Archives de la catégorie “Littératures”

Un nouveau CD au catalogue discographique de Théotime Langlois de Swarte : le proustien « Concert retrouvé » (1er juin 1907, au Ritz)…

15sept

Sur son très riche site Discophilia,

Jean-Charles Hoffelé consacre un nouvel article, Reconstitution, à une nouvelle récente parution discographique de l’excellent violoniste qu’est Théotime Langlois de Swarte

_ cf le récapitulatif de mes articles précédents, du mardi 21 juin 2021  ;

ainsi que cet autre article, du 16 août dernier : _,

un CD Harmonia Mundi _ HMM 902508 _ intitulé « Proust. Le Concert retrouvé« .

Voici donc cet article :

RECONSTITUTION

Grand Salon du Ritz, 1er juillet 1907, Marcel Proust quitte son appartement du Boulevard Haussmann pour se rendre au dîner suivi d’un concert qu’il organise _ voilà ! _ en l’honneur de Gaston Calmette, le directeur du Figaro. Gabriel Fauré lui a _ hélas _ fait faux bon, alors que le programme présente plusieurs de ses œuvres, mais il a dépêché Marguerite Hasselmans qui accompagnera Maurice Hayot dans la schumanienne Première Sonate de son maître, Edouard Risler se chargeant du reste et en modifiant les œuvres pour jouer ce qu’il a dans les doigts.

Soirée typique documentée dans une lettre que Proust adresse à Reynaldo Hahn deux jours ensuite _ le 3 juillet 1907 _, mêlant musique française et allemande comme on le faisait chez Saint-Marceaux ou chez Greffulhe, que Théotime Langlois de Swarte et Tanguy de Williencourt ont reconstituée en prenant soin d’y associer deux instruments tirés du Musée de la Musique : on entend enfin sous l’archet du jeune homme le Davidoff tiré d’un long sommeil par les soins de Balthazar Soulier. Quelle émotion lorsque son timbre de voix humaine _ voilà _  s’empare du _ sublimissimeÀ Chloris _ cf, par exemple, mon article du 22 mai 2020 : … _ de l’ami Reynaldo Hahn.

Sommet du disque, la Première Sonate de Fauré, jouée appassionato, et ne cherchant pas à masquer ses références à Schumann. Comme j’aimerai les entendre dans la Seconde également ! Mais non, fidèle au concert, les deux amis en restent _ oui _ à ce qui fut joué alors, capturant avec poésie l’air de ce temps perdu pour mieux le retrouver _ voilà.

Tanguy de Williencourt joue un splendide Erard aux cordes parallèles, le modèle modeste que l’on trouvait couramment dans les salons du tout Paris d’alors. Stupeur devant son 6e Nocturne _ de Gabriel Fauré _ éloquent par les phrasés comme par les couleurs : et si sur ce piano il avait l’idée d’enregistrer les 13 Nocturnes au complet ?

LE DISQUE DU JOUR

Proust, le concert retrouvé
Un concert au Ritz, à la Belle Époque

Reynaldo Hahn (1874-1947)
À Chloris (arrangement pour violon et piano)
L’Heure exquise (arrangement pour violon et piano)


Robert Schumann (1810-1856)
Des Abends (No. 1, extrait des “Fantasiestücke, Op. 12 »)


Frédéric Chopin (1810-1849)
Prélude en ré bémol majeur, Op. 28 No. 15


Gabriel Fauré (1845-1924)
Sonate pour violon et piano No. 1 en la majeur, Op. 13
Berceuse pour violon et piano, Op. 16
Après un rêve, Op. 7 No. 1 (arrangement pour violon et piano)
Nocturne No. 6 en ré bémol majeur, Op. 63


François Couperin (1668-1733)
Les Barricades mystérieuses (No. 5, de l’Ordre VI, extrait du « Second Livre de pièces de clavecin)


Franz Liszt (1811-1886)
Isoldens Liebestod – Schluss-Szene aus Richard Wagner’s “Tristan und Isolde”, für das Pianoforte bearbeitet, S. 447

Théotime Langlois de Swarte, violon
Tanguy de Williencourt, piano

Un album du label harmonia mundi/Stradivari HMM902508

Photo à la une : © DR

 

Un très joli programme, déjà…

Et bravo !!!

Ce mercredi 15 septembre 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

L’humanité vibrante d’un beau témoignage de Claude Delay, éminente exploratrice des âmes, en un imbroglio assurément complexe…

10sept

Hier soir, je suis tombé sur un document télévisé dans lequel intervenait Claude Delay,
à propos de Liliane Bettencourt, dont elle était une proche.
Un témoignage émouvant sur une affaire assurément complexe…
J’ai été très sensible à l’humanité de Claude Delay…
Tel a été mon courriel à un des amis de Claude Delay – Tubiana, ce jour.
Claude Delay m’a été très reconnaissante de l’article que j’avais consacré, le mercredi 28 décembre 2011, , au très beau livre de son mari, Entre tes mains, Raoul Tubiana, magicien de la chirurgie de la main… 
Et de Claude Delay elle-même _ éminente exploratrice des âmes… _,
j’ai beaucoup, beaucoup aimé ses biographies Chanel Solitaire et Giacometti Alberto  et Diego : histoire cachée
Ce vendredi 10 septembre 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Une nouvelle publication en français de notre ami Eduardo Berti : son superbe récit autobiographique « Un Père étranger »

20août

Je découvre ce jour l’annonce de la publication en français,

aux Éditions La Contre-Allée et Zulma, et dans la traduction de Jean-Marie Saint-Lu,

de Un Père étranger,

un magnifique texte autobiographique, et marquant,

qu’Eduardo _ cf mon article du 12 octobre 2019 : _ m’avait donné en son édition originale en espagnol…

Ce vendredi 20 août 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Geneviève Asse a rejoint le plus pur du bleu du ciel…

12août

La nouvelle _ dans le Figaro de ce jour : Geneviève Asse, peintre qui donnait ses bleus aux horizons, est décédée à 98 ans _ de la disparition de Genviève Asse, me touche.

Geneviève Asse, peintre qui donnait ses bleus aux horizons, est décédée à 98 ans

DISPARITION – Amie de Samuel Beckett, de Nicolas de Staël et de Serge Poliakoff, ses œuvres illuminent les grandes collections nationales et les murs de l’Élysée.

Geneviève Asse dans son atelier en 2012.

Geneviève Asse dans son atelier en 2012. René Tanguy/ Courtesy Galerie Laurentin

Née le 24 janvier 1923 à Vannes (Morbihan), Geneviève Asse est décédée à Paris, à l’Institution nationale des Invalides, le 11 août 2021, à l’âge de 98 ans. La peinture était sa vie _ certes. Dans son refuge de l’Île-aux-Moines, chez elle à Paris, sur son autre île, l’île Saint-Louis – elle habitait quai d’Orléans – elle n’a jamais cessé de dessiner, de peindre, de graver, d’observer les variations de la lumière, les ciels, les horizons… Ses tableaux où dominent les bleus, avec parfois une note rouge ou une ligne blanche, sont-ils abstraits ? Les rapprocher des noirs de Soulages est une facilité trompeuse. Ils naissent de la nature, de l’observation des vents et des rochers, pourtant ils ne «représentent» rien – si l’on excepte les essais des premières années.

 

Voilà.

Je pense, bien sûr, à ses proches, et, bien sûr, à Silvia Baron Supervielle,

si attentive, elle aussi, au plus pur du bleu du ciel et de la mer, à sa façon de poète…

L’œuvre de Geneviève Asse, imposante et marquante en sa douceur de couleurs et de lignes pures, durera.

Ce jeudi 12 août 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Qu’était la firma de Pedro et Antonio Lanusse, les amis de Jean-Baptiste Bioy, le grand-père paternel d’Adolfo Bioy Casares ?..

09août

« Qu’était la firma de Pedro et Antonio Lanusse, les amis de Jean-Baptiste Bioy, le grand-père paternel d’Adolfo Bioy Casares ?..« 

est la question que m’a soumis un de mes correspondants, en réponse à l’expédition-reprise d’un courriel d’explicitation en date du 6 septembre 2018 ;

que voici :

A propos des résidences des Bioy à Oloron rue Sablière au cours de la décennie 1830-1840,

je vous soumets ces divers faits : 
Antoine Bioy et Marie Anne Casamayou se sont mariés à Préchacq-Navarrenx le 23-9-1834.
Très peu de temps après, Antoine Bioy a fait le voyage d’Argentine, et a commencé à bâtir à Pardo ce qui deviendra « El Viejo Rincon », puis retourne en France.
Le 8-7-1835, naît à Oloron, maison Herrou rue de la Sablière leur premier enfant, Claire Elisabeth Bioy, qui décède 10 jours plus tard ; sa conception remonte à la fin septembre 1834, au moment de leur mariage.
Une ambiguïté existe pour savoir si Antoine Bioy est ensuite revenu ou pas en Argentine à Pardo ; les témoignages de son fils Adolfo et de son petit-fils Adolfito divergent sur ce point.
De même, je me suis efforcé de trouver de quoi dater la venue de Juan Bautista Bioy en Argentine : en 1854 ?
Il a fait la traversée en compagnie de Pierre Lanusse Larroudé, son grand ami (né à Préchacq Navarrenx le 2 mars 1839, et qui décédera à Buenos Aires le 6 novembre 1897) et d’un autre Lanusse (peut-être Antonio Calixto Lanusse Fernandez, né à Buenos Aires le 14-10-1846, et qui décédera à Buenos Aires le 1er août 1917 : Pedro y Antonio fonderont à Buenos Aires en 1872 la firme « Pedro y Antonio Lanusse » appelée à un bel avenir…).
Le 3-6-1836, naît à Oloron, maison Poey rue Sablière, le second enfant d’Antoine Bioy et Marie Anne Casamayou : Clotilde Marie Bioy, future épouse Lezla ; sa conception remonte à la fin août 1835 : Antoine Bioy est donc de retour à ce moment à Oloron.
Le séjour en Argentine d’Antoine Bioy s’est déroulé entre l’automne 1834 et l’été 1835.
Or, un des frères aînés d’Antoine Bioy, Jean Baptiste Bioy, né à Oloron le 10 octobre 1808 (et qui décèdera à Oloron, maison Piarrou, rue de l’Hospice, le 6 juin 1846) épouse à Oloron le 26 mars 1840 Marie Lamicq (née à Oloron le 14 février 1812, et qui décèdera à Oloron le 6 mars 1879 ; ils n’auront pas d’enfant).
Le 5 juin 1852, Marie Lamicq, veuve Bioy, se remarie avec Pierre Mirande (dit David ; né à Cardesse le le 19 mai 1811). Ils auront un fils Jules Mirande (Oloron, 29 novembre 1853 – Oloron, 6 avril 1919, qui aura une descendance : Douat, Faure). Je n’en ai pas découvert davantage sur la parenté et les filiations de ce Pierre Mirande, dit David.
Ce Pierre Mirande a-t-il des liens avec les Mirande de Castetnau-Camblong
qui font partie des ascendants de Louise Domecq (née à Jasses le 15 avril 1844), future épouse de Juan Beautista Bioy Casamayou (dit parfois Poey dans certaines biographies argentines, et né lui, à Oloron le 6 août 1838) ? Je l’ignore…
Idem pour les liens entre certains Casamayou et certains Poey (de Gurs)…
Parmi les ascendants de Marie Lamicq (1812-1879),
on trouve côté paternel, Lamicq,
des Domecq : Anne Domecq (1761-1826), Jean Domecq (1733-1888),
et des Casemayou : l’épouse de ce Jean Domecq est Marie Casamayou, fille de Vincent Casamayou ;
alors que côté maternel, Bellocq,
on trouve des Herrou : Marie Herrou (Aren, 1750 – Oloron, 8 mars 1823), Jean Herrou (Aren, 1729 – Aren, 1789)
et des Mirande : l’épouse de ce Jean Herrou est Marie Bordelongue (Aren, 1726 – Aren, 1790), fille de Marie Mirande.
Voilà où j’en suis ce matin, 6 septembre 2018
Francis  

Voici donc ma réponse d’aujourd’hui à la demande de ce correspondant à propos de le firme « Pedro & Antonio Lanusse« …

L’entreprise « Pedro & Antonio Lanusse S. A. » a été fondée en 1872, à Buenos Aires.

A départ, en 1872, il s’agit d’un commerce de vente et exportation de produits comestibles.
Puis l’entreprise s’est considérablement diversifiée…
 
Pedro Lanusse Larroudé (Préchacq-Navarrenx, 2-3-1839 – Buenos-Aires, 6-11-1897)
et Antonio Lanusse Fernandez (Buenos-Aires, 10-10-1846 – Buenos Aires, 1-8-1917) sont cousins germains,
fils de 2 frères Lanusse Mouras :
Pierre Lanusse Mouras (Préchacq-Navarrenx, 26-2-1808 – Préchacq-Navarrenx, 16-3-1883)
et Jean-Philippe Lanusse Mouras (Préchacq-Navarrenx, 15-10-1811 – Buenos-Aires, 10-9-1870).
 
C’est en 1854 que Jean-Baptiste Bioy (Oloron, 6-10-1838 – 1919) _ il est âgé de 16 ans _ s’embarque pour l’Argentine avec Pierre Lanusse Larroudé _ âgé de 15 ans _ et un frère («  un hermano » _ à moins qu’il ne s’agisse plutôt là de son cousin argentin Antonio Lanusse Fernandez, né le 10-10-1846, à Buenos Aires, et qui serait venu rendre visite à ses grands-parents paternels béarnais Lanusse, à Préchacq-Navarrenx… _ de ce dernier, prénommé Antoine, indique Adolfo Bioy Casares en un entretien publié en 2012 par Maria Saenz Quesada, dans un livre intitulé « Los Estancieros ».
Quant au père d’Adolfito Bioy Casares, Adolfo Bioy Domecq (Pardo, 27-7-1882 – Buenos Aires, 26-8-1962)), il indique _ mais pas assez clairement ! _ à la page 185 du chapitre XXIII de ses Mémoires « Antes del 900 » le lien de parenté qui liait son père Jean-Baptiste Bioy et Pierre Lanusse : « la abuela o bisabuela de mi padre era una Lanusse »…
Et à propos de l’arrivée en Argentine de son grand-père paternel Jean-Baptiste Bioy,
Adolfito Bioy Casares dit que son « abuelo trabajo un tiempo en la casa de comercio de Udaondo » (des Lanusse, dans la banlieue de Buenos Aires)…
Ajoutant aussitôt : « Y antes de 1860, compro el terreno (de Pardo) que habia arrendado (en 1832) su padre (Antoine Bioy). Y se caso con una Domecq » (Louise, née à Jasses, le 15-1-1844)…
 
Voilà quelques pistes à creuser…

Le plaisir de la recherche est fait de ses quasi incessants rebondissements : il reste tant à découvrir…

Et les questions des autres relancent la recherche…

Ce lundi 9 août 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur