Posts Tagged ‘décès

Je me souviens de Teresa Zylis-Gara chantant les mélodies de Chopin…

28août

L’annonce, ce jour, sur le site de ResMusica, du décès de la soprano Teresa Zylis-Gara,

me rappelle avec émotion son interprétation délicate et raffinée, magnifique, des Mélodies de Chopin…

Son timbre de voix est inoubliable…

Décès de la soprano Teresa Żylis-Gara

Comme l’annonce aujourd’hui le Grand Théâtre — Opéra National de Varsovie sur les réseaux sociaux, la soprano Teresa Żylis-Gara est décédée _ ce 28 août _ à l’âge de 91 ans _ elle était née le 23 janvier 1935, à Landwanow, lit-on ailleurs. Pendant plus d’une quinzaine de saisons, elle a travaillé au Metropolitan Opera de New York, se produisant avec des célébrités telles que Luciano Pavarotti et José Carreras.

Teresa Żylis-Gara est née le 23 janvier 1930 à Landwarów près de Vilnius. Après la Seconde Guerre mondiale, elle et sa famille ont déménagé à Łódź, où elle a étudié le chant. En 1953, elle remporte le Concours national des jeunes chanteurs à Varsovie. En 1956, elle fait ses débuts à l’Opéra de Cracovie dans le rôle-titre de Halka de Stanisław Moniuszko. En 1960, elle reçoit le 3e prix du Concours international de musique de Munich. Ce succès lui a donné l’opportunité de se produire sur les scènes d’opéra allemandes telles qu’Oberhausen, Dortmund et Düsseldorf. En 1965, elle fait ses débuts au festival de Glyndebourne dans le rôle d’Octavian dans Le Chevalier à la rose de Richard Strauss. La véritable percée dans sa carrière, cependant, a été sa performance à Paris un an plus tard, où elle a joué le rôle de Donna Elvira dans Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart.

En 1968, elle se produit au Festival Mozart de Salzbourg sous la direction d’Herbert von Karajan. La même année, elle fait ses débuts dans le rôle de Violetta dans Traviata de Giuseppe Verdi à Covent Garden à Londres, et est invitée à l’opéra de San Francisco pour incarner le rôle de Donna Elvira. A la même époque, elle chante au Metropolitan Opera de New York, avec lequel elle est associée le plus longtemps (seize saisons). Elle a aussi collaboré avec le Théâtre des Champs-Elysées, ainsi qu’avec les opéras de Berlin, Hambourg et Munich, La Scala à Milan et le Wiener Staatsoper. À partir de 1980, elle a vécu à Monaco, puis à Łódź.

Le répertoire de Teresa Żylis-Gara comprenait vingt-quatre grands rôles dans des opéras de Giuseppe Verdi, Richard Strauss, Giacomo Puccini, Wolfgang Amadeus Mozart et Ernest Chausson. Elle a eu pour partenaires sur scène les plus fameux chanteurs de l’époque : Carlo Bergonzi, José Carreras, Franco Corelli, Fiorenza Cossotto, Plácido Domingo, Sherrill Milnes, Luciano Pavarotti, Rugiero Raimondi, Jon Vickers et Ingvar Wixell.

Teresa Żylis-Gara ne s’est pas limitée aux maisons d’opéra, se produisant également dans les festivals de musique, tels que celui de Salzbourg, Glyndebourne et Gand. Dans le genre de la mélodie, elle a popularisé, hors de Pologne, les œuvres vocales de Karol Szymanowski. _ ainsi que celles de Stanislaw Moniuzko…

Teresa Żylis-Gara a enregistré pour des maisons de disques telles qu’EMI, Deutsche Grammophon, Harmonia Mundi, Erato, ainsi que Polskie Nagrania. Elle était également impliquée dans la pédagogie, animant des master classes en Europe et aux États-Unis. (MC)

Ce samedi 28 août 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Jean-Luc Nancy, décédé hier lundi 23 août 2021, avait été l’hôte de la Société de Philosophie de Bordeaux le 12 mai 2004

24août

La nouvelle du décès de Jean-Luc Nancy (Bordeaux, 26 juillet 1940 – 23 août 2021)

me rappelle que notre Sociéte de Philosophie de Bordeaux l’avait reçu _ ainsi que mon agenda annuel en témoigne : je viens de cole consulter… _ le 12 mai 2004 _ il y a dix-sept ans.

Et que les membres du bureau de notre Société avaient dîné ensuite avec lui.


En février 2010, Jean-Luc Nancy avait publié, aux Éditions Galilée, L’Intrus.

Ce mardi 24 août 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

En hommage à Franco Battiato et Milva, décédés à moins d’un mois de distance ; et à l’Italie que nous aimons…

22mai

Je découvre, ce jour, le décès, le 18 mai,

_ et à moins d’un mois d’un mois de distance de la disparition, le 24 avril dernier, de l’immense Milva (Goro, 17 juillet 1939 – Milan, 23 avril 2021) _,

de Franco Battiato (Riposto, 23 mars 1945 – Milo, 18 mai 2021).

Cf cet article de Il Giorno,

intitulé « Franco Battiato e Milva, scomparsi a un mese di distanza: « Alexanderplatz » e la Sicilia » :

Franco Battiato e Milva, scomparsi a un mese di distanza: « Alexanderplatz » e la Sicilia

La Pantera di Goro _ Milva _, morta il 24 aprile, fu una delle muse _ voilà ! _ del maestro di Milo _ Franco Battiato. Il brano simbolo della loro collaborazione è un quadro della vita quotidiana a Berlino Est

di ENRICO CAMANZI

Se ne sono andati a nemmeno un mese di distanza l’uno dall’altro. Franco Battiato, 76 anni, cantautore che ha saputo mescolare come nessuno la musica colta e il pop scomparso oggi e Milva, 81 anni, la magnetica chanteuse deceduta il 24 aprile scorso, furono i protagonisti di una delle collaborazioni più interessanti e fortunate degli anni ’80.

La vita quotidiana a Berlino Est

Il brano simbolo della loro relazione artistica è sicuramente « Alexanderplatz« , interpretazione di classe assoluta _ oui ! _ da parte di Milva che Battiato riadattò da un altro pezzo, « Valery » di Alfredo Cohen, reinterpretandolo con il suo gusto per gli arrangiamenti essenziali eppure ricchi di sfumature, che si sposa in pieno con la voce potente e ieratica di Milva. Il testo fu riscritto dal maestro di Milo e la piazza immortalata nel titolo è una delle piazze più note dell’allora Berlino Est.La canzone è un quadro della vita quotidiana nella Germania Orientale pre-caduta del muro, fra viali semideserti durante la sera, neve che cade nel silenzio e i « quattri passi fino alla frontiera« . Il brano, che divenne uno dei cavalli di battaglia di Milva, cantato sui palchi di tutto il mondo, fu inserito nell’album _ merveilleux !« Milva e Dintorni« , pubblicato nel 1982, anche questo frutto della collaborazione fra Battiato – autore di tutti i testi e gli arrangiamenti – e la Pantera di Goro.

Una relazione artistica fruttuosa

Il disco – a cui partecipò, fra gli altri, Alberto Radius, storico chitarrista di Lucio Battisti e dei Formula 3, fu concepito a Milo, nello studio « di casa » di Battiato. Così Milva raccontò il suo impatto con la Sicilia. « Arrivai a Catania e vidi la terra così nera. Mano a mano addentrandomi verso la villa di Franco Battiato era sempre più nera – raccontò l’interprete – C’è l’Etna, certo, la polvere di lava è dovunque, però al momento non collegai, rimasi sconcertata. A un certo punto pensai che doveva essere nera persino l’acqua della piscina« . « Milva e dintorni«  fu il primo album di una trilogia di album – non consecutivi – che include « Svegliando l’amante che dorme«  (1989) e « Non conosco nessun Patrizio«  (2010). Nella memoria rimane anche l’esibizione di Milva davanti alla Porta di Brandeburgo nel 1990, quando cantò « Alexanderplatz«  poco dopo la caduta del Muro

_ en cliquant ici : Milva e Dintorni, vous accèderez au sublime podcast (de 33′) de ce merveilleux programme, qui commence par « Berlin Alexanderplatz« , et comporte aussi le non moins sublime « Poggibonsi« , de Franco Battiato… 

Avec émotion,

ce samedi 22 mai 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

« E morta Milva » : grande peine de la disparition d’une si extraordinairement émouvante chanteuse…

25avr

Ce matin,

en accomplissant ma prière laïque matinale de lectures, sur le Net, des journaux _ y compris étrangers : ici, la Repubblica… _,

je suis bouleversé d’apprendre tout soudain le décès de l’immense chanteuse Milva :

È morta Milva, la « Rossa » della canzone d’autore.


MILVA 

È MORTA MILVA, LA « ROSSA » DELLA CANZONE D’AUTORE

CANTANTE E ATTRICE, AVEVA 81 ANNI. SOFISTICATA INTERPRETE PREDILETTA DA AUTORI, REGISTI E COMPOSITORI COME STREHLER E PIAZZOLLA, BATTIATO E VANGELIS, BERIO E MORRICONE, SI È DIVISA TRA MUSICA E TEATRO. NEL 2010 AVEVA ABBANDONATO LE SCENE. MARTEDÌ LA CAMERA ARDENTE AL PICCOLO DI MILANO

24 APRILE 2021 3 MINUTI DI LETTURA

Nel 2010 sulla sua pagina Facebook aveva scritto una lettera bella e commovente. « Dopo cinquantadue anni di ininterrotta attività, migliaia di concerti e spettacoli teatrali sui palcoscenici di una buona metà del pianeta, dopo un centinaio di album incisi in almeno sette lingue diverse, ho deciso di mettere un punto fermo alla mia carriera (…) che credo grande e unica, non solo come cantante ma come attrice ed esecutrice musicale e teatrale (….). Ho deciso di abbandonare definitivamente le scene e fare un passo indietro« .

A undici anni da quel saluto, Milva ha dato addio alla vita. La « Rossa« , come la sua famosa fulgida chioma di capelli ramati, è morta a 81 anni: da un po’ aveva perso la coscienza del tempo e della memoria, viveva nella casa di via Serbelloni, pieno centro di Milano, con la fida segretaria Edith e l’affetto incondizionato della figlia, Martina Corgnati, critica d’arte.

la camera ardente sarà allestita nel foyer del Piccolo Teatro Strehler, martedì 27 aprile, dalle 9.30 alle 13.30. I funerali seguiranno in forma strettamente privata. Lo ha comunicato il Piccolo.

Con Mina e Ornella Vanoni, è stata protagonista della musica italiana dagli anni Sessanta, ma, più irrequieta e volitiva delle colleghe, Milva ha saputo cambiare e trasformarsi, usando curiosità, bravura, versatilità per costruire una carriera unica, lunga oltre mezzo secolo, 173 album e lanciata in più direzioni, talvolta anche opposte: cantante ma anche attrice, pop a Sanremo, dove fu in gara per quindici volte – senza mai vincere (e le scaramucce non sono mancate) – engagé come interprete dei canti della Resistenza, di Bella ciao, delle Canzoni del tabarin e dei Canti della libertà ; protagonista alla Deutsche Oper di Berlino con I sette peccati capitali di Brecht e Weill e conduttrice di Al Paradise il varietà del sabato sera, fino a diventare la sofisticata interprete prediletta di autori, registi e compositori come Giorgio Strehler e Astor Piazzolla, Franco Battiato e Vangelis, Luciano Berio ed Ennio Morricone.

Maria Ilva Biolcati era nata a Goro (e la « pantera di Goro » è stato a lungo il suo nomignolo), il 17 luglio del 1939. « A 7 anni insistevano con mia madre di farmi cantare, lei minimizzava« , ricorderà. Giovanissima, nel 61, ventiduenne timida e naif, magra e longilinea come è sempre rimasta, dotata di una estensione vocale straordinaria, approda al festival di Sanremo, dove si qualifica terza con Il mare nel cassetto.

Addio a Milva, a Sanremo 2018 il premio alla carriera: dopo l’annuncio di Baglioni scatta l’appla

Quello stesso anno debutta nel cinema (La bellezza d’Ippolita accanto a Gina Lollobrigida) e sposa Maurizio Corgnati regista televisivo, intellettuale, parecchio più anziano (« mi sentivo la sua bambina« ), un pigmalione che avrà su Milva una influenza importante, come non accadrà, dopo la separazione, con altri compagni, gli attori Mario Piave e Luigi Pistilli, il filosofo Massimo Gallerani.

Addio a Milva, l’esibizione a Berlino nel 1990: “Alexanderplatz” davanti alla Porta di Brandeburgo

Ha già assimilato ricchezze e successo – nel ’62 era approdata all’Olympia di Parigi – quando nel 1965 Paolo Grassi invita Milva al Piccolo a interpretare i Canti della Libertà, il primo passo di un trentennale sodalizio con Giorgio Strehler che con lei farà Io, Bertolt Brecht e poi la dirigerà in Milva canta Bertolt Brecht e in Io, Bertolt Brecht N°2 con Tino Carraro. « Strehler amava la mia umiltà. A lui devo tutto quello che so, così come a Maurizio Corgnati: mi hanno insegnato tanto e mi mancano molto« , dirà.

Addio a Milva, nel maggio 2020 il cameo dell’artista in un videoclip collettivo sulla pandemia

Strehler fa di Milva una delle più accreditate interpreti del repertorio brechtiano, in Italia e perfino in Germania, e la sceglierà come indimenticabile Jenny delle Spelonche nell’edizione del ’73 dell’Opera da tre soldi accanto a Domenico Modugno, che indossava i panni di Mackie Messer.

Addio a Milva, i messaggi di cordoglio sui social: « Era la voce della cultura« 

La voce, la capacità di adeguarsi a qualsiasi genere di musica, la facilità a parlare lingue straniere fanno il resto : Milva diventa una delle grandi interpreti della musica colta e d’autore. Incanta il pubblico tedesco con i Lieder (riceverà la prestigiosa Onorificenza di Ufficiale dell’Ordine al Merito della Repubblica Federale di Germania), affascina anche i francesi con la versione italiana di Milord di Edith Piaf, entra nelle hit parade con La filanda dal repertorio di Amalia Rodrigues, diventa la voce preferita di Mikis Theodorakis, senza contare le incursioni nella musica colta d’avanguardia, come quando alla Piccola Scala di Milano, interpreta il Diario dell’assassinata di Gino Negri e alla Scala La vera storia, di Luciano Berio, tratta da Calvino, con esiti trionfali tanto che replicò all’Opéra di Parigi, al Maggio Fiorentino, all’Opera di Amsterdam….

Dagli anni Ottanta prolificano le collaborazioni importanti : con un grande regista come Peter Brook (tra gli esiti c’è El tango poi curato da Filippo Crivelli), con Astor Piazzolla, Franco Battiato (gli album Milva e dintorni con la bellissima Alexanderplatz, Svegliando l’amante che dorme e l’ultimo del 2010 Non conosco nessun Patrizio), Vangelis (Dicono di me), canta Luigi Tenco, Fiorenzo Carpi, Fabrizio De André, Alda Merini, Enzo Jannacciche la avvicinò al suo surreale mondo con l’album La Rossa.

Tra gli ultimi impegni il teatro : La Variante di Lüneburg dal libro di Paolo Maurensig e a Vienna Der Besuch der alten Dame (La visita della vecchia signora) di Durrenmatt dove recita nientemeno che in lingua tedesca. Infine, nel 2018 il Festival di Sanremo di Claudio Baglioni le assegna il premio alla carriera e nel ringraziamento letto dalla figlia Martina sul palco dell’Ariston, Milva si rivolge ai giovani : « La musica spazza via la polvere dalla vita e dall’anima degli uomini. Ma perché questo accada bisogna studiare e attingere dal passato« . E il « passato » che Milva lascia è nel segno del coraggio, di quando cantava, prima che si parlasse dei femminicidi, la femminilità negata in Sono felice o Uomini addosso, un grido contro la violenza contro le donne.

Bien peu de voix,

et d’art de la diction,

me touch(ai)ent si profondément autant que les siens.

Et lors de voyages en Italie,

je me mettais en recherche de quelques uns de ses CDs, si mal diffusés _ indisponibles en France…

Très vite,

j’ai pu trouver sur youtube des aliments un peu substantiels pour combler mon désir de la ré-entendre,

en attendant de rechercher les quelques CDs que j’ai d’elle,

bien cachés en quelques recoins de ma discothèque… 

Ainsi suis-je tombé d’abord sur ce premier volume (de 37′ 30) d’un merveilleux double album intitulé  : Lieder Zwischen Zwei Kriegen Canzoni fra le due guerre (à cliquer !), de 1994… 

Puis je suis tombé sur ce chef d’œuvre bouleversant qu’est l’album de 1982 intitulé Milva e Dintorni (à cliquer aussi !), sur de somptueuses chansons de Franco Battiato…

En voici le texte de celle qui est peut-être ma préférée : « Poggibonsi » :

Poggibonsi è stata evacuata
e Gerusalemme liberata !
Poggibonsi è stata evacuata
e Gerusalemme liberata…
Nei rari giorni di libera uscita
aspettavamo sotto dei fanali,
le case sembravano deserte
tutte uguali a caserme,
quel giorno ci sorprese il capitano :
« Fate qualcosa per distrarli un poco… »

Cantare per non morire,
cantare, eh eh…

Poggibonsi è stata evacuata
e Gerusalemme liberata !
Poggibonsi è stata evacuata
e Gerusalemme liberata…

Il primo giorno di convalescenza
vendemmo un accendino marocchino
a soldati che stavano seduti
in un locale da ballo,
che voglia avevo di mandare a casa
lo zucchero e il caffè a mercato nero…

Cantare per non morire,
cantare, eh eh…

Poggibonsi è stata evacuata
e Gerusalemme liberata…
L’ultimo giorno di liberazione
vedemmo i gerriglieri del Bengala
sfilare come bellezze
al bagno a Cesenatico,
che voglia avevo di tornare a casa
per ridere e scherzare come un tempo…

Cantare per non morire,
cantare, eh eh…

Poggibonsi è stata evacuata
e Gerusalemme liberata !
Poggibonsi è stata evacuata
e Gerusalemme liberata…

Ce dimanche 25 avril 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Un début de portrait de Paul Bonopéra, en son avis de décès paru le 20 janvier 1916, dans Le Progrès d’Orléansville

11mar

Pour commencer à nous faire une petite idée de la personnalité de Paul Bonopéra _ Miliana, 1er octobre 1856 – Orléansville, 18 janvier 1916 _,

voici la teneur, presque entière, de l’avis de son décès, survenu à Orléansville le mardi 18 janvier 1916, tel qu’il a été publié par Le Progrès d’Orléansville, le jeudi 20 janvier suivant :

« Mardi soir, notre ami Paul Bonopéra, qui la veille encore était des nôtres plein de bonhomie, a succombé des suites d’une cruelle maladie ; la nouvelle se répandait en ville en y provoquant l’émotion la plus vive.

Bonopéra s’était créé dans notre cité, par sa nature droite, par son ferme bon sens, par son travail opiniâtre, des amitiés franches et solides. Le destin aveugle s’est plu à l’arracher brutalement à l’affection de son épouse et de ses enfants, dont la douleur ne supporte pas d’atténuation.

Sur sa tombe, M. Louis Clément, maire, prononça quelques paroles sur la vie pleine de labeur de Bonopéra. Il dit combien est pénible pour le chef de la municipalité de saluer l’excellent homme dont nous avons apprécié la belle humeur, la parfaite loyauté et une compétence d’un précieux concours.

Après avoir rappelé les dix années du défunt au conseil municipal, M. Clément s’exprima ainsi. Nous n’oublierons pas à l’hôtel de ville le bon collègue, le bon camarade, enlevé trop tôt à notre amitié ; et je suis l’interprète de tous ceux qui ont connu notre collègue, en disant nos regrets, en exprimant à sa veuve et à sa famille, l’hommage de nos sentiments attristés.

Le Progrès prie sa veuve, ses enfants, ainsi que toutes les familles que cette mort met en deuil, d’agréer l’assurance de ses condoléances profondément émues et sincèrement attristées .« 

À comparer avec la sévère sobriété _ plutôt questionnante _ du communiqué de « Remerciements » publié par la famille du défunt, une semaine plus tard, le 27 janvier, toujours sur Le Progrès d’Orléansville :

« Madame Veuve Bonopéra, ses enfants et leurs familles remercient bien sincèrement les personnes qui leur ont témoigné leur sympathie à l’occasion du décès de

Monsieur Paul BONOPERA

décédé à Orléansville le 18 janvier 1916, à l’âge de 60 ans« … 

Dès l’année 1903,

le nom de Bonopéra apparaissait dans la chronique orléansvilloise du quotidien des jours de la cité, dans l’édition du 23 juillet 1903,

avec, cité dans le Palmarès de la fin d’année scolaire 1902-1903 de l’Ecole de garçons, pour la 1ère classe, celle de 2ème année du cours complémentaire, le nom de « Julien Bonopéra » _ il a 16 ans _ ;

et deux ans plus tard, le 2 novembre 1905, et toujours à propos du jeune Julien Bonopéra, ce bref avis-ci : « Examen des Postes et Télégraphes du cadre algérien : Julien Bonopéra, fils de M. Bonopéra, propriétaire à Orléansville : nommé commis stagiaire à Orléansville, après deux mois d’instruction à Alger »

Plus tard, on peut remarquer les trois élections successives, en 1907, 1908 et 1912, de M. Paul Bonopéra comme conseiller municipal d’Orléansville :

_ le 17 juillet 1907, lors d’élections municipales complémentaires pour 6 postes à pourvoir, est notamment élu Paul Bonopéra (51 ans).

_ l’année suivante, dès le premier tour du 7 mai 1908, sont élus 19 des membres de la liste républicaine de M. Paul Robert ;

sur 476 suffrages exprimés, Paul Robert, le mieux élu, obtient 470 voix ; Louis Clément le suit, avec 433 voix ; et immédiatement après _ troisième mieux élu des 19 de ce premier tour _ Paul Bonopéra, 423 voix.

Je remarque, au passage, que Emile Wachter, qui s’était présenté, a obtenu 97 voix, et n’a pas été élu.

Les deux derniers sièges, en ballottage, seront pourvus au second tour, le dimanche suivant.

_ aux élections municipales du 12 mai 1912, la liste républicaine conduite par M. Joseph Robert, banquier, sera élue en entier dès le premier tour.

Sur 652 votants, Joseph Robert obtient 406 voix ; M. Paul Bonopéra, propriétaire, 397 ; et M. Ramon Sanchez, propriétaire, 393…

Sans commentaire.

Ce jeudi 11 mars 2021, Titus Curiosus – Francis Lippa

Chercher sur mollat

parmi plus de 300 000 titres.

Actualité
Podcasts
Rendez-vous
Coup de cœur