Posts Tagged ‘Liszt

Un pianiste très éminent, à suivre : Francesco Piemontesi, en un concert Liszt, à Lugano

26déc

Parmi les interprètes

à suivre de près,

le passionnant Francesco Piemontesi,

ici en un récital live du label Orfeo,

à Lugano, en janvier 2017 :

Liszt Années de pèlerinage

Première année – Suisse ;

à la fois un CD et un DVD :

Orfeo C 944 182 1.


Ce mercredi 26 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ecouter le grand Nelson Goerner : un double album Liszt et un double album Rachmaninov remastérisés

13déc

Nelson Goerner

est un des plus grands pianistes

en activité aujourd’hui.

Pour preuve,

la série de ses récents très riches CDs Alpha.

Pour compléter l’affinement du regard

du mélomane

sur son rare talent d’interprète,

ces deux doubles albums

d’enregistrements remastérisés,

aux Éditions Cascavelle :

l’album VEL 1513-1514

Nelson Goerner plays Liszt,

et l’album VEL 1521-1522

Nelson Goerner plays Rachmaninov.

Ce jeudi 13 décembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

« A Simple Song » : un superbe récital de pièces à connotation plus ou moins spirituelle du XXème siècle, par la parfaite Anne Sofie Von Otter

14nov

Anne Sofie Von Otter

est une chanteuse très rarement prise en défaut :

parfaite _ et sans les défauts de la perfection même…

Le récital intitulé A Simple Song

_ d’après un mouvement de Messe de Leonard Bernstein _

que vient nous donner,

en un exaltant et sobre à la fois _ dépourvu du moindre maniérisme, mais merveilleux de sensibilité _ SACD Bis-2327,

Anne Sofie Von Otter,

accompagnée à l’orgue _ cette fois _ par son compère habituel de récitals Bengt Forsberg

(et quelques autres instrumentistes, de-ci, delà)

est tout simplement idéal

dans ce genre musical

à connotations spitituelles, sinon religieuses,

de pièces chantées _ fort diverses ! _ du XXème siècle ;

les compositeurs interprétés ici étant

Leonard Bernstein,

Aaron Copland,

Charles Ives _ trois américains _,

Gustav Mahler,

Richard Strauss _ un autrichien et un allemand bavarois _,

Arvo Pärt _ un balte d’Estonie _,

Maurice Duruflé,

Olivier Messiaen,

Francis Poulenc _ trois français _,

Frank Martin _ un suisse francophone _,

Franz Liszt _ un avant-gardiste du siècle précédent, en quelque sorte ! _,

et Richard Rodgers _ américain, lui aussi.

C’est très beau

et d’une infinie sensibilité, qui nous touche !


Ce mercredi 14 novembre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

A nouveau la question de l’interprétation (et de l’interprète) : Daniil Trifonov et Sergei Rachmaninov

13oct

Incontestablement,

l’évidence de la puissance et de la sagacité de certains interprètes de la musique

_ au concert, bien sûr, mais aussi au disque tel qu’il est enregistré _

s’impose à nous ;

et ramène sur le tapis

la question cruciale de la légitimité ou pas de l’interprétation _ et de sa part _ dans la simple réalisation sonore _ pour d’autres, comme pour soi-même, dans la solitude _ de la musique,

telle qu’elle peut _ et plus encore a pu être _ être notée sur une partition,

quand cette musique,

jouée,

n’est pas purement et simplement improvisée sur le champ,

en une seule et unique à jamais

performance _ absolument et définitivement irrépétable.

Cette question vient de m’être plus ou moins posée

retournée _

lors de l’éloge que je viens de commettre,

et diffuser _ à quelques amis mélomanes _,

de l’interprétation par Pavel Kolesnikov de la sonate Au Clair de lune de Beethoven

_ cf mon article d’il y a à peine trois jours, le 10 octobre dernier : _ :

 doit-on seulement remarquer _ et admirer, ou vilipender _ la plus ou moins grande singularité

du jeu de l’interprète

face à la qualité intrinsèque

de l’œuvre

voulue par son auteur : le compositeur-créateur ?

La part de la virtuosité

de l’interprétation

s’enfle considérablement à l’époque des concerts romantiques,

tout particulièrement avec les triomphes en salles

que s’assurent un Liszt

ou un Paganini…


Ici, le virtuose

que le mélomane,

même à son corps défendant

_ eu égard au culte qu’il voue à la création de l’oeuvre par le compositeur _

ne manque pas d’admirer

_ voire vénérer, à son tour _,

est

Daniil Trifonov,

dans les Concertos pour piano n° 2 & 4 de Sergei Rachmaninov,

en un CD Deutsche Grammophon 483 5335

intitulé Destination Rachmaninov – Departure ;

soutenu par The Philadelphia Orchestra,

tout aussi brillammente dirigé

par Yannick Nézet-Séguin.


C’est lumineux, et transportant !

Déjà, j’avais été sidéré par de précédents CDs de Daniil Trifonov :

son Carnegie Recital,

son double Transcendental (Liszt),

son double Chopin Evocations

L’interpréte d’exception

est

_ à côté d’autres : plus fades et moins justes _

celui qui nous fait accéder

avec la plus grande évidence de lumière

_ qui peut être, bien sûr, ombreuse, en maintes de ses parties… _

de son jeu,

à l’œuvre même du créateur

en sa plus simple et forte

_ qui peut aussi être très douce ; mais jamais plate ! _

vérité.

J’aime Rachmaninov, mais oui.

Ce samedi 13 octobre 2018, Titus Curiosus – Francis Lippa

Et ce tweet,

à propos de l’enthousiasme de mon article du 10 octobre 

pour le CD Beethoven de Pavel Kolesnikov,

de la part de la librairie Mollat :

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur