Le charme de la musique de récréation de Jean Sébastien Bach au Café Zimmermann, à Leipzig : le CD « Flauto accompagnato »

— Ecrit le mardi 5 mars 2019 dans la rubriqueHistoire, Musiques”.

Ma chère amie Elisabeth Joyé

_ insigne claviériste _

m’adresse un amical bonjour musical à son retour d’un concert à Tokyo :

elle me fait adresser par Hortus son tout récent CD,

avec Patrick Beuckels, le flûtiste belge bien connu,

consacré pour le principal à des pièces de récréation avec flûte(s) 

de Jean-Sébastien Bach (1685 – 1750)

_ pour les concerts de récréation au Café Zimmermann, à Leipzig, sur la Catharinnastrasse _,

intitulé Flauto accompagnato

_ soit le CD Hortus 168 _ ;

et qui comporte

la sonate en si mineur BWV 1030 pour flûte et clavecin obligé,

la sonate en mi mineur BWV 1034 pour flûte et basse continue,

la sonate en trio en sol Majeur BWV 1038 pour flûte, violon et basse continue,

la sonate en trio en sol Majeur BWV 1039 pour 2 flûtes et basse continue ;

ainsi que la Toccata de la Partita n°6 pour clavecin en mi mineur BWV 830.

C’est là un répertoire _ nous dirions aujourd’hui de chambre _

à la fois intime et festif

qu’interprétaient Jean-Sébastien Bach et ses divers enfants,

ainsi que certains de ses élèves,

ou quelques étudiants de l’université.

Les concerts, gratuits, de ce Collegium Musicum,

avaient été fondés, là-même,

par Georg Philipp Telemann (1681 – 1767),

dès 1702 _ il avait 21 ans _ ;

et avaient lieu tous les vendredis soir,

ou, en été, tous les mercredis après-midi

_ jusqu’à la mort du cafetier Zimmermann en 1741.


Bach en a assuré la direction douze années, de 1729 à 1741.

On peut donc supposer que très nombreuses furent les œuvres proposées

_ et composées aussi ! en très diverses formules,

dont rendent un peu compte les intitulés de ces partitions qui nous sont parvenues ;

bien d’autres sont perdues,

ou dorment encore (dans quelques bibliothèques de châteaux et mélomanes en Allemagne)… _

pour ces concerts à la fois intimes et festifs, donc,

de ces douze années bachiennes-là.

Et que les partitions qui nous en ont été conservées

_ comment ? pour quelles raisons ? par quelles séries de hasards ?.. _

n’en constituent qu’une toute petite partie…

Mystère des transmissions

et patrimoines…

Mais bonheur aussi des musicologues,

des musiciens, plus encore,

et, in fine, des mélomanes jouissant de leur écoute archi-vivante

maintenant

au concert comme au disque…


L’interprétation que nous donnent ici

de ces pièces avec flûte(s)

Patrick Beuckels et Toshiyuki Shibata, aux traversos,

Dirk Vandaele, au violon,

Romina Lischka, à la viole de gambe,

et Elisabeth Joyé, au clavecin,

est pleine du charme un peu rêveur

qui convient idéalement _ voilà ! _ à ces pièces

de plaisir profane

mesuré, varié et calme dénué d’outrances hystérisées.

Un très beau travail que celui de ce CD Hortus 168.

Ce mardi 5 mars 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


three + 3 =

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur