Archives de la catégorie “Arts plastiques”

A la recherche de précisions sur les Bibal, père et fils, peintres luziens

09déc

Afin d’essayer d’obtenir d’éventuelles précisions sur les peintres luziens Pascal Bibal Dupous, le père, et François-Ignace Bibal Iburuzqueta _ j’écris leurs noms à l’espagnole _,

sur l’œuvre de chacun, ainsi que leurs vies respectives,

je m’adresse à l’auteur de La peinture basque : œuvres choisies des collections publiques et privées

publié aux Éditions Pimientos en 2009,

sur la recommandation de mon cousin bayonnais,

qui le connaît bien.

Voici le courriel que je viens de lui adresser,

et qui s’efforce d’aller à l’essentiel 

de ce que recherche

et de ce que j’ai déjà découvert.

Monsieur,
François Bioy, mon cousin bayonnais, a eu la gentillesse de me faire connaître votre compétence à l’égard des peintres basques,
et notamment luziens et cibouriens.
Pour aller d’emblée à l’essentiel,
ce sont les signatures sur leurs tableaux respectifs de Pascal Bibal, le père, et de François-Ignace Bibal, le fils,
qui me paraissent constituer un élément intéressant pour la recherche concernant leurs œuvres respectifs,
dont je désire approfondir la connaissance.
Ainsi aimerais-je établir une amorce de catalogue des œuvres de Pascal Bibal,
certaines demeurant en possession de membres de sa famille :
Madame Maylen Lenoir-Gaudin, arrière petite-nièce de Pascal Bibal, m’en a parlé,
mais je dois lui demander des précisions ; je dois la revoir à Saint-Jean-de-Luz…
Les commissaires priseurs de Côte basque Enchères, M. Arnaud Lelièvre et son épouse Florence Lelièvre-Cabarrouy, 
ont vendu cet été, un Apprenti-boucher, signé Bibal et datant d’août 1895, réalisé à Saint-Jean-de-Luz,
qu’ils ont attribué à Pascal Bibal, et non à son fils François-Ignace,
essentiellement en fonction de la date présente sur le tableau : 1895,
m’a indiqué Arnaud Lelièvre…
 

Et en regardant de plus près l’inscription-signature située en bas et à droite de ce tableau, 
je me suis penché sur les particularités de cette signature de Pascal Bibal, à Saint-Jean-de-Luz, en 1895.
Et à partir de là je me suis intéressé aux signatures présentes sur les tableaux du père et du fils Bibal,
en remarquant bien le L majuscule clôturant le nom BibaL sur les signatures des tableaux de Pascal Bibal, le père.
Par exemple celle figurant au dos de son Portrait de dame Basque.

 PASCAL BIBAL : PORTRAIT D'UNE DAME BASQUE
Cf mon article du 15 novembre dernier :
De Pascal Bibal,
outre L’Apprenti boucher (de 1895)
et ce Portrait de dame basque,
je connais une troisième toile de lui :
le Portrait de son ami peintre de Zarautz Sabino Sabino Iceta Amezti :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il me semble, cher Monsieur, que vous êtes une personne idoine pour m’aider à avancer dans cette recherche concernant Pascal Bibal, en son œuvre,
et en sa vie.
En sa vie aussi, puisque j’ignore encore le lieu (pas à Saint-Jean-de-Luz ; probablement à Bilbao)
et la date (dans la dernière décennie du XIXème siècle, et peut-être après la signature, à Saint-Jean-de-Luz, au mois d’août 1895, de L’Apprenti boucher,
si cette toile est bien de lui, et pas de son fils… ; et avant 1898).
Un document militaire concernant François-Ignace Bibal, au moment de son conseil de révision, en 1898,
nous apprend en effet que son père Pascal Bibal, qui résidait avec son épouse Dorotea Iburuzqueta, à Bilbao _ sans plus de précision hélas _,
était déjà décédé alors ;
Voilà
C’est dans le cadre de recherches sur la généalogie maternelle de Maurice Ravel, et de ses cousinages cibouro-luziens
_ une recherche pas vraiment entreprise jusqu’ici, par quiconque, sinon par les travaux demeurés partiels de Jean-Noël Darrobers,
à la suite des travaux assez superficiels du chanoine Narbaitz (dont M. Darrobers a voulu rectifier les erreurs et imprécisions) ;
travaux qui s’intéressaient essentiellement aux ancêtres Delouart des XVIIème et XVIIIème siècles, à Ciboure,
en amont de Gratien Delouart (Ciboure, 1er mai 1748 – Ciboure, 21 août 1798),  le premier ancêtre masculin connu des ascendants cibouriens de Marie Delouart (Ciboure, 24 mars 1840 – Paris, 5 janvier 1917), la mère de Maurice Ravel (Ciboure, 7 mars 1875 – Paris, 28 décembre 1937) ;
et pas aux cousins de Ravel (et de sa mère née Marie Delouart, en 1840) des XIXème et XXème siècles ! _,
que je m’intéresse aux peintres luziens Pascal et François-Ignace Bibal
_ dont j’ai eu le vif plaisir, je dois dire, de faire la connaissance des œuvres…
Je suis aussi en relation amicale avec Madame Maylen Lenoir-Gaudin,
fille d’Edmond Gaudin et Angela Rossi
et petite fille de Charles Gaudin et Magdeleine Hiriart,
qui m’a reçu à plusieurs reprises chez elle à Saint-Jean-de-Luz ; et je dois retourner la rencontrer à nouveau à Saint-Jean,
et consulter d’un peu près ses archives familiales…
Alors que par sa grand-mère paternelle Magdeleine Hiriart (Saint-Jean-de-Luz, 11 mars 1875 – Saint-Jean-de-Luz, 19 juin 1968),
Maylen Lenoir-Gaudin descend de celle que je nomme Marie-Delouart n°2 (Ciboure, 17 juin 1784 – Saint-Jean-de-Luz, 3 janvier 1842)
et qui était la sœur cadette de celle que je nomme Marie Delouart n°1 (Ciboure, 29 juin 1782 – Ciboure, 28 août 1855), qui est l’arrière-grand-mère de Maurice Ravel :
c’est ainsi que Maylen Lenoir se trouve être une cousine effective de Maurice Ravel, alors qu’elle l’avait ignoré jusqu’alors !!! 
(cf mes articles du 26 et du 28 mai dernier :
du fait que Magdeleine Hiriart,
fille de Dominique Hiriart (Saint-Jean-de-Luz, 28 janvier 1849 – Saint-Jean-de-Luz, 20 décembre 1926),
et petite-fille de Marie Etcheverry (Saint-Jean-de-Luz, 21 juin 1817 – Saint-Jean-de-Luz, 27 décembre 1850),
était l’arrière-petite-fille de cette Marie Delouart n°2 (Ciboure, 17 juin 1784 – Saint-Jean-de-Luz, 3 janvier 1842) ;
et donc l’arrière-petite-nièce de la Marie Delouart n°1 (Ciboure, 29 juin 1782 – Ciboure, 28 août 1855), l’arrière-grand-mère
_ via Sabine Delouart, la grand-mère (Ciboure, 11 mars 1809 – Ciboure, 22 décembre 1874), et Marie Delouart, la mère (Ciboure, 24 mars 1840 – Paris, 5 janvier 1917) _,
de Maurice Ravel.
Par son grand-père paternel Charles Gaudin (Saint-Jean-de-Luz, 19 novembre 1875 – Bimbo, Congo français, 13 septembre 1910),   
Maylen Lenoir-Gaudin est l’arrière-petite-fille d’Annette Bibal (Saint-Jean-de-Luz, 28 avril 1846 – Saint-Jean-de-Luz, 21 novembre 1936),
épouse d’Edmond Gaudin (Saint-Jean-de-Luz, 17 novembre 1844 – Saint-Jean-de-Luz, 28 décembre 1920)
et sœur aînée du peintre Pascal Bibal (Saint-Jean-de-Luz, 12 juin 1847 – ?),
dont je n’ai pas découvert jusqu’ici le lieu et la date du décès, probablement dans les années 90 du XIXe siècle ; et ailleurs qu’à Saint-Jean-de-Luz : probablement à Bilbao…
Pascal Bibal avait épousé, à Zarautz, Dorotea Iburuzqueta le 23 janvier 1877 ;
et lui et son épouse ont été domiciliés à certains moments à Bilbao…
Maylen Lenoir est ainsi l’arrière-petite-nièce du peintre Pascal Bibal.

D’où mes recherches sur cette famille Bibal ;
dont certains des membres, émigrés à Cuba dans la première décennie du XXe siècle, firent fortune là-bas :
ainsi Grégoire Bibal, architecte, a-t-il construit l’opéra de La Havane en 1928,
et son frère Joseph a été un banquier et entrepreneur très en vue dans l’oligarchie cubaine jusqu’à la révolution castriste…
Mais je n’ai pas encore découvert les lieux _ à Cuba probablement _ et dates de décès de Grégoire et Joseph Bibal, ces deux frères cadets de François-Ignace Bibal.
Alors que j’ai découvert que François-Ignace Bibal était décédé,
non pas à Ainhoa comme il est mentionné dans les notices le concernant (et sans date précise : seulement en 1944), 
mais « à son domicile », à Saint-Jean-de-Luz, le 26 mai 1944, 5 Place du Maréchal Foch…
Là même où était décédée l’année précédente, ai-je découvert _ et « à son domicile« , elle aussi : elle semble ainsi lui avoir légué son appartement luzien… _, sa tante Bernardine Bibal (Saint-Jean-de-Luz, 22 août 1855 – 28 février 1943) :
celle que Ravel, en ses lettres à son amie luzienne Marie Gaudin, nomme au moins à trois reprises (le 20 octobre 1921, le 15 août 1930 et le 3 janvier 1933 ) « Tante Bibi » ;
expression que l’auteur de Ravel, portraits basques, sans vérifier de dates (!), a cru s’appliquer à la grand-tante Gachucha Billac de Maurice Ravel (qui était décédée le 17 décembre 1902 !) ;
erreur qu’aura à rectifier, m’a-t-il confié, Manuel Cornejo quand sera rééditée sa magnifique édition de la Correspondance (connue à ce jour) de Maurice Ravel…
Bernardine Bibal, soit la dernière survivante de la fratrie des Bibal _ dont Annette et Pascal _, 
les 9 enfants de Pierre Bibal (Saint-Jean-de-Luz, 5 septembre 1806 – Saint-Jean-de-Luz, 12 septembre 1855)
et son épouse Victoire Dupous (Saint-Jean-de-Luz, 9 juin 1822 – Saint-Jean-de-Luz, 16 juin 1903).
Gachucha Billac : Ciboure, 15 mai 1824 – Saint-Jean-de-Luz, 17 décembre 1902 ;
Bernardine Bibal : Saint-Jean-de-Luz, 22 août 1855 – Saint-Jean-de-Luz, 28 février 1943.
Comment a-t-on pu confondre ainsi la grand-tante Billac de Maurice Ravel et la tante Bibal de Marie Gaudin ?..
En 1921, 1930 et 1933, années de ces trois courriers de Maurice Ravel à Marie Gaudin,
il y avait donc bien longtemps _ en 1902 ! _ qu’était décédée la grand-tante Gachuch de Maurice Ravel…
Entreprendre de vérifier avec soin les dates constitue un élément basique du travail de tout chercheur historien un peu sérieux. 
Voilà.
Vous pouvez accéder à mon plus récent récapitulatif (commode) de mes articles ravéliens, en date du 1er octobre 2019 :
je les ai poursuivis ensuite fin octobre et début novembre.
C’est une enquête passionnante, et qui est loin d’être achevée. Il me faudra passer pas mal de temps aux archives municipales de Ciboure pour mieux pénétrer vraiment les cousinages cibouriens des Delouart (et de Maurice Ravel, par là même aussi) aux XIXème et XXème siècles aussi…
Les articles concernant les Bibal _ et plus spécifiquement les peintres Pascal et François-Ignace Bibal _ sont, à ce jour, les six suivants de la liste ci-dessous :
Quant aux deux articles miens qui prècèdent ce récapitulatif du 1er octobre, ils permettent simplement de bien opérer le rattachement entre les Bibal et ce que je nomme « les cousinages cibouro-luziens » de Maurice Ravel.
En mettant en ordre chronologique cette liste partielle,
cela donne ceci :
J’espère ne pas trop vous effrayer, ni surtout trop abuser de votre temps, 
en vous adressant cette jungle d’articles…
Mais j’essaie d’être le plus précis possible,
afin de pouvoir être utile à qui s’intéressera à ces recherches
qui ouvrent des chemins…
….
Francis Lippa
Ce lundi 9 décembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

En m’interrogeant sur les signatures « BibaL » et « Bibal » de deux tableaux de Pascal Bibal, le père, et François-Ignace Bibal, le fils _ où comment avance pas à pas la recherche

15nov

Voici mes micro-avancées de ce jour, pas à pas,

à propos des signatures « BibaL » et « Bibal »

apposées sur les toiles de Pascal Bibal et de son fils François-Ignace.

Et cela via 3 courriels, ce matin,
adressés
1) à Robert Poulou, à Cambo
2) à Maylen Lenoir-Gaudin à Saint-Jean-de-Luz
et 3) à Arnaud Lelièvre et Caroline Lelièvre Cabarrouy (cotebasqueencheres) à Saint-Jean-de-Luz :
les deux premiers courriels sont enchâssés ;
et j’y ajoute, plus bas, le troisième (et décisif ! : par la découverte du L majuscule en clôture du BibaL de la signature de Pascal BibaL…).
Voilà : un pas après l’autre,
et chaque fois après une interrogation sur ce que je viens de découvrir
et dont je prends conscience 
et qui fait question,

Chère amie,

m’occupent en ce moment des questions concernant Pascal Bibal et son fils François-Ignace,
et leur activité de peintres, à tous deux.
Hier, le commissaire-priseur Arnaud Lelièvre, de Saint-Jean-de-Luz, m’a adressé un courriel qui m’a conduit à me poser des questions
sur la paternité de la toile L’Apprenti-Boucher, peinte à Saint-Jean-de-Luz au mois d’août 1895,
car il m’a appris que c’est lui, commissaire-priseur, qui avait attribué cette œuvre _ proposée aux enchères publiques _ à Pascal Bibal, et non à son fils François-Ignace,
en raison de la date indiquée sur la toile : « août 1895« … Mais en fait, la signature au bas et à droite de ce tableau, ne comporte, elle, pas de prénom. Juste le nom : BibaL.
Et si François-Ignace signe _ systématiquement, semble-t-il _ ses toiles de son seul nom, Bibal (sans prénom),
je commence par ignorer _ faute d’avoir été attentif à cette signature présente sur l’image (réduite) du tableau _  comment procédait son père, Pascal Bibal…
ll serait donc intéressant d’aller y regarder d’un peu près : à la loupe grossissante…
Ainsi que de répertorier les toiles connues de ce peintre, dont, pour ma part, je ne connais que des portraits ;
alors que de son fils je ne connais que des paysages…
Le Portrait de groupe dans un intérieur _ c’est moi qui l’ai baptisé ainsi ; cf l’image de ce superbe tableau en mon article du 27 mars 2019 :  _que j’ai trouvé sur Internet (sans indication de localisation)
m’a semblé tout à fait remarquable !
Je viens aussi, à l’instant, de découvrir une signature de Pascal Bibal, qui m’avait jusqu’ici échappée : Pascal Bibal met l’initiale P. devant son nom Bibal.
Et surtout je m’aperçois de la graphie commune (le L majuscule à la fin de BibaL) de la signature P. BibaL que je viens de découvrir sur le web
avec le BibaL de la signature de L’Apprenti-boucher !
Eurêka !
L’Apprenti-boucher semble donc bien une œuvre de Pascal BibaL, le père ;
et non de son fils !

Voici aussi le courriel que je venais d’adresser juste auparavant à Robert Poulou,
éminent expert en la peinture basque _ et je n’avais encore découvert ce L final de la signature de Pascal BibaL en ses tableaux… _ :
Monsieur,

c’est à votre expertise concernant les peintres basques _ et leurs façons de procéder _ que je fais appel,
à propos de mes recherches concernant les peintres luziens Bibal, père et fils : Pascal Bibal et François-Ignace Bibal.
D’abord, pour en fixer un cadre de départ,
voici des liens aux 5 plus récents articles sur eux que j’ai publiés sur mon blog,
en plus, pour commodité, du récapitulatif du 1er octobre dernier
sur l’ensemble de ma recherche sur les cousinages basques à Ciboure et Saint-Jean-de-Luz de Maurice Ravel : 
Mes articles ne sont pas de la plus grande aisance de lecture,
car je m’efforce d’y être le plus précis possible, au risque d’être un peu lourd, redondant, et pénible à suivre.
C’est le progrès de la connaissance que je vise, et pas le loisir agréable du lecteur, auquel je ne prétends pas…
Comme je vous l’ai indiqué, je suis à la recherche de la date et du lieu de décès de Pascal Bibal,
né à Saint-Jean-de-Luz le 12 juin 1847,
marié à Zarautz le 23 janvier 1877 à Dorotea Iburuzqueta,
et père de 6 enfants, tous nés à Saint-Jean-de Luz
entre le 17 septembre 1878 pour l’aîné, Ignace-François-Victor, et le 29 septembre 1888 pour le benjamin, Philippe-Joseph :
_ le 17 septembre 1878 pour l’aîné, Ignace-François-Victor
_ le 27 novembre 1880 pour la seconde, Marie-Micaëla-Léonie
_ le 3 mai 1882 pour le troisième, Grégoire
_ le 5 mai 1884 pour la quatrième, Élise
_ le 28 juin 1887 pour la cinquième, Jeanne-Ignace-Bernardine
_ et le 29 décembre 1888 pour le sixième et dernier, Philippe-Joseph.
Pascal Bibal a participé (avec son jeune frère Léon-Pierre : Saint-Jean-de-Luz, 1er février 1849 – Saint-Jean-de-Luz, 28 avril 1884)
à la décoration de la voûte au-dessus de l’autel de l’église Saint-Jean-Baptiste, en 1871.
Dans divers actes d’état-civil, Pascal Bibal est qualifié de peintre (en 1878, 1884, 1887 et 1888), et parfois aussi d’antiquaire (en 1880 et 1882)
_ en 1884, alors qu’il est domicilié au 5 rue Gambetta, il est même qualifié de propriétaire (cette unique fois-là à ma connaissance) et peintre.
Et ses domiciles à St-Jean-de-Luz ont _ un peu bizarrement : pour quelles raisons ? _ varié :
lui-même est né Grand Rue n° 22, en 1847 (alors que ses parents étaient domiciliés au n° 21 de la Grand Rue) ;
et ses 6 enfants sont successivement nés
Grand Rue n° 39, en 1878
Grand Rue n° 16, en 1880
Grand Rue n° 16, en 1882
rue Gambetta n° 5, en 1884
rue Tourasse n° 13, en 1887
rue Saint-Jacques (sans précision de numéro), en 1888.
La dernière référence d’état-civil de la domiciliation de Pascal Bibal à Saint-Jean-de-Luz
date de la naissance de son dernier enfant, Philippe-Joseph, le 29 décembre 1888 : rue Saint-Jacques.
Et nulle trace d’un éventuel décès de Pascal Bibal à Saint-Jean-de-Luz à l’état-civil de la ville
à partir de 1888 et jusqu’au 21 décembre 1900. Ni non plus à partir du 1er janvier 1901.
Mais Pascal Bibal est décédé avant 1899, voire avant 1898,
d’après le livret militaire de son fils aîné (classe 1898)…
J’ignore pour quelles raisons Pascal Bibal a quitté Saint-Jean-de-Luz,
et probablement pour Bilbao _ où il serait peut-être décédé _,
comme en témoignent les documents de situation militaire de ses fils
Ignace-François-Victor (classe 1898)
et Grégoire (classe 1902) :
les parents des deux appelés, Pascal Bibal et son épouse Dorotea Iburuzqueta, y sont en effet déclarés, les deux fois, domiciliés à Bilbao,
et leur père est également déclaré les deux fois (en 1898 et en 1902) décédé (feu Pascal Bibal).
La date du conseil de révision d’Ignace-François-Victor (classe 1898) n’est cependant pas précisément indiquée : en 1898 ou 99…
Sur le site de vente cotebasqueencheres
des commissaires priseurs Arnaud Lelièvre et Caroline Lelièvre Cabarrouy, à Saint-Jean-de-Luz 
figurent, accompagnant l’image du tableau L’Apprenti-boucher,
les indications « Pascal Bibal, août 1895 ».
J’en ai déduit qu’à cette date Pascal Bibal était encore vivant et actif à Saint-Jean-de-Luz…
Or voici qu’hier je reçois un courriel d’Arnaud Lelièvre
m’informant que c’est lui qui a supposé que Pascal Bibal était l’auteur de cette toile datée de 1895, 
et non son fils (né le 17 septembre 1878 : en août 1895, François-Ignace n’avait pas encore 17 ans) ;
car la toile est seulement signée Bibal, sans prénom ;
et cela, du fait des âges et du père (48 ans) et du fils (pas encore 17 ans) en 1895…
En faveur de cette hypothèse,
on pourrait aussi ajouter qu’on ne connaît pas, à ce jour, semble-t-il, de portraits du fils, seulement des paysages ;
alors que du père, on ne connaît que des portraits, et pas de paysages.
De fait,
pour L’Apprenti-boucher, l’inscription qui se découvre au bas de la toile et à droite, est la suivante :
BibaL
8 – 95 S.J.D.L.
Et si, de fait François-Ignace Bibal signe ses toiles de son seul nom, Bibal (sans ses prénoms),
il se trouvait que j’ignorais alors comment Pascal Bibal, lui, signait ses toiles
_ je viens d’apprendre à l’instant qu’il mettait un P. devant son nom ; et vais remarquer quelques minutes plus tard qu’il met aussi une majuscule au L qui termine son nom… _ ;
or à ce jour je n’ai eu accès qu’à 3 (autres ?) images de toiles de Pascal Bibal :
_ un Portrait de Dame basque (sur le site du commissaire-priseur Carrère à Pau) ;
_ un Portrait de famille en un intérieur (dont j’ignore la situation ; et c’est moi qui le baptise ainsi _ cf l’image de ce superbe tableau en mon article du 27 mars 2019 :  _), vraiment très intéressant : peut-être s’agit-il de la famille Bibal à Saint-Jean-de-Luz ; ou de la famille Iburuzqueta à Zarautz…
_ et le Portrait du peintre (de Zarautz) Sabino Iceta Amezti : ami de Pascal Bibal) _ cf l’image de ce portrait en mon article du 28 octobre 2019 : .
Marie-Hélène Deliart, documentaliste au Musée basque de Bayonne, m’a informé
que la mairie de Ciboure possédait une toile de Pascal Bibal,
mais sans m’en indiquer le titre, ni m’en adresser une image…
Peut-on induire de cette signature sans prénom au bas de L’Apprenti-boucher 
que le fils _ si c’est bien lui l’auteur de ce tableau… _ pouvait se la permettre en 1895
du fait du décès, déjà à cette date, de son père ?
Sans risque de confusion désormais entre son père (défunt) et lui…
Mes récents articles se sont intéressé aux péripéties de voyages des enfants Bibal,
entre Saint-Jean-de-Luz, Bilbao et La Havane _ avec des allers et retours pour de brèves vacances à Paris et au pays basque jusqu’à la fin de leurs vies ; ils étaient fortunés…
Voilà.
Je pense que votre compétence concernant la peinture basque, et en particulier l’œuvre de François-Ignace Bibal,
sa façon de signer ses tableaux,
et d’y joindre à l’occasion quelque mention de date ou de lieu,
peut vous permettre d’apporter des lumières à mon ignorance…
Bien à vous,
et avec mes remerciements pour votre accueil à mon questionnement pictural,
Francis Lippa à Bordeaux
Voilà donc, chère amie, comment, pas à pas, j’avance…
Bien à vous,
Francis Lippa, à Bordeaux
 Cher Monsieur, chère Madame,

votre courriel d’hier après-midi,
ainsi que la conversation téléphonique qui a suivi,
m’ont conduit à pas mal de questions sur la paternité de L’Apprenti-boucher.
Notamment à propos _ et à partir _ des signatures _ un peu de près observées _ des deux peintres.
D’une part, il semble que François-Ignace Bibal signait ses toiles de son seul nom, Bibalsans prénom _ à confirmer, bien sûr !
Et que peut-être il aurait pu le faire dès 1895 sans risque de confusion avec son père, si celui-ci était déjà décédé à cette date :
il l’est au moins en 1898 (ou 99) lors du conseil de révision _ sans plus de précision de date _ que passe François-Ignace (classe 1898)…
Feu Pascal Bibal (dixit le document) étant alors déclaré avoir été domicilié avec son épouse à Bilbao…
Mais d’autre part, je viens aussi de découvrir sur le web une signature de Pascal BibaL 
P. BibaL,
avec ce très typique L majuscule à la fin de son nom BibaL,
telle qu’elle figure sur le nom BibaL au bas à droite de L’Apprenti-boucher.
Le Portrait de groupe dans un intérieur (c’est moi qui le baptise ainsi _ cf l’image de ce superbe tableau en mon article du 27 mars 2019 :  _)
que j’ai trouvé sur Internet (sans indication de localisation hélas) attribué à Pascal Bibal,
m’a semblé tout à fait remarquable !
Mais on ne peut hélas pas distinguer sur cette malheureuse image la signature de l’auteur de ce tableau

Je viens aussi, à l’instant, de découvrir une signature de Pascal BibaL : celui-ci met l’initiale P. devant son nom BibaL.
Mais surtout je m’aperçois aussi
de la graphie commune (le L majuscule à la fin de BibaL) de la signature de P. BibaL que je viens de découvrir sur le web (et j’ignore pour quel tableau…)
avec le BibaL de la signature au bas et à droite de L’Apprenti-boucher !
Et voilà qui est décisif pour l’attribution de la toile à Pascal BibaL.
L’Apprenti-boucher semble donc bien une œuvre (tardive) de Pascal BibaL (alors âgé de 48 ans)
et non une œuvre de jeunesse de son fils François-Ignace (qui n’avait pas encore 17 ans en ce mois d’août 1895).
Enfin, et à ma connaissance _ loin d’être exhaustive _,
les œuvres connues de Pascal BibaL sont toutes des portraits,
alors que les œuvres connues de son fils François-Ignace sont toutes _ me semble-t-il du moinsdes paysages !
L’Apprenti-boucher semble donc bien, comme vous l’avez envisagé, une œuvre de Pascal BibaL.
Et celui-ci, vivant et actif, se trouvait à Saint-Jean-de-Luz au mois d’août 1895…
Au plaisir, Madame, Monsieur, de vous rendre service,
Francis Lippa à Bordeaux
Voilà pour les avancées de ce matin.
Ce vendredi 15 novembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

La beauté architecturale de Saint-Jean-de-Luz – Donibane Lohizune _ un hommage splendide aux Editions Koegui

27oct

Mon séjour de trois jours à Saint-Jean-de-Luz

_ que je retrouve toujours avec le plus vif plaisir :

la Rhune m’est un baume quasi maternel,

le bassin très animé de la Nivelle resplendit ;

et je ne dis rien de l’horizon à la fois si solide et si friable (les beaux plis du flysch) de Sainte-Barbe _

m’a permis de me procurer le superbe et merveilleux Saint-Jean-de-Luz Donibane Lohizune

de Dominique Duplantier, Francine Callède, Nicolas Guériaud-Sorçabal et Jean-François Larralde

_ le premier pour le dessin et la seconde pour les couleurs : une splendeur ! ;

et les deux suivants pour les textes : passionnants autant que très éclairants dans leur très efficace concision

et parfaite justesse,

à propos de l’ancestrale lutte de la cité

pour se défendre des assauts d’une violence maintes fois ruineuse et assassine de l’Océan,

dont pour beaucoup, aussi, et de plurielles façons, elle vit… _,

paru au mois de juillet 2018

aux Éditions Koegui.

_ en en premier tirage de 2500 exemplaires.

Un livre pour s’enchanter…

Ce dimanche 27 octobre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

P. s. :

sur ce sujet de la lutte de la cité corsaire contre l’Océan,

on lira aussi avec profit le très riche Histoire de la baie de Saint-Jean-de-Luz _ les digues, les bains, les tempêtes, le quartier disparu,

de Guy Lalanne,

paru le 20 mai 2009 aux Éditions Pimientos.

Ainsi que passionnant lui aussi Saint-Jean-de-Luz, la ville engloutie,

de Jacques Ospital,

paru le 18 juin 2019, aux Éditions Pimientos.

Johanna Bonger, la belle-soeur de Vincent Van Gogh, et bonne fée du salut de son oeuvre

21oct

A l’instant, je découvre dans El Mundo de ce jour,

un passionnant article sur la belle-sœur de Vincent Van Gogh (Zundert, 30-3-1853 – Auvers-sur-Oise, 29-7-1890),

Johanna Bonger (Amsterdam, 4-10-1862 – Laren, 2-9-1925),

veuve dès 1891 du frère aîné de Vincent, Theo Van Gogh (Zundert, 1-5-1857 – Utrecht, 25-1-1891)

_ et mère de Vincent Willem Van Gogh (Paris, 31-1-1890 – Laren, 28-1-1978).


 Voici ce bel article,

sous la plume de Matias Rebolledo

et à partir du travail de Hans Luijten :

La cuñada de Van Gogh le salvó del olvido: logró vender 192 cuadros y dedicó su vida a difundir su obra


Lunes, 21 octubre 2019 – 01:27

La mujer que redimió al genio.

Hans Luijten, comisario del museo Van Gogh de Ámsterdam, publica una extensa biografía fruto de su investigación sobre Jo Van Gogh-Bonger, cuñada del artista y viuda de su hermano Theo



Johanna van Gogh-Bonger posa con su hijo en una imagen de archivo.EL MUNDO



En el diván de la vergüenza histórica, ése que ha olvidado sistemáticamente a las mujeres y que hoy en día sólo podemos entender como un doloroso agravio comparativo, hay un importante hueco para Johanna van Gogh-Bonger (Ámsterdam, 1862). Relegada tradicionalmente al papel secundario de «cuñada de» o «esposa de», la figura de Jo es quizás la más importante para entender la resonancia del apellido Van Gogh en la Historia universal del arte.


Así al menos lo entiende Hans Luijten, comisario permanente del Museo Van Gogh de la capital holandesa y autor de Todo para Vincent, una extensa biografía fruto de cinco años de investigación sobre la mujer que puso en el mercado al autor de Calavera con un cigarrillo. «Trabajó estratégicamente para poder colocar los cuadros de Van Gogh, buscando a los mejores intermediarios por todos los Países Bajos y parte de Francia. De la misma manera, se puso en contacto con todos los escritores y críticos de arte con influencia para que se hablara de Vincent en los periódicos y revistas de la época», explica este profesor de literatura renacentista que lleva un cuarto de siglo investigando sobre el gran misterio del pintor brabante. Su trabajo, que se basa en el análisis pormenorizado de tres décadas de diarios de la esposa de Theo van Gogh y que ya ha visto la luz en holandés, será traducido al inglés antes de fin de año.


Según Luijten, la importancia de Jo con el legado Van Gogh se explica a través de dos grandes hitos. En primer lugar, la exposición que organizó junto al Museo Stedelijk de Ámsterdam en 1905, 15 años después de la muerte de Vincent y 14 de la muerte de su marido. En ella, además de exponer el trabajo más vivo del pintor de los meses de Arlés, se encargó de establecer contacto con los más acaudalados e importantes marchantes de arte de la época. Este paso, clave para que los cuadros se hicieran célebres por todo el Viejo Continente, quizá sea más importante pero menos conocido que su gran contribución a la mística torturada de Van Gogh: la publicación, en 1914, del primer tomo de la correspondencia que el artista mantenía con su hermano.


A través de más de 800 misivas, Johanna acondicionó, tradujo al inglés e hizo públicas las conversaciones fraternas en un período de tiempo que abarca desde agosto de 1872 hasta julio de 1890, unos meses antes de la muerte del pintor. La importancia de los documentos, que Theo legó a su mujer, no sólo ayuda a entender el complicado proceso creativo de Vincent, sino que también se convirtió de inmediato en la principal guía de estudio y bitácora de los estudiosos del creador de La noche estrellada.





Jo Van Gogh-Bonger vendió ‘Los girasoles‘ por 15.000 florines (unos seis millones de euros).



Si bien en los albores de la I Guerra Mundial el arte de Van Gogh ya era algo en boga, «las cartas hicieron el resto, porque el escritor y el pintor van de la mano», afirma Luijten, que descarta el móvil monetario en las motivaciones de Johanna. «Es habitual asociar su situación de viudedad con la desesperación económica, pero la determinación de Jo por dar a conocer el arte de Vincent van Gogh tiene más que ver con las ideas de modernidad y trascendencia que le transmitía su marido», afirma el experto, mientras recuerda las infames críticas que recibieron sus primeras exposiciones: «Le achacaban que le asignara a Vincent la condición de Dios del arte».

Más allá de los números, que hablan de una mujer capaz de vender 192 cuadros y algunos, como Los girasoles, por 15.000 florines holandeses de la época (unos seis millones de euros ajustados a inflación), la biografía de Luijten descubre a una Jo inconformista para la que no era suficiente el papel de viuda sufrida y que, ni siquiera durante sus años de casada, dejó de implicarse socialmente. Ello se explica, en gran medida, por su temprana formación musical al nacer en el seno de una familia dedicada al piano y también a su extraordinaria habilidad para los idiomas, que la llevó a vivir en Londres durante su juventud.

En la capital del Imperio Británico tuvo su primer contacto con el arte, ya que visitó en numerosas ocasiones la National Gallery y el British Museum, donde trabajó varios meses como traductora puntual del alemán, el francés y el holandés. Allí conoció a muchos de los galeristas que luego la ayudarían a levantar el legado de Vincent, pero también a un grupo de mujeres de su edad que la involucraron en los incipientes movimientos sufragistas de la época.

Por obvio contagio, la joven Jo que había cruzado el Canal de la Mancha hizo suyos los preceptos de la izquierda internacionalista y los importó a su propio país. Además de reivindicar a pie de calle el derecho al voto de las mujeres, que pudo ver materializado en los Países Bajos tan pronto como acabó la Gran Guerra, la viuda de Theo se afilió al entonces recién nacido Partido Socialdemócrata de los Trabajadores (germen del actual Laborista) y luchó por un brazo político moderado del movimiento obrero. De hecho, y según cuenta su biógrafo, Jo llegó a acudir a un encuentro con León Trotski y ofrecía seminarios en su propia casa «sobre los derechos de la mujeres y cómo aspirar a una vida mejor», con el rango de fundadora de la sección femenina de propaganda.

Sobre su estancia en Londres, Luijten añade que «fue clave en el desarrollo de su conciencia social», porque su mayor empeño, como dejó escrito, siempre fue «conseguir vivir de manera noble». En Inglaterra, Jo también entró en contacto con las artes escénicas y la poesía, e indagó así en la figura del poeta Percy Bysshe Shelley, sobre el que escribió una disertación analizando su famoso Ozymandias.


Después de volver a Ámsterdam, casarse con Theo y enviudar, la vida no se detuvo para Jo. En 1901, diez años después de enterrar al mayor de los hermanos Van Gogh, se casó con el también artista Johan Cohen Gosschalk. Por desgracia, éste falleció unos años más tarde y, después de trasladar la tumba de Theo desde Utrecht a Auvers-sur-Oise para que reposara junto a Vincent, se marchó a Nueva York.


En 1925, a la edad de 62 años, rodeada por su hijo y sus cuatro nietos, Johanna van Gogh-Bonger fallecía con la gran meta de su vida cumplida, la de ver reconocido en todo el mundo el trabajo de Vincent van Gogh y sin desprenderse del cuadro que consideraba más valioso: Almendro en flor, el óleo sobre lienzo que el artista pintó para celebrar el nacimiento de su sobrino.

Un chapitre méconnu du destin des Van Gogh.

Ce lundi 21 octobre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Pour Honorer Adolfo Bioy à Bordeaux en octobre

23sept

Voici la photo d’Adolfo Bioy sur l’affiche de la semaine Bioy à Bordeaux en octobre :

Adolfo Bioy Casares 1968.png

Ce lundi 23 septembre 2019, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur