Posts Tagged ‘Perpignan

De menues nouvelles précisions concernant le cousin Bertrand de Swarte et sa famille…

28juin

Ce jour,

à force de chercher un peu tous azimuts,

j’ai réussi à glaner quelques menues précisions concernant le cousin germain de Thibault et Bertille de Swarte, Bertrand de Swarte _ né à Neuilly-sur-Seine le 21 mars 1956, et marié, à Trélissac, le 6 mars 1988, avec la namuroise Marie-Amélie Mathy, née en 1959 _, le père de Gaël, de Jérémie, de Juliette et de Madeleine de Swarte ;

et beau-père de Camille Sartre, la troisième des enfants _ après Sylvain (né le 28 août 1979) et Alexis Sartre _ de Bertille de Swarte et de son premier époux, Pierre Sartre.

Gaël de Swarte, le père des second (Louise de Swarte) et troisième (Marin de Swarte) enfants de son épouse _ et cousine _ Camille Sartre,

a pour statut professionnel d’être « sorcier chez OTEC« , l’entreprise fondée par son père Bertrand de Swarte à Trélissac, en Dordogne, en 1983 Bertrand de Swarte avait alors 27 ans…

Gaël de Swarte a été étudiant _ en psychologie technique _ à l’université de Toulouse-Le-Mirail de 2001 à 2007 ; et, de 2005 à 2007, aux universités de Montréal et de Concordia, pour un Master de Psychologie technique…

Et j’ignore jusqu’ici les lieux et dates de naissance des deux enfants que Gaël a avec son épouse Camille Sartre : Louise et Marin de Swarte ;

Camille ayant eu un premier enfant, Romane Fizet, de son premier époux, le bordelais Guillaume Fizet (né, lui, le 3 novembre 1975)…

Camille Sartre, quant à elle, a fait des études de biologie à l’université Paul Sabatier – Toulouse III ; puis, à Montréal, de Sciences biologiques en biologie ; avant de travailler à la Croix-Rouge française, à Perpignan, de 2013 à 2015…

Plusieurs des membres de la famille de Sartre ont donc vécu à Montréal

_ par exemple, la seconde fille de Thibault de Swarte, Alice de Swarte (née à Bruges, en Gironde, le 23 février 1987), ainsi que celui qui deviendra son époux (à Nogent-Sur-Seine, dans l’Aube, le 11 mai 2019), Nicolas Prieur… Et Clotilde de Swarte, la troisième des enfants de Thibault de Swarte (née à Rennes, le 8 décembre 1989) a rendu visite à sa sœur à Montréal, peut-être en septembre 2011… 

Si j’ignore le lieu _ peut-être à Trélissac… _ et la date de naissance de Jérémie de Swarte, le second des enfants de Bertrand de Swarte et son épouse Marie-Amélie Mathy,

j’ai découvert que Jérémie de Swarte a épousé, à Trélissac, Jennifer Simon, le 12 août 2017.

Et que Jennifer Simon, son épouse _ bordelaise ? girondine ? _, travaille chez OTEC, l’entreprise de son futur beau-père Bertrand de Swarte, depuis 2012.

Jennifer Simon est passée par les lycées Philadelphe de Gerde, à Pessac, en Gironde _ en 2000 _, puis Gustave Eiffel, à Bordeaux _ de 2000 à 2002. 

La troisième des enfants de Bertrand de Swarte et son épouse Marie-Amélie Mathy, est Juliette de Swarte,

qui a fait des études d’anthropologie-ethnologie à l’université de Toulouse-Le-Mirail, de 2006 à 2010. Puis, elle est passée par l’Ecole Supérieure de Tourisme…

Et, chef de produits à Terres d’Aventure, peut-être est-elle domiciliée auprès de son père, à Trélissac…

Enfin, Madeleine de Swarte, la benjamine des 4 enfants de Bertrand de Swarte et Marie-Amélie Mathy, vit en Nouvelle Aquitaine…

 

À suivre…

Ce lundi 28 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Quelques données à propos de Sylvain Sartre : fils aîné de Bertille de Swarte, et frère aîné de Théotime Langlois de Swarte…

22juin

Toujours dans l’optique de rassembler le plus vaste éventail possible de données concernant l’environnement culturel et musical de si brillant musicien qu’est Théotime Langlois de Swarte,

je désire me pencher ici sur ce que je suis en mesure de réunir concernant le frère aîné de Théotime _ né, lui, à Céret, en 1995 ; sans davantage de précisions… _, Sylvain Sartre,

né le 28 août 1979, à Périgueux, du premier mariage de leur mère, Bertille de Swarte _ née entre 1956 et 1961 _,

avec Pierre Sartre né, lui, le 1er juin 1956…

Sylvain Sartre, flûtiste et co-créateur _ avec Margaux Blanchard _, en 2008, de l’Ensemble de musique baroque Les Ombres, a, en effet, joué lui aussi _ avec cette passionnée de musique qu’est la très active Bertille de Swarte _ un incontestable rôle important, voire majeur, dans le destin musical et de sa petite sœur Pauline _ née en 1994 _, et de son petit frère Théotime Langlois de Swarte _ né en 1995, à Céret…

À la naissance, le 28 août 1979, de Sylvain Sartre, le fils aîné de Bertille de Swarte et son premier mari Pierre Sartre,

le père de Sylvain, Pierre Sartre, vient tout juste d’avoir 23 ans ; et sa mère, Bertille de Swarte, a entre 18 et 23 ans : les deux parents de Sylvain étaient donc tous deux très jeunes…

En ce mois de juin 1979, Pierre Sartre, qui a passé un bac D au lycée Laure Gatet de Périgueux au mois de juin 1974, vient d’achever ses études de dentisterie à l’université Victor Ségalen de Bordeaux ; avant d’y devenir, les années 1980-1985, Attaché d’enseignement. Et ce sont ces années-là que sont nés les deux autres enfants du couple Pierre Sartre – Bertille de Swarte : Alexis Sartre et Camille Sartre _ j’ignore à ce jour leurs lieux et dates de naissance…

Puis, le 15 février 1985, naît Adrien Sartre, le fils aîné de Pierre Sartre et sa seconde compagne Isabelle Mancini _ qui se marieront à Bordeaux cinq ans plus tard : le 7 juillet 1990. Et suivra la naissance du fils cadet de ce couple, Clément Sartre _ dont j’ignore à ce jour le lieu et la date de naissance ; Clément Sartre, élève au lycée Camille Jullian à Bordeaux, a eu son bac au mois de juin 2011, et est devenu étudiant en médecine à Bordeaux ; le 16 juillet 2019, il a été reçu au concours de l’Internat ; Internat qu’il exerce au CHU de Bordeaux-Pellegrin.

Souvenons-nous aussi que c’est en janvier 1988 que Bertille de Swarte crée, à Perpignan, l’IRVEM, l’Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical Méditerranéen.

Mais me demeurent inconnues à ce jour les circonstances précises de la séparation de Bertille de Swarte d’avec Pierre Sartre, et son départ d’Aquitaine _ probablement Bordeaux… _ pour le Roussillon _ Perpignan, Céret, Canet-en-Roussillon, Prades (où décède le grand-père paternel de Bertille, Pierre de Swarte, le 3 août 1990)…

Cependant, je ne manque pas de remarquer _ sur pas mal de photos de famille _ le très vif plaisir qu’autour de Bertille de Swarte, les nombreux membres des familles de Swarte, Sartre et Langlois éprouvent à se retrouver et se réunir festivement,

notamment au château de l’Esparrou, à Canet-en-Roussillon ;

propriété _ tendrement chérie _ de la défunte grand-mère maternelle de Bertille, Marie-Thérèse Sauvy (Perpignan, 1er mai 1896 – Canet-en-Roussillon, 30 juin 1994), veuve d’André-Marie Rendu (Paisandu, Uruguay, 17 mai 1885 – Canet-en-Roussillon, 11  août 1953).

Sylvain Sartre, après des études de piano et de flûte traversière, découvre _ bientôt _ la richesse des répertoires renaissance et baroque. Charmé par la sonorité de la flûte en bois, il se forme auprès de Annie Ploquin-Rignol _ à Perpignan _, Philippe Allain-Dupré _ au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse ; et Philippe est aussi un magnifique facteur de flûtes… _, puis de Marc Hantaï, à la Schola Cantorum de Bâle, où il obtient _ en 2010 _ son Master of Arts in Musical Performance.

Dans ce qu’il entreprend, il accorde une place particulière à la voix. Il intervient en tant que chef auprès de nombreux chœurs et maîtrises, et dirige le pôle baroque de l’Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical méditerranéen (Irvem) _ fondé à Perpignan en janvier 1988 par sa mère Bertille de Swarte. Féru _ comme tous les baroqueux… _ de recherche musicologique, il participe également à la redécouverte de manuscrits oubliés _ tels certains de Fançois Colin de Blamont et d’André Cardinal Destouches… _ du répertoire français du 18e siècle, travaux récompensés par la Fondation de France _ en février 2008.

Afin de réunir ces différentes disciplines, il fonde _ en janvier 2007 _ l’ensemble Les Ombres, dont il assume la direction artistique depuis 2008 avec Margaux Blanchard.
En parallèle, il dirige _ depuis janvier 2011 _ le projet de création du Centre culturel de rencontre du Château de l’Esparrou (Pyrénées-Orientales).

À suivre…

Ce mardi 22 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Bertille de Swarte et les fécondes activités du Centre culturel de rencontre du château de L’Esparrou, à Canet-en-Roussillon…

21juin

Après mon ,

je poursuis ce que j’ai commencé d’engager avant-hier en mon article

Comme je l’ai indiqué,

la fondation en janvier 1988 à Perpignan de l’IRVEM (Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical Méditerranéen), a constitué une étape décisive _ et majeure _ dans la carrière culturelle de Bertille-Marie-Thérèse-Françoise de Swarte :

son activité, là _ à l’IRVEM _, d’enseignement du chant se poursuivant très activement aujourd’hui…

Une autre fondation est aussi très importante dans la carrière artistique de Bertille de Swarte :

celle de l’Association des Amis du château de l’Esparrou, à Canet-en-Roussillon association créée le 12 juillet 2001 _,

dans le domaine familial _ cf le bien intéressant article Un second souffle pour le château de l’Esparrou, paru dans L’Indépendant de Perpignan le 12 avril 2012 _ hérité de sa grand-mère maternelle Marie-Thérèse Sauvy (Perpignan, 1er mai 1896 – Canet-en-Roussillon, 30 juin 1994) ;

Marie-Thérèse Sauvy, l’épouse _ à Neuilly-sur-Seine, le 17 mars 1923 _ de André-Marie Rendu (Paisandu, Uruguay, 17 mai 1885 -Canet-en-Roussillon, 8 août 1953),

et surtout la fille de celui qui fut maire de Perpignan _ du 1er mai 1904 au 13 mai 1907_Eugène Sauvy (Perpignan, 19 octobre 1868 – 1917) ;

fils du premier propriétaire de ce beau domaine de Canet-en-Roussillon :

Joseph Sauvy (Perpignan, 30 octobre 1833 – 1892)

ASSOCIATION LES AMIS DE L’ESPARROU

L’association « Les Amis de l’Esparrou » s’est donné comme objectif principal dès sa création « la protection, la sauvegarde, la promotion et l’étude du patrimoine architectural, culturel et naturel du château de l’Esparrou, de son parc et de son environnement ». Un objectif qui trouve pleinement son sens aujourd’hui avec le projet de faire de l’Esparrou un haut lieu culturel et événementiel _ voilà ! _, comme il le fût d’une certaine manière dès sa construction en 1891. L’association Les Amis de l’Esparrou lors de sa création, a organisé à l’Esparrou et dans d’autres lieux équivalents de la région (le château du Parc-Ducup, etc.) des concerts et des lectures musicales autour d’auteurs et de compositeurs de la fin du XIXe. De même, elle a proposé des visites-conférences portant sur l’univers architectural, artistique et culturel de cette époque, et permettant d’interroger les spécificités de l’identité catalane, grâce à la découverte des demeures de la famille Pams à Perpignan, Port-Vendres et Valmy, ou de l’architecture de la fin du xixe siècle à Barcelone.

Après l’inscription du château à l’Inventaire des monuments historiques en 2011, qui a permis la protection du château, l’Association a engagé une démarche pour devenir Centre culturel de rencontre (CCR) dans un objectif de sauvegarde du patrimoine et de mise en place d’un projet _ culturel et artistique _ d’intérêt général. La Commission nationale du 5 janvier 2012 avait proposé au Ministre de prendre le projet en considération, une première étape qui a permis d’approfondir le projet, de travailler avec l’appui de la DRAC et des collectivités partenaires pour franchir les étapes vers le label. L’Association depuis 2012 développe un projet qui s’articule sur un thème, L’intime, décliné autour de quatre axes qui croisent à la fois l’histoire du domaine, une présence artistique essentielle, un fort positionnement dans le domaine de l’éducation artistique auprès des jeunes, un questionnement sur la société et l’environnement. La programmation annuelle se tourne vers tous les publics (familles, jeunes publics, publics empêchés, scolaires, tout public…) et propose des concerts, spectacles, expositions, conférences, formations, résidences d’artistes en lien avec l’environnement et le patrimoine de l’Esparrou.

LE PROJET DE CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

Silhouette familière émergeant au-dessus d’une mer d’arbres et de feuillages, le château de l’Esparrou est le témoin d’une époque dont l’histoire est encore proche dans les esprits, palpable, racontée, photographiée. La volonté des propriétaires (descendants des bâtisseurs de l’Esparrou) est de créer une rencontre à travers l’art en valorisant ce patrimoine. L’ouverture à un public diversifié fait le lien entre ce passé et le présent. Le château marie de façon unique un terroir cultivé, des zones humides et les rivages de l’étang qui sont d’une très grande sensibilité écologique. De par sa situation, (enracinement dans la ruralité, biodiversité), son histoire (prenant de plein fouet le nouveau siècle et tout le modernisme qu’il suscita), et le lien étroit avec de nombreux artistes, l’Esparrou doit devenir un lieu de référence pour replacer l’homme dans une rencontre avec l’art, la culture et les milieux naturels dans une approche intimiste, « L’Intime » ayant été choisi comme axe de réflexion du futur CCR.
La configuration du lieu permettra d’accueillir après sa restauration des publics très variés. Les salons et la bibliothèque éclairés de larges fenêtres pourront recevoir des artistes qui résideront pour peindre, écrire ou composer. Le parc de 5 hectares, à quelques encablures de la civilisation, est un site exceptionnel, riche d’une histoire ornithologique hors du commun. La colline, avec ses vignes et ses bosquets, est un lieu remarquable en période de migration et de nombreux passereaux peuvent y être observés. L’anse de l’Esparrou est actuellement le seul endroit où les oiseaux de l’étang de Canet peuvent se réfugier. Des petits chemins jalonnés de bancs de pierre serpentent à l’intérieur du parc et invitent à la contemplation et au repos.

L’investissement de Bertille de Swarte _ et avec elle, celui de nombreux membres de sa famille, à commencer par ses enfants ; mais aussi ses neveux et nièces, gendres, belle-filles, petits-enfants… _ dans ce Centre de Rencontre culturel et artistique _ en particulier musical _, est donc, lui aussi, très important.

 

Ce lundi 21 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Quelques repères à propos des activités musicales de Bertille de Swarte…

19juin

Afin de mieux comprendre le terreau de culture musicale _ et tout particulèremenr de musique baroque _ dont ont pu bénéficier les 5 enfants de Bertille de Swarte _ dont j’ai seulement identifié jusqu’ici les années de naissance de l’aîné et du benjamin : Sylvain Sartre est né le 28 août 1979, et Théotime Langlois de Swarte en 1995 ; et j’ignore les dates de naissance d’Alexis et Camille Sartre, ainsi que de Pauline Langlois de Swarte (née début 1994, 18 mois avant son frère cadet Théotime)… _,

je tâche de recueillir quelques données, en particulier chronologiques, concernant les activités musicales de Bertille de Swarte _ dont j’ignore les dates de naissance (entre 1956 et 1961 : son frère aîné Thibault est né le 3 mars 1955, et sa sœur Béatrice, le 29 mars 1962) ainsi que de mariages (avec Pierre Sartre, puis avec Hervé Langlois)…

Ainsi, c’est en janvier 1988 que Bertille de Swarte a créé, à Perpignan _ j’ignore à quel moment elle a quitté les terres d’Aquitaine pour venir s’installer en Roussillon _, l’IRVEM (l’Institut de Recherche Vocale et d’Enseignement Musical Méditerranéen) : une institution qu’elle continue de diriger depuis…

Au mois de mars 1994, à l’abbaye de Caunes-Minervois (Aude),

Bertille de Swarte, mezzo-soprano a participé, ainsi que Hervé Langlois, ténor, à l’enregistrement, en un CD (de 32′) du label L’Empreinte musicale (ED 13031 1994), de La Mécanique de l’Aurore (d’après Hésiode) de Jean Tricot. 

Engagée dans le chœur féminin de la Compagnie musicale catalane, de Josep Cabréun ensemble créé en 1992 _,

Bertille de Swarte a participé aussi à l’enregistrement de 4 CDs de la Compagnie musicale catalane,

avec 3 organistes :

_ Olivier Vernet, pour le CD Ligia Digital, paru le 2 septembre 1996, de la Messe pour les couvents de François Couperin ;

_ Marie-Claire-Alain, pour 2 CDs Erato :

la Messe pour les couvents de François Couperin ;

et le Livre d’Orgue de Nicolas de Grigny, enregistrés du 27 octobre au 1er novembre 1998, à l’église Saint-Pierre de Poitiers ;

_ et Frédéric Munoz, pour le CD XCP Cabezon y su glosaenregistré en l’église de Saint-Guilhem-le-Désert, en novembre 2001 et juin 2002.  

 

 

Ce samedi 19 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Et en remontant un cran plus haut, jusqu’aux trisaïeux, dans l’ascendance de Théotime Langlois de Swarte

17juin

Et pour poursuivre un cran plus haut l’aperçu rétrospectif des ascendants de Théotime Langlois de Swarte

entrepris hier (),

me manquent seulement deux de ses trisaïeux :

les parents de son arrière-grand-père menuisier bavarois Jacob Kuntz _ l’époux de son arrière-grand-mère bavaroise elle aussi : Katharina Hastreiter (Eschlkam, 26 novembre 1890 – Bamberg, 14 avril 1993).

Voici donc les sept autres couples constituant ces trisaïeux de Timothée Langlois de Swarte :

_ Alfred-Paul Langlois (Sèvres, 4 août 1874 – Versailles, 16 janvier 1951) et Madeleine Hagues (Quintin, Côtes d’Armor, 3 avril 1877 – Buc, 26 septembre 1963)

_ les parents de l’arrière-grand-père de Théotime, Robert Langlois (Sèvres, 16 février 1900 – Montreuil-aux-Lions, août 1944)…

_ Ernest Dubourg (?,? – ?,?) et Thaïs Jacquin (?,? – ?,?)

_ les parents de l’arrière-grand-mère de Théotime, Denise Dubourg (Rambouillet, 20 mai 1904, Château-Thierry, septembre 1944)…

_ Wenzl Hastreiter (?,? – ?-?) et Mathilde Würz (?,? – ?,?)

les parents de l’arrière-grand-mère de Théotime, Katharina Hastreiter (Eschlkam, 26 novembre 1890 – Bamberg, 14 avril 1993)…

_ Joseph de Swarte (Vieux-Berquin, Nord, 10 avril 1859 – Hazebrouck, Nord, 8 février 1930) et Louise Tournier (Attigny, Ardennes, 10 avril 1871 – Neuilly-sur-Seine, 20 janvier 1966)

_ les parents de l’arrière-grand-père de Théotime, Pierre de Swarte (Vieux-Berquin, 10 décembre 1898 – Prades, 3 août 1990)…

_ Georges Martin de Gissey (Solre-le-Château, Nord, 4 juin 1872 – Paris-16e, 23 juin 1961) et Marie-Thérèse Durand de Ramefort (?, 27 août 1878 – ?, 29 juin 1951), mariés à Saint-Pardoux-la Rivière,  Dordogne, le 10 décembre 1900

les parents de l’arrière-grand-mère de Théotime, Suzanne Martin de Ramefort (Gennes, Maine-et-Loire, 16 janvier 1902 – Agonac, Dordogne, 15 août 1997)…

_ Paul Rendu (Paris 6e, 24 novembre 1850 – Nevers, 26 août 1918) et Marie Guérard (?, 1862 – ?, 1932), mariés à Provins le 27 mars 1883

_ les parents de l’arrière-grand-père de Théotime, André-Marie Rendu (Paisandu, Uruguay, 17 mai 1885 – Canet-en-Roussillon, Pyrénées-Orientales, 8 août 1953)…

_ Eugène Sauvy (Perpignan, 19 octobre 1868 – ?, 1917 _ qui fut maire de Perpignan du 1er mai 1904 au 13 mai 1907 _) et Rose-Marie Sisqueille (Estagel, 16 novembre 1873 – ?, 21 mars 1945), mariés à Rivesaltes en 1894

les parents de l’arrière-grand-mère de Théotime, Marie-Thérèse Sauvy (Perpignan, 1er mai 1896 – Canet-en-Roussillon, 30 juin 1994)…

L’Espace de la Géographie et le Temps de l’Histoire

recèlent bien des signes formant autant d’infimes indices révélateurs de bien des choses,

pourvu, bien sûr, qu’on y prête un minimum d’attention, et qu’on sache avec un peu de sagacité les interpréter :

les terreaux ont toujours une certaine importance…

À suivre…

Ce jeudi 17 juin 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur