Posts Tagged ‘clarinette

La splendeur féérique de la clarinette de Martin Fröst : une nouvelle célébration de son CD « Nights Passages »…

29juil

Le 26 avril dernier,

mon article «  » célébrait illico presto la nouvelle éclatante somptueuse virtuosité de Martin Fröst, en son tout récent CD Sony « Night Passages« .

Et voici que ce vendredi 29 juillet, et sous la plume de Patrice Imbaud,

ResMusica vient à nouveau faire l’éloge du très marquant CD Sony 19439917402, « Night Passages« ,

avec un très judicieux article intitulé « Martin Fröst : la clarinette à fleur de peau«  :

Martin Fröst, la clarinette à fleur de peau

Pour son dernier opus discographique, le clarinettiste Martin Fröst, Artiste de l’année ICMA 2022, nous livre un album fidèle à son image, inclassable, éclectique, au travers d’un florilège d’arrangements, conçu comme une émouvante errance nocturne _ voilà _ teintée de mélancolie.

Un disque que Benny Goodman n’aurait, sans doute, pas démenti par le savant mélange des genres, appariant musique baroque (Bach, Scarlatti, Purcell, Rameau, Haendel, Celsi), musique de jazz (Chick Corea, Richard Rodgers, Gordon Jenkins), ou encore musique folklorique suédoise. Une savoureuse compilation toute entière inspirée par l’envie et le plaisir de jouer _ voilà. Un album ludique certes, mais pas que : un enregistrement dont on ne sait qu’admirer le plus d’une technique vertigineuse _ en effet ! _ faisant appel aux procédés les plus audacieux et périlleux (double langue et respiration circulaire), d’une sonorité d’une inaltérable rondeur dans tous les registres, d’une tessiture élargie dans le grave grâce à un nouvel instrument conçu en collaboration avec Buffet-Crampon, de la virtuosité inspirée _ mais oui ! _ de l’improvisation, de la douceur du legato avec de sublimes pianissimi, ou de la netteté des staccatos bondissants, sans oublier une note d’humour réconfortante.

Bref, un disque superbement pensé, chargé d’émotion et haut en couleurs _ oui _, mettant en évidence la clarinette de Martin Fröst qui se décline, ici, dans tous ses états depuis la confidence jusqu’à la distorsion ou le cri, exaltée par la contrebasse de Sébastien Dubé et le piano de Roland Pöntinen _ ne pas les oublier ! _, magnifiée encore par une belle prise de son. Incontournable ! _ oui !

Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonate K. 32 ; Sonate K. 1.

Chick Corea (1941-2021) : Children’s Song n° 15 ; Armando’s Rhumba.

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : “Jesus bleibet meine Freude”, extrait de la Cantate BWV 147 ; Sinfonia n° 5 BWV 791 ; Sinfonia n° 15 BWV 801.

Henry Purcell (1659-1695) : Music for a while, extrait d’Oedipus ; Hornpipe.

Richard Rodgers (1902-1979) : It never entered my mind, extrait de Higher and Higher.

Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Air pour les Sauvages, extrait des Indes Galantes ; Musette tendre en rondeau ; Tambourin en rondeau.

Antonio Celsi (1623-1669) : Intorno all’idol mio, extrait de l’Orontea.

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Menuet.

Hugo Alfén (1872-1960) : Vallflickans Dans, extrait de Bergakungen.

Martin Fröst (né en 1970) : Prelude to Dorotea. Traditionnel scandinave : Polska from Dorotea.

Gordon Jenkins (1910-1984) : Goodbye.

Martin Fröst, clarinette ; Sébastien Dubé, contrebasse ; Roland Pöntinen, piano.

1 CD Sony Classical.

Enregistré à Uppsala du 3 au 6 mai 2021 et à Stockholm le 5 octobre 2021.

Notice en anglais.

Durée : 53:15

Archi-recommandable !

Ne pas laisser passer…

Ce vendredi 29 juillet 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

Comparer diverses interprétations profondément émouvantes de chefs d’oeuvre _ bouleversants _ de Mieczyslaw Weinberg, à partir du tout récent CD de l’Ensemble Les Métamorphoses, sous la direction de Raphaël Feye, avec le violoncelle intensément « tragique et pudique » de Pieter Wispelwey…

15mai

En quelque sorte en complément de mon article du mercredi 4 mai dernier, « « ,

voici que ce  dimanche 15 mai ResMusica publie, sous la plume de Jean-Christophe Le Toquin, un très intéressant article consacré lui aussi au tout récent superbe CD Evil Penguin Classic 2022 EPRC0045

consacré à 3 chefs d’œuvre de ce compositeur tout à fait essentiel du XXe siècle, qu’est le si émouvant Mieczyslaw Weinberg :

le Concertino pour violoncelle Op. 43bis (de 1948),

la Fantaisie pour Violoncelle et Orchestre Op. 52 (de 1951-53),

et la Symphonie de chambre n°4 Op. 153 (de 1992) ;

en un article intitulé, lui, « Pieter Wispelwey et Les Métamorphoses investissent Weinberg« …

Un CD dans lequel _ je suis en train de le ré-écouter avec un très vif plaisir : j’adore ce compositeur et sa musique si déchirante… _, je dois souligner que je remarque, à nouveau, à cette ré-écoute, la splendide clarinette klezmérisante de Jean-Michel Charlier…

Le voici donc _ avec, en forme de dialogue avec, mes farcissures en vert… _, cet article paru ce dimanche :

Pieter Wispelwey et les Métamorphoses investissent Weinberg

Pieter Wispelwey et l’ensemble Les Métamorphoses signent un album Weinberg remarquable de couleurs et d’investissement dans la profondeur du son _ oui, et c’est fort juste de bien le souligner ainsi. 

Les trois œuvres de Mieczysław Weinberg réunies dans cet album ne doivent rien au hasard, puisqu’elles avaient constitué le couronnement d’un grand week-end consacré fin 2019 à Bruxelles par la biennale Chamber Music for Europe à l’occasion du centenaire de la naissance du compositeur _ né à Varsovie le 8 décembre 1919. Si l’interprétation en concert avait reçu tous les éloges de notre collègue, la captation en studio réalisée _ à Gand _ à l’été 2021 _ du 28 juin au 1er juillet _ et proposée dans cet album combine la vitalité et l’unité que donne l’expérience de l’interprétation en public, avec le soin intense apporté à chaque note et inflexion que permet le temps long de l’enregistrement_ en effet.

Le Concertino pour violoncelle op. 43 bis, composé en 1948 (_ soit une toute première approche du futurConcerto pour violoncelle op. 43, qui fut créé par Rostropovitch en 1957) avait été oublié de tous, et ne fut découvert qu’en 2016, 20 ans après la disparition du compositeur. Il fut alors enregistré rapidement _ en 2018 _ par la violoncelliste Marina Tarasova, qui a connu Weinberg, et publié dès 2018 par le courageux label de Saint-Pétersbourg Northern Flowers _ je possède aussi ce CD NF/PMA 99131, enregistré à Moscou en 2018. La comparaison des deux enregistrements est éclairante : là où les musiciens russes – à l’instar d’un Rostropovitch – tiennent l’émotion et les accents klezmer à distance _ mais oui _ pour mieux faire ressortir le classicisme de cette musique et la rattacher à toute la musique russe, Pieter Wispelwey et les musiciens des Métamorphoses vont plus profondément dans l’exploration psychologique _ de l’idiosyncrasie de Weinberg _ et travaillent à restituer – sans sentimentalisme – le substrat tragique _ voilà _ de la vie du compositeur (la fuite du nazisme _ en 1939 _, mais pour subir ensuite l’antisémitisme de l’État soviétique). Le résultat de ce choix interprétatif est un impact émotionnel plus fort, bien que pudique _ oui, sans le moindre pathos parasite. C’est comme si on rendait à la musique de Weinberg une identité plus riche, plus complexe _ oui : la sienne ! _, on oserait dire plus présente dans le double sens de présence et d’actualité. De quelques années plus tardives _ 1951-53 _, la Fantaisie pour violoncelle et orchestre op. 52 est moins lyrique et moins immédiatement prenante que le Concertino _ de 1948 _mais elle garde ses accents polonais et populaires  _ oui, et c’est très important… _ et cette finesse d’écriture _ tout à fait _ qui retiennent _ et marquent _ l’attention.

L’album se conclut par la dernière œuvre _ voilà ! en quelque sorte testamentaire _ de Weinberg, la Symphonie de chambre n°4 op. 153 _ composée, elle, en 1992. Comme toutes les pièces de maturité, l’heure n’est plus – et depuis longtemps – à l’immédiateté et à la facilité _ de l’expressivité du compositeur. Mais placée ainsi _ sur ce CD _ après le Concertino et la Fantaisie, il n’y a pas de rupture, simplement une évolution _ oui. Cette continuité s’explique aussi par le fait que ces quatre symphonies de chambre sont elles-mêmes _ oui _ des retours en arrière, reprenant _ et enrichissant, un peu testamentairement : pour l’éternité de sa singularité de créateur _ des compositions de jeunesse. Elles ont fait l’objet d’un enregistrement intégral _ des Concertos de chambre n°1 à 4 _ par Gidon Kremer et la Kremerata Baltica (ECM, 2017) _ soit le double CD ECM 2538/39  4814604, paru en 2017 ; un double album que je possède et admire _, et par Rostislav Krimer et l’East-West Chamber Orchestra (_ soit le CD Naxos 8.574063, paru en 2019, pour les Concertos de chambre n° 1 et 3 ; je le possède aussi _, et _ le CD Naxos 8.574210, paru, lui, en 2021 _ pour les n° 2 et 4) ; le second _ Rostislav Krimer _ défendant une approche plus raffinée et poétique. Face à ces concurrents letton _ Gidon Kremer _ et biélorusse _ Rostislav Krimer _ qui ont pour eux l’avantage de l’ancrage culturel originel _ en effet, de Weinberg _, les musiciens des Métamorphoses _ dirigés ici par Raphaël Feye _ investissent la musique de Weinberg avec une approche d’Europe de l’Ouest qui se nourrit d’un travail _ de fond _ sur la mémoire et sur l’histoire _ voilà. Là où les versions occidentales de la musique de Chostakovitch dans les années 1950 à 80 pouvaient paraitre moins habitées que celles de l’autre côté du rideau de fer, cette caractéristique ne se retrouve pas avec Weinberg, pourtant si proche. Weinberg est un musicien polonais, slave, juif, et d’Europe centrale _ oui ! et c’est là un trait tout à fait essentiel et fondamental pour l’idiosyncrasie de sa musique… _, et s’il a passé sa vie d’adulte _ depuis 1939, et ses vingt ans… _ en URSS _ à Moscou, puis Tachkent, Moscou, etc. _, il n’a jamais oublié ses origines _ juives, d’Europe centrale et orientale ; et c’est probablement aussi pour cela que sa musique me touche, personnellement, si profondément autant ! Dès lors, un violoncelliste néerlandais, un chef et un ensemble belges développant une approche sensible (l’orchestre _ les Métamorphoses _ avait enregistré le beau disque Destins juifs dirigé par Amaury de Closel en 2018, KMI) peuvent apporter une vision différente et au moins aussi pertinente _ oui ! _ de ce répertoire _ de Weinberg.

Espérons que cette réussite – doublée d’une édition luxueuse _ oui _ façon livre, avec couverture rigide et épais livret richement illustré – donnera à ces interprètes l’envie de continuer à s’approprier la musique de Weinberg, car ils lui apportent un relief et une attraction particulières _ en effet, particulièrement idoines…

Mieczysław Weinberg (1919-1996) :

Concertino pour violoncelle op. 43bis ;

Fantaisie pour violoncelle et orchestre op. 52 ;

Symphonie de chambre n° 4 op. 153.

Pieter Wispelwey, violoncelle ;

Jean-Michel Charlier, clarinette ;

Les Métamorphoses, direction : Raphaël Feye.

1 CD Evil Penguin Classic.

Album couverture cartonnée rigide, livret quadrilingue richement illustré de photographies des séances d’enregistrement et d’illustration poétique de Peter de Bruyne.

Contenu numérique supplémentaire (vidéo d’enregistrement) accessible par QR code.

Enregistré du 28 juin au 1er juillet 2021 au MC De Bijloke, Gand (Belgique).

Durée : 68:27

Un CD tout à fait remarquable, donc,

pour des chefs d’œuvre déchirants et pudiques de cet immense compositeur qu’est Mieczyslaw Weinberg…

Ce dimanche 15 mai 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ecouter ce chef d’oeuvre sidérant (et déchirant) de la musique du XXe siècle qu’est la Chamber Symphony n° 4, avec clarinette solo, Op. 153 (en 1992) de Mieczyslaw Weinberg (Varsovie, 1919 – Moscou, 1996)…

04mai

Ce n’est qu’assez tardivement que se manifeste aux oreilles du grand public l’extraordinaire génie musical de Mieczyslaw Weinberg (Varsovie, 1919 – Moscou, 1996) ;

et tout spécialement de  son chef d’œuvre ultime, en 1992, la Symphonie de chambre n°4, Op. 153,

avec de déchirants soli de clarinette _ klezmérisante _ que vous ne serez pas près d’oublier…

L’interprétation qu’en a donnée, à Riga, les 9 et 10 juin 2015, la Kremerata Baltica (de Gidon Kremer), sous la direction de Mirga Grazynyte-Tyla, et avec les soli _ éblouissants _ de Mate Bekavac, à la clarinette (et Andrei Pushkarev, au triangle), est absolument magistrale,

dans le double CD ECM New Series 2538/39 4814604, paru en 2017.

Mais ce chef d’œuvre saisissant vient se rappeler à nouveau à notre écoute avec la très belle interprétation que vient d’en donner, à Gand, du 28 juin au 1er juillet 2021, l’ensemble Les Métamorphoses, sous la direction de Raphaël Feye, avec Jean-Michel Charlier à la clarinette (et Koen Plaetinck, au triangle),

dans le CD Evil Penguin Classic 2022 EPRC 0045, qui vient de paraître ce mois d’avril 2022.

Et en voici l’interprétation accessible par podcast, par l’Umea Symphony Orchestra, sous la direction du chef Thord Svedlund…

Une découverte qui vous sidérera…

Ce mercredi 4 mai 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

Encore et toujours la prodigieuse fécondité créative d’Antonio Vivaldi de mieux en mieux accessible en CDs : par exemple avec Giovanni Antonini, à diverses flûtes, et même Martin Fröst, à la clarinette

28avr

Du vivant d’Antonio Vivaldi (Venise, 4 mars 1678 -Vienne, 28 juillet 1741),

la clarinette _ du moins celle que nous connaissons comme telle de nos jours _, n’avait pas tout à fait encore, semble–il, complètement vu le jour, en s’émancipant des divers chalumeaux

qui la précédaient dans l’instrumentarium disponible…

Cependant, créé vers 1690 à Nuremberg par le facteur Johann-Christoph Denner,

l’instrument nouveau que nous appellons désormais la clarinette, apparaît déjà _ apprenons-nous, et si l’on cherche bien… _ dans l’Ouverture HWV 424 de Haendel,

ainsi que, et surtout  _ et c’est forcément à relever ! _, dans les Concerti Grossi RV 559 et RV 560 d’Antonio Vivaldi, déjà en 1716 _ j’en possède au moins une interprétation discographique : dans le CD de l’excellent Ensemble Zefiro que dirige l’excellentissime Alfredo Bernardini, le CD Naïve Edition Vivaldi (Tesori del Piemonte, volume 25) intitulé « Concerti per vari strumenti« , enregistré en novembre 2004, avec aux clarinettes Lorenzo Coppola et Daniele Latini… _ ; et aussi, encore cette même année 1716, dans la Juditha triumphans, de ce même Antonio Vivaldi !.. Ainsi que dans le Concerto « per la solennita di San Lorenzo«  RV 556, dont j’ignore la date de composition.

Et aussi dans la tragédie en musique Zoroastre de Jean-Philippe Rameau en 1749.

Et ce n’est qu’à partir des années 1750 que la clarinette aura conquis, d’abord les instrumentistes, et bien vite le public des concerts qui commençaient alors à gagner en aura et diffusion par les diverses capitales européennes…

À commencer par le salon des La Pouplinière, à Paris _ fréquenté par Rameau ; et pépinière de remarquables talents….

C’est donc avec une curiosité certaine que j’ai réussi à me procurer, tout de suite, et écouter le CD « Vivaldi«  _ Sony 19073929912 _ de Martin Fröst, avec Concerto Köln, enregistré en 2019 :

le programme comportant 3 Concertos reconstitués, à partir d’Arias chantés extraits de diverses œuvres vocales d’Antonio Vivaldi _ et respectivement baptisés ici « Sant’Angelo« , « La Fenice«  et « Il Mezzetino«  _, a été spécialement constitué et adapté pour la clarinette de Martin Fröst par le Professeur Andreas N. Tarkmann…

Mais, à mon goût du moins, cette réalisation « re-imagining Vivaldi » manque par trop d’évidence dans le raboutement de ces divers morceaux, et n’atteint hélas pas la fluidité bien plus convainquante du programme, pourtant bien plus composite, du CD suivant de Martin Fröst, « Night Passages« … 

En revanche _ et sur les conseils de toute confiance du toujours très avisé Vincent Dourthe _, je me suis aussi procuré le CD Vivaldi Alpha 364, paru en 2020, intitulé « Concerti per flauto« , avec diverses fûtes, de Giovanni Antonini, avec Il Giardino Armonico :

et c’est là une réalisation tout à fait somptueuse

et de _ sans rien forcer _ la plus parfaite évidence, elle, en le naturel lumineux de sa fluidité pourtant la plus virtuose, en l’aisance élégante et si poétique de sa sprezzatura

Le trésor des œuvres, toujours nouvelles, laissées par l’inventivité inépuisable du génial Antonio Vivaldi, nous semble en quelque sorte, et merveilleusement, toujours à découvrir …

Ce jeudi 28 avril 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

Ecouter la chaleureuse et sensuelle clarinette de Martin Fröst interpréter, en des re-créations musicales, divers morceaux composés pour divers autres instruments en un tout récent très poétique CD intitulé « Night Passages »…

26avr

Martin Fröst est un merveilleux clarinettiste _ suédois : il est né à Sunsvall le 14 décembre 1970 _,

dont je possède _ cf par exemple mes articles du 17 février 2009 : «  » ; ou du 22 avril 2020 : «  » ; ou encore celui-ci, du 18 janvier 2à22 : « «  _ la plupart des _ magnifiques _ CDs du grand répertoire _ classique _ pour la clarinette _ présents principalement au catalogue de l’excellent éditeur suédois BIS…

Découvrant par hasard le tout récent CD _ Sony 19439917402 _, intitulé « Night Passages« ,

avec aussi la contrebasse de Sébastien Dubé _ canadien, né à Québec le 3 septembre 1966, et musicien de jazz… _et le piano de Roland Pöntinen _ suédois, né à Danderyd le 4 mars 1963 _,

ma curiosité n’y résiste évidemment pas.

Bien que la plupart des morceaux _ tous brefs _ choisis pour ce programme de cross-over : avec des pièces de Domenico Scarlatti (2), Chick Corea (2), Johann-Sebastian Bach (3), Henry Purcell (2), Richard Rodgers, Jean-Philippe Rameau (3), Antonio Cesti, George-Frideric Handel, Hugo Alfven, Martin Fröst lui-même, un air traditionnel scanfinave et Gordon Jenkins _ n’aient pas été composés pour la clarinette même,

mais transposés, et même re-créés ici, pour elle,

il me faut bien convenir du rare et intense plaisir immédiatement provoqué à l’audition de cet intensément poétique récital soigneusement composé ainsi par Martin Fröst, et intitulé « Night Passages » _ en registré à Uppsala, du 3 au 6 mai 2021, et à Stockholm le 5 octobre 2021, en la 51ème année de Martin Fröst _ :

car ce sont là, oui, de véritables re-créations musicales, très inspirées, et vraiment superbes…

C’est que le jeu, toujours magnifique, de Martin Fröst laisse rarement indifférent ou froid :

Martin Fröst est un considérablement merveilleux clarinettiste.

Ce mardi 26 avril 2022, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur