Posts Tagged ‘Paul Bioy

Et un petit crochet mémoriel, avec le souvenir intensément ravivé de la retransmission télévisée du concert-événement de Maria Callas au Palais Garnier, le 19 décembre 1958, avec l’extraordinaire acte II de Tosca…

26juil

Les toutes récentes soldes

m’ont permis de mettre la main sur un très précieux DVD _ Warner 7243 4 92503 9 0 _, intitulé « la callas… toujours Paris 1958« ,

comportant sa fameuse géniale  Tosca, dans l’acte II de l’opéra de Puccini, sur la scène du Palais Garnier le 19 décembre 1958…

Je venais tout juste d’avoir 11 ans,

mais je me souviens parfaitement des très vives émotions éprouvées à la retransmission de ce gala à la Télévision française, chez moi, auprès de mes parents…

Si bien que je « revois » littéralement, avec la plus grande netteté, le drame si intense de toute cette scène avec Scarpia _ interprété par le grand Tito Gobbi _ que je regarde sur l’écran de mon ordinateur maintenant comme si c’était il y a  63 ans, l’année de mes onze ans…

Et je n’assisterai à un opéra, sur la scène du Grand Théâtre de Bordeaux, qu’en 1964…

Mais mon oncle Paul aimait beaucoup chanter _ en français _ les grands airs de « Tosca« , « La Bohème« , ou « Madame Butterfly » :

cela aussi évidemment m’a marqué…

Et les programmes _ excellents ! _ de la télévision avaient alors, en 1958, un important rôle d’initiation culturelle populaire de la plus haute qualité _ loin des lobbies commerciaux.

Ce mardi 26 juillet 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ce qui m’intéresse le plus en Adolfo Bioy Casares : les détails (et petits secrets) de la vie quotidienne d’humain d’Adolfito…

23juil

Ma curiosité envers Adolfo Bioy Casares _ sa personne, essentiellement _,

ne vient pas seulement de raisons familiales :

mon grand-père Paul Bioy (Oloron, 26 avril 1878 – Bordeaux, 6 décembre 1954) était en effet un des cousins germains béarnais (d’Oloron) d’Adolfo Bioy Domecq (Pardo, 27 juillet 1882 – Buenos Aires, 26 août 1962), le père d’Adolfito (Buenos Aires, 15 septembre 1914 – Buenos Aires, 8 mars 1999).

Elle vient surtout des mystères dont Adolfito Bioy n’a cessé de développer, toute sa vie durant, sur les liens qui ont pu l’unir à diverses femmes, dans l’ombre…

Et c’est cela qui m’a poussé à aller jeter un œil _ curieux _ sur les extraits _ seulement, hélas ; même s’ils sont très copieux… _ de son passionnant extraordinaire Journal,

dont la parution a été posthume ;

et surtout centrée _ par l’éditeur _ sur les entrées qui comportaient, toutes, le nom de son ami Borges :

de cet extraordinaire et merveilleux journal intime,

sont, d’ailleurs parues _ et seulement en espagnol _ deux versions, l’une plus généreuse que l’autre ;

la seconde ayant été un peu réduite, pour des raisons le plus probablement commerciales _ le lectorat est réputé se lasser assez vite…


J’avais même fait le voyage de Saint-Sébastien – Donostia, rien que pour m’en procurer la plus longue version ;

et je n’avais réussi à mettre la main que sur la seconde, la moins complète...

Ce que j’y recherchais

ne concernait pas les échanges _ presque exclusivement littéraires _ que Bioy avait pu avoir _ et scrupuleusement notés _ avec Borgès _ pour l’œuvre cérébrale duquel je dois avouer mon défaut d’appétence… _,

mais les plus petits détails _ et les petits secrets habilement cachés : Adolfito avait la politesse délicate (et somptueuse) du plus raffiné des gentlemen… _ de la vie quotidienne d’Adolfito lui-même,

par exemple lors de ses divers voyages en Europe _ en France, et en Béarn, tout spécialement _ ;

 

ainsi ses visites, à Pau, au fils d’Antoine Bioy (Oloron, 9 juin 1872 – Buenos Aires, 31 août 1950) _ Antoine Bioy était le frère aîné de mon grand-père Paul Bioy (Oloron, 26 avril 1878 – Bordeaux, 6 décembre 1954) _,

le Dr Edouard Bioy (Buenos Aires, 18 mai 1908 – Pau, 23 novembre 1999) _ qui continuait d’avoir aussi des attaches à Buenos Aires et sa province.

À suivre…

Ce vendredi 23 juillet 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur