Musiques de joie : la plénitude tendre et grave de Josquin des Prez

— Ecrit le vendredi 17 avril 2020 dans la rubriqueHistoire, Musiques”.

Changement d’humeur,

ce jour,

dans le parcours des modalités musicales diverses de la joie :

aujourd’hui, la plénitude d’une infinie tendresse,

grave et profonde,

du génie de Josquin des Prez

(Beaurevoir, ca. 1450 – Condé-sur-l’Escaut, 27 août 1521).

Un compositeur dont je collectionne les CDs de Messes,

interprétées par les Tallis Scholars.

Pour illustrer la tonalité singulière de la joie musicale de Josquin,

je choisis ici le Motet Planxit autem David ;

et tout spécialement _ surtout _ dans l’interprétation rayonnante et parfaitement aboutie

du CD intitulé Miserere mei Deus

de la Cappella Amsterdam, dirigée par Daniel Reuss

dans le superbe CD Harmonia Mundi HMM 902620,

enregistré au mois de juillet 2018, à la Waalsekerk d’Amsterdam.

Ce vendredi 17 avril 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


eight * 9 =

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur