Mendelssohn, encore : pour continuer, l’intégrale des symphonies, dirigées par le brillant Thomas Fey

— Ecrit le dimanche 4 mars 2018 dans la rubriqueMusiques”.

Felix Mendelssohn (1809 – 1847) est un merveilleux compositeur,

cruellement sous-estimé depuis trop longtemps,

parce que débordant les bien commodes cases _ romantisme, classicisme _ qui ne conviennent que trop bien à notre crainte des singularités…

Et peut-être aussi victime d’une certaine rancune _ tournant bientôt à l’antisémitisme _ de la part de l’ombrageux et vindicatif  Richard Wagner _ 1813 – 1883 _, vexé que Felix ait négligé de lui rendre une partition qu’il lui avait soumise…

Après la merveille des Lieder ohne Worte par Roberto Prosseda au piano (un double CD Decca 476 6796, de 2006) ,

voici, ce jour, une nouveauté Mendelssohn de ce mois de mars 2018, en un coffret de 6 CDs (hänssler classic HC16098) :

 

les Complete Symphonies de Felix Mendelssohn Bartholdy (1809 – 1847), par les Heidelberger Sinfoniker, sous la direction _ électrisante, comme il se doit ! _ du magnifique Thomas Fey _ né le 9 novembre 1960 : il a 57 ans.

Il s’agit, d’une part, des 5 symphonies _ pour grand orchestre _ op. 11, op. 52 (« Lobgesang« ), op. 56 (« Schottische« ), op. 90 (« Italien« ) et op. 107 (« Réformation« ) ;

et, d’autre part, des 13 Streichersinfonie _ de jeunesse _ composées par Felix entre 11 et 13 ans, quand il était l’élève du berlinois Carl Friedrich Zelter (1758 – 1832),

lui-même élève de Carl Friedrich Christian Fasch (Zerb, 1736 – Berlin, 1800),

qui, lui, avait été le deuxième claveciniste de la cour de Frédéric II, à Berlin, à partir de 1755 et jusqu’en 1768,

auprès de Carl Philipp Emanuel Bach (Weimar, 1714 – Hambourg, 1788) :

nous voyons tout de suite ici la filiation musicale dont a bénéficié le jeune Felix Mendelssohn…

Jusqu’ici, au moins deux belles intégrales de ces Symphonies pour cordes :

celle dirigée par Neville Mariner (chez Decca),

et celle de Concerto Köln (chez Teldec).

Et pour les 5 Symphonies pour grand orchestre,

on peut recommander l’interprétation du London Syphony Orchestra, dirigée par Claudio Abbado (chez Deutsche Grammophon).

Cette nouvelle interprétation par le brillant Thomas Fey

est carrément éblouissante

de dynamique, vivacité, élégance et charme ;

elle est ainsi idéalement idoine au génie de Felix Mendelssohn…

Ce dimanche 4 mars, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


8 + three =

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur