi une branche qui a résidé à Tartas (Landes) :

Jean Bordes, le peintre vitrier bayonnais et mari de Marie Aguerregaray,  a eu en effet pour frère un Bernard Bordes, lui aussi peintre vitrier, né le 12 juin 1827 à Bayonne, et décédé à Madrid le 21 août 1855, qui a épousé à Tartas _ voilà ! _, le 25 mai 1844, Jeanne-Dorothée Lalanne, tailleuse (née à Tartas le 6 septembre 1820, et décédée à Madrid le 7 janvier 1851).

Ils ont eu au moins deux filles, Jeanne-Marie « Amélie » Bordes (née à Tartas le 10 novembre 1843 et décédée à Tartas le 29 novembre 1919), et sa sœur Marie Bordes (née à Tartas le 9 août 1844 et décédée à Tartas le 3  février 1874).

A Tartas _ toujours _, les deux sœurs ont épousé successivement le même mari, Louis « Léon » Bordes (Tartas, 19 février 1841 – Tartas, 14 août 1903),

la cadette, Marie, le 28 avril 1870,

et l’aînée, Jeanne-Marie « Amélie », le 28 avril 1874.

Or, il est possible que ces deux sœurs Bordes aient eu aussi un frère, Louis Bordes, tonnelier à Tartas ;

et dont la fille Marie Bordes, née _ elle aussi _ à Tartas le 2 décembre 1864 _ sa mère était Catherine Rosine Bellegarde _, a épousé, à Tartas _ encore _ le 17 mai 1890 un nommé Jean-Baptiste Laborde, sellier, né à Hagetmau le 10 mars 1853, et domicilié à Mont-de-Marsan, fils de Pierre Laborde, décédé à Hagetmau le 14 avril 1870, et de Catherine Busquet.

Je me demande si ce n’est pas de ce Pierre Laborde que le nom de Laborde apparaît dans les faire-part de décès de Charles Gaudin, en 1910, et d’Edmond Gaudin, en 1920.

En 1936, pour le décès d’Annette Bibal-Gaudin, le nom de Laborde n’est plus présent dans le faire-part.

Ce samedi 17 août 2019, Titus Suriosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


* 2 = two

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur