Musiques de joie : le régal d’une autre « Apocalypse joyeuse », à Berlin cette fois, celle des Mélodies du very charming Kurt Weill (1900 – 1950)

— Ecrit le dimanche 7 juin 2020 dans la rubriqueHistoire, Musiques”.

Sur la lancée de mon article d’hier

consacré à l’hollywoodien Concerto pour violon du viennois exilé en Californie Erich-Wolfgang Korngold

(Brno, 29 mai 1897 – Hollywood, 29 novembre 1957),

et sa musique langoureuse, et  furibonde, d’Apocalypse viennoise,

voici, ce dimanche, une musique de l’Apocalypse berlinoise :

celle du presque parfait contemporain de Korngold (1897 – 1957),

the very charming Kurt Weill

(Dessau, 2 mars 1900 – New-York 3 avril 1950).

Et j’ai choisi pour cela un CD assez original

et resplendissant,

précisément intitulé Charming Weill _ Dance Band Arrangements ;

soit le délicieux CD RCA 09026 63513 2,

enregistré et publié en 2001,

par Das Palast Orchester

mit seinem Sänger Max Raabe,

sous la direction de HK Gruber.

Un choix d’arrangements de 19 incomparables Mélodies de Kurt Weill,

composées

de 1928, à Berlin, pour Die Dreigroschenoper,

à 1949, aux États-Unis, pour Lost in the Stars...

Avec ici ce podcast de l’irrésistible Speak low ;

et cet autre de September Song ;

et encore celui de ce fulminant Kanonen-Song !

Des chansons du bord de l’abyme…

Un régal !

Ce dimanche 7 juin 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


8 * eight =

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur