Lili Kraus, ou la « perfection qui désigne ce qu’est le style même de la musique de Mozart »…

— Ecrit le dimanche 13 septembre 2020 dans la rubriqueHistoire, Musiques”.

Sous le titre de  »La grande Lili« ,

ce dimanche, Jean-Charles Hoffelé, en son site Discophilia,

fait l’éloge de la perfection mozartienne _ qui fait grand bien ! _ de Lili Kraus :

« une perfection qui désigne ce qu’est le style même de la musique de Mozart« , conclut-il, excellemment, son article,

à propos du CD St-Laurent Studio YSLT-940,

consacré à 2 Concertos _ et une sonate : la sonate n°12 en Fa majeur, K. 332 _ de Mozart,

le n°9, en Mi bémol majeur, K. 271, dit Jeune homme, et le n°12, en La majeur, K. 414,

avec Jean Fournet et Manuel Rosenthal…

Voici donc cet article mozartissime :

LA GRANDE LILI

À la fin, elle qui jouait Bartók et Beethoven, Mozart lui aura été mieux que son compositeur chéri, un autre soi-même _ probablement : elle le vivait… _, et ses Concertos enregistrés modestement à Vienne, avec un orchestre modeste et un chef modeste, le pain quotidien.

D’ailleurs qu’une formation symphonique l’invitât, ce serait Mozart, toujours, et ce dès les années cinquante alors qu’à Paris l’étiquette blanche des Discophiles Français l’avait établi mozartienne absolue, seule à son piano, ou avec ses camarades viennois, Boskowsky et Huebner.

Son Jeunehomme sans façon _ voilà _ rappelle qu’elle jouait Mozart avec fièvre, en grand déploiement (et toujours en aussi beau son, précis, porté loin, comme celui d’une voix bien placée et naturellement expressive) _ voilà. Rien ne s’y force, tout y rayonne _ comme il se doit ! _, rien ne s’y cherche, tout au contraire est trouvé _ voilà, voilà ! _, le giocoso de l’Allegro, la mélancolie douloureuse de l’Andantino, et les espiègleries du Finale où les doigts volent.



Et comme Fournet lui accompagne cela!, réglant l’orchestre au cordeau, ce que ne fera pas Rosenthal pour le la majeur, plus distant, plus propre, mais peu importe, qu’elle entre seulement et dès les premières notes c’est elle qui dirige, emportant l’œuvre au grand air, en faisant une sérénade, et des plus vives.

Au final Rosenthal se rattrapera, faisant danser son orchestre lui aussi, et Lili d’y caracoler, l’air de rien, sous un crinoline de traits, merveille !, que prolonge encore une Sonate en fa majeur confiée aux micros de la Radio Nationale, tendre et impérieuse à la fois _ voilà _, jouées avec des ombres, des accents, des contre-chants qui semblent venir d’un autre temps et pourtant si classiques, si mesurés, une perfection qui désigne ce qu’est le style même _ oui _ de la musique de Mozart.

LE DISQUE DU JOUR

Lili Kraus Edition – Vol. 1

Wolfgang Amadeus Mozart(1756-1791)


Concerto pour piano et orchestre No. 9 en mi bémol majeur, K. 271
« Jeunehomme »

Concerto pour piano et orchestre No. 12 en la majeur, K.414/385p
Sonate pour clavier No. 12 en fa majeur, K. 332

Lili Kraus, piano
Orchestre National de la R.T.F
Jean Fournet, direction (K. 271)
Manuel Rosenthal, direction (K. 414)

Un album du label St-Laurent Studio YSLT-940

Photo à la une : la pianiste Lili Kraus – Photo : © DR


De cette si simple merveilleuse évidence

_ de très grand art, mais parfaitement discret, forcément, en sa jubilation rayonnante _

merci, madame…

Ce dimanche 13 septembre 2020, Titus Curiosus – Francis Lippa

Vous souhaitez réagir & ajouter votre commentaire ?

XHTML: Vous pouvez utiliser les balises html suivante : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


*


3 * = eighteen

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur