Ravissement du « Venez, chère ombre » d’Eva Zaïcik et du Consort (dirigé par Justin Taylor) : ou l’heureuse reviviscence de la cantate française, à l’orée du XVIIIème siècle

— Ecrit le mardi 29 janvier 2019 dans la rubriqueHistoire, Musiques”.

Quel enchantement d’écouter

le chant parfait d’Eva Zaïcik _ avec quel timbre idéal ! et quelle qualité de diction ! _,

sertie dans le jeu idoine du Consort

_ que dirige du clavecin ou de l’orgue le claviériste Justin Taylor _,

dans le répertoire trop longtemps délaissé

_ depuis quelques vingt-cinq ans à peu près… _

de la cantate _ et de la cantatille _ française(s),

apparu à l’orée du XVIIIème siècle ;

en un mieux qu’épatant : splendide !

CD Alpha 439.

Les compositeurs interprétés ici sont :

Louis-Antoine Lefebvre (c. 1700 – 1763),

Michel Pignolet de Montéclair (1667 – 1737),

Philippe Courbois (fl. 1705 – c. 1730),

et Louis-Nicolas Clérambault (1676 – 1749)…

Nous sommes ici au cœur de l’art français de la musique…

Et interprété idéalement

par ces jeunes artistes :

avec l’incomparable Eva Zaïcik,

et l’excellent Justin Taylor,

les violons baroques de Théotime Langlois de Swarte et Sophie de Bardonnèche,

la viole de gambe de Sophie Pierrard _ formant l’ensemble Le Consort _,

et avec l’appoint du traverso d’Anna Besson,

de la viole de gambe de Lucile Boulanger

et du théorbe de Thibaut Roussel…

Une relève bien assurée !

Et un récital superbement vivant et réussi,

d’une justesse absolue d’interprétation !

_ avec ce qu’il y faut de tendresse…

Ce mardi 29 janvier 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


- two = 7

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur