Le charme tendre de « Quand je fus pris au pavillon », de Reynaldo Hahn …et Charles d’Orléans

— Ecrit le jeudi 17 septembre 2020 dans la rubriqueHistoire, Musiques”.

Une sorte de quintessence de l’art français

nous est offert par certaine mélodies de Reynaldo Hahn ;

par exemple, « Quand je fus pris au pavillon »,

sur un poème de Charles d’Orléans.

Et par exemple, dans l’interprétation de Véronique Gens,

accompagnée au piano par Susan Manoff _ en un CD Alpha 215, paru en 2015.

C’est délicieux !

Ce jeudi 17 septembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


5 * = fifteen

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur